Posted in Carnets de route

Essayer encore et encore

credit @mariekleber37

J’ai beaucoup de choses pas très loin, des petites choses qui touchent, qui font que le tempo n’est pas toujours aussi juste qu’on le voudrait. Des petits riens qui se bousculent et qui parfois créent un tourbillon. Enfin, des choses un peu douloureuses quand même, quelques souvenirs qui viennent me chahuter et des voix aussi qui viennent jouer avec ce que j’ai de plus fragile – cette faculté que j’ai de presque m’excuser de vivre.

Je m’excuse de tout, depuis près de 42 ans, je m’excuse de peut-être déranger, de ne pas avoir les bons mots, la bonne attitude. Je m’excuse de rire, de pleurer, d’espérer. Je m’excuse d’être un peu, un peu trop. Je m’excuse sans cesse jusqu’à disparaitre, ne pas faire de vague surtout, reprendre ma place près de la fenêtre qui donne sur la cour, rêver à ma guise, imaginer ce que ça serait si…

Je m’excuse et je repars, je fais en sorte que tout aille. Je me tais quand ça bout à l’intérieur. Je fais en sorte que la colère se noie dans un “pas si grave.” Je ne dis rien qui pourrait créer une tempête et qui me laisserait KO. Je rumine un peu et puis ça passe. Mais ça laisse des traces. Et ce sont ces traces qui reviennent en ce moment, qui me font presque que dire que j’ai 9 ans. Ces traces de l’enfance, du tableau noir, des humiliations devant la classe, traces des notes que je dissimule, du mal-être que je maquille avec un joli sourire, traces de ce qui n’a plus d’âge.

Finalement ce “sans vague” qui me pèse parfois c’est aussi ma sécurité, ma sérénité. Je me suis affirmée et ça n’a rien changé. Alors je laisse passer, filer, je me laisse le temps d’avoir quelques égratignures, de lâcher prise, de me laisser être. Je retourne à ce que je suis qui ne fera jamais l’unanimité. Mais qu’importe. Il faut que j’accepte de ne pas toujours faire les bons gestes ou les bons choix, de ne pas être si adaptée, de rire trop fort, de pleurer dans mon coin. Il faut que j’accepte que mes mots ne portent pas, pas très loin, qu’ils soient mis de côté parce qu’ils gênent peut-être, même si en soi ils ne disent rien de mal, ils expriment juste ce que je pense, sens, ressens, estime juste.

Finalement je retourne irrémédiablement à ce que je respire. La vie. En essayant de ne pas emporter une culpabilité qui ne m’appartient pas. En essayant d’être de moins en moins ce que l’on attend de moi. C’est loin d’être évident, c’est même très délicat!

Posted in Carnets de route

Voilà, c’est fini…

@Kaboompics

Chez moi, c’est souvent tout ou rien. Quand je me lance, je ne fais pas les choses à moitié. J’ai la sensation que ça m’a souvent desservie. Ou plutôt que ça m’a emmenée sur des chemins très peu fréquentés et parfois très dangereux.

Heureusement, il y a toujours un moment où un évènement arrive comme un déclencheur et là, je lâche tout, tout ce qui, quelques jours avant, me procurait un certain équilibre, guidait mes pas et me faisait me sentir bien. Tout m’apparait alors sous un nouveau jour et je remercie la Providence ou je ne sais quelle autre force en mouvement de m’avoir ouvert les yeux!

C’est exactement ce qu’il se passe en ce moment dans ma vie. Comme beaucoup de monde, je suis tombée dans la marmite “développement personnel” depuis une bonne dizaine d’années. A une époque ça m’a aidé, à une époque ça m’a coupé de la vie. Je ne rejette pas tout, j’ai eu, fut un temps, besoin de repère, de sécurité et le développement personnel, à la différence de la psychologie, était tout à fait accessible. Plus besoin de courir chez un thérapeute pour le moindre petit problème!

J’ai médité en regardant une rose, questionné mes blessures, appris à changé mes pensées, récité des mantras que j’avais moi-même créé. J’ai fait faire mon portrait d’âme, mon thème astral. J’ai rendu visite à mon enfant intérieur, j’ai visualisé, respiré, dessiné, mangé en pleine conscience. J’ai participé à des constellations familiales, des réunions de lecture psychobiologique et psycho-généalogique, des tentes rouges, des retraites féminin sacré. Je me suis donnée corps et âme à cette quête sans fin d’amélioration et de connaissance de soi.

Puis cet été, en lisant le livre de Fabrice Midal “Etes-vous Hypersensibles”, je me suis sentie lasse d’un coup. Lasse de lire plus ou moins la même chose à chaque fois, les mêmes mots qui finissent par ne plus avoir de substance, lasse de tous ces conseils prodigués qui bien souvent nous éloignent du quotidien, lasse des belles théories pas forcément adaptées à nos vies de tous les jours, lasse de tout ce qu’on essaie toujours d’expliquer, lasse du peu de profondeur, du joli vernis vendeur.

Et pourtant depuis toujours, je me pose des questions, j’essaie de comprendre le monde, l’humain, la façon dont son esprit fonctionne, dont il expérimente l’autre. J’ai entrepris une formation de psycho-praticien en ce sens. Mais ça ne m’a pas apporté ce que je cherchais vraiment. Avec tous ces livres, ces ateliers, ces retraites, ces formations, on se croit tous un peu “chamane” ou “psy” le temps d’une lecture éclairante, d’un atelier bienveillant, et on se sent parfois à même de prodiguer des conseils, on se félicite de ressentir ces choses que les autres ne sentent pas, on se croit investit d’une mission et on se permet des choses très limites. J’ai compris depuis longtemps déjà qu’il revenait à chacun de voir ou de ne pas voir, de changer ou de ne pas changer. Chacun son histoire et ses besoins. Certains arrivent très bien à vivre avec leurs blessures et leurs choix, d’autres moins. Qu’est-ce que mon ressenti ou mon avis a à voir dans tout ça?

Je n’ai plus envie, plus d’énergie pour ce genre de propos. Ma sensibilité et moi, nous choisissons une nouvelle voie, qui n’est pas encore définie, peut-être une voie sans définition cette fois, qui ne répond à aucune tendance ou aucun sens particulier. Peut-être bien que je n’ai plus besoin de sens à donner à ceci ou cela. Peut-être bien que c’est l’âge qui veut ça, avec les années on se rend compte que tout est si éphémère et qu’il ne faut plus perdre trop de temps en circonvolutions hasardeuses.

Je n’abandonne pas ce qui me fait vibrer, je laisse ce qui ne m’apporte plus rien.

Et vous, il y a des choses comme ça que vous avez lâché dernièrement? A partir de quelle prise de conscience?

Posted in Carnets de route

De 3h à 45min

Tout a commencé par une prise de conscience. Comme beaucoup de choses dans la vie! A force de regarder les gens autour de moi et d’examiner avec attention la relation qu’ils entretenaient avec leur téléphone portable, je me suis demandée si moi aussi je n’avais pas succombé à une certaine forme d’addiction.

Puis mon fils m’a fait une réflexion – alors qu’à la maison je milite pour le moins d’écran possible – comme quoi je passais beaucoup de temps sur mon propre petit écran. Et là, je me suis pris une grosse claque. En activant l’application “bien être” de mon téléphone, je suis tombée de haut: moyenne de 2h30 à 3h par jour.

Que de temps perdu, entre Instagram, Youtube, Internet…

J’ai d’abord réfléchi à ce que m’apportait Instagram et je me suis rendue compte que ça polluait plus ma vie qu’autre chose. J’ai donc décidé de supprimer mon compte et l’application par la même occasion. Ca a été une véritable révolution, révélation!

J’ai repris la lecture, j’ai commencé à regarder le monde à nouveau, sous le filtre de mon propre regard, je me suis lâchée la grappe sur plein de sujets, j’ai réalisé que toutes les belles théories de connaissance de soi avaient fait leur temps et surtout que bien souvent les superbes images partagées étaient très très loin de la réalité.

J’ai poursuivi ma réflexion avec mon utilisation de YouTube: de la musique, des podcasts, des documentaires, les cours de yoga d’Adrienne et de Jessica, des Ted Talks, un peu d’actualité et beaucoup de bla bla aussi. J’ai fait du tri dans mes abonnements, dans ma liste “à regarder plus tard” qui ne cessait de grossir, un peu comme ma PAL. Je me suis rendue compte alors, que je me créais seule des obligations non indispensables. L’espace occupé par toutes ces sollicitations finissait par occuper l’espace de mon cerveau, qui avait besoin d’une seule chose: l’essentiel. Et toutes ces informations ne l’étaient pas. J’ai fini par désactiver les données mobiles pour cette application. Désormais, je visionne les quelques vidéos YouTube de ma liste sur un écran d’ordinateur en direct de mon canapé, sinon j’écoute de plus en plus la radio et je me rends compte qu’il existe des émissions passionnantes, je regarde des films de A à Z sans interruption…

Pour mes mails, j’ai désactivé les notifications depuis belle lurette! Je conserve WhatsApp parce que cette application me permet d’interagir avec mes amis et est nécessaire pour les groupes d’échange entre parents et pour les hobbies de Loulou. Dans la journée, je mets tout cela en veille. Après tout si quelqu’un a vraiment envie/besoin de me joindre, cette personne a mon numéro!

Voilà comment je suis passée de 2h30/3h à 30/45min d’utilisation par jour. Mon téléphone n’est plus un vulgaire doudou qui me sauve de l’ennui. Il est un outil de communication, sa fonction première. Forte de cette expérience et du changement que cela m’apporte au quotidien, dans ma vie et dans mes relations, je suis encore plus attentive au rapport des uns et des autres avec cet objet. Je les observe à la dérobée, dans le train, dans la rue, avec leurs enfants, en couple, au restaurant, au bureau. Je les vois subjugués, enveloppés, hypnotisés, coupés du reste du monde.

Et le pire dans tout ça, c’est que sûrement comme moi il y a quelques mois, ils se disent qu’au moins eux ils ne sont pas accro!

Posted in Carnets de route

Nouvelles injonctions: Arrêtons le massacre!

Avertissement: Dans ce texte je vas partager mes états d’âme du moment. Si vous n’avez pas envie de les écouter, passer votre tour. Ca évitera les commentaires du style “mieux vaut voir le verre à moitié plein” ou “il y a un truc derrière ton émotion”. Je vais être franche je m’en contrefous royalement, là, maintenant, j’ai juste envie de dire ce que j’ai à dire. Point barre.

En relisant le commentaire de Mijo sur mon article Regarder les gens couler je me suis rendue compte que la tendance actuelle nous collait sur le dos de nouvelles injonctions, en lieu et place de celles dont nous tentons de venir à bout. Nous sommes passés du “sois fort”, “pense aux autres” ou “fais plaisir”, au “ose”, “pose tes limites”, “sois authentique” ou “prends soin de tes émotions”.

Dans cette course au perfectionnement de soi, nous sommes semblables à des robots. Nous sommes tous appelés à lâcher nos masques, à sortir de notre zone de confort, à vivre nos émotions, à vivre l’instant présent. Quand aucune de nos vies ne se ressemble. Nous sommes lobotomisés avec toutes ces théories du bien-être qui nous inculquent la recette magique pour une vie qui a du sens. Au final rien ne fait sens.

Les psychologues – les vrais, ceux qui ont fait des études en ce sens, et non ceux qui se sont improvisés thérapeutes en trois semaines de formation intensive – sont unanimes, la France est en grande souffrance. Et pourtant nous vivons dans un monde où le bonheur fait la une des étagères des librairies.

En vérité, toutes ces phrases sont des bombes, toutes ces citations positives sont d’une violence sans nom. Elles génèrent culpabilité et mal être. Elles imposent une manière de voir et d’être qui met de côté le psychisme humain. A les croire, nous serions créateurs de notre réalité. Imaginez vous dire ça à un enfant victime de sévices. Ca remet sacrément les idées en place, non?

Sans compter que nous devenons, à force, tous des moutons alors même que l’industrie du développement personnel nous promet des techniques pour devenir nous-mêmes! La bonne blague!

Dans notre monde, il n’y a plus de place pour le dépassement de soi, pour l’émotion pure avec laquelle nous tentons de composer, il n’y a plus de place pour les maux qui nous bousculent, il n’y a d’ailleurs plus que nos thérapeutes pour nous écouter, sans nous rabâcher que tout est cycle et que tout passe, qu’on tire toujours du positif de nos expériences traumatisantes, qu’il faut R-E-L-A-T-I-V-I-S-E-R.

Imaginez quelqu’un qui ne sait pas nager, à qui on demande de sauter du plongeoir. C’est incohérent et dangereux. C’est la même chose pour la zone de confort ou tout autre “ose” en début de phrase, sans accompagnement thérapeutique, c’est suicidaire. Mais aujourd’hui on veut nous faire croire que c’est notre unique salut, que nous en sommes tous capables, qu’il suffit de le vouloir. A croire que si nous échouons, nous sommes des ratés. Quoi de mieux pour aller plus mal!

Je suis fatiguée de tout ce que j’entends, de tout ce qui me / nous tire vers le bas. Je suis fatiguée des personnes qui ont toutes les réponses, qui croient détenir l’ultime vérité (tout en te disant qu’il n’y en a pas), je suis fatiguée d’entendre les mêmes mots tout le temps (notamment le” ça va?” qui m’horrifie et que je me surprends moi même à prononcer parfois) , je suis fatiguée de tout ce qu’on nous demande d’être sans cesse, jusqu’à ce qu’on s’écroule parce que ça ne nous correspond pas, je suis fatiguée des masques qu’on ôte pour en remettre d’autres (en pensant qu’on n’en porte plus).

Voilà je suis fatiguée de toute cette pression à créer une meilleure version de nous-mêmes tout en acceptant nos fragilités, en dépassant nos peurs, en accueillant nos émotions, en osant dire stop, en étant empathique (sans porter les problèmes des autres), en prenant soin de nous (sans sombrer dans l’égoïsme). Et tout ça en gérant harmonieusement notre boulot, notre budget, notre vie privée, notre vie de famille, en faisant du sport et du bénévolat, en étant positif et en ne laissant pas la morosité ambiante nous atteindre…

Pas étonnant alors que nous soyons tous à plat, complètement paumés et à la limite de l’asphyxie!

Posted in Carnets de route

A l’heure des aurevoirs

A chaque annonce de séparation, les mêmes questions reviennent comme si quelque chose bloquait, comme si il me fallait comprendre. Comprendre comment, pourquoi d’un coup tout s’effrite, d’un seul coup. Comprendre pourquoi des gens qui semblaient heureux, en phase, décident un matin de prendre des chemins différents.

Je ne cesse de me demander si, si chacun avait été un peu plus attentif, si chacun s’était écouté, avait écouté l’autre, si chacun avait osé dire que ça n’allait plus si bien

Et puis peut-être que c’est juste la vie qui est comme ça, que je n’arriverai jamais à percer ce mystère là, comme tant d’autres. Et puis qu’est-ce qui je connais au couple, à la vie à deux du quotidien, aux habitudes qui s’ancrent, au chaos qui ne fait plus sens, aux opinions qui divergent, aux sensations qui se brisent.

Moi, je suis juste spectatrice de ces aurevoirs, de ces unions sur le déclin, de ce que certains cachent si bien et de ce qui explose chez d’autres. Je ne suis que la main qui tente de venir à bout des points d’interrogation qui se forment sur la banquise des sentiments perdus.

Ils ne vont pas plus loin parce qu’il n’y a plus d’avenir, alors ils ferment les portes communes pour en ouvrir d’autres. Ils n’ont rien de plus à dire. Ou parfois ils esquissent un “si on avait su se parler” et puis ils quittent la scène, ils laissent leur place.

Je ne suis que le témoin de l’amour qui se fane et je ne saisis pas comment tout a pu arriver si vite, sans que je ne me doute de rien. Alors je me tourne vers ceux qui durent, vers ceux qui semblent tenir malgré les frasques du vent, ceux qui font peut-être tout simplement comme ci – histoire de ne rien gâcher d’autre, ceux qui s’estiment chanceux, ceux qui se disent heureux.

A mesure du temps qui passe, l’amour se sera maintes fois carapaté et se sera toujours recréé. Avec plus ou moins de blessures, de couches de protection pour résister aux chocs, de craintes, de doutes et d’espoir. Oui beaucoup d’espoir pour y croire à nouveau, cette fois pour de bon, jusqu’au prochain virage non anticipé ou la prochaine vague salvatrice.

Posted in Variations Littéraires

Deux étrangers

Le bébé, bien emmitouflé dormait dans sa poussette. Ils se sont installés à côté de moi, l’un en face de l’autre. Le cadran d’information indiquait 23h13.

Sans un mot chacun s’est retranché derrière son écran de téléphone, lui lisait Le Monde en diagonale, elle, passait d’une application à l’autre.

Je les regardais, presque triste, de voir ce jeune couple enfermé dans sa bulle technologique. Pas un regard, pas un sourire. Pas même un mot. Pour se parler ils se montraient leurs écrans respectifs avant de reprendre leur course à l’information.

Deux individus comme deux étrangers, un couple ordinaire comme ceux que je surprends aux terrasses des cafés, dans un restaurant bondé, une file d’attente, un quai de gare. Deux individus qui ne savent plus apprécier leurs silences, qui ne savent plus se dire en dehors du flux qui à mesure du temps les esquinte sans qu’ils s’en rendent compte. Même les vieux couples paraissent plus jeunes !

J’ai écouté le vide entre eux, rien, pas même un souffle de vent, pas même deux mains qui se touchent, pas même une émotion qui transparait. Un seul instant de quelques minutes. Mais si seulement je n’étais pas le témoin de cette absence au fil de saisons, si seulement j’en voyais moins qui s’enfuient du présent, pour aller se perdre dans des réseaux aux allures de paradis.
Si seulement…

J’ai tremblé pour eux et tous les autres, pour aujourd’hui et demain. Peut-être que ça se passera bien. J’ai tremblé pour toutes ces peaux en manque, ces sourires évincés, ces paroles suspendues qui n’accrochent que les pensées. J’ai tremblé pour l’enfant dans sa poussette dernier cri – j’ai presque espéré qu’un jour il serait celui qui enverra valser ces écrans de pacotille pour leur dire de s’aimer avant de se détruire.

Posted in Carnets de route

Spontanéité et Adaptation

Photo by cottonbro on Pexels.com

Est-ce d’avoir grandi au milieu de “trop” et “pas assez” qui a mis un frein à cet élan spontané de l’enfance? Peut-être bien.

En société, j’ai appris très jeune à m’adapter, sans toutefois trouver ma place. Il aurait fallu rentrer dans tellement de moules bien façonnés que j’ai préféré l’évasion à la réalité. M’échapper a été mon salut à moi, ma porte de sortie privilégiée. Jusqu’au jour où la réalité m’a rattrapée.

Quelque part ces “trop” ou “pas assez” ont forgé mon identité. Si bien qu’il n’y a que quand je suis seule (ou avec un très petit nombre de privilégiés!) que je m’autorise à me laisser être. Avec les autres, je me fonds, me confonds, je n’ose pas tout, je me protège sûrement beaucoup (pour être acceptable, aimable) mais je crois qu’on s’en fout. On se protège tous!

Ils reviennent encore parfois me susurrer que certaines choses ne se font pas, comme de manger avec ses doigts ou de parler seule, comme d’esquisser quelques pas de danse dans la rue ou de parler fort, de faire de grands signes pour indiquer ma présence ou de sauter dans les flaques d’eau, comme de saluer des inconnus ou de dire tout haut ce que les autres pensent tout bas. Ils reviennent avec les souvenirs de “les gens vont te prendre pour…” ou “je ne te connais pas…”

Alors oui, j’assume parfois et parfois pas. Je planque ma spontanéité par peur de gêner, pour ne pas indisposer celles et ceux qui préfèrent la discrétion. Et par crainte aussi du regard des autres, ce regard qui m’a tant blessée, qui m’a si souvent intimé l’ordre d’être différente, qui a si souvent insisté sur mes faiblesses sans jamais mettre en avant mes forces, qui a fait de moi ce que je n’étais pas, qui m’a tant de fois abandonnée seule dans l’arène.

L’adaptation n’est pas un masque, elle est un choix, qui est devenu avec le temps très instinctif finalement. Si bien que dans beaucoup de situations, c’est elle qui prend le dessus. Elle est ce qui me permet de maintenir à flot mon équilibre, ma sécurité affective. Et parfois, quand le contexte s’y prête, quand je baisse un peu ma garde, quand quelque chose d’inattendu se produit, alors je me laisse moi même surprendre par ce que d’habitude je cache avec dextérité!

Posted in Carnets de route

Le jour d’après…

J’imagine bien que les résultats d’hier soir n’ont pas fait que des heureux. Personnellement, je parle rarement de politique, car je n’ai pas particulièrement d’idées et comme le dit si justement Guillaume Meurice: “Etre Président de la République, y a rien de plus con, c’est quelqu’un qui se met en position de se dire je vais résoudre les problèmes de 67 millions d’autres êtres humains.”

Vu sous cet angle, on voit bien le combat est perdu d’avance. Nous n’avons déjà pas les mêmes besoins que les membres de nos foyers, alors imaginez à l’échelle d’un pays. Et d’ailleurs tout le monde ne veut pas la même chose. Alors oui il y a des problématiques qui doivent être adressées, oui il y a des personnes en souffrance, oui il y a dans certains cas un pays à deux vitesses.

Mais de là à écarter tous les points dangereux d’un programme, à l’échelle Française, Européenne et Mondiale?

Je suis d’avis que chacun a son opinion et que chaque opinion est respectable. Tant que cette opinion respecte celle des autres. Et je n’ai pas le sentiment que c’est ce qui se passe la plupart du temps. J’entends plus souvent des critiques violentes que des débats enrichissants. Je vois davantage de gens se plaindre que de gens essayer à leur niveau de faire bouger les lignes.

A l’étranger, nous sommes réputés pour être de vrais râleurs. Je ne sais même pas si nous nous rendons compte de notre chance de vivre en France. J’ai conscience que celle-ci est biaisée pour certains mais ce n’est pas chez les plus concernés que ça gueule en général. Alors qu’ils auraient toutes les raisons pour dénoncer les abus dont ils sont victimes.

Je n’ai pas d’idées tranchées mais j’ai des idéaux. Et les miens englobent l’humain dans sa diversité. Ca en dérangera sûrement certains, mais comme j’ai la chance de vivre dans un pays où l’expression est encore libre (même si je trouve qu’elle recule parfois dangereusement!), je peux rappeler que les extrêmes, de droite ou de gauche, ont commis et commettent encore les pires crimes contre l’Homme. Et que le pouvoir d’achat à mon humble avis ne fait pas le poids face à cette menace réelle, même si édulcorée par un discours qui se veut fédérateur, mais qui ne sert que des intérêts égotiques.

Pour terminer sur une note humoristique, je vous laisse avec Frédéric Fromet qui m’a bien fait rire – quand même! Il fallait oser…

Posted in Carnets de route

Overdose – Bis

Crédit Photo @mariekleber37

En Septembre l’année dernière j’exprimais déjà mon ras le bol sur le sujet, ICI.

Et je dois dire que depuis j’oscille entre « ça me fait du bien » et « ça m’exaspère ». Oui je n’en peux plus de toutes ces questions – pas les simples type « qui suis-je, où vais-je ? » – mais bien celles qui me demandent si « je sais dire non » ou « quelles sont mes masques, mes scénarios de vie, mes croyances limitantes », celles qui me demandent sans cesse d’aller creuser, d’aller piocher dans mes expériences, confronter mes peurs, nourrir mon enfant intérieur, identifier mes blessures, libérer mes émotions, nommer mes besoins, changer mes pensées.

Je n’en peux plus des injonctions de ce monde, de la colère des uns, de la folie des autres, des mots acerbes lus, entendus. Ni d’un côté, ni de l’autre, je ne me retrouve que dans cette appréciation de la beauté, dans cette illumination naïve, dans ce courant loin de tout qui s’exclue sans le vouloir, juste pour s’épargner le malaise qui inexorablement pointe son nez.

L’overdose, une fois de plus, overdose de bons sentiments dilués sous couvert d’une spiritualité sacrée, bons sentiments qui ne sont que des mirages auxquels nous tentons de nous accrocher pour suivre la foule qui scande avec foi son adhésion à la vie.
Quelle vie ?
Nous n’en avons sûrement pas la même définition.

Je suis peut-être bien arrivée au bout de cette quête qui m’a promis monts et merveilles et qui me semble bien fade à l’heure actuelle. Je suis peut-être même revenue là où j’étais il y a longtemps, avant de vouloir comprendre pourquoi j’étais là, pourquoi j’étais moi en quelque sorte. Il faut parfois des chemins de traverses pour saisir son essentiel.
Je crois que le mien est loin de tout ce qui se fait aujourd’hui. Il est peut-être même à contre-courant mais qu’importe puisque je n’ai jamais vraiment été dans le courant. Ce besoin d’appartenance c’est quand on a 15 ans. A 41, il est temps pour moi d’accepter de ne pas adhérer.
Ça ne change pas la donne mais ça a certainement le pouvoir de modifier ma façon d’être au Monde…

Posted in Carnets de route

Pourquoi j’ai arrêté ma formation de thérapeute?

Photo by SHVETS production on Pexels.com

On me demande souvent pourquoi j’ai arrêté à mi-chemin ma formation de thérapeute. Il y avait la notion “temps” bien sûr, pas évident de tout conjuguer tout en gardant une harmonie et un équilibre, tant au niveau professionnel que personnel.

Mais il y a autre chose. Le bien-être est au cœur de bon nombre de débats en ce moment. On peut même dire qu’il est le cœur de nos modes de vie. On entend parler à outrance du bonheur, du développement personnel, de l’affirmation de soi et j’en passe.

J’ai aimé apprendre, j’ai trouvé cette formation enrichissante à bien des égards, à raison de deux jours tous les trois mois. A chaque regroupement, j’avais le sentiment de mieux comprendre certains concepts clés, nous faisions pas mal de mises en situation ce qui apportait un plus. Oui mais…

Oui mais, ne confondons pas tout. Une formation en 5 weekend de 3 jours et 4 semaines de 5 jours, même avec beaucoup de travail personnel, ça ne permet pas d’aller dans le monde et de prétendre pouvoir aider, accompagner les autres. De nombreuses professions aujourd’hui ne sont pas réglementées, on trouve de tout dans le milieu du soutien “psychologique”, de l’éveilleuse de conscience au chamane cosmique, de la nettoyeuse d’âme à l’art-thérapeute plurielle holistique, de la business prêtresse à la révélatrice d’amour sacré.

Toutes ces personnes croient en ce qu’elles font et c’est très bien. Mais derrière tout ça il y a certes des personnes avec des problématiques assez simples allant de la confiance en soi à la peur du changement. Et puis il y a des personnes en souffrance profonde, avec des traumatismes lourds, des histoires de vie complexes. Et là, pour moi il y a un vrai risque. Et même d’ailleurs des problématiques ordinaires, il peut y avoir des choses moins sympa.

Une bonne capacité d’écoute et une empathie développée sont des qualités importantes mais elles ne sont pas suffisantes pour en faire un métier. Je sais que beaucoup de personnes dans le milieu holistique notamment remettent en question la médecine plus traditionnelle. Mais ne comparons pas un psychologue ou un psychanalyste qui a une formation solide à un thérapeute qui s’est formé uniquement en ligne par exemple.

Je ne dis pas que les thérapies holistiques sont mauvaises, loin de là, mais elles ont leurs limites. C’est un leurre de penser qu’une séance de fleur de Bach, de visualisation, de bols tibétains va venir à bout d’un deuil, d’un traumatisme de l’enfance, de la maladie, de phobies. J’en vois des gens autour de moi qui claquent des fortunes pour des programmes qui leur promettent de dire adieu à leurs peurs et de vivre enfin la vie qu’ils/elles désirent!

Donc voilà la deuxième raison. Je ne me suis pas retrouvée dans cette dynamique. Pour les autres ça avait leur de coller. D’ailleurs l’école fait carton plein. Les gens payent environ 8000€ pour se former et plusieurs personnes de ma promotion se sont lancées à leur compte!

Vous aussi vous trouvez que ça part un peu dans tous les sens ces nouveaux métiers? Vous iriez facilement voir quelqu’un qui s’est formé en quelques heures seulement?

Posted in Humeurs d'Auteur

Persévérer ou Lâcher?

Photo by Suzy Hazelwood on Pexels.com

C’est une question que je me pose assez régulièrement, à chaque fois que je reçois un courrier de refus, un retour négatif sur un texte, un manuscrit envoyé. Mon écriture est-elle si médiocre? C’est possible. J’ai conscience de mes limites…

Je sais, vous allez me dire qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Vous aurez raison. Mais alors, à quoi bon continuer dans une voie, dans un chemin qui ne semble pas être le bon? Pourquoi continuer à se prendre des claques quand d’autres semblent trouver chaussure à leur pied?

Persévérer n’est pas toujours la meilleure option. Peut-être qu’il est temps de raccrocher, de lâcher les rêves, de laisser les mots dessiner des histoires pour le simple plaisir que cet acte procure, sans chercher plus loin.

Et si lâcher était la sagesse? Et si finalement on laissait le rêve au monde de l’enfance, il est beau là dans son joli cocon, avec ses pétales de rose et ses lumières.

J’ai persévéré, j’ai encaissé les mots durs, les retours, les silences, les “non” à répétition. L’investissement est tel que j’avais quelques espérances, bien entendu, qui n’en a pas! J’ai aussi été portée par vos mots, vos retours, vos encouragements. Je me demande quand même parfois – sans vous offenser – si ils ne manquent pas quelque part d’objectivité! Un tout petit peu…

Je ne sais pas si persévérer, ce n’est pas au final quelque chose qui m’appauvrit, si ce n’est pas une manière de me bercer d’illusions. Alors je pense de plus en plus à laisser mon rêve s’envoler. Après tout, il a eu le mérite d’exister. Et de revenir aux mots sans attente, juste pour la joie, juste pour exprimer ce que le cœur contient, juste pour la magie de la poésie et la beauté du partage.

Posted in Humeurs d'Auteur

Ce qui doit être écrit

Photo by imustbedead on Pexels.com

J’ai débuté la lecture de ce livre conseillé par ma libraire. Il trônait dans la salon depuis dix jours. Il m’appelait de toutes ces forces et je reculais presque le moment de le commencer. Et j’ai plongé dedans, dans le drame et la vie en suspend.

Et je me suis souvenue pourquoi il était si important d’écrire, sur les silences et les failles, sur les tabous et les silences, sur toutes ces absences figées. Sur les mains qui font l’enfance éclatée et les doigts qui maquillent les cris. Sur les mères qui blessent et les grands qui trahissent. Sur la mémoire et les blessures, les peurs du noir, les secrets planqués derrière le masque des jours de joie, les secrets calfeutrés, qui pourrissent dans l’obscurité et qui se révèlent et brisent l’éternité.

Ecrire comme un archéologue fouille les viscères de la terre, comme un médecin s’acharne à déceler et anéantir le mal. Aller là où est l’ombre pour au grand jour la mener et la voir se disloquer devant la clarté éblouissante du jour.

Je n’aime pas beaucoup le lisse, je m’en rends compte. Il est souvent mirage, masque, image. Derrière tout s’effondre et se brise. Et les morceaux écorchent les visages, ils s’incrustent là où on pose la poudre, la couleur, là où on croit s’en sortir avec des apparences.

Ecrire tous ces non-dits pour tous ceux en apnée, en survie, tous ceux qui tentent d’esquisser un peu de côté pour un nouveau chemin, un autre destin. Ecrire tous ces mystères qui enflent sous la croute de la terre et qui dans l’abime creusent l’oubli. Ecrire pour les faire exister, au-delà d’un déni, au-delà des fissures qui hurlent. Ecrire pour extraire le pire et dans un demi-souffle redonner à ces êtres en déséquilibre le droit de prendre leur place dans le grand et formidable chaos de l’existence.

Posted in Carnets de route, Variations Littéraires

Le un, le rien, le tout

Credit Photo @mariekleber37

Là où il y a la tristesse, là où d’autres ne voient pas, il y a aussi la possibilité d’une guérison, transformation. Les chemins des uns ne sont pas ceux des autres. Les verres que nous portons, consciemment ou non, filtrent la lumière et les ombres. De vérité, il n’y en a aucune, sinon la mienne. Ou la tienne. Celle de chacun et celle de personne.

Là où il y a la tristesse, il y a aussi la joie, celle des jours de liesses et des plaisirs tous simples. Et pour qui ne connait pas les larmes, alors comment nommer les éclats de rire?

On ne s’échappe pas de la vie, on choisit parfois de prendre une porte dérobée, en pensant que par là, on évitera les creux, les ronces et tout ce qui pourrait ralentir notre marche. Mais alors on évite aussi les fleurs et les bosquets, les aurores aux allures de début du monde.

Là où il y a le chagrin, ce petit vague à l’âme qui transporte avec lui son lot de deuils et de doutes, il y a aussi le possible, le phare qui illumine la nuit, la chaleur d’un souffle ami, le tremblement de nos lèvres assoupies.

Vivons alors le tout, ce grand chaos en mouvement, cet équilibre précaire relié à l’éphémère de toute chose et même de l’être. Pour s’enivrer d’une main qui se pose et d’un regard qui nous frôle, il faut pouvoir accueillir ce qui nous déstabilise et ce qui nous euphorise. Un monde de l’un sans un monde de l’autre est un monde sans définition, un monde neutre où les plus belles émotions se retrouvent étiquetées.

Vivons ce qui vient et ce qui passe, dans un rythme qui nous glace ou nous soutient. Laissons l’instant être ce qu’il est pour puiser dans son étreinte l’essence de ce qui nous rend humains!

Posted in Carnets de route

Ma sensibilité +++

Photo by Jill Burrow on Pexels.com

Il faut savoir que je déteste le terme Hypersensible.
Hyper ça me fait penser aux Hypermarchés, ces magasins à taille inhumaine.
D’ailleurs Hyper ça exprime l’excès, le trop. Et moi, le trop, je l’ai tellement entendu que ça ne passe plus.
Trop sensible
Trop gentille
Trop timide
Trop réservée
Trop idéaliste
Trop rêveuse
Trop calme
Trop susceptible

Je pense que vous avez compris !
Je lui préfère Supersensible. Comme Superhéros. C’est quand même plus vendeur et ça fait moins penser à quelque chose de pas « normal », pas dans l’ordre des choses. Comme si il y avait un ordre des choses, mais bon là on part sur une autre discussion et ce n’est pas le but de cet article !

Sur le sujet, vous pouvez aller lire l’excellent article de Nina ICI. Il y a autant de supersensibles qu’il y a de couleurs dans l’univers !

La super émotivité : les montagnes russes en quelque sorte. C’est sûrement le plus dur pour moi à accueillir et à vivre. Je peux passer du rire aux larmes en 30 secondes chrono, je vis un mix d’émotions variées en peu de temps. Je suis à fleur de peau sans cesse, même si ça ne se voit pas le plus souvent. Je suis un peu comme le temps Irlandais !

La super empathie : c’est le plus difficile à expliquer, je crois que mes écrits parlent pour moi. Je ressens ce que les autres vivent, comme si je le vivais moi-même. Pendant des années ça a été extrêmement douloureux, je portais une souffrance qui n’était pas la mienne, pour rien. Et puis les mots sont arrivés et ils m’ont permis de libérer ces ressentis intérieurs.

La super sensibilité au bruit : je déteste les « tic-tac » , les portes qui claquent, les chamailleries d’enfants, les chats qui miaulent pendant des heures, les gens qui mâchouillent – je peux chercher pendant 1h la source d’un bruit qui me gêne – j’entends le chant des oiseaux même au milieu des travaux…

La super sensibilité au toucher : je fuis tout type d’étiquette sur les vêtements, les matières qui me dérangent – un frôlement et tous mes sens sont en éveil – je sursaute si on me touche par surprise – les chatouilles me font bondir – je suis très très tactile…

Et dans le désordre : j’ai les centres commerciaux en horreur, la foule, la chaleur, au bout d’un moment je vacille – je ne peux pas entendre parler d’une opération au risque de faire un malaise – je n’ai donc jamais participer de A à Z à un cours de biologie – je ne supporte pas les parfumeries, toutes ces odeurs me donnent la nausée, je pleure facilement même pour rien, les aurevoirs me submergent, j’ai besoin de temps sans bruit et sans lumière pour me ressourcer…

Pendant longtemps je n’ai pas saisi l’ampleur de ma sensibilité, tout simplement parce que je me suis toujours adaptée à mon environnement. Je savais que j’étais sensible mais pas plus que ça. On va dire que je passais plus souvent pour l’empêcheuse de tourner en rond, la susceptible, l’enfant difficile à cerner, à comprendre.
Il faut savoir que chez les supersensibles, le besoin d’être aimé et apprécié est quelque chose de fondamental. Donc autant se fondre dans la masse plutôt que d’assumer son « étrangeté » dans une société qui aime que les choses soient le plus lisse possible.

Entre le « trop » ou « pas assez », pas toujours aisé de trouver sa place, son équilibre.
Pourtant acceptons le, nous sommes tous spéciaux, uniques, particuliers. A nous de transformer ce que les autres voient parfois, souvent, comme un handicap, une faiblesse. A nous d’apprendre à nous aimer pour en tirer le meilleur.
Ma sensibilité est ce qui me permet d’entrer en contact avec le monde et pour moi c’est un des plus beaux cadeaux ! (même si parfois encore j’aimerai l’être moins!)

Réédition d’un article écrit en 2021

Posted in Carnets de route

Les derniers jours de 2021…

2021 touche à sa fin, vraiment. Ces derniers jours ont été quelque peu chahutés avec ce fichu virus qui s’est invité à la maison et nous a mis bien KO. Pour ma part, je m’en remets tout juste, je peux enfin faire deux pas sans avoir l’impression d’avoir couru un marathon. Et à part une nuit où j’ai cru ma dernière heure arrivée, j’enchaine 10 heures de sommeil sans la moindre coupure. Et puis comme on ne fait jamais les choses à moitié chez nous, sinon c’est pas drôle, le virus s’est pointé avec un tsunami d’émotions variées, certaines que j’ai pu nommer et d’autres qui sont parties dans les limbes des maux posés sur le papier.

Le cocktail “mental et hypersensibilité” ne brille pas par sa saveur irrésistible. On se saoule vite! Ces jours avec moi-même m’ont toutefois permis de faire une pause, pour regarder dans le rétroviseur, revenir sur les 12 mois de cette année, apprivoiser ma solitude, prendre soin de moi, aller à mon rythme, sans m’imposer quoi que ce soit. Encore moins d’être performante dans quoi que ce soit.

2021, une année variée, faite comme toutes les années de hauts et de bas, une année de points d’interrogation, de limitations mise en lumière, d’acceptation de moi dans toutes mes contradictions. Beaucoup de larmes pour venir à bout de ce qui me retenait et beaucoup de retours en arrière pour aller creuser là où le mal avait fait son lit depuis si longtemps. Retrouver l’enfant et l’apaiser pour pouvoir prendre ma place de maman, surtout.

Devenir maman a pris tout son sens en 2021, oser dire “non”, aimer en posant des limites, trouver un nouveau rythme ensemble. Ce chemin est plein de pierres et de fleurs. C’est une route qui se trace au jour le jour, sur laquelle je nous sais complices souvent et en opposition tout autant, sévèrement parfois. Nous avons appris à nous dire les choses, celles qui fâchent et celles qui font du bien. En cette fin d’année j’ai choisi de dire la vérité, que ce n’est pas simple de cheminer seule, de devoir faire avec cette troisième place vide, de ne pouvoir compter que sur moi-même et de me sentir bien impuissante à certains moments. Ca n’enlève rien aux jours de joie et à la chance d’être la maman d’un petit garçon au coeur si tendre!

Une année sous le signe de l’amitié, revoir les personnes qui comptent, rencontrer de nouvelles amies, découvrir ensemble, grandir, s’écouter, se motiver, s’émouvoir. Et sous le signe de la famille aussi, après des années d’errances, de non-dits, de blessures qui avaient mal cicatrisées. Retrouver le lien, loin d’un passé révolu.

Ce passé qui est venu jouer avec mes fondations, dans lequel j’ai cru me perdre à nouveau et face auquel je me suis choisie finalement. Me protéger avant toute chose. Et cracher ma colère, lâcher tout ce que j’avais retenu parce que ça ne se fait pas de détester quelqu’un. Ouvrir les vannes pour revenir à la vie, une fois de plus. Et accepter aussi que cette histoire (moche) fait partie de mon histoire.

2021 où l’année de la créativité, avec le Cercle des Muses, la reprise de la danse, la découverte du Yoga et de sa philosophie, le Tarot, l’Astrologie, et la poésie, qui a fait son grand retour dans ma vie. De la couleur, encore de la couleur.

Cette année aura aussi été marquée par une prise de poste, de nouveaux collègues et une confiance renouvelée. Ne plus passer des jours entiers à me demander à quoi je sers m’a libérée d’un poids. Je n’ai pas pour autant abandonner mes envies d’ailleurs mais je sais aujourd’hui que mon choix de sécurité est le plus juste pour nous deux.

Je pense que 2021 aura été l’année la plus “montagnes russes” au niveau sentimental. J’ai conscience que je ne me suis peut-être pas assez investie, que je me suis laissée happer par mes résistances, que j’ai préféré la fuite plutôt que d’affronter mes démons, qu’entre coeur et raison, ça a pas mal balancé! J’ai pris le parti de la patience, il y a eu de beaux moments, de l’écoute, du partage. Juste pas assez. Un jour viendra où il faudra sérieusement se pencher sur ma relation à l’amour, à l’engagement, au couple. Ce moment n’est pas encore venu – gardons en pour la suite!!

Avant de partir, merci à chacun et chacune d’entre vous, pour votre présence si touchante, si vivante, pour chacun de vos mots déposés ici. Vous lire c’est de la pure magie à chaque fois. Merci de m’écouter, de me comprendre entre les lignes, de me motiver à aller plus loin, toujours. Je vous souhaite une très belle fin d’année 2021 et je vous dis à très vite.

Sinon vous, votre bilan, ça donne quoi?