Posted in Emprise et Renaissance

Se rassurer en chemin

Ca évolue en toile de fond. Je lui dis que ce n’est qu’un point noir, un tout petit point, petit pois. Je lui dis pour le rassurer, essayer au moins, pour me rassurer aussi. De tout ce que j’ai vécu, c’est peut-être cette étape là la plus difficile, entendre sa souffrance, sa colère, écouter ses peurs et ne rien pouvoir y faire. Juste être là et accueillir. Juste être là et tenter à ma manière de l’apaiser. Savoir que je ne peux rien panser ni réparer.

Un petit point, de loin, pendant 6 ans. Et qui revient, qui réclame son dû, ses droits, enfin ce qu’il pense être à lui. Les années passent vite mais elles restent nombreuses, je les compte presque pour me rassurer encore un peu – je ne fais que ça, comme une amie bienveillante, une épaule qui pourrait porter mon fardeau sur une partie du chemin. Je ne fais que respirer au présent pour chasser le “et si” qui s’insinue.

Si il faut repartir au combat, j’irai bien sûr, je serai la première à défendre ses intérêts, dans les tribunaux et les cabinets d’avocat, je lâcherai la vérité sans état d’âme. Je serai celle qui ne néglige rien et qui résiste à toutes ces belles paroles qui se distillent comme un venin. Je serai dans le franc et le sans fard.

Je tente de ne pas y penser, de laisser le temps faire et défaire les pensées qui bloquent parfois encore ma respiration, je tente d’être dans le présent, ce temps là nous appartient pleinement. Et dans ce temps il n’est pas, juste un point noir quelque part. Un point comme ce qu’il est, une particule de rien.

Posted in Humeurs d'Auteur

Ce qui doit être écrit

Photo by imustbedead on Pexels.com

J’ai débuté la lecture de ce livre conseillé par ma libraire. Il trônait dans la salon depuis dix jours. Il m’appelait de toutes ces forces et je reculais presque le moment de le commencer. Et j’ai plongé dedans, dans le drame et la vie en suspend.

Et je me suis souvenue pourquoi il était si important d’écrire, sur les silences et les failles, sur les tabous et les silences, sur toutes ces absences figées. Sur les mains qui font l’enfance éclatée et les doigts qui maquillent les cris. Sur les mères qui blessent et les grands qui trahissent. Sur la mémoire et les blessures, les peurs du noir, les secrets planqués derrière le masque des jours de joie, les secrets calfeutrés, qui pourrissent dans l’obscurité et qui se révèlent et brisent l’éternité.

Ecrire comme un archéologue fouille les viscères de la terre, comme un médecin s’acharne à déceler et anéantir le mal. Aller là où est l’ombre pour au grand jour la mener et la voir se disloquer devant la clarté éblouissante du jour.

Je n’aime pas beaucoup le lisse, je m’en rends compte. Il est souvent mirage, masque, image. Derrière tout s’effondre et se brise. Et les morceaux écorchent les visages, ils s’incrustent là où on pose la poudre, la couleur, là où on croit s’en sortir avec des apparences.

Ecrire tous ces non-dits pour tous ceux en apnée, en survie, tous ceux qui tentent d’esquisser un peu de côté pour un nouveau chemin, un autre destin. Ecrire tous ces mystères qui enflent sous la croute de la terre et qui dans l’abime creusent l’oubli. Ecrire pour les faire exister, au-delà d’un déni, au-delà des fissures qui hurlent. Ecrire pour extraire le pire et dans un demi-souffle redonner à ces êtres en déséquilibre le droit de prendre leur place dans le grand et formidable chaos de l’existence.

Posted in Carnets de route, Variations Littéraires

Sur la déchirure…

Photo by Jonathan Borba on Pexels.com

Sur la déchirure – cette faille sismique qui me dit que tout ce qui est aujourd’hui ne sera peut-être pas demain, que rien sur terre ne nous appartient, que ceux qui sont là ne font que passer, qu’un jour il faudra les laisser partir vers des horizons que je n’ose imaginer – sur la déchirure, j’écris le nom des rêves et sur le lit des jours, je passe et trace du bout des doigts nos histoires.

Sur la déchirure, je dessine l’amour, ses rires et l’incertain. Je l’ai su dès que son petit corps a été posé contre le mien, dès que son cri a percé le silence de la nuit, dès que son souffle s’est détaché du mien. Il n’était déjà plus de moi, je l’offrais au Monde et je le regardais partir, le cœur bouleversé.

Je brode des cœurs à l’infini, comme un défi au temps qui passe. Je m’enivre de la chaleur de sa présence, là, maintenant. Ensemble, nous n’avons pas d’âge et il n’y a pas de demain. Contre lui, j’oublie la fissure ou je la transforme, je laisse la lumière passer entre les interstices des points de suspension. J’ai retrouvé son cœur au bord du précipice, là où seule j’avais laissé le malaise me torturer. Comme si ce qui adviendra s’était déjà produit, comme si la mort l’avait déjà pris.

De confidences en aveux, nous construisons un espace sacré de liberté. Les mots se disent et les maux se taisent. Rien ne nous gardera vivants, alors savourons intensément.

Sur la déchirure, la flamme ouvre une brèche, celle dans laquelle je me glisse, pour vivre aux cotés de ceux qui, jour après jour, me rappellent la beauté et la force de l’amour. Alors je sais que ma présence est requise, présence attentive pour honorer et sublimer la vie.

Posted in Carnets de route, Variations Littéraires

Le un, le rien, le tout

Credit Photo @mariekleber37

Là où il y a la tristesse, là où d’autres ne voient pas, il y a aussi la possibilité d’une guérison, transformation. Les chemins des uns ne sont pas ceux des autres. Les verres que nous portons, consciemment ou non, filtrent la lumière et les ombres. De vérité, il n’y en a aucune, sinon la mienne. Ou la tienne. Celle de chacun et celle de personne.

Là où il y a la tristesse, il y a aussi la joie, celle des jours de liesses et des plaisirs tous simples. Et pour qui ne connait pas les larmes, alors comment nommer les éclats de rire?

On ne s’échappe pas de la vie, on choisit parfois de prendre une porte dérobée, en pensant que par là, on évitera les creux, les ronces et tout ce qui pourrait ralentir notre marche. Mais alors on évite aussi les fleurs et les bosquets, les aurores aux allures de début du monde.

Là où il y a le chagrin, ce petit vague à l’âme qui transporte avec lui son lot de deuils et de doutes, il y a aussi le possible, le phare qui illumine la nuit, la chaleur d’un souffle ami, le tremblement de nos lèvres assoupies.

Vivons alors le tout, ce grand chaos en mouvement, cet équilibre précaire relié à l’éphémère de toute chose et même de l’être. Pour s’enivrer d’une main qui se pose et d’un regard qui nous frôle, il faut pouvoir accueillir ce qui nous déstabilise et ce qui nous euphorise. Un monde de l’un sans un monde de l’autre est un monde sans définition, un monde neutre où les plus belles émotions se retrouvent étiquetées.

Vivons ce qui vient et ce qui passe, dans un rythme qui nous glace ou nous soutient. Laissons l’instant être ce qu’il est pour puiser dans son étreinte l’essence de ce qui nous rend humains!

Posted in Carnets de route

Avec le coeur

Photo by Pixabay on Pexels.com

“Avec le cœur, tu ne peux pas te tromper!” Les enfants, ces grands sages. Il a dit les mots que j’avais besoin d’entendre finalement. Le cœur ne connait pas de dilemme, il sait. L’esprit extrapole, il invente des scénarios, il voudrait des certitudes, il attend des mots pour compenser les silences, du bruit pour défier l’absence.

Le temps court pour tout un chacun et si nous n’en prenons pas soin, le temps s’égare. Avec nous ou sans nous. Si nous ne faisons plus attention à ce qui compte, alors ce qui compte se dissipe dans l’aurore d’un nouveau jour. J’ai toujours voulu vivre, avant toute chose, vivre à me brûler les ailes parfois. Et à côtoyer les sommets aussi. Vivre avec passion et avec l’expérience, un soupçon de raison. J’ai tenté de retenir le bonheur et il s’en allé plus d’une fois. Il n’y avait peut-être pas assez de cœur dans mes choix, trop de manque, pas assez de “je t’aime” partagés pour pouvoir tenir la route face aux vents contraires.

Peut-être que tout n’est qu’une question de cœur, de ce qui le serre et ce qui le touche, de ce qui le fait trembler aux premières lueurs de l’aube et l’enveloppe d’une chaleur que nul ne peut deviner. Avec le cœur, les masques tombent et alors on s’avoue, à fleur de peau. C’est fragile comme du cristal et ça peut se briser à tout moment. Mais si ça tient c’est que quelque part quelque chose vibre plus fort.

Ses mots je les prends, je les fais miens. C’est comme s’il savait par delà ce que je tais, ce que mon cœur retient comme pour me protéger d’un éventuel chagrin. Il me prend la main et me dis: “tu sais, maman tout ira bien!”

Posted in Carnets de route

Après la traversée du désert…

Photo by Paul IJsendoorn on Pexels.com

L’histoire s’est écrite, avec notre participation et celle de tant d’autres. Le passé a marqué l’histoire, il s’est imprimé quelque part et il a laissé dans son sillage un souvenir, quelque chose qui si on n’y prête pas attention ne se rappelle pas à nous. Ce qui fut n’est pas ce qui est. Et pourtant il suffira d’un instant pour que le passé refasse surface, qu’il menace notre équilibre, qu’il nous susurre que si, si nous ne prêtons pas attention à ce qui est, ce qui a été peut se reproduire.

Je n’ai jamais fait mes deuils, je n’en jamais eu l’occasion. Parce qu’il fallait toujours avancer, parce que c’était comme ça. Oublier et aller de l’avant. Alors les blessures quelque part n’ont jamais été guéries. Elles sont devenues des souvenirs qui se rappellent à moi quand je ne m’y attends pas. Et alors je chute avec elles.

Mais demain, je sais, que je referai surface, comme toujours, que je laisserai les ombres au passé et le passé à sa place, que j’oserai un pas dans une direction qui me demandera une fois de plus de baisser la garde et de lâcher l’armure. Je le ferai parce que je sais qu’après chaque traversée du désert, se présente un chemin de paix.

Posted in Carnets de route

Pour 2022, je vous souhaite…

Une nouvelle année s’accompagne toujours de nouveaux souhaits. Parfois c’est un peu mécanique, ce “bonne année!” , comme le “ça va?” dans les couloirs du bureau. Mais ici c’est différent, ici vous qui me lisez, vous comptez pour moi. Vous avez une place de choix dans mon coeur. Je sais la chance que j’ai de vous avoir dans ma vie. Alors je prends le temps de poser ces mots.

Pour cette nouvelle année:

Je vous souhaite d’aimer, avant tout, de vous aimer vous aussi, dans toutes vos contradictions, dans vos conflits intérieurs, dans vos instants de joie et vos moments de doute, d’aimer l’autre, quel qu’il soit dans une ouverture saine d’esprit et de cœur.

Je vous souhaite des relations sereines, de ne pas tirer de conclusions hâtives, de partager de bons moments avec ceux qui comptent, de vous écouter intérieurement, mutuellement, de poser vos limites quand c’est nécessaire, de ne surtout pas attendre que la vie passe et que les autres fassent des choix à votre place, de dire les choses même les pas faciles, de vous confier, d’oser la vulnérabilité car c’est le seul chemin vers des relations justes.

Je vous souhaite des rêves à dessiner sur un horizon prometteur, des projets à faire grandir, des envies de décrocher les étoiles, des réalisations à célébrer, de la curiosité et de ne pas vous arrêter au premier échec, d’avoir de l’audace pour un pas de plus vers ce qui fait sens pour vous, même et surtout si ce n’est pas confortable!

Je vous souhaite de vous sentir bien dans votre esprit, dans votre corps, de ne pas prendre votre santé et votre énergie pour acquises mais de prendre soin de vous dans toutes les dimensions de votre être, en sachant ralentir, vous écouter, en acceptant les choses moins plaisantes, les douleurs un peu mesquines.

J’aimerai ne vous souhaiter que du meilleur bien entendu, mais nous savons tous que la vie est cycle, un équilibre toujours à réinventer, des hauts, des bas, des peurs, des larmes, des naissances et des départs, alors je vous souhaite de la force pour faire face à l’adversité, tous ces instants où vous vous sentirez dériver, de la foi pour les jours gris, du courage pour les deuils qui se trouveront immanquablement sur votre route, de l’amitié, une main qui se tend pour vous ramener à la surface et continuer.

Je vous souhaite d’aimer la vie, d’embrasser tout ce qu’elle a à vous offrir, de croire en vous, en tous ces trésors qui sommeillent à l’intérieur, d’aller à la rencontre de vos ombres et d’en faire jaillir la lumière.

Je vous souhaite d’être à l’écoute de votre propre musique, de danser au rythme de votre propre voix, peu importe que le monde aime ou pas. Je vous souhaite de ne pas vous comparer, jamais, d’être inspiré toujours et de vous souvenir que vous n’êtes pas seuls!