L’empire du Schtroumpf Grognon!

“C’est moche”, “j’aime pas”, “t’es nulle”, “j’en ai marre!”, “c’est toujours la même chose avec toi”…

Du matin au soir et du soir au matin, la charmante ritournelle de l’enfant. Les mots magiques passent souvent à l’attrape ou bien se glissent entre un bisou et un “t’es géniale, je t’adore”, quand enfin, de guerre lasse, on dit “oui”, à bout de souffle pour une pause télé. Qui s’éternisera c’est certain, alors même que nous nous étions dit la veille qu’on ne nous y reprendrait plus!

Le réveil se fait dans les cris, non de joie, loin de là. On a beau tout essayer, la douceur, l’humour, l’indifférence, un peu de fermeté, rien n’y fait, on est toujours la méchante de l’histoire. Pas grave, ça passera.

Entre les dizaines de choses qu’il faut répéter au minimum dix fois pour qu’elles s’impriment dans le cerveau du loulou, entre les “je vais le faire” et les “mais j’y arrive pas” avec la voix plaintive de l’enfant à l’agonie, qui ne veut surtout pas faire quelque chose qu’on lui demande de faire. Esprit libre, bonjour! Non, vous ne me mettrez pas au pas, jamais!

La porte claque. Vous êtes dans la rue. Presque le sourire aux lèvres, avant le prochain mot de travers que vous prononcerez face à votre progéniture qui se sent incomprise, à la limite maltraitée par une mère qui ne comprend rien à rien.

Le soir, point d’accueil chaleureux en vue, il faudra composer avec un “je t’ai dit que j’aimais pas les haricots verts” ou “tu m’avais promis des pâtes, t’es une menteuse, tu mens tout le temps”, “je te déteste”. Rester calme, prendre les choses avec détachement, ne surtout pas perdre sa bonne humeur, tout en rappelant les règles sans que le volume sonore n’atteigne des décibels qui pourraient bousiller nos tympans, déjà bien fragilisés!

Après trois “oui” ou l’art de savoir lâcher prise et deux “non” ou l’art de recréer des tensions à partir de rien – en même temps à 21h15 on ne peut clairement pas dire “oui” à une partie de foot dans 15m2, on peut enfin profiter d’un temps de semi-calme avec l’histoire du soir, qui sera tout de même, au choix, toujours trop courte ou vraiment pas assez longue.

La chanson du “non”, “j’ai pas envie” reprendra de plus belle…
Chaque soir et chaque matin
Chaque fois qu’on proposera une sortie
Chaque fois qu’il faudra marcher plus de 5 minutes pour aller quelque part
Chaque fois qu’il faudra aller quelque part
Chaque fois qu’on aura une idée nouvelle
Chaque fois qu’on proposera une activité originale (qu’on se serra cassé la tête à trouver sur tous les sites de mamans qui semblent réussir à mobiliser leur progéniture pour des activités créatives)
Chaque fois qu’on devra faire le ménage, la vaisselle, mettre une machine…
Chaque fois qu’on ne ramènera pas LE diner de rêve à la maison

Il n’y a que deux choses que l’enfant accueillera avec bonheur, un dessin animé ou trois heures dans un parc d’activité, dans lequel il saura vous amadouer pour que vous fassiez toutes les activités avec lui – trimballant votre 1m80 entre la piscine à boules et le château gonflable – vous avez beau être “nulle, moche, bête”, vous êtes la seule à faire le zouave, pour enfin gouter à un semblant de complicité et de paix, qui s’évanouira au moment où vous direz à votre enfant “il est l’heure de partir”.

Ps: Merci à l’école qui apprend à nos enfants que les parents n’ont pas le droit de “crier”, d’être en colère, d’en avoir ras la casquette, de les effleurer ne serait-ce que du bout des doigts quand décidément trop c’est trop. Vous ne savez pas à quel point je vous déteste dans ces moments de faiblesse où j’ai juste l’impression de tout, mais vraiment tout faire de travers! 

30 thoughts on “L’empire du Schtroumpf Grognon!

  1. Pingback: L’empire du Schtroumpf Grognon! - Les Blogueuses

  2. Une ritournelle que j’ai moins entendue sans doute que les mamans de maintenant car étant moi même enfant d’après guerre, ma fille a maintenant bientôt 52 ans et à cette époque on ne nous laissait pas faire ce qu’on voulait, les caprices n’étaient pas à la mode et si on avait tenté un peu trop d’en tester quelques uns,.. ma fille n’a donc pas été élevée non plus dans ce sens même si j’ai été plus libérale que ne le furent mes parents. Depuis qu’est apparu “l’enfant roi”, les parents sont devenus des bourriques qu’on fait tourner chaque jour jusqu’à ce qu’à la fin ils cèdent. Il ne faudrait pas…. un enfant doit rester un enfant et les parents un guide, pas une personne avec qui on pratique le chantage. Mais c’est la faut à qui hein???? les mômes exploitent tout ce qu’ils trouvent et les parents n’ont pas toujours su poser les limites

    Liked by 1 person

    1. Je te rejoins Marie. Et puis la mode est au “il faut écouter l’enfant et ne surtout pas le frustrer”.
      C’est cela oui…
      Quoi qu’on en dise l’enfant a besoin de limites. A nous de nous affirmer en tant que parents et à nous faire confiance (la société nous pousse plus à la culpabilité qu’autre chose)
      Quand on est sûr de son “non” ça passe tout de suite mieux. Sinon on est parti pour des négos sans fin.
      Merci!

      Liked by 1 person

  3. Hier midi, j’ai eu le droit au premier “c’est caca boudin” de ma fille face à son assiette de lentilles… Regard interloqué du papa qui estime que toute grossièreté lui a forcément été enseignée par maman, réaction stoïque de maman “Mange ton caca boudin ma fille, tu vas voir, c’est très bon”… Ici, c’est la pleine période du “non”. Je n’en suis encore qu’au début, mais je n’ai aucune peine à imaginer ce que tu endures avec un loulou plus grand. Les miens me brisent déjà le coeur quand ils me boudent parce qu’à mon tour je leur ai dit “non” et je m’en veux chaque fois que j’ai un mouvement d’humeur, que je râle ou que je baisse les bras parce que je suis fatiguée. Ceci dit, les mamans parfaites n’existent pas dans la vraie vie et qu’est-ce qu’une telle maman enseignerait à son enfant : qu’il n’a pas le droit d’en avoir marre ? de se mettre en colère ? ou d’être dans un mauvais jour ? Sois fière de la man que tu es Marie : une maman humaine, aimante, mais qui doit aussi composer avec le quotidien et ses aléas. Je te fais de gros bisous solidaires !

    Liked by 1 person

    1. Je crois qu’il faut réussir à se détacher de leurs remarques souvent inappropriées et dites sur le coup de la colère parce que leur arme fatale c’est bien ça, la manipulation!!!
      Chaque âge ses plaisirs comme on dit Sandra.
      On va dire qu’il y a des jours avec et des jours sans, comme pour tout. Et que nos enfants sont aussi en droit d’apprendre que dans la vie tout n’est pas linéaire.
      Et que les parents sont comme eux, imparfaits!
      Je t’embrasse et merci pour ton partage et tes mots.
      Doux weekend à tous.

      Liked by 1 person

  4. tporter777

    Coucou Marie, j’ai connu ça et voici ce que j’ai fait :

    Petite technique de survie en milieu hostile…

    Je suis si fière,
    je ne pensais pas que
    notre fils irait si loin !
    -Moi non plus, cette
    catapulte est
    vraiment géniale !

    Humour du soir
    Des bisous
    Tony

    Liked by 2 people

    1. Merci Nicole!
      Les fameuses limites…
      Les “modes” d’éducation actuelles font davantage douter les parents plutôt que les accompagner je trouve.
      Je m’en sors très bien parfois et moins bien d’autres fois, mais c’est la vie aussi.
      Grosses bises

      Liked by 1 person

  5. J’ai connu ça aussi seule avec des loulous à moi ! Ne t’inquiète pas. Plus grands il te diras que tu es la meilleure des mamans, et je n’en ai aucun doute. Nous ne sommes pas parfaits, nous faisons des erreurs mais quand le bonheur de ton enfant compte plus que tout, tu peux être sure que tu fais ce qu’il faut !
    Bises affectueuses Marie 😊

    Liked by 1 person

    1. Tant que tu lui dis oui c’est un Amour!! Mais comme tu ne peux pas dire oui à tout là ça se complique! L’humour marche pas mal mais quand la fatigue s’en mêle pas évident de rester zen. Et quand en plus tu ne te prends pas un “t’as pas le droit! On l’a appris à l’école”…
      Dommage qu’à l’école ils n’aprennent pas le respect des parents 😉
      Bises Cécilia. Et merci

      Liked by 1 person

  6. Il faut etre solide, respirer un grand coup et surtout lui faire faire le max d’activités, etre avec d’autres enfants pour des activités hors école; il apprendra le respect, l’obéissance, tout en s’amusant avec son activité ou il n’aura pas de devoir, econs, recitations a apprendre. L’école devrait enseigner le respect en plus d’autre chose mais malheureusement ce n’est pas partout le cas.
    Courage Marie ❤

    Liked by 1 person

    1. Avec les autres enfants et à l’école, tout se passe bien. Il a plein de copains (qui sont aussi peu respectueux que lui vis à vis de leurs parents – n’est-ce pas une histoire de génération!) et en classe rien à dire non plus. Que des félicitations!!
      A la maison, il se lâche.
      Tout à fait d’accord avec toi pour rester zen et lui faire faire des activités mais je crois que surtout ce qu’il faut qu’il comprenne c’est qu’on n’est pas forcément au zénith 365 jours par an et qu’il n’est pas le centre du monde – ça ça lui pose problème!
      Mais c’est l’apprentissage aussi…
      Grosses bises Carrie

      Like

      1. Ne pa setre le centre du monde; c’est ca le probleme.
        Je me trompe mais je pense que c’est un souci d’age et malheureusement de generation aussi.
        Etre strict mais juste, persévérer dans la ligne qu’en tant que parent on s’est fixe et ne pas oublier nous meme de souffler parfois, de se dire:” je vais bien, tout va bien….” phrase nulle je sais mais il ne faut pas capituler meme si c’est éreintant, fatiguant, énervant et que certains jours ca passe vraiment mieux que d’autres niveau reflexions/comportements.
        Courage Marie
        Bizzzz

        Like

        1. Tu as complètement raison Carrie.
          Puis après la pluie le beau temps aussi!
          Persévérer et ne pas lâcher, c’est ce que font certains, à cran. C’est pour cette raison qu’il faut aussi se garder du temps.
          Merci et grosses bises

          Liked by 1 person

  7. L’enfant rebelle, un adulte prometteur ! Il est naturel qu’un enfant se rebelle, affirmant ainsi sa personnalité. Une absence totale d’opposition serait même inquiétante ! L’indocilité s’inscrit dans le processus de maturation psychologique de l’enfant. N’oublie pas non plus que la perception des traits de caractère évolue avec l’âge. L’enfant à problèmes, même s’il peut être dur à gérer pour ses parents, recèle en lui des qualités, terreau de sa réussite future. Il ne faut jamais désespérer de ces enfants difficiles. Bien canalisés, ils offrent de merveilleuses opportunités.

    Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.