Tag: Réflexions sur la vie

Ça se passe de commentaires!

Ça se passe de commentaires
Cette liste de travers
Ces mots parachutés
Sur le pavé mouillé

Des ombres humaines déambulent
Quand les influenceurs véhiculent
Des idées toutes faites
Dans nos jolies petites têtes

Ça se passe de commentaires
Ces certitudes à l’envers
Que les exploiteurs sont les sages
Les exploités, ça dégage

L’insipide café du lundi matin
Nous prend gentiment par la main
Un modèle de plus à honorer
Une énième obligation à respecter

Dans la bousculade des jours d’affluence
On oublie la douce harmonie des dimanches
Ces jours de folie singulière
Dans lesquels, joyeusement, on se perd

Ça se passe de commentaires
Le bonheur que l’on serre
Comme des saltimbanques épris de liberté
On ne les laissera pas nous modeler!

Ce texte est ma participation à l’atelier d’écriture d’Olivia. Les mots imposés étaient: influenceur – modeler – insipide – saltimbanque – ombre – harmonie – bousculade – mouiller – se perdre – exploiteur – certitude – folie

J’ai rêvé de ce Noël…

J’ai rêvé de ce Noël  sans cadeau et de ce cadeau précieux, celui d’être en vie, celui d’être ensemble. Ou alors juste pour les petits, juste pour leurs yeux qui pétillent sans en faire des tonnes. Certains ont déjà tant.

J’ai rêvé de ce Noël. Résister à l’avalanche de présents. Qui dureront le temps d’un déjeuner de soleil. Si vous avez un jour tout perdu ou tout laisser derrière vous, vous savez combien le matériel est éphémère.

J’ai rêvé de ce Noël, cette communion, que tout l’argent des uns puisse garantir aux autres un peu plus de légèreté, un peu plus que le quotidien.

Noël me fait cet effet là depuis quelques années, ce trop qui sans cesse me bouscule. Je perds pied à chaque fois devant cette course aux cadeaux, cette frénésie d’achat(s). La magie cède la place à la conscience que pour certains, la magie est un espoir vain. J’ai mal au cœur. Je suis fatiguée de l’opulence.

Certains diront que donner ne change rien, que c’est à ceux qui ont le pouvoir, d’œuvrer. Et s’ils ne le font pas, devons-nous cautionner? Devons-nous fermer les yeux? Devons-nous regarder la misère creuser son lit en restant indifférents?
Et si chacun faisait un peu, donnait un peu? Et si chacun faisait un pas vers l’autre?
Et si tout commençait par nous?

Mon mal être certain. Je ne veux pas le voir. Je le combats et pourtant la fatigue me rattrape. Lasse, je fais comme tout le monde, je ne lutte pas, je m’assieds sur mes rêves. Au pied du sapin il y aura des cadeaux. Certains plairont, d’autres moins.
Et dire qu’il y en a tant qui n’auront rien. Pas même et surtout, la chance d’être ensemble, un repas sain, une nuit à l’abri, un peu de paix au creux du chaos quotidien.
Et dire que Noël célèbre la venue d’un saint qui nous invite à nous dépouiller, à tendre la main…

Écouter l’autre, oui mais l’écouter vraiment

Crédit Pixabay

Il y aura toujours pire, il y aura toujours mieux. Selon nos propres critères. Aucune situation n’est idéale. Aucune souffrance n’est moins importante qu’une autre. Puisque tout part de nous, de notre ressenti. Ce qui est banal pour moi sera terrible pour quelqu’un d’autre. Et ce qui est dramatique pour quelqu’un passera peut-être comme une lettre à la poste pour moi.

C’est pourquoi quand quelqu’un nous parle, évitons de lui sortir des banalités comme “oui mais toi tu as de la chance” ou “tu es dans une position plus confortable que la mienne”. Quand qu’une personne nous parle, elle a besoin d’écoute tout simplement, pas de savoir que la vie de l’autre est plus compliquée que la sienne – il y a fort à parier qu’elle le sait déjà. Elle a juste besoin de vider son sac, de dire ce qui pèse, ce qu’elle supporte mal, ce qui la touche, ce qui la fait vaciller.

Dans mon quotidien de maman solo, j’entends souvent “tu as de la chance tu as tes parents”, “tu as de la chance tu n’en as qu’un” ou encore “oui mais toi tu gagnes bien ta vie”. Donc en gros “ferme là”.
Comme si moi je disais à un autre parent “oui mais toi tu t’entends bien avec la mère/le père de tes enfants”, “oui mais toi tu as un weekend, voir une semaine de libre et tu peux te reposer un peu” ou encore “oui mais toi tu as tout une tribu autour de toi”.

Qu’est-ce que j’en sais après tout si c’est une chance pour cette personne de si bien s’entendre avec son ex, d’avoir une semaine sans ses enfants, d’en avoir plusieurs parce que, à ce qu’il parait, ils peuvent jouer ensemble!

J’ai certes plus de billes que d’autres, mais pas toutes. Et personne ne les a toutes d’ailleurs. Notre seul point commun, c’est d’élever seul(e)s nos enfants et rien que ça, ça devrait nous unir, non, au lieu de nous séparer, comme si il y avait un podium, une première place pour celle ou celui qui en souffre le plus.

Je l’ai déjà dit ici et je ne m’en cache pas, la maternité est ma plus grand joie et ma plus grande souffrance. Je n’ai pas besoin d’entendre que j’ai de la chance à tout bout de champ. Primo, parce que je le sais et secundo parce que ça ne fait pas tout. Comme tous les parents qui élèvent leurs enfants seuls, une fois la porte fermée, je n’ai pas de relais, je gère tout en essayant de garder le sourire, je me sens seule, nulle face à moi même, je craque, je fais le zouave, je tente de mettre de l’ambiance avec pour seule arme un lecteur de CD!

Quand je lâche les vannes, ce n’est pas pour entendre que j’ai de la chance. Ce n’est pas pour entendre que des femmes vivent avec un salaire deux fois moins important que le mien ou galèrent avec un ex qui leur bouffe toute leur énergie. Si je lâche les vannes c’est parce que j’ai besoin d’une oreille attentive, quelqu’un qui va me dire “je te comprends” même si ça dépasse son stade de compréhension, quelqu’un qui va me dire “je sais que c’est dur”. Ou même qui va juste écouter, rien que ça. Juste être là. Parce qu’à cet instant là je n’ai pas besoin de solution, pas besoin d’avis, pas besoin qu’on me dise qu’il faut être fort ou qu’il faut penser qu’il y a pire. Je le sais, je ne vis pas sur ma planète, je vois la misère, je vois les drames, je vois le chaos, je vois les gens qui luttent, je vois ceux qui se battent. Je vois tout ça, je sais. Mais ça ne change rien à ce que je ressens à l’instant où je déverse mes maux sur la toile du monde.

Allez, promettez moi une chose, la prochaine fois que quelqu’un vous livrera ce qui le trouble, ne pensez pas à vous, ne pensez pas que son chagrin, comparé au votre, comparé au reste, ne vaut rien. Ouvrez votre cœur, vos oreilles et ainsi dites lui que vous êtes là, attentif et qu’auprès de vous, juste le temps d’une confidence, il ne lui arrivera rien!

Le vide après le plein

Je n’aime pas.
Le vide après le plein.
La bouteille de vin à demi entamée sur la table endimanchée
Les miettes des brioches du petit déjeuner
Qui restent là quand tout le monde est parti
Quand il ne reste que moi
Et le silence après le souvenir de ces instants bénis

Je n’aime pas
Explorer puis devoir attendre
La prochaine fois pour gouter ta peau
Nos sens en émois
La découverte de nos corps
Et le jour qui m’étreint loin de toi

Je n’aime pas
Ces questions que je pose
Comme des points de suspension dans l’air
Parler surtout pour que rien ne s’oxyde
Parler par anticipation du vide

Je n’aime pas
Les dernières minutes qui ne durent pas assez
Le claquement qui résonne pour nous dire d’abréger
Et déjà les soubresauts de mon cœur

J’irais acheter du chocolat pour compenser
Un canard qui parlera de l’attente
Comme d’une madeleine à savourer

Je n’aime pas
Savoir que non loin du Finistère
L’amitié pleure l’enfant qui ne viendra pas

Dans la chaleur de tes bras
Je me suis laissée guider vers l’extase
J’ai oublié le monde et ses drames
Le plein avant le vide
C’est comme ça

Ce texte est ma participation à l’atelier d’Olivia. Les mots imposés étaient: Finistère (facultatif, en principe pas de nom propre) – canard – oxyder – bouteille – claquement – brioches – souvenir – explorer – découverte. J’étais partie sur un texte moins personnel puis j’ai changé de cap en cours de route.