Tag: Vie de maman

L’empire du Schtroumpf Grognon!

“C’est moche”, “j’aime pas”, “t’es nulle”, “j’en ai marre!”, “c’est toujours la même chose avec toi”…

Du matin au soir et du soir au matin, la charmante ritournelle de l’enfant. Les mots magiques passent souvent à l’attrape ou bien se glissent entre un bisou et un “t’es géniale, je t’adore”, quand enfin, de guerre lasse, on dit “oui”, à bout de souffle pour une pause télé. Qui s’éternisera c’est certain, alors même que nous nous étions dit la veille qu’on ne nous y reprendrait plus!

Le réveil se fait dans les cris, non de joie, loin de là. On a beau tout essayer, la douceur, l’humour, l’indifférence, un peu de fermeté, rien n’y fait, on est toujours la méchante de l’histoire. Pas grave, ça passera.

Entre les dizaines de choses qu’il faut répéter au minimum dix fois pour qu’elles s’impriment dans le cerveau du loulou, entre les “je vais le faire” et les “mais j’y arrive pas” avec la voix plaintive de l’enfant à l’agonie, qui ne veut surtout pas faire quelque chose qu’on lui demande de faire. Esprit libre, bonjour! Non, vous ne me mettrez pas au pas, jamais!

La porte claque. Vous êtes dans la rue. Presque le sourire aux lèvres, avant le prochain mot de travers que vous prononcerez face à votre progéniture qui se sent incomprise, à la limite maltraitée par une mère qui ne comprend rien à rien.

Le soir, point d’accueil chaleureux en vue, il faudra composer avec un “je t’ai dit que j’aimais pas les haricots verts” ou “tu m’avais promis des pâtes, t’es une menteuse, tu mens tout le temps”, “je te déteste”. Rester calme, prendre les choses avec détachement, ne surtout pas perdre sa bonne humeur, tout en rappelant les règles sans que le volume sonore n’atteigne des décibels qui pourraient bousiller nos tympans, déjà bien fragilisés!

Après trois “oui” ou l’art de savoir lâcher prise et deux “non” ou l’art de recréer des tensions à partir de rien – en même temps à 21h15 on ne peut clairement pas dire “oui” à une partie de foot dans 15m2, on peut enfin profiter d’un temps de semi-calme avec l’histoire du soir, qui sera tout de même, au choix, toujours trop courte ou vraiment pas assez longue.

La chanson du “non”, “j’ai pas envie” reprendra de plus belle…
Chaque soir et chaque matin
Chaque fois qu’on proposera une sortie
Chaque fois qu’il faudra marcher plus de 5 minutes pour aller quelque part
Chaque fois qu’il faudra aller quelque part
Chaque fois qu’on aura une idée nouvelle
Chaque fois qu’on proposera une activité originale (qu’on se serra cassé la tête à trouver sur tous les sites de mamans qui semblent réussir à mobiliser leur progéniture pour des activités créatives)
Chaque fois qu’on devra faire le ménage, la vaisselle, mettre une machine…
Chaque fois qu’on ne ramènera pas LE diner de rêve à la maison

Il n’y a que deux choses que l’enfant accueillera avec bonheur, un dessin animé ou trois heures dans un parc d’activité, dans lequel il saura vous amadouer pour que vous fassiez toutes les activités avec lui – trimballant votre 1m80 entre la piscine à boules et le château gonflable – vous avez beau être “nulle, moche, bête”, vous êtes la seule à faire le zouave, pour enfin gouter à un semblant de complicité et de paix, qui s’évanouira au moment où vous direz à votre enfant “il est l’heure de partir”.

Ps: Merci à l’école qui apprend à nos enfants que les parents n’ont pas le droit de “crier”, d’être en colère, d’en avoir ras la casquette, de les effleurer ne serait-ce que du bout des doigts quand décidément trop c’est trop. Vous ne savez pas à quel point je vous déteste dans ces moments de faiblesse où j’ai juste l’impression de tout, mais vraiment tout faire de travers! 

Rétrospective 2010-2019

Crédit Pixabay

Ce que j’aime (depuis dix ans) dans le fait de tenir un blog orienté “humeurs” c’est de voir au travers des articles mon évolution personnelle. Je tiens un journal en dehors mais ce dernier est devenu plus créatif au fil des ans. J’y mets moins de mots, plus de collages, de dessins, de pensées en passant.

Il s’est passé énormément de choses au cours de ces dix dernières années, tellement que je me demande parfois comment tout s’est mis en place!

2010, c’est l’année de création de mon premier blog, pour partager mon expérience Irlandaise. C’est aussi celle du début de la descente aux enfers, l’année de la rupture avec ma famille, des heures d’attente et de silence, l’année où j’ai eu envie de me foutre en l’air (ce n’était pourtant que le début!)

2011, la descente continue. Les moments de bonheur se comptent sur les doigts d’une seule main. On reprend le contact avec ma famille, l’équilibre est ultra fragile. C’est l’année de mon mariage et de la mort de mon filleul. Je coule, j’ai envie que quelqu’un le voit mais je suis incapable de le dire.

2012, la descente continue encore et encore. Il y a une lueur à l’horizon le jour où je découvre que j’attends un enfant. Le silence se fait de plus en plus pesant, j’ai l’impression d’être l’ombre de moi-même. Je marche sur des œufs en permanence. Puis un soir je quitte tout. Retour en France, le corps, le cœur cassé, le mental martyrisé, mais vivante.

2013, je donne naissance à mon fils, dans la joie et les larmes. Je suis terrifiée, je vis dans la peur et sa présence m’apaise au fil des jours. Je ne vais pas mourir. Je vais me reconstruire, reprendre tout depuis le début, de toute façon il ne me reste pas grand chose. Je trouve un travail un Paris, je pars en le laissant la semaine chez mes parents. C’est un déchirement autant qu’un apaisement. Je crée mon Blog L’atmosphérique.

2014, mon fils et mes parents me rejoignent sur Paris. On commence une cohabitation à 4 dans 40m2. Le divorce est engagé, mon fils voit son père tous les quinze jours dans un centre médiatisé et nous avons entamé une médiation. Je fais face avec le cœur en vrille. Les menaces sont monnaie courante. Je résiste tant bien que mal, je replonge parfois et c’est très déstabilisant. Je commence un nouveau boulot.

2015, il n’y a plus de visites mais le divorce me prend beaucoup d’énergie. La cohabitation familiale est délicate. Je sombre souvent. J’ai l’impression de me prendre des claques à chaque pas en avant. Mes parents commencent à parler de séparation. Je me sens comme une enfant face à deux parents qui se déchirent. Mon fils grandit bien mais je suis toujours pleine de peurs quant à ma responsabilité et mon engagement.
J’autoédite mon premier recueil de poèmes et je reçois des retours très touchants qui me motivent.

2016, on vit enfin tous les deux, mes parents ont acheté sur Paris. Je respire. Même si j’ai des gros moments de blues. Je suis à bout et ma colère peut exploser à tout moment. Je cogne dans les murs et je m’en veux terriblement d’offrir ce spectacle à mon fils. Ma psy dit que j’avance, qu’il faut être patiente. Le divorce est enfin prononcé, quatre ans après la séparation. La reconnaissance de ces 4 années de violences psychologiques n’a pas l’effet escompté. Je suis toujours profondément meurtrie.

2017, la lumière revient doucement, la douceur de vivre à la maison. On trouve un équilibre familial. Loulou rentre à l’école. Je m’inscris sur un site de rencontres, qui sait, je me sens prête à rencontrer du monde. Aout marque un tournant, ma vie sentimentale prend des couleurs. Je vis sur un nuage et je me dis qu’au fond j’ai le droit moi aussi au bonheur. Je l’écris d’ailleurs. Même si énormément de blessures refont surface.

2018, j’ai l’impression de n’être que mes blessures, que ma peur, que mon corps abîmé, que mon passé. Et pourtant, il est là, il m’écoute, il m’aide à reconquérir cette part de moi que je croyais à tout jamais perdue. J’ose davantage. Je me sens encore “pas assez” trop souvent, je ne sais pas si ça va durer mais je vis chaque instant, je savoure l’amour. J’ai l’impression de revenir à la vie, à la joie.

2019, c’est l’heure des grands changements! Je m’ennuie au boulot et je débute un coaching pour faire le point. Je prends la décision de changer d’orientation professionnelle. Je déménage. Loulou rentre en CP. Une amie nous quitte, à 33 ans, c’est un choc duquel je me relève difficilement. 2019 c’est aussi l’année des mariages et de l’amitié. Je guéris encore et toujours, je prends confiance, l’amour me transporte toujours autant – dans son regard, j’existe!

Et nous voilà en 2020! J’aime la rondeur de cette année que je pense riche de promesses, de projets, de guérison, de douceur, d’envies à deux, de communication positive en famille, d’affirmation de soi, de confiance, de création. Je suis prête à la vivre pleinement. Et vous, ces dix dernières années, ça donne quoi?

Au cœur du traumatisme

Crédit Pixabay

10h00:

Je me dis souvent que je ne veux plus parler du passé. Et il revient sur le devant de la scène. Comme ce matin, dans le claquement brutal de la porte d’entrée, une expression dans le regard, des mots qui me percutent de plein fouet. Et alors revient cette sensation, si familière, si ancrée et que je tente par tous moyens d’accueillir et de laisser passer, cette sensation de n’être “rien”.

C’est une attitude, une façon de dire, un rictus. C’est comme une claque qui arrive de nulle part et qui me terrasse.

On dit que le traumatisme est digéré quand plus rien ne vient le réveiller. Le mien est donc encore bien vivant. J’ai beau travailler dessus, j’ai beau gagner en confiance, il y a encore une faille, une cicatrice qui s’ouvre à chaque fois.

Avec certaines personnes, ça passe vite, parce qu’il n’y a pas d’affect ou bien parce que je n’ai pas l’impression d’avoir quoi que ce soit à prouver. Mais dans le regard de mon fils, je vois le mépris de son père. C’est terrifiant. Je prends énormément sur moi pour faire face quand ma première réaction serait de tout laisser là, de partir loin. Je ne le peux pas, alors j’encaisse en tremblant, je crie intérieurement. Avant je tapais dans tout ce qui passait, pour que la douleur cesse. On peut au moins dire que je progresse.

C’est assez déstabilisant comme situation. Bien sûr que cela n’a rien à voir avec mon fils et tout avec moi. C’est à moi de faire la part des choses, de poser mes limites. J’ai l’impression d’être dans une impasse. Chaque jour je me félicite d’avoir tenu, d’avoir réussi à maintenir une harmonie fragile. Et le jour d’après je m’écroule, j’ai l’impression que l’histoire s’écrit encore et toujours de la même façon et que je n’arrive pas à y mettre un terme.

Bien sûr que je suis épatante, la plus merveilleuse des mamans, le meilleur exemple pour mon enfant – c’est vous qui allez me dire ça et ce matin ça sonnera très faux – mais dans les mots et le regard de mon fils ce matin je n’ai vu qu’une colère immense, un mépris que je ne sais pas gérer.

Je ne veux plus être une victime. Alors j’écris, je décortique, j’essaie de comprendre, de trouver des pistes. Je m’escrime à vouloir sortir de cette situation de crise. Je ne veux pas m’avouer vaincue. Cela n’en reste pas moins très compliqué à vivre ai quotidien. Alors je laisse les larmes couler sur les maux. Et j’essaie au fil de la journée de déblayer le terrain pour aborder la soirée le plus sereinement possible.

Moi qui suis plutôt du côté de la vie, dans ces moments là le néant me rattrape et je donnerais tout pour que cesse cette douleur, pour que se ferme la blessure, pour que je puisse respirer sans me sentir prise dans un étau, prisonnière d’un chaos que je ne sais maitriser.

16h30:

J’ai souvent été de celles qui disaient “il ne faut pas hésiter à se faire aider”. Je crois que le temps est venu de regarder les choses telles qu’elles sont: ma difficulté à trouver ma place dans ma vie de mère et ma place d’adulte dans ma lignée familiale. Il est temps de faire face et d’oser demander de l’aide pour une vie plus saine et sereine.

Écouter l’autre, oui mais l’écouter vraiment

Crédit Pixabay

Il y aura toujours pire, il y aura toujours mieux. Selon nos propres critères. Aucune situation n’est idéale. Aucune souffrance n’est moins importante qu’une autre. Puisque tout part de nous, de notre ressenti. Ce qui est banal pour moi sera terrible pour quelqu’un d’autre. Et ce qui est dramatique pour quelqu’un passera peut-être comme une lettre à la poste pour moi.

C’est pourquoi quand quelqu’un nous parle, évitons de lui sortir des banalités comme “oui mais toi tu as de la chance” ou “tu es dans une position plus confortable que la mienne”. Quand qu’une personne nous parle, elle a besoin d’écoute tout simplement, pas de savoir que la vie de l’autre est plus compliquée que la sienne – il y a fort à parier qu’elle le sait déjà. Elle a juste besoin de vider son sac, de dire ce qui pèse, ce qu’elle supporte mal, ce qui la touche, ce qui la fait vaciller.

Dans mon quotidien de maman solo, j’entends souvent “tu as de la chance tu as tes parents”, “tu as de la chance tu n’en as qu’un” ou encore “oui mais toi tu gagnes bien ta vie”. Donc en gros “ferme là”.
Comme si moi je disais à un autre parent “oui mais toi tu t’entends bien avec la mère/le père de tes enfants”, “oui mais toi tu as un weekend, voir une semaine de libre et tu peux te reposer un peu” ou encore “oui mais toi tu as tout une tribu autour de toi”.

Qu’est-ce que j’en sais après tout si c’est une chance pour cette personne de si bien s’entendre avec son ex, d’avoir une semaine sans ses enfants, d’en avoir plusieurs parce que, à ce qu’il parait, ils peuvent jouer ensemble!

J’ai certes plus de billes que d’autres, mais pas toutes. Et personne ne les a toutes d’ailleurs. Notre seul point commun, c’est d’élever seul(e)s nos enfants et rien que ça, ça devrait nous unir, non, au lieu de nous séparer, comme si il y avait un podium, une première place pour celle ou celui qui en souffre le plus.

Je l’ai déjà dit ici et je ne m’en cache pas, la maternité est ma plus grand joie et ma plus grande souffrance. Je n’ai pas besoin d’entendre que j’ai de la chance à tout bout de champ. Primo, parce que je le sais et secundo parce que ça ne fait pas tout. Comme tous les parents qui élèvent leurs enfants seuls, une fois la porte fermée, je n’ai pas de relais, je gère tout en essayant de garder le sourire, je me sens seule, nulle face à moi même, je craque, je fais le zouave, je tente de mettre de l’ambiance avec pour seule arme un lecteur de CD!

Quand je lâche les vannes, ce n’est pas pour entendre que j’ai de la chance. Ce n’est pas pour entendre que des femmes vivent avec un salaire deux fois moins important que le mien ou galèrent avec un ex qui leur bouffe toute leur énergie. Si je lâche les vannes c’est parce que j’ai besoin d’une oreille attentive, quelqu’un qui va me dire “je te comprends” même si ça dépasse son stade de compréhension, quelqu’un qui va me dire “je sais que c’est dur”. Ou même qui va juste écouter, rien que ça. Juste être là. Parce qu’à cet instant là je n’ai pas besoin de solution, pas besoin d’avis, pas besoin qu’on me dise qu’il faut être fort ou qu’il faut penser qu’il y a pire. Je le sais, je ne vis pas sur ma planète, je vois la misère, je vois les drames, je vois le chaos, je vois les gens qui luttent, je vois ceux qui se battent. Je vois tout ça, je sais. Mais ça ne change rien à ce que je ressens à l’instant où je déverse mes maux sur la toile du monde.

Allez, promettez moi une chose, la prochaine fois que quelqu’un vous livrera ce qui le trouble, ne pensez pas à vous, ne pensez pas que son chagrin, comparé au votre, comparé au reste, ne vaut rien. Ouvrez votre cœur, vos oreilles et ainsi dites lui que vous êtes là, attentif et qu’auprès de vous, juste le temps d’une confidence, il ne lui arrivera rien!