Les femmes seraient-elles des hommes ratés ?

C’est ma réflexion du moment. Une réflexion au goût amer dans une société où être une femme est presque devenu un véritable défi, voire un défaut de la nature.

On nous parle à tout bout de champ de l’égalité des sexes, de la théorie du « genre ». On ne veut plus de différence, alors même que fondamentalement, nous sommes différents. On reprend une fille qui aime trop les poupées et on demande au garçon de moins s’intéresser aux petites voitures. Comme si nous voulions créer un demi-genre, un être « mi-fille, mi-garçon ». Et pour le coup un être sans repère, un être façonné à l’image qui nous semble juste. L’égalité des sexes, c’est notre cheval de bataille. Mais je crois surtout que l’on se trompe de bataille.

La liberté des femmes est en pleine régression, dans le monde, mais au sein même de notre société tout autant. Il n’y a qu’à voir la multitude de mains levées contre l’avortement, les milliers de femmes victimes de violence, les corps dénudés qui vendent tout et n’importe quoi.

En tant que femme, je me demande bien ce qui s’est passé pour qu’aujourd’hui mon identité soit autant remise en question. Le fait que je pleure devant un film, que je porte une jupe ou que je sois sensible à la misère du monde, ne fait pas de moi un « sous-homme ».

L’homme n’est pas la référence ultime de ma vie. L’homme n’est pas la référence, tout court. Et le combat des femmes ne doit pas être un combat qui viserait à démontrer leur valeur, par rapport à celle des hommes. Ce n’est pas un combat contre les hommes mais bien un combat de légitimité de leur être, de leur nature pleine et entière, dont elles peuvent être fières.

Enseigner autre chose à nos filles, c’est les induire en erreur, les réduire à sans cesse chercher leur place dans la société de demain. Nous pouvons influencer les mentalités, certes, mais nous ne pouvons pas changer l’ordre établi. Le faire serait criminel. Criminel pour les hommes également, que l’on a pris comme référence et qui se sentent investis d’une responsabilité qui n’est pas la leur.

Nous sommes, hommes et femmes, faits pour marcher main dans la main, pour construire le monde de demain. Et depuis des années, nous tournons autour du pot, nous cherchons à savoir qui à tort, qui à raison. La question reste en suspens et le monde continue de stagner.

Triste réalité.

 Source Image – Autodiktat Blog

Advertisements

Des mots pour grandir et faire vibrer les étoiles…

Je n’ai vu de lui que le beau.

Je ne vois des autres que le beau, avant de découvrir ce qui se cache sous les apparences.

Je n’ai perçu sa manipulation qu’au seuil de la folie.

Je ne perçois la manipulation des autres, qu’une fois le poison distillé dans mes veines.

Je ne l’ai jamais insulté, ni contredit, ni attaqué sur ses faiblesses.

Je ne combats les autres que lorsque mon armure de femme forte et parfaite se fait la malle.

Je lui ai donné plus que mon cœur, ma confiance aussi.

Je donne mon cœur aux autres si facilement et ma confiance est acquise, le mal ne semble m’atteindre qu’en surface, pour un temps.

Ni victime d’un côté, ni bourreau de l’autre.

Nous avons mutuellement enrichi nos névroses respectives.

Certains parlent de violence conjugale. Je n’arrive toujours pas à mettre un nom sur ma descente aux enfers.

Peut-être parce que je ne réalise toujours pas qu’il ait pu me mentir à ce point sur lui, sur nous, sur tout. Ou parce que je refuse d’avouer mon malaise, d’admettre ma responsabilité dans cette rupture dramatique.

Ou bien parce que j’ai décidé de voir la vie plus rose qu’elle ne l’a été ces dernières années et que je refuse que la trace qu’il a laissé dans ma vie et sur mon cœur ne prenne le dessus, qu’elle anéantisse les efforts que je déploie pour me reconstruire et m’aimer, nous donner la chance de vivre le meilleur.

Vivre libre

Etre libre de tout, de tous, du temps qui passe et de nos blessures, d’un avenir incertain, que l’on voudrait plus doux.

Etre libre de penser par soi-même, de ne suivre aucune mode, de ne fantasmer sur aucune idée nouvelle.

Etre libre de vivre simplement, sans se laisser submerger par les diktats d’une société, d’un milieu ou d’une culture.

Etre libre de choisir, de dire non, d’oser être différent, de refuser ce qu’on nous propose comme un essentiel pour atteindre un quelconque bonheur.

Etre libre d’aimer et de détester, de mentir ou de se sacrifier.

Etre libre de voler de ses propres ailes, de faire des expériences, de choisir des chemins de traverse.

Etre libre de se cultiver, d’essayer, de patauger, de tomber, de se faire mal, d’improviser.

Etre libre sans pour autant écraser les autres, vouloir qu’ils adhèrent à nos points de vue, les façonner à notre image.

Vivre libre.

Source Pinterest

Arrêtez de me souhaiter de trouver l’amour

Aussi surprenant que cela puisse paraître pour certains, je n’ai aucune envie de rencontrer un homme. J’ai déjà beaucoup de choses à gérer dans ma vie et pour être franche l’échec de mon mariage (et l’état catastrophique de mon divorce) ne me donnent pas du tout envie de signer pour un nouveau contrat, même platonique.

J’ai envie de sérénité et de douceur. Et au regard de mes histoires d’amour toutes aussi chaotiques les unes que les autres, je me rends compte que l’amour ne se conjugue pas avec mes envies.

Bien sûr qu’il existe des types bien. Sauf qu’ils sont rares. Et que la perle rare ne tombe pas du ciel. Et que je n’ai pas du tout envie de me remettre sur le marché.

Je n’ai pas envie de tomber amoureuse (je me surprends moi-même, grande fan que je suis de l’amour dans tous ses états). Je n’ai pas envie de faire des efforts pour quelqu’un d’autre que moi. Je n’ai pas envie de m’emmerder la vie avec un mec (c’est aussi simple que cela).

Alors souhaitez moi des rêves, des projets, des envies, des voyages, de la joie, des rires, une santé a toute épreuve, de l’amitié, de belles lectures, des rencontres formidables, des mots pour un roman, de l’énergie, de la passion.

Mais je vous en prie épargnez-moi l’âme sœur, qui quelque part attend son heure. Ou qui couche déjà avec une autre (les hommes ont très peu de patience) !

Et aidez-moi tout au long de cette année, à m’aimer telle que je suis, à m’aimer tout court, pour que plus jamais je ne nie ma vie, mon existence pour le bonheur d’un autre.

Le chantier est important. Sur la porte de mon cœur, il y a un écriteau qui dit « en travaux, prière de ne pas déranger », parce que les objectifs sont nombreux et le temps imparti assez court au final. Il n’y a pas de place pour un  troisième cœur dans le mien en ce moment (le deuxième, c’est bien sur celui de l’escargot !)

Credit Photo – The Peanut Butta Runna Tumblr

Pour 2014, je vous souhaite…

Je vous souhaite des rires à n’en plus finir, des éclats de voix, des coups de cœur enivrants.

Je vous souhaite une santé à toute épreuve, pour profiter pleinement de chaque instant et de chaque être aimé, faire des projets, des voyages, partir à l’aventure.

Je vous souhaite des rêves fous, des envies d’évasion, de la passion dans chaque chose entreprise, dans chaque travail à réaliser.

Je vous souhaite d’avoir foi en la vie, de ne pas fléchir devant les épreuves, d’assumer vos choix, de conquérir vos peurs, de dépasser vos limites.

Je vous souhaite de dessiner des souvenirs mémorables sur la toile de cette nouvelle année, de danser au rythme de vos désirs, de célébrer la vie.

Je vous souhaite de belles réussites, dont vous pourrez être fiers.

Je vous souhaite des histoires d’amour, des mots doux et des baisers mouillés.

Je vous souhaite de l’amitié, des vacances au soleil, des mariages et des naissances.

Je vous souhaite de rester fort face à la maladie, a la mort, face aux conflits qui bousculent le monde. Je vous souhaite de l’espoir.

Je vous souhaite des idéaux et d’avoir le courage de vous battre pour eux.

Je vous souhaite des fêtes, des étincelles dans les yeux, des robes féeriques, des caresses et des serments d’amour éternel.

Je vous souhaite d’avoir assez d’argent pour entreprendre des paris fous, assez d’argent pour ne pas avoir peur d’en manquer, assez aussi pour aider ceux dans le besoin.

Je vous souhaite d’aller de l’avant, d’échanger, de partager, de grandir.

Je vous souhaite des matins calmes et des nuits à admirer les étoiles

Je vous souhaite surtout d’être vous-mêmes, de croire en vous, d’espérer en vous, de vous aimer et vous libérer de tout ce qui vous oppresse et vous empêche d’être heureux.

Je vous souhaite des mots pour composer des poèmes, pour faire naître des histoires, pour faire vibrer nos cœurs à l’unisson.

Je vous souhaite une année à l’image de ce qu’est la vie, une chance !

Credit Image – Kohls