Posted in Carnets de route

Nouvelles injonctions: Arrêtons le massacre!

Avertissement: Dans ce texte je vas partager mes états d’âme du moment. Si vous n’avez pas envie de les écouter, passer votre tour. Ca évitera les commentaires du style “mieux vaut voir le verre à moitié plein” ou “il y a un truc derrière ton émotion”. Je vais être franche je m’en contrefous royalement, là, maintenant, j’ai juste envie de dire ce que j’ai à dire. Point barre.

En relisant le commentaire de Mijo sur mon article Regarder les gens couler je me suis rendue compte que la tendance actuelle nous collait sur le dos de nouvelles injonctions, en lieu et place de celles dont nous tentons de venir à bout. Nous sommes passés du “sois fort”, “pense aux autres” ou “fais plaisir”, au “ose”, “pose tes limites”, “sois authentique” ou “prends soin de tes émotions”.

Dans cette course au perfectionnement de soi, nous sommes semblables à des robots. Nous sommes tous appelés à lâcher nos masques, à sortir de notre zone de confort, à vivre nos émotions, à vivre l’instant présent. Quand aucune de nos vies ne se ressemble. Nous sommes lobotomisés avec toutes ces théories du bien-être qui nous inculquent la recette magique pour une vie qui a du sens. Au final rien ne fait sens.

Les psychologues – les vrais, ceux qui ont fait des études en ce sens, et non ceux qui se sont improvisés thérapeutes en trois semaines de formation intensive – sont unanimes, la France est en grande souffrance. Et pourtant nous vivons dans un monde où le bonheur fait la une des étagères des librairies.

En vérité, toutes ces phrases sont des bombes, toutes ces citations positives sont d’une violence sans nom. Elles génèrent culpabilité et mal être. Elles imposent une manière de voir et d’être qui met de côté le psychisme humain. A les croire, nous serions créateurs de notre réalité. Imaginez vous dire ça à un enfant victime de sévices. Ca remet sacrément les idées en place, non?

Sans compter que nous devenons, à force, tous des moutons alors même que l’industrie du développement personnel nous promet des techniques pour devenir nous-mêmes! La bonne blague!

Dans notre monde, il n’y a plus de place pour le dépassement de soi, pour l’émotion pure avec laquelle nous tentons de composer, il n’y a plus de place pour les maux qui nous bousculent, il n’y a d’ailleurs plus que nos thérapeutes pour nous écouter, sans nous rabâcher que tout est cycle et que tout passe, qu’on tire toujours du positif de nos expériences traumatisantes, qu’il faut R-E-L-A-T-I-V-I-S-E-R.

Imaginez quelqu’un qui ne sait pas nager, à qui on demande de sauter du plongeoir. C’est incohérent et dangereux. C’est la même chose pour la zone de confort ou tout autre “ose” en début de phrase, sans accompagnement thérapeutique, c’est suicidaire. Mais aujourd’hui on veut nous faire croire que c’est notre unique salut, que nous en sommes tous capables, qu’il suffit de le vouloir. A croire que si nous échouons, nous sommes des ratés. Quoi de mieux pour aller plus mal!

Je suis fatiguée de tout ce que j’entends, de tout ce qui me / nous tire vers le bas. Je suis fatiguée des personnes qui ont toutes les réponses, qui croient détenir l’ultime vérité (tout en te disant qu’il n’y en a pas), je suis fatiguée d’entendre les mêmes mots tout le temps (notamment le” ça va?” qui m’horrifie et que je me surprends moi même à prononcer parfois) , je suis fatiguée de tout ce qu’on nous demande d’être sans cesse, jusqu’à ce qu’on s’écroule parce que ça ne nous correspond pas, je suis fatiguée des masques qu’on ôte pour en remettre d’autres (en pensant qu’on n’en porte plus).

Voilà je suis fatiguée de toute cette pression à créer une meilleure version de nous-mêmes tout en acceptant nos fragilités, en dépassant nos peurs, en accueillant nos émotions, en osant dire stop, en étant empathique (sans porter les problèmes des autres), en prenant soin de nous (sans sombrer dans l’égoïsme). Et tout ça en gérant harmonieusement notre boulot, notre budget, notre vie privée, notre vie de famille, en faisant du sport et du bénévolat, en étant positif et en ne laissant pas la morosité ambiante nous atteindre…

Pas étonnant alors que nous soyons tous à plat, complètement paumés et à la limite de l’asphyxie!

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

9 thoughts on “Nouvelles injonctions: Arrêtons le massacre!

  1. Hello Marie,

    Alors par quoi commencer ? Déjà, je suis contente car dans mon Taroscope j’avais annoncé qu’on allait oser dire nos vérités ah ah je fais du l’humour mais pourtant…

    Et plus sérieusement, je me sens visée à juste titre, il suffit d’écouter mes vidéos. Pourtant je suis prudente dans mes dires, j’essaie de peser mes mots, j’explique que je ne suis pas thérapeute, que certains maux/trauma sont à prendre au sérieux avec des professionnels… J’explique que sortir de nos zones de confort ce n’est pas se mettre en danger, j’explique que dépasser certaines peurs c’est possible mais qu’il ne faut pas confondre peur et trauma : un trauma ” ne se dépasse pas comme ça sur un claquement de doigt et ça peut même être pire “..

    J’invite souvent à oser être soi mais oser être soi, pour moi c’est s’écouter. Et puis on ne peut pas être pleinement soi tout le temps. L’exemple dont nous avions parlé : on ne se comporte pas au travail comme on se comporterait en intimité…

    Tes mots sont les bienvenus pour m’interroger encore et encore sur mon positionnement en quelque sorte, ou en tout cas, sur tout ce que je partage à ma communauté.

    Plein de bisous Marie et merci pour toutes ces réflexions qui sont essentielles.

    Liked by 1 person

  2. J’aime ton coup de gueule Marie, il faut parfois en effet se jeter à l’eau et dire ce qui nous hérisse. Je me souviens du début de “je veux dire” ou “en même temps”, etc… ces expressions qui vient souvent nous viennent d’ailleurs du cinoche où les acteurs et actrices ont le chic pour trouver des phrases toutes faites et totalement vides d’intérêt. Alors je te dis bravo et je te suis, moi aussi je suis lasse des “injonctions” à la mode.

    Liked by 1 person

  3. Fatiguée, voilà un mot qui a tout son sens. Je le suis aussi. Je me suis cachée derrière le fait d’avoir eu le covid pour l’expliquer. Mais en lisant tes mots, je réalise que je suis face à la même fatigue que toi. Fatiguée de ces personnes qui me parlent sans faire attention à ce qu’elles disent vraiment. Fatiguée de devoir toujours être au top parce que sinon, tu te laisses aller ? Fatiguée de devoir faire semblant que tout va bien alors que ce n’est pas le cas… Alors oui, je suis aussi épuisée par les injonctions de ce monde que tu l’es. Merci d’en avoir parler. Je me sens moins seule sur ma planète du : non, le monde ne va pas si bien que ça. Belle journée à toi et à bientôt 😘

    Liked by 1 person

  4. JE ressens la même chose trop souvent.
    Dans ma lutte personnelle pour me sentir libre, j’entends à longueur de temps des injonctions qui ne servent à rien. Parce que chacun à son nœud, sa pierre et qu’il faut que chacun trouve comment faire. Il n’y a pas de recette, pas de timing. Il y a juste nous, sur notre chemin de vie qui est encore unique.

    Liked by 1 person

  5. J’aime bien certaines citations positives mais davantage celles qui analysent que celles qui imposent. Je pense à “le pessimisme est d’humeur, l’optimisme est de volonté” (j’ai oublié l’auteur) parce qu’au final on ne t’impose pas d’être optimiste : on te propose une explication de comment ça marche. Tu peux choisir de dire “oui, c’est vrai, je vais essayer d’être optimiste” ou au contraire “c’est des conneries”.

    Effectivement, il y a beaucoup d’injonctions. Des coach qui naissent un peu partout pour te montrer la voie… avec une nouvelle méthode encore mieux, plus rapide, plus efficace… Je me souviens, il y a une dizaine d’années, quand Hellocoton existait encore, il y avait déjà ce débat mais autour des blogs des grosses influenceuses qui étaient parfaites, avec leur maison parfaite, leurs enfants qui faisaient jamais de bêtises, etc. Là, ça passe par d’autres gens, mais on veut quand même nous montrer quelque chose de parfait.
    Je crois que les gens sont tellement mal dans leur peau qu’ils cherchent à tout prix à aller mieux et comme ils ne peuvent pas changer le monde on les encourage et se changer eux… et ça va trop loin, dans notre époque de l’excès. (Car après tout, vaincre ses défauts et développer ses qualités, c’est bien humain, à l’origine. Mais là, ça va trop loin…)

    Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.