L’épreuve de force #3

Il y avait toujours l’autre casse-couille, le régulateur des entrées et sorties, qui venait nous rappeler à l’ordre. Il avait une case en moins je pense. Je l’ai vu un soir ranger tout un tas de candélabres dans son coffre, à la fin de son service.

On regardait le printemps se donner des airs de grand! Tu adorais ça, la lumière du début du jour qui perçait à travers les vitres opaques, la légèreté avec laquelle la vie reprenait des couleurs. Je te ramenais des biscuits chocolatés qu’on mangeait en douce, en rigolant. Parfois, quand l’infirmière l’autorisait, on marchait jusqu’au banc, on s’asseyait le temps d’un bain de soleil, le temps de se dire que tout ça n’était qu’un mauvais rêve. Il m’arrivait de me perdre dans la contemplation de toi. Je n’en ai pas assez profité.

J’aurais dévalisé le monde entier, je me serais fait des antisèches pour passer tous les contrôles, comme les mauvais élèves, si j’avais su que ça pouvait te sauver. L’instinct maternel me disait que de ta prison tu ne sortirais pas. J’ai alors tenté par tous moyens de rendre tes derniers mois les plus heureux possibles. En me plantant sûrement. En en faisant trop c’est certain. En te faisant croire que nous étions invincibles.

Ce texte est ma participation à l’atelier d’Olivia. Les mots imposés étaient: printemps – légèreté – maternel – manger – candélabre – lumière – casse-couilles – banc – antisèche – dévaliser – contemplation 

L’épreuve de force #2

Nul repos possible. Les années passent et ton absence pèse toujours aussi lourd. Ils sont nombreux à me dire de tourner la page. Je les laisse parler, je laisse leurs beaux discours, qui se veulent amicaux, couler. La rivière de mes larmes les engloutit. Ce n’était pas qu’un sale virus cette putain de maladie, pas un truc qu’on dégage avec des berlingots de Javel. Oui je suis grossière, tu n’aimais pas, je ne disais plus ces mots là. Aucun effort n’était de trop pour toi.

On se prépare à perdre ses parents, jamais son enfant. Même si les brillants chercheurs des instituts, les pontes de la chirurgie, les meilleurs professeurs ne se montraient pas confiants, je gardais l’espoir, d’un miracle sûrement, que quelqu’un m’entendrait, que quelqu’un viendrait nous sortir de là. Les urgences divines devaient être bien engorgées. Personne n’est venu.

Nous n’étions que tous les deux, toi et ton corps à la pâleur marmoréenne, ta peau, ses aspérités, moi et mes frusques bohèmes, histoire de redonner des couleurs aux murs blancs cassés de l’hôpital. Je chantais des chansons ridicules pour te voir sourire, je faisais le clown, je donnais tout pour que la mort se tienne à distance.

Je quittais toujours ta chambre, la peur au ventre, terrifiée à l’idée de te voir pour la dernière fois. Je traversais le jardin, me laissais charmer par la douceur vernale. Il y aurait d’autres matins. Je n’ai jamais cessé d’y croire.

Ce texte a été écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture d’Olivia. Les mots imposés étaient: berlingot-repos-engorger-rivière-virus-bohème-marmoréen-aspérité-vernal. Vous retrouverez le premier texte ici

Insoumises!

On les pose là, parfois
Comme un bibelot sur une cheminée
Qu’on utilise quand on en a envie
Elles sont pratiques
Tant qu’elles ne disent rien

On les veut dociles
Jamais libres
On les attend soumises
Rarement conquises

On les veut invisibles
On les voile
Ou leur intime l’ordre
De ne pas montrer
Ce qui attire le regard

A leurs risques et périls
Le viol est presque un acte justifié
Quand elles osent leur féminité

On les tient là, parfois
Un plaisir de fin de soirée
Juste avant le sommeil du juste
Elles ont plutôt intérêt à apprécier
Sans trop le montrer

On s’approprie leur virginité
Comme un trophée
On les met en garde contre le vol
D’un bien qui n’appartient qu’à elles
Mais dont tout le monde se mêle

Ou alors juste pour les écraser
Un peu plus
Pour les obliger
Pour faire d’elles des assistées

On les accuse du pire
On maudit leur nudité
Leur naissance parfois
Est jugée démoniaque
On leur vole leur vie
Et leur liberté
Sous couvert de les protéger

On les pose là
Pour épater la galerie
On leur attribue des noms
On les répudie
On les assassine
On les juge
On les condamne

Pour un crime sans visage
Pour sauver leurs âmes
D’un éventuel pillage

On annihile leur pouvoir
Au nom d’un Dieu
D’une religion
D’une politique d’avilissement
On les pose dans des cases

Elles seront mères
Ou elles ne seront rien

Elles seront vertueuses
Ou bien catins

On fait d’elles des animaux de foire
Des troubadours grotesques
Nimbés de noir

Elles seront bonnes
Ou elles seront folles

Qu’importe…
Chaque jour
Il ne tient qu’à elles

Qu’à nous
De choisir

Abdiquer
Ou Vivre!

Face à l’ennui

Parfois j’ai les mots
Parfois c’est un grand fouillis
Un immense chaos
Rien d’ordonné
Un tout désorganisé
Je manque de souffle
Je perds le mien
Mon temps est plein d’absences
Un vide immense
Qui sera comblé
Juste un peu de patience
Qui me fait défaut
Un peu trop de bienveillance
Comme un verre plein d’eau
Qui déborde
Et valsent les gouttes
Un peu partout

Sur mes jolies joues
Une claque
Comme un appel
A stopper net
Les pensées qui font comme
Des tourbillons dans ma tête
Un grand bazar
De fin de semaine
Je perds le nord
Je vire à l’est

Et s’accumulent les nuages
Plein de pluie
Qui explosent
Un cauchemar qui survit
A la pause
Ne pas être là où je suis
Quand la source se tarit
Que les heures s’enfuient

Quelles réponses
Face à l’ennui?