Posted in Carnets de route

Une femme qui dit “non”

Depuis quelques semaines les langues se délient, les femmes parlent, osent dire l’inadmissible, l’indicible, lâchent les vannes, partagent le pire.

Je ne suis pas rentrée dans l’arène, je ne me sentais pas légitime. J’ai attendu que ça passe. Mais ça ne passe pas. Fort heureusement.

J’attendais la chute. Je voulais voir ce qui se passerait après les hashtags, après la libération de la parole, après la prise en compte de ce que vivent les femmes au quotidien, dans un pays comme la France, qui se vante d’être un pays de Droits.

De quels droits parle-t-on ?

Je ne voulais pas me souvenir.

Des humiliations dans la cour d’école – ce ne sont que des gosses – Et si tout commençait là ?

De l’exhibitionniste du métro et de l’incapacité à sortir un son dans une rame bondée.

Du surveillant de cantine qui parle de films X à des gamins de 8 ans – mais il a parlé de quoi exactement, tu es sûre que tu n’as pas interprété, tes copains de classe ont une version différente  – De choses qu’une enfant de 8 ans n’imagine même pas parce qu’à 8 ans on joue encore à la poupée.

Des mots du quotidien, sexisme qualifié d’ordinaire qui me donnent la nausée, des gestes déplacés.

De cet homme qui ne te lâche pas du regard, descend à la même station que toi, te suit dans les couloirs du métro, te parle et continue même devant ton refus d’engager la conversation, monte dans le même bus, te colle aux basques, te demande d’être gentille et finit par te traiter de « salope » au moment où tu lui claques la porte d’entrée de ton immeuble au nez, tremblante.

De ce flic à qui tu confies « mon mari a menacé de me tuer » et qui te rit au nez en te lançant «vous voulez quoi, une garde rapprochée, on n’est pas aux States Madame ! »

De celui à qui tu dis « non » et qui fait semblant de ne pas entendre, de ne pas y croire, qui te répond « une fille qui dit non, elle pense oui », qui te dit « vas-y je sais que tu en as envie. »

Et bien non, arrêtons de deviser pendant des heures sur ces inepties. Une fille /femme qui dit « non » elle pense « non ». Une fille / femme qui dit « non » elle ne veut pas, elle n’a pas envie. Point à la ligne. C’est sûr que si on la force, elle finira par dire « oui », mais ce ne sera ni un «oui » sincère, ni un « oui » consenti. Forcer une femme c’est la violer.

Un(e) enfant qui ne dit rien, c’est parce qu’il(elle) n’y comprend rien, parce qu’il(elle) ne sait pas, parce que la situation, l’évènement est au-delà de son champ de compréhension. Au pénal on parle de discernement pour condamner un mineur à une peine. Étrangement l’équilibre est loin d’exister entre victime et coupable. Encore une fois.

Quand est-ce qu’on jugera qu’un viol est un crime – c’est inscrit dans la loi et pourtant les violeurs s’en sortent encore trop souvent ?

Quand est-ce que les victimes seront écoutées, soutenues, aidées ? Et non plus jugées en fonction de la tenue qu’elles portaient, de l’attitude qu’elles avaient au moment où… ?

Quand est-ce qu’on commencera à réfléchir à la meilleure manière de faire évoluer les mentalités ?

Quand est-ce qu’on apprendra le respect des femmes  aux garçons ?

Quand est-ce que les hommes intégreront que la parole des femmes a autant de valeur que la leur, que les femmes ne sont pas des sous-produits de la société ?

Quand est-ce que le gouvernement prendra la mesure de ce mal qui tue (physiquement et psychologiquement) chaque année tant de femmes ?

Je suis révoltée moi aussi de constater que dans un pays comme la France nous en soyons encore là sur un sujet aussi brûlant. Mais j’ai l’espoir que les choses bougent, que nous faisions chacun à notre niveau bouger les choses. Il est temps. Il le faut…

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

10 thoughts on “Une femme qui dit “non”

  1. Je partage ton analyse, même si je suis assez désabusé, les femmes ne parlent que si leur agresseur est devenu faible.

    Les mentalités mettent malheureusement beaucoup trop de temps à évoluer et pour compenser cela nos chers politichiens créent des lois contre productive car elles. dressent les hommes contre les femmes.

    Like

    1. Je comprend ta position mais si justement l’agresseur a un ascendant sur sa victime, c’est qu’il a un certain pouvoir. Sur sa vie, sa carrière, sur une part de son existence quelle qu’elle soit. Ca rend assez difficile pour la victime d’aller parler tant que son bourreau est fort, légitime aux yeux des autres. Ca devient plus facile si il perd son moyen de pression, ce qui fait sa force envers la victime. C’est du coup plus facile pour elle de témoigner, de parler. Surtout si les langues se délient et qu’elle constate qu’elle n’est pas la seule à avoir été abusé par cette personne.

      Ce qui est révoltant, c’est quand on lit des témoignages de femmes qui veulent porter plaintes et qui sont jugées tout juste crédibles, qui ne sont pas prises au sérieux, qui “l’ont bien cherché”, y compris aux yeux des policiers.
      Comment oser parler dans ces conditions? Alors que la victime a plus de risque d’en pâtir que l’agresseur? Quand c’est la personne qui a besoin d’un soutien qui se retrouve à avoir honte?

      C’est plus facile de témoigner quand le rapport de force change de sens.

      Liked by 2 people

      1. C’est tout le problème – les victimes ne sont pas considérées comme telles, sont jugées et les coupables / agresseurs s’en sortent…
        Comment avoir envie dans ces circonstances de porter plainte?
        L’absence d’égalité est flagrante.
        Quant au changement des mentalités, je suis bien d’accord, ce n’est pas pour demain. Je crois que c’est aussi aux hommes de s’engager (aux côtés des femmes) dans ce combat. Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons faire bouger les choses.

        Liked by 1 person

    2. Dans une telle situation, la femme se trouve forcément en situation de faiblesse, sous emprise. Le pouvoir de l’autre la bloque. Elle ne parle que quand elle sent que l’autre n’a plus le pouvoir de l’atteindre…
      Oui les mentalités évoluent trop lentement. C’est aux hommes et aux femmes d’œuvrer ensemble pour que ça change.

      Like

  2. L’homme et la femme doivent être égaux en droits, c’est essentiel…
    Si nous sommes capables de débattre pendant des heures sur la laïcité, ce sujet n’en-est pas moins important !
    En France, nous avons encore plusieurs sujets importants à traiter : Preuve à l’appui,
    Le Consentement sexuel des mineurs : un âge minimum doit être fixé…
    Protégeons nos Enfants !!!
    Mille mercis Marie pour ce débat fort intéressant, et je souligne que Sweet-Things a raison…
    Tony

    Liked by 1 person

    1. C’est un sujet tout aussi important Tony mais bizarrement les violences faites aux femmes (et aux enfants) passionnent moins les foules…
      Oui protégeons nos enfants et apprenons le respect à tous les niveaux.
      Il est grand temps que les choses bougent, que les mentalités changent
      Merci!

      Liked by 1 person

  3. Aujourd’hui, avec la médiatisation d’affaires de plus en plus nombreuses de harcèlement sexuel, et le courage avec lequel les femmes victimes ont dénoncé des actes et des comportements innommables et abjects, la loi du silence tombe enfin.
    C’est une première étape qui doit être suivie par l’application de sanctions lourdes et exemplaires pour tous les coupables.
    Il s’agit là d’un véritable phénomène de société qui mérite une reconnaissance institutionnelle, une réflexion collective, et des mesures volontaristes… tellement indispensables !
    Une lettre/pétition a été adressée au Président de la République que j’ai signée, je te propose le lien : https://www.change.org/p/emmanuelmacron-d%C3%A9cr%C3%A9tez-un-plan-d-urgence-contre-les-violences-sexuelles-1femmesur2

    Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.