Category: Tout un poème

Derrière les maux

Crédit Pixabay

Les fantasmes ne sont que des vertiges
Les vestiges d’un imaginaire fécond
Chacun tient la liberté de les réaliser tous
Comme de n’en réaliser aucun

Ils n’ont pas de nom
Ni de patrie
Ceux que l’on écrit nous sont proches
Ou bien appartiennent à d’autres

Derrière les maux
Elle est une identité que chacun façonne à sa guise
Une femme libre
Qui se souvient…

Un jour la femme s’assume
Puis un jour elle devient un fantôme
Un souffle rauque
Impuissant
Parce que l’homme a pris le pouvoir
Il a posé son regard sur sa liberté
Il l’a jugé comme une invitation
A entrer dans un espace qui n’est pas le sien
À faire de son corps un terrain de jeu
De ses jeux
Un objet
Un objectif
Un jour elle ne dira plus rien
Elle lui donnera ce qu’il attend
Elle sera son fantasme éveillé
Sa poupée malléable à merci
Elle nourrira ses rêves de toute puissance

On peut dire le plein
Mais comment dit on le néant?

Face au corps dénudé libéré
Comment dit on le corps caché entaché par le dégoût?

On peut dire les frissons jouissifs
Mais comment dit on la peur glaçante?

Face au silence
Que reste t’il du consentement?

La violence n’est pas cruelle. Elle est sourde, étouffée. Une violence plus noire que la nuit. Une violence qui piétine puis laisse le corps tomber, sombrer, en apnée.

Il a plaqué son corps contre le sien. Rien. Pas un bruit. Pas un geste. Comme si l’absence de mouvement pouvait la protéger.
Il a remonté sa chemise de nuit. Elle a retenu sa respiration. Il a ouvert ses cuisses sans cérémonie. A t’elle résisté? Peut-être.
Il s’est enfoncé en elle.
Un rite. Passage obligé.
Une routine. Celle de la nuit. Celle du silence. Celle de l’absence.

Un jour la femme renaîtra de ses cendres
Elle ne donnera sa confiance
Qu’à ceux qui sauront respecter sa liberté
Ne remettront pas en question ses limites
Qui aimeront son corps, encenseront son audace, glorifieront son désir
Avec le respect qui est dû à chaque être humain
Tout en sachant que jamais rien ne nous appartient

Page vierge de projet

Crédit Pixabay

Ils ont tous les mêmes questions sur le bout de la langue
Des projets à l’horizon?
Depuis que nous avons choisi de faire un bout de chemin ensemble
Sans savoir où cela nous mènerait
Où cela nous mène

Je n’ai jamais su que répondre aux recruteurs
Où vous voyez-vous dans cinq ou dix ans
J’ai déjà du mal à saisir mon présent
Comment pourrais-je me positionner dans un futur entièrement blanc?

Les promesses c’est beau, ça ne tient pas la route
C’est juste pour la forme, pour les contes des enfants
Et puis promettre quoi?
Pour quand?

Est-ce que les projets ça protège du mauvais temps
Des doutes, des tourments
Est-ce que les projets ça nous couvre éternellement
Est-ce que c’est la contre-partie obligée de l’amour?

Si l’on en a pas, on s’aimerait moins
Moins que ceux qui voyagent ou achètent des maisons
Moins que ceux qui construisent des familles
Moins que les autres donc…

On voudrait bien savoir ce qui se cache derrière l’histoire
Quel secret la conditionne
On voudrait voir à l’intérieur des cœurs
Les irrégularités, les contrastes, quelles blessure se font face
Pour que rien ne s’envisage
Pour que l’agenda de demain soit vierge de plans A, B, C

Il faudrait s’engager sur tout
Tout le temps
C’est plus prudent
Que de vivre chaque jour comme si demain n’existait pas
Juste prendre ce qui se donne
Et puis voilà!

Il faudrait poser des ultimatums
Des “si tu m’aimais”
Sceller des pactes inviolables
Au risque de périr dans les flammes

Mettre en danger l’amour
Pour rentrer dans les cases
Faire des projets pour toujours
Comme tous ceux qui nous blâment
D’un trop original
Pour être honnête

Couleurs de vie

Crédit Pixabay

Une heure accrochée
Décrochée au fil du temps
Qui tel un funambule joue
Avec nos sentiments

On se croyait invincible
Il y a une minute seulement
Et puis la course a reprit
Et filent nos tourments

De silences en cris
On se demande vraiment
Quand est-ce que nous trouverons
Enfin l’apaisement

Au détour d’une rue
A un inattendu croisement
Les mots se posent
Et s’évanouissent les manquements

Nous ne sommes plus le moins
Nous sommes tout simplement
Un mélange aérien
Un chaos permanent

Un sourire revient
Le cœur riche de tant
Et au creux de nos mains
De biens jolis fragments

Le rideau se lève…

bdsm-1973280_960_720 

Le rideau se lève
Et le monde s’enflamme
Au contact d’Ève
Dont le corps se pâme

Entrelacs de dentelle noire
Sur les peaux laiteuses
Le mystère creuse son sillon
Entre alcôves et passion

Elle frissonne
Sa peau entière fredonne
Une mélodie comme une danse
Qui dans une transe, suave
Lui donne un air –  animal

Le rideau se lève
Sur des ombres amazones
Tenant en bouche la virilité
Nymphes en pâmoison
Absorbant le philtre enchanté

Entrelacs de jambes, de mains
De vallées, de courbes, de creux, de bassins
Éblouissement des sens
Sous l’indigo de la nuit dense