L’horreur. Et après?

Il faudrait vivre ailleurs pour ne pas tomber sur cette photo, en couverture de tous les quotidiens, en Une sur Internet. Il faudrait vivre loin de tout, du monde, pour ne pas tomber dessus par hasard, pour ne pas vouloir voir.

Voir. Poser son regard sur le petit corps immobile sur la plage. Vendre du cauchemar. Les journalistes sont forts pour nous envoyer une bombe en pleine figure et nous forcer à regarder en face ce que nous tentons parfois de tenir à l’écart. Une manière de nous protéger, de fuir une réalité trop douloureuse à supporter.

Opération coup de poing. Qu’est-ce qu’ils veulent nous faire croire ? Qui condamne ? Qui condamner ?

Images choquantes sur fond de musique stridente. Vertige. Nausée. Nous en sommes tous là. Nos yeux s’accommodent mal de la mort qui saisit par hasard un jeune enfant, à l’aube d’une vie peuplée de promesses que personne ne tiendra.

Contraindre les gouvernements à agir.

Tout le monde a de grandes idées. Il faudrait. On devrait. Il est temps. Rien ne se passe. Demain a déjà tout effacé.

203c2920f427ae954356c96daf2ab0c5_resized

A travers le monde, combien sont-ils à crever ? Oui, crever. Mourir implique un minimum de respect, de préserver une certaine dignité.

Se révolter.

Mais arrivons-nous déjà à tendre la main à celui qui souffre en bas de chez nous ? Prenons-nous le temps d’un sourire, d’un soupçon de générosité ?

Nous avons la critique facile. C’est si simple.

Mais somme nous prêts à les intégrer ces milliers de réfugiés qui fuient l’horreur, ces réfugiés au cœur mutilé ? Sommes-nous prêts à leur offrir un cadre de vie sécurisant, sécurisé ?

Sommes-nous prêts à accepter l’autre, ses idées, qui ne sont pas toujours conformes aux nôtres ?

La vie d’un enfant secoue forcément les consciences. C’est peut-être le but. Pourtant cet enfant n’avait rien demandé. Exhiber son corps, c’est presque lui ôter sa dignité. Et placarder sa vie sur les murs de notre inconscience collective ne bousculera pas nos vies bien rangées. Demain nous n’y penserons plus, trop absorbés par les futilités de nos existences, que nous érigeons jour après jour, années après années, pour nous protéger de l’inéluctable, notre fin programmée.

Advertisements

21 thoughts on “L’horreur. Et après?

  1. “Vendre du cauchemar”: c’est tellement ça. Une course à l’image la plus choquante, le tout sans autre conséquence durable que le choc que cette photo impose dans nos cœurs. Et après? Comme toi, je ne sais pas vraiment ce que cette image va changer…

    Like

    • L’image en elle-même est sûrement essentielle, car elle fait part d’une réalité qu’on ne veut pas voir. Mais change t-elle quelque chose au final. Pas sûr. On exhibe l’horreur et une fois de plus rien ne se passe. Merci pour le partage de ton ressenti Emilie.

      Like

  2. Pourquoi faut-il des images chocs pour faire bouger les choses ? Pourquoi le simple fait de savoir que des gens crèvent devant notre porte n’est-il pas suffisant pour ouvrir notre coeur à l’autre ? Qui a érigé ces frontières sur une planète où nous sommes une seule et même famille, l’humanité ? Et si demain, c’était nous qui devions réclamer un tout petit peu d’humanité ? Un peu d’eau, un morceau de pain et un toit pour une dignité retrouvée… Et de quel droit photographie-t-on la souffrance, la douleur d’autrui ? Aimerions-nous qu’on nous déshabille aussi impudiquement ? Ce sujet m’est insupportable, il me révolte ! Excuse-moi, Marie, de m’être lâchée ainsi, mais là, ce sont mes tripes qui parlent pour moi. Est-ce parce que je suis moi-même petit-fille de grands-parents immigrés ? Peut-être… Mais j’aime les gens, j’aime toutes les races, et voir mon prochain mourir sans une main pour le secourir m’est intolérable… Merci pour ton billet ! Toute mon amitié ❤

    Like

    • C’est très juste, Marie. Tu mets parfaitement en avant le sentiment mitigé que je ressens moi-même face à tout ça. Depuis des mois, tout le monde s’applique à garder les yeux bien fermés sur la catastrophe humanitaire qui se déroule en Méditerranée et il suffit que les médias se mettent à faire du sensationnel, nous mettant sous les yeux des images à la limite du supportable, pour que tout à coup l’opinion se réveille. Ça ressemble à un vaste spectacle de marionnettes. Quand on nous dit d’applaudir, on applaudit, et quand on nous dit de siffler, on siffle ! Enfin, c’est toujours mieux que rien. Peut-être qu’il fallait ça pour pousser ceux qui en ont le pouvoir à agir.

      Liked by 1 person

      • La comparaison est bonne Marie. Parfois le choc d’une photo peut faire bouger les choses. L’article partagé par Catwoman nous le montre bien.
        Mais les choses vont-elles vraiment bouger? Les consciences vont-elles vraiment se réveiller de ce long sommeil?
        J’ai envie d’y croire. Mais une part de moi en doute encore. J’espère être joyeusement surprise.
        Merci pour ta lecture et pour avoir donné ton avis sur ce sujet délicat.

        Liked by 1 person

    • Ca me révolte tout autant que toi Karine. Mais tout le monde ne réagit pas comme nous. Pour beaucoup, il y a des milliers de frontières, infranchissables. Ce qui arrive aux autres ne nous regarderait donc pas?
      La loi du chacun pour soi s’applique trop souvent, même au sein de nos foyers, de nos familles. Tout commence là.
      Mais on ne voit rien tant qu’on n’en a pas fait le choix.
      Merci de t’être exprimée sur le sujet ma belle. Prends soin de toi.

      Liked by 1 person

  3. Je n’ai pas besoin de cette image choc pour prendre conscience des choses … à croire que nos dirigeants oui … combien sont ils ainsi, dans l’ombre que nous ne voyons pas … et puis ces gens, filmés aux informations, prêts à offrir des logements … où étaient ils hors caméra ?? Avant ??
    Révoltée je suis de ce monde …
    Bises Marie et merci pour ce post
    Christine

    Like

    • Et encore Christine, en prennent ils pleinement conscience? Ou bien est-ce encore du BlaBla pour noyer le poisson et nous faire croire encore une fois qu’ils vont prendre le problème en main. J’attends de voir. Mais par respect pour ce petit garçon et ces milliers de personnes qui meurent chaque jour dans l’indifférence la plus totale, j’espère que quelque chose sera fait, quelque chose qui va changer la donne.
      Merci pour ta lecture et tes mots.
      Douce journée à toi.

      Like

  4. Je suis tellement partagée sur cette photo, sur ce sujet.
    Je n’arrive pas à mettre des mots sur ma colère : pourquoi faut-il une photo choc pour nous faire réagir, pourquoi pendant de si longs mois des enfants, des adultes sont morts par milliers sans que l’on ne s’en émeuve plus que ça, on finissait par compter les bateaux coulés dans la mer..ah encore une embarcation de réfugiés…
    Combien de temps va durer cette réaction?

    Like

  5. Tu synthétises tout ce qu’il y a de choquant mais aussi d’inéluctable dans cette photo… Je m’interroge beaucoup sur la crise actuelle des migrants et sur les atrocités commises dans le monde en général… Les médias sont sélectifs… ils choquent, ils informent… parfois l’information est sélective… Cette photo ne peut que nous toucher, certes… ET après ?

    Like

    • C’est ça Fedo, je voudrai bien savoir ce qu’on va faire après ça, après avoir constaté que la crise est grave, que trop de gens de part le monde connaissent une fin similaire. Les médias sont nécessaires pour nous faire prendre conscience des atrocités du monde, mais ils en oublient beaucoup dans la balance aussi.
      Merci pour le partage de tes idées sur le sujet.

      Like

  6. C’est un très beau texte Marie. Tu exprimes tout et c’est vrai que ça ressemble fort à un ultime outrage qui lui est fait.

    Perso, je trouve quand même cette photo très forte, pas voyeuriste. Elle est dure mais je l’aime bien, comme la suivante où il porte le petit bout. J’ai une amie qui a écrit un bel article sur le sujet : http://babidji.blogspot.fr/2015/09/dou-limportance-du-photojournalisme.html

    Après, je te rejoins sur toute la ligne : dans le feu de l’émotion, nous parlons beaucoup. Mais sommes nous vraiment prêts ?

    Like

    • Très bel article de ton amie sur le Photo Journalisme. Merci pour le partage Catwoman. Cette photo tente de nous dire quelque chose “ASSEZ”. Mais sommes nous prêts à entendre le message? Qu’allons faire pour qu’un tel drame ne se reproduise plus?
      Voilà mes questions qui restent sans réponse.
      J’espère qu’on va voir le monde bouger d’ici peu ma belle.
      Mille merci pour tout.

      Like

  7. Une image choc. une image insoutenable. Une image que nous voudrions ne plus jamais voir, une image comme toutes celles que nous ne voyons pas… Mais il y a aussi toutes les autres …ces SDF que nous croisons dans nos rues sans les voir parfois depuis tant d’années certains autour de chez moi sont morts depuis, nous l’apprenons ainsi de temps en temps par celui qui reste et que dire de toutes ces tentes installées un peu partout y compris dans Paris et parfois au pied des i’meubles des beaux quartiers… Trop de misere dans ce monde, trop d’atrocites commisespar la folie des hommes… Que faisons nous? Que pouvons nous faire? Reste cette photo pour nous rappeler l’horreur?

    Like

    • Oui il y a toutes les autres Catherine. Comme tu le dis tant de personnes souffrent en bas de chez nous. Et chez nous, dans nos familles, nous avons tous une personne isolée, un ami perdu, un parent déboussolé, un enfant mal aimé.
      Ta phrase est juste “que pouvons nous faire”. Je dirai “placer l’amour au coeur de nos vies”. Nous changerons le monde pas à pas, chacun à sa façon.
      Il y a aussi de beaux combats, dont on ne parle jamais, mais qui font du bien au monde.
      je t’embrasse et te remercie pour tes mots sur le sujet.

      Like

  8. J’apprécie ton analyse. S’intéresser un peu chaque jour au monde qui nous entoure, faire de son mieux quand on peut, comme d’acheter la nourriture qu’elle demande à cette dame qui se défend de ne pas boire, alors que personne n’a à juger, savoir que plus de la moitié des états sont en guerre, que d’autres sont déstabilisés par les multinationales, et que nous avons aussi une responsabilité à travers notre mode de vie qui laisse la place à une conscience, ou pas. Comme dit Léonardo di Caprio (Rho… la référence girl 😉 ) savoir et réfléchir à qui nous faisons le chèque quand nous consommons compte. Trop de gens font encore comme si ce n’était pas le cas, et attendent une photo pour sortir 30 mn de leur petit confort. Mille bisous.

    Like

    • Merci beaucoup Sophia. S’intéresser aux autres, ouvrir les yeux au quotidien, oui excellente idée. Et faire un geste, ouvrir son coeur, se souvenir aussi que nous sommes tous liés d’une manière ou d’une autre par notre humanité.
      Miller merci pour ta réflexion et grosses bises

      Like

  9. Que dire de plus Marie…
    Une amie a écrit sur mon blog “je suis Aylan”, j’ai envie d’écrire “je suis la maman d’Aylan” C’est ce que j’ai ressenti en voyant cette photo. Tous ces enfants qui meurent chaque jour et nous incapables de faire quoique ce soit, de leur apporter la sécurité, le bien être, de leur donner un avenir. Oui tu as raison nous laissons crever nos enfants… et leurs parents aussi . J’en tremble encore, de rage et de tristesse.
    Merci pour ce très beau texte ❤

    Like

  10. Bonjour, je suis tout à fait d’accord avec cet article. On peut dénoncer et énumérer tout ce qui est mal sans nous plonger dans l’horreur comme cela est souvent fait. C’est ce que j’essaye de faire dans mon nouveau blog en dénonçant les inégalités et les discriminations, je suis content de trouver d’autres personnes mettant en avant tout ce qui est mal dans ce monde. Il ne faut pas perdre espoir de le changer.

    Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s