Clap de fin: Sur le chemin…

Une histoire s’écrit chaque jour entre le monde et nous, entre nos histoires communes. Histoires de cœur, de corps. Histoires de peaux, de rêves. Histoires d’amour ou d’amitié.

Chaque jour donne un sens à notre existence et chaque jour nous demande de dépasser blessures et regrets. Chaque jour, nous avançons sur le chemin, parfois pavé, parfois de traverse. Nous posons un pied après l’autre, le pas tantôt sûr, tantôt incertain. Nous regardons parfois en arrière, histoire de nous rassurer. Le chemin est tortueux, couvert de ronces et de racines. Il faut mieux continuer, aller de l’avant, poser les yeux sur la pointe de la montagne plutôt que de redescendre en chute libre. Chaque jour nous espérons en des lendemains plus cléments, nous regardons la lumière prendre de l’intensité, nos yeux se déshabituent doucement de la pénombre, prennent leurs aises avec la clarté. Chaque jour nous construisons à notre rythme sur des bases de plus en plus solides. Le tout n’est pas de savoir si nous faisons bien. Nous tomberons peut-être encore en chemin. Le tout est d’avancer en direction de notre destin. Et d’y croire avec tout notre cœur et toute notre âme.

Notre histoire c’est d’être vivants. Tout simplement.

Advertisements

Les états d’esprit du vendredi 25.08.2017

Je me suis dit “allez, un petit dernier pour la fin”, la vraie cette fois ci. Ici bien sûr. Je reprends donc le fil des états d’esprits de Zénopia et The Postman. Pour participer, il suffit de recopier et remplir ce formulaire en notant l’heure de début et de fin. Ensuite il ne  vous  reste plus qu’à laisser un petit commentaire et le lien de votre article sur leurs blogs respectifs. Et le tour est joué!

15YDf39RIVc

Heure de début [10:18]

Fatigue : belle et bien présente (c’est normal après avoir enchainé 4 nuits de 5h!)

Humeur : au zénith

Estomac : café

Cond phys : marcher dans Paris, ça compte!

Esprit : en ébullition

Boulot : reprise calme – on a déjà eu droit aux photos de vacances du Boss…

Culture : Elena Ferrante et un ciné ce weekend j’espère

Penser à : rien, juste profiter de ce qui se présente

Avis perso : pourquoi le désir/ plaisir féminin est encore un sujet tabou en 2017?

Loulou : papote au téléphone, aime recevoir mes cartes postales, fait du poney et du vélo sans les petites roues, adore passer le balai, joue aux cartes.

Message perso : je pense à toi, quoi que tu traverses, je suis là.

Amitiés : sont en vacances, préparent la rentrée, me manquent, sont passées me voir pendant les vacances et c’était juste trop bien

Love : il va falloir attendre un peu avant que je vous en parle

Sorties : Chez ma soeur ce soir, Ikea demain

Divers : Il parait que l’amour c’est comme le vélo…

Courses : passage obligé ce weekend

Envie de: marcher pieds nus sous la pluie

Heure de fin [10:31]

Bonne journée à tous et à toutes! La prochaine fois rendez-vous dans mon nouveau “chez moi”!

Je suis venue vous dire…

Les vacances se racontent désormais en souvenirs. Comme chaque été la pause nécessaire m’a offert le recul dont j’avais besoin, m’a donné le temps de regarder la vie s’épanouir, au gré des marées et des tartes aux mûres confectionnées avec la cueillette abondante du matin.

Trois semaines loin d’ici, de vous, loin de ces mots que je retrouve et que je regarde danser sur mon clavier, comme si c’était la première fois. Trois semaines sans se poser de questions. Des vacances libératrices, amicales, salvatrices et peuplées de rires d’enfants, de victoires à savourer, de pieds nus sur le sable, de doigts de pieds chatouillant les coquillages, de balades à cheval, de journées à refaire le monde, d’amour à partager, de sentiments à laisser passer, de robes fleuries, de câlins intenses, de parties de jeux de cartes à n’en plus finir, de repas cuisinés avec amour, de recettes expérimentées, de voiliers à admirer, de glaces à déguster.

Trois semaines pour peaufiner, mettre à jour, déconnecter, s’enivrer de possibles, se sentir “être”, se déclarer “écrivain” sans se voir comme un imposteur, se sentir portée par de nouvelles idées, des projets un peu fous, pour décider puis changer d’avis puis en parler puis changer à nouveau d’avis sur la suite à donner à une histoire.

Je suis venue vous dire que je m’en vais, que d’ici quelques jours vous trouverez porte close, que vous pourrez vous balader au gré de vos envies dans cet espace inhabité, mais encore peuplé de tout ce qui a rendu ces quatre années de partage émouvantes, époustouflantes, passionnantes.

Je suis venue vous dire de ne pas avoir de peine, de ne pas vous lamenter car d’ici quelques jours vous me retrouverez, ailleurs, dans un univers créé rien que pour moi par la talentueuse Aline avec laquelle je travaille depuis près de deux mois sur ce projet de site, tout beau, tout neuf, qui me ressemble davantage, dans lequel j’ai hâte de vous retrouver autour d’un texte, d’un poème ou d’une réflexion sur la vie.

A très vite mes ami(e)s!