Femmes Inspirantes – Marilyne de “Exploser d’Amour”

Bonjour Marilyne,

Bonjour Marie!

  1. Tout d’abord (sans faire dans l’original), peux-tu nous dire qui se cache derrière « Exploser d’Amour » ?

Exploser d’Amour est d’abord une méthode que j’ai développé pour aider les femmes qui sont dans la dépendance affective à s’en sortir et à vivre une vie débordante d’amour ! D’abord l’amour d’elle-même qui leur permettra ensuite d’attirer l’amour dans toutes leurs relations et dans leur vie. Mais cette méthode ne se limite pas qu’aux femmes dans la dépendance affective. Elle peut aussi aider celles qui ne sont pas heureuses en amour, qui se sentent contraintes, qui ne vivent pas une vie et des relations nourrissantes et qui voudraient se sentir plus libre d’être elles-mêmes et créer une vie qui leur corresponde.

Cette méthode, je l’enseigne à mes clientes en consultation. J’ai également lancé un blog du même nom pour diffuser l’état d’esprit de cette méthode et donner de petits conseils pratiques. Et bientôt, cette méthode sera disponible au travers d’un programme en ligne que je compte bientôt lancer.

  1. Quel est ton parcours personnel / professionnel ?

Je viens de Tahiti où j’ai vécu jusqu’à mes 18 ans. Puis comme la plupart des tahitiens de cet âge, je suis partie continuer mes études à l’étranger, après avoir obtenu mon bac. J’ai ainsi passé 6 ans à Paris et 1 an à Londres où j’ai fait des études en finance et j’ai travaillé 1 an et demi au Luxembourg dans un fond d’investissement en tant qu’analyste financier. Puis j’ai démissionné. Le job ne me plaisait plus. Et j’y passais au moins 12h par jour… Et 12h par jour dans un job qui ne vous plaît plus, ce n’est pas facile tous les jours… Je me suis aussi rendue compte que ce n’était pas la direction que je voulais donner à ma vie et que je voulais me sentir plus utile à la Société. Je me suis dit que j’allais partir avant d’avoir beaucoup trop à perdre et de ne plus oser me reconvertir.

Et je suis arrivée au Togo où j’ai travaillé quelques mois dans une association de microfinance qui lutte contre l’exclusion en offrant des services financiers aux plus démunis pour leur permettre de sortir de la pauvreté grâce à leurs activités. Je suis toujours membre de l’association alors n’hésitez pas à nous soutenir par ICI

Grâce à un événement familial, j’ai commencé un travail personnel sur moi assez tôt, bien avant mes 20 ans. Et j’ai toujours été fascinée par ce qu’on peut découvrir sur soi, tout ce qui est caché dans notre subconscient, tout ce qu’on fait sans savoir pourquoi en mode pilotage automatique en pensant que c’est notre personnalité alors qu’il y a simplement une croyance programmée derrière. Alors lorsque je suis partie de mon travail, j’ai eu plus de temps pour moi et j’en ai profité pour me former plus en profondeur. C’est comme ça que pendant 2 ans, j’ai pris plusieurs formations sur les croyances, les émotions, la psychologie positive, la guérison du féminin, la spiritualité, etc. Et c’est comme ça que j’ai vraiment pu me libérer définitivement de la dépendance affective. Et c’est à ce moment-là d’ailleurs que j’ai rencontré mon chéri!

Et c’est fou le sentiment de puissance et de sécurité mélangées que l’on ressent en sortant de la dépendance. On a l’impression de revivre ! Je me sentais tellement bien, et j’avais tellement de gratitude d’en être sortie que j’ai voulu transmettre ce sentiment. En plus, j’avais constaté aussi tout au long de ces années de travail personnel et de formations, qu’il n’y avait pas vraiment de méthode spécialisée pour la dépendance affective qui existait. Donc c’est pour toutes ces raisons que j’ai décidé d’en créer une. Et Exploser d’Amour est née. Cette méthode rassemble vraiment toutes les techniques et une philosophie de vie que j’ai testées et qui ont créé des miracles dans ma vie et m’ont aidé à me libérer de la dépendance.

Aujourd’hui, je transmets cette méthode à mes clientes en consultation. Mais j’aimerais vraiment aider encore plus de femmes à s’en libérer, et c’est la raison pour laquelle je suis en train de créer un programme en ligne pour transmettre cette méthode.

Renaître-300x201

  1. Parle nous des origines de ton blog et de son nom (qui donne littéralement envie d’aimer intensément et de rayonner) ?

Haha, oui, c’était le but. J’ai vraiment voulu retransmettre le sentiment que je ressens de m’être sortie de la dépendance affective. Comme si je m’étais libérée de mes chaînes. Tu sais, le sentiment que l’on ressent lorsqu’on est amoureuse et qu’on veut crier au monde entier que la vie est belle. Ou quand on est tellement heureuse qu’on veut prendre tout le monde dans ses bras pour leur dire qu’on les aime. Ou encore, le sentiment aussi qu’on pourrait soulever des montagnes !

Plus généralement, je crois que le plus gros mal de notre siècle est le manque d’amour et surtout, le manque d’amour de soi. Je crois sincèrement que si chacun s’aimait et s’acceptait de façon inconditionnelle alors le monde serait un endroit beaucoup plus agréable à vivre. Pour moi, quelqu’un qui s’aime est quelqu’un d’heureux qui ne se nuit pas et ne nuit pas aux autres. As-tu déjà vu une personne heureuse aller chercher des histoires aux autres ? Moi, non.

L’Amour fait partie des vibrations les plus élevées que l’on peut ressentir. Et c’est pourquoi l’Amour peut guérir n’importe quelle situation. C’est vraiment LE remède miracle à tous les problèmes. Ça fait un peu bisounours dit comme ça, mais c’est vraiment ma croyance.

D’où le nom Exploser d’Amour.

  1. Quelles idées, valeurs souhaites-tu partager ?

Je souhaite partager l’Amour bien sûr. Mais j’en parle déjà juste avant.

Ensuite j’aimerais vraiment attirer l’attention sur la puissance du Féminin. Pour moi, la puissance du Féminin, c’est une force douce, cachée, qui prend son temps mais qui peut faire des miracles ! Un peu comme l’eau paisible qui peut faire déplacer des montagnes à force d’érosion. Ou on peut encore la comparer à un volcan effusif qui s’écoule sans explosion alors que le volcan explosif symboliserait la puissance masculine. Mais au final, le résultat est le même.

Aujourd’hui dans notre société, beaucoup de femmes essaient de prouver qu’elles sont l’égale de l’homme en voulant démontrer les mêmes compétences et qualités qu’eux. Mais ces qualités sont souvent des qualités masculines. Je suis persuadée que pour être l’égale de l’homme, il faut d’abord réintégrer toute la puissance de notre féminin et changer les croyances collectives qui veulent que la femme soit synonyme de faiblesse (d’où ou à cause de l’expression « Sexe faible »). Et chacune de nous peut apporter sa pierre à l’édifice en révisant ses propres croyances, conscientes mais surtout inconscientes, sur le féminin et l’image de la femme et en choisissant de ne pas nourrir davantage cet égrégore négatif de sexe faible. Par exemple, des qualités associées au féminin comme la douceur, la compassion, l’écoute, la paix, l’harmonie, la fécondité, la sensualité… ne sont pas des faiblesses ou des qualités moins « bonnes ». J’aimerais donc vous inviter, chères lectrices, à réfléchir à ce qu’est pour vous le bonheur et le succès au féminin.

FACEBOOK-BANNER

  1. Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Je suis surtout des femmes car elles m’aident à accepter et à mettre en avant mon côté féminin. Des blogueuses-coach qui m’inspirent particulièrement sont Gaëlle Le Reun qui accompagne les femmes à incarner l’archétype de Marie, c’est-à-dire à accepter les dons que la vie leur a fait et à les mettre au monde, les mettre au service des autres et en particulier des autres femmes, Aurélia Dabon, créatrice de l’Ecole des Femmes Lumière et spécialisée dans la guérison du féminin sacré, ma copine Lyvia Cairo qui aide des personnes à passer de l’autre côté de la peur, c’est-à-dire à avoir le bon état d’esprit pour se reconvertir professionnellement, etc.

J’aime aussi beaucoup David Laroche, un coach, conférencier et ancien timide devenu pro de la confiance en soi. Et bien sûr, il y a les bibles du développement personnel comme Transformez votre vie de Louise Hay, Le Pouvoir du Moment Présent d’Eckart Tollé, etc.

  1. Que signifie « l’Amour » pour toi ?

Pour moi, l’Amour est un mélange de tout plein d’émotions qui dépendent de qui on est, du type d’amour que l’on ressent, de la personne que l’on aime, etc. C’est à la fois, de l’affection, de la tendresse, de la joie, du plaisir, de l’attirance, du désir, de la bienveillance, …

Un peu de tout ça et surtout de la Gratitude. De la Gratitude parce que l’Amour, ça fait du bien. Point. Il n’y a pas de « C’est compliqué, tu sais » ou encore « On s’est rencontré au mauvais moment… ». L’Amour fait du bien sinon ce n’est pas de l’Amour, c’est de l’Attachement. On s’attache à l’autre par peur.

Donc pour moi, la condition principale pour définir l’Amour, le Vrai, c’est la liberté d’être. Aimer veut dire permettre à l’autre d’être lui-même et en étant lui-même, il nous procure ce mélange d’émotions qu’on appelle l’Amour. Si je ne l’accepte pas comme il est, alors ce n’est plus de l’Amour. Et l’inverse est aussi vrai. Je suis aimée lorsque je me sens acceptée, lorsque je me sens libre de me montrer telle que je suis véritablement devant l’autre avec mes qualités mais aussi avec mes points faibles, mes peurs, mes besoins… et que ce vrai Moi rend l’autre heureux.

S’aimer soi-même ou être aimée, c’est comme un geste d’autorisation que l’on reçoit, respectivement de nous-même ou de la personne qui nous aime. Comme si on recevait la permission d’être la personne que l’on est véritablement. L’Amour procure un sentiment de sécurité qui nous dit : « Vas-y. Tu ne risques rien à montrer la vraie Marilyne. Tu seras toujours aimée et acceptée quoi qu’il arrive. Tu peux être toi, sans crainte. »

  1. A ton avis, quel est le principal atout des femmes dans la société du XXIe siècle ?

Elles sont indispensables. On reconnaît de plus en plus leur place. Aujourd’hui, on commence à comprendre qu’une société et une façon de faire à dominance masculine ne sont pas équilibrées et peuvent conduire à la catastrophe. L’énergie masculine se situe surtout dans le mental et donc dans la résistance, le contrôle, la possession. Alors que l’énergie féminine est plus dans le lâcher prise, l’ouverture, la capacité d’Être… Et aujourd’hui, on reconnaît de plus en plus l’importance de l’énergie féminine.

Donc pour moi, l’atout principal des femmes, c’est qu’elles sont plus flexibles et se remettent en question plus facilement. C’est d’abord une qualité indispensable à un travail personnel et spirituel sur soi pour évoluer et accéder à un mieux-être. Mais c’est aussi nécessaire pour questionner les croyances collectives qui nous sont léguées par la société et qui peuvent bloquer le flux de l’abondance et nuire à notre bien-être. Et aujourd’hui, je crois que si on veut construire une société durable à léguer à nos enfants, il nous faut changer nos modes de pensées, revoir notre définition du bonheur, du succès, reprendre pleinement conscience du pouvoir du féminin…

gaia2-150x150

  1. Et tes projets, à court, moyen, long terme ?

Je compte développer Exploser d’Amour, autant la méthode, le blog que la tribu qui Explose d’Amour. Comme je le disais, à court terme, je prévois de lancer le programme en ligne. Puis à moyen et long terme, j’ai plusieurs idées comme lancer une émission sur Youtube ou Facebook, de vidéos de quelques minutes seulement pour donner toujours plus d’astuces pour mettre de l’amour dans sa vie. Ou encore organiser des événements en présentiel comme des conférences, ateliers, stages, etc. Je réfléchis également à développer la tribu et favoriser la convivialité et les interactions entre les déesses afin qu’à plus long terme, des cercles de déesses puissent se créer.

  1. Trois mots qui te caractérisent le mieux ?

Spontanée, Courageuse, Spirituelle.

  1. Et un dernier pour la fin…

Mesdames, rappelez-vous que vous êtes des déesses et vous avez en vous une partie de la Source divine. Vous êtes donc puissantes au-delà de tout. Vous êtes parfaites et vous avez tout ce qu’il vous faut en vous. Pas besoin de chercher plus à l’extérieur. Il suffit simplement de rouvrir le robinet, changer de point de vue pour vous voir différemment et voir les choses autrement.

Merci Marie pour cette interview ! J’ai adoré y répondre.

Crédit Image2 –  Crédit Image3

Advertisements

Quand la bienveillance envers autrui est mal perçue…

Il n’est jamais évident de faire face au chagrin ou à la peine d’autrui. Pas plus qu’il n’est simple de faire passer le message de notre total soutien face au drame vécu, sans que l’autre ne prenne notre soudaine attention pour de la pitié ou une forme de dédouanement face au vide qui se fait en elle / en lui.

Je suis de celle qui saute sur l’ordinateur, qui écrit quelques mots, qui envoie une carte postale et quelques pensées. Je n’attends pas c’est vrai, ni de savoir si l’autre a besoin de soutien, ni si il/elle souhaite que j’évoque le temps d’un message ce mal qui le/la terrasse soudain. Trop impulsive.

Je suis aussi de celle pour qui un mot, un sourire, une main tendue compte énormément. Au creux de la vague, ce sont tous les messages d’amitié reçus qui m’ont aidée à maintenir le cap, à avancer contre le courant, à espérer, à ne pas sombrer complètement. Oui, je peux le dire, chaque geste a fait la différence, même le plus insignifiant aux yeux du reste du monde. Tant de proches me confiaient leur sentiment d’impuissance face à ce mal qui me terrassait – pourtant chacun d’entre eux a œuvré à ma renaissance.

Je suis de celle qui comprend le silence, parfois moi aussi j’ai envie de couper toute communication – je l’ai fait par le passé – besoin de reprendre contact avec soi, de faire de la place en soi.

J’ai conscience que nous sommes tous différents et gérons chacun à notre manière les tempêtes de la vie : séparation – deuil – maladie – handicap – abus – chômage – dépression et la liste est encore longue. Mais que notre humanité fait qu’à chaque étape, nous avons aussi besoin des autres pour sortir la tête de l’eau. Seul, on avance. A deux, on avance déjà beaucoup mieux. A plusieurs, je ne vous en parle même pas.

78f89319d70520864942f8943a62af8f_resized

Si je prends de vos nouvelles, ce n’est pas pour apaiser ma propre peine, mais bien pour vous dire que je suis là, que je pense à vous, que la distance, on s’en fout, que vous êtes dans mes pensées, mes prières, mon cœur.

Si je vous dis “je suis là”, c’est parce que vous comptez pour moi. Je souhaite juste alléger votre fardeau. Et que vous sachiez qu’en cas de coups de blues / coup dur vous pouvez compter sur moi. Ce n’est pas pour vous faire la morale ou vous dire que demain ça ira mieux (même si je sais qu’un jour, tout ira mieux, c’est la vie).

Si je reste silencieuse (jamais longtemps), c’est que j’accepte votre souhait de ne pas m’en dire davantage, je prends de la distance en attendant que ce soit vous qui me donniez le signal du départ.

Alors si vous doutez de mes intentions, si vous pensez que tout est calculé, si vous croyez que je veux ramenez l’attention vers moi (penser aux autres c’est douteux par les temps qui courent), que ce que je fais, c’est pour la gloire, pour accrocher une énième bonne action à mon tableau de chasse, laissez-moi vous dire que c’est dommage !

Et vous, vous êtes plutôt pour demander / recevoir de l’aide, vous appréciez une main tendue quand les vagues se font plus amples? Ou bien vous recherchez le silence, la coupure avec le monde? Comment gérez-vous les messages d’amitié reçus (même maladroits) ? 

Crédit photo – Tumblr

Toi & Moi

Tes premières minutes

Mes yeux sur toi

Et nos battements de cœur

A l’unisson

Ton premier souffle

Tout contre moi

Et nos peaux qui se touchent

Pour la première fois

Tes premiers cris

Me tirent du lit

Je te contemple

Interdite

Même épuisée

Je te regarde t’agiter

Puis t’apaiser

Au son de ma voix

Je te prends dans mes bras

Ces premières heures

Rien que toi

Et moi.

img_Coeur_SHUTTERSTOCK-INC_ref~150.003295.00_mode~zoom

Crédit – Nouvelles Images

Réflexions d’un jeune écrivain en herbe #5

Ecrire, facile et difficile à la fois. On aimerait détenir les clés qui feraient de nos ouvrages des chefs d’œuvre (encore une histoire d’égo mal placé). Ce serait si bon de tenir entre nos mains le récit qui aurait le pouvoir de changer le cours de nos destins, de bouleverser les consciences !

Il existe toujours au fond de nous l’envie irrésistible, quasi-permanente d’écrire sans s’arrêter, de voir nos idées se livrer une bataille sans retenue. Envie d’avoir les mots justes, mots percutants. Envie d’accoucher de l’œuvre dont nous serions fiers.

Le serons-nous ? Pourrons-nous réellement tirer quelque fierté du devoir accompli ?

On nous répète sans cesse que les plus grands artistes ne sont jamais satisfaits. Si nous le sommes, même un peu, nous ne rentrons pas dans les cases. Notre nom ne dira jamais rien à personne. A quoi bon ?

On n’aime aussi à nous répéter que les grands artistes puisent leur talent dans la souffrance, dans des nuits apocalyptiques, au cœur de vagues si creuses qu’on pourrait s’y noyer, dans la consommation de substances nocives, des vapeurs de fumée, des océans d’alcool enivrants, dans des angoisses affolantes. Au bord du gouffre, naissent leurs plus belles lignes.

Nous ne faisons pas le poids avec nos passions dérisoires, nos rêves de pacotille, nous qui pensons que la souffrance ne sert à rien, nous qui nous accrochons au bonheur comme les feuilles d’octobre aux branches fatiguées des arbres dépouillés.

Qui sommes-nous pour nous qualifier d’artistes ?

Une énième question futile, une excuse de plus.

C’est tellement plus simple de reculer que de sauter !

21f29ff7d73850a4fa39e8c7652b41d4_resized

Interview Femmes Inspirantes – Aline de “Inspiré & Créé”

Bonjour Aline,

  1. Tout d’abord (sans faire dans l’original), peux-tu nous dire qui se cache derrière « Inspire et Crée » ?

Je m’appelle Aline et pour la petite anecdote, mon père a choisi ce prénom qui vient de la chanson « Aline » chanté par un certain Christophe. Je n’aime pas du tout cette chanson mais j’adore mon prénom ! J’ai 26 ans actuellement et je vis en région parisienne. Concernant mes passions, j’aime beaucoup tout ce qui touche à la créativité artistique : aquarelle, photo, écriture et également à la spiritualité.

Logo-inspire-et-cree

  1. Quel est ton parcours personnel / professionnel ?

Mon parcours est assez atypique. Je suis sortie d’un bac littéraire et j’ai passé ensuite quelques mois en école d’art mais dû à des soucis personnels, j’ai dû quitté celle-ci. Par la suite, j’ai glandé (oui, c’est le mot) de licence en licence, complètement désorientée et perdue. Ce fût une période très instable professionnellement, je ne savais pas du tout ce que je voulais faire dans ma vie, les cours étaient loin d’être passionnants et je m’ennuyais fermement. J’en avais marre des cours et oui, je sais, c’est ce qu’on dit souvent lorsqu’on étudie mais je sentais vraiment au fond que j’en avais assez des études, des choses à apprendre par cœur, des examens et des diplômes et je ne me voyais pas ensuite chercher un travail que je garderais toute ma vie jusqu’à la retraite. Cette mode de vie que mes parents voulaient pour moi me déprimaient alors après réflexion, j’ai fait ma « rebelle » et j’ai cessé les études. J’ai pris une année sabbatique pour réfléchir à quel genre de vie, je voulais vivre. Par la suite, en me baladant sur Deviantart, je suis tombée sur une photographie d’un magnifique bijou et je me suis dit que ce serait cool de tenter la création de bijoux ! C’est ainsi que commença l’aventure entrepreneuriale !

  1. Parle-nous de ton projet d’origine ?

Cela va m’être difficile de parler de mon projet d’origine car je viens de faire un changement dans mon entreprise tout récemment…

Au départ, je proposais des box de créations artisanales en partenariat avec plusieurs créateurs français. Je voulais faire découvrir l’artisanat français et partager mes coups de cœur. Chaque box avait un thème particulier et un conte inspirant écrit par moi-même (car l’écriture est une autre de mes passions) pour apporter un peu de magie et de positif. Puis, j’ai dû arrêté tout ça car je m’occupais de bien trop de projets à la fois, il me fallait faire un tri et passer à autre chose. Depuis, je m’occupe seulement de mes créations, je crée en général, des attrapes-rêves poétiques pour décorer le foyer et y apporter une touche de poésie. En parallèle, j’ai également mon activité de graphiste freelance et je travaille avec de jeunes marques pour créer une identité visuelle qui leur reflète.

  1. Quelles valeurs souhaites-tu partager via tes créations ?

À travers mes créations, j’ai envie que les personnes se souviennent des plaisirs des choses simples, des petits bonheurs qui peuvent créer de grands plaisirs. Prendre soin de soi, se créer du bien-être en soi autant qu’autour de soi…

  1. Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Mes sources d’inspiration viennent d’un peu de tout : de la nature, des films/livres ou encore en flânant sur Pinterest qui est une mine d’inspiration !

  1. A quoi ressemble ton quotidien ?

J’essaie de commencer la matinée par une séance de yoga, histoire de me réveiller le corps et l’esprit avant de commencer à travailler. Je vérifie mes mails et les réseaux sociaux et je commence à répondre à certains mails/commentaires / poste des statuts. L’après-midi et le soir, soit je m’occupe des créations et de la photographie, soit je travaille sur la mise en ligne des produits, sur le marketing, le design ou/et j’écris du contenu pour le blog/site.

Mes journées sont très variables et ne se ressemblent pas et c’est ça qui me plaît ! J’évite de travailler durant la soirée pour laisser mon cerveau se reposer pour passer une bonne nuit de sommeil mais la nuit, je me lève parfois car c’est au moment que je dors que l’inspiration s’active alors j’ai toujours un bloc-note et crayon à portée de main.

  1. Et tes projets, à court, moyen, long terme ?

Warf, j’en ai tellement ! D’ailleurs, ces dernières mois, j’ai l’impression d’avoir des idées de projets toutes les semaines ! Pour les projets à long terme, j’aimerais avoir le temps de prolonger ma collection Dreamcatcher et créer de nouvelles décorations poétiques pour les proposer dans des concept-stores.

IC46 attrape reve bleu ocean

Actuellement pour le blog, je travaille sur un projet que j’ai appelé le Dream Challenge en collaboration avec plusieurs blogueurs-entrepreneurs qui consiste à envoyer, chaque matin dans la boîte mail, de l’inspiration et du positif pour encourager les gens à réaliser leurs rêves, j’aimerais finaliser cela pour le mois de juin.

  1. A ton avis, quel est le principal atout des femmes dans la société du XXIe siècle ?

Elles osent ! Elles osent s’exprimer, révéler leurs talents et leurs potentiels. Elles osent revendiquer leurs droits. Elles osent de plus en plus être elles-mêmes et poursuivre leurs rêves, lancer leur entreprise et devenir des super womens !

  1. Trois mots qui te caractérisent le mieux ?

Rêveuse, positive et déterminée !

moiG

  1. Et un dernier pour la fin…

Je remercie pour cet interview, j’ai pris beaucoup de plaisir à répondre aux questions et j’espère que mon histoire inspirera certain(e)s d’entre vous ! Rêvez grand et soyez toujours vous-même !

Roman, nouvelles, poésie

Je vous l’accorde le titre n’est pas exceptionnel. Mais c’est tout ce que j’ai trouvé pour vus faire un point sur mes projets.

Il n’y a pas si longtemps, je me posais des questions. Vous vous souvenez sûrement. Sur le bien-fondé de l’écriture de mon histoire. Outre le fait de faire un voyage dans le passé et de déterrer nos vieux démons, je réfléchissais au but de ma démarche. La réponse m’a été offerte sur un plateau, après avoir laissé mon manuscrit de côté pendant de long mois. Dimanche, à l’heure du rendez-vous Skype de l’escargot et de son papa. Depuis, j’ai repris la plume, des notes et le fil de mon récit. Je peux même vous dire que je suis sur le point de boucler l’année 2010 ! Et le meilleur dans tout ça, c’est que j’ai envie d’écrire, j’aime me replonger dans ces années torturées et trouver des pistes de réflexion. Je prends cette démarche comme une auto-analyse, qui me permet de mieux me comprendre, de mieux accepter cette relation et de fermer définitivement la porte, sans regrets.

Sur un registre un peu plus léger, mes nouvelles se font une dernière beauté. La deuxième relecture a eu lieu et je suis à deux doigts d’envoyer mon manuscrit à mes deux correctrices favorites. C’est toujours un moment crucial, car au-delà des mots, de la grammaire, de la syntaxe, elles partagent aussi leur premier ressenti sur ce qui correspond à des mois de travail ! Comme je vous le disais dans un précédent billet, je compte les adresser dans un premier temps à une maison d’édition. Une manière aussi de m’exposer à la critique de professionnels.

Pour finir, je tiens à vous informer de la sortie imminente de mon recueil de poèmes. Je vous l’avais promis pour le 13 mai, quelques problèmes de santé (sans gravité, malgré une grosse frayeur) m’ont obligée à prendre du temps pour moi et à délaisser un peu mes cahiers. Hier encore, j’apportais quelques modifications à mes textes. Le souci avec nos écrits, c’est qu’en les lisant après coup, on ressent l’envie de tout modifier, on ne les trouve jamais assez bien. Ne reste plus que l’étape de  la mise en page – mise en forme. J’aspire à quelque chose de plus abouti que pour l’Essence de l’être. Je pense donc que d’ici le début du mois de juin, vous pourrez y avoir accès. O joie !

images

Pour ce qui est de l’association à laquelle je souhaite redistribuer le fruit des ventes, j’ai opté pour l’association Imad pour la Jeunesse et la Paix, créée par Latifa Ibn Ziaten, mère d’Imad Ibn Ziaten assassiné le 11 mars 2012 par Mohamed Merah. Je trouve cette mère exceptionnelle, admirable. A aucun moment, elle n’a laissé place à la colère ou à la haine. Son combat est celui pour le dialogue et le vivre-ensemble et les objectifs de cette association s’accordent entièrement avec les valeurs que je défends :

  • Œuvrer à la mise en place d’un authentique dialogue interreligieux.
  • Prévenir les dérives sectaires et extrémistes.
  • Mettre sur pied une structure éducative laïque et républicaine, appuyée par une cellule d’écoute religieuse multiconfessionnelle (pour intervention en milieu carcéral et dans les écoles)
  • Promouvoir la laïcité et affirmer haut et fort qu’elle ne signifie pas le rejet de la religion, mais au contraire, le droit de vivre sa foi, tout en ayant l’obligation de respecter celle des autres ainsi que les lois de la République.
  • Créer un cadre public et officiel pour favoriser la discussion et les rencontres entre les acteurs de la vie citoyenne et les forces vives du pays.

Je radote je le sais. Mais ne m’en voulez pas. Ce n’est pas l’âge, mais un surplus de gratitude qui m’envahit, quand je pense à vos mots, messages, vos sourires lointains qui je devine, vos témoignages, votre soutien, votre amitié, votre présence, votre enthousiasme qui booste le mien, vos rêves qui donnent du sens aux miens, qui me donne envie une fois de plus de vous dire MERCI. MILLE MERCI.

Défi Liste: 11 choses positives sur moi

C’est  Cécile du blog Zenopia qui nous invite à un Défi Liste. Mon mot pour 2016 : Bienveillance. Alors je me lance pour écrire 11 choses positives sur moi :

  • Je suis une grande idéaliste. Je crois en l’humain, en son pouvoir à changer, se changer, à faire / construire / créer de belles choses, à réaliser ses rêves, à aider son prochain.
  • Je me pose des questions pour avancer, progresser et si il faut changer de direction, je n’hésite pas à prendre une nouvelle route, certaine que celle-ci me mènera là où je dois être.
  • Je suis à l’écoute des autres dans les moments de joie comme dans les moments de peine. Je leur tends la main, leur assure qu’ils ne sont pas seuls. Ou je me réjouis, avec eux, de leurs bonnes nouvelles.
  • Je souris. Je souris beaucoup. Je crois en la force du sourire, en son pouvoir apaisant.
  • J’aime donner, partager, offrir. Du temps, de l’amour, mon amitié. J’apprécie les petites attentions du quotidien.
  • Je regarde chaque jour la nature avec un regard neuf. Je la trouve inspirante et vraie. A son contact, je me sens en phase avec moi-même et le reste du monde.
  • Je suis amoureuse de la vie. Je trouve que c’est une fantastique aventure, parfois déroutante, mais tout aussi surprenante.
  • Je note jour après jour mes petits bonheurs, ce qui me rend heureuse, ce qui me fait du bien.
  • J’aime vieillir, je suis partisane de « chaque âge ses plaisirs » et c’est aussi pourquoi les journées anniversaires sont importantes pour moi.
  • Je ne suis pas dans le jugement. Je considère que chacun gère comme il peut avec ce qu’il a à portée de main.
  • Mon idéal de vie: m’aimer inconditionnellement et donner des racines solides / des ailes à mon fils (qu’il soit heureux, en paix et libre)

love-yourself-1050x1050

Je vous invite à participer à ce défi, c’est un très bon exercice pour prendre conscience de tout ce qu’il y a de beau en nous et pour s’aimer purement et simplement.

Le lien mère-enfant

Ce lien unique dont on nous parle si souvent.

Les films l’ont rendu inné, lui ont donné un pouvoir inestimable.

L’enfant sur son sein, la mère devrait l’aimer sans hésiter.

Et pourtant le lien mère-enfant est délicat.

Il se construit au fil des jours, des saisons.

Il se tisse délicatement.

Un évènement soudain peut le fragiliser.

Un autre peut lui donner force et énergie.

La mère et l’enfant s’apprivoisent chaque jour.

lien_dattachement