Posted in Carnets de route

Vivre sans projet, j’adore!

Photo by Roberto Nickson on Pexels.com

En ce moment, ce que la plupart des gens trouve difficile, c’est la difficulté à se projeter. Demain déjà. Dans les semaines et les mois à venir.

Pour moi, c’est une aubaine! Je suis tombée dans le grand bain des projets comme beaucoup, à l’aube de l’âge adulte. L’enfant vit l’instant, il ne se préoccupe pas de ce qui adviendra, il est pleinement dans ce qui est. Et quand il est dans autre chose, c’est qu’une partie de son insouciance a fichu le camp.

Les projets m’ont toujours fait l’effet d’un engagement, ont toujours été plus ou moins doublés d’une attente, ont été déçus parfois et source de motivation aussi. Les projets m’ont tenue à flot quand je perdais pied, ont été une bouée de secours dans la tempête, un phare dans la nuit, un guide les jours de pluie.

Je n’ai jamais été en manque d’idées, d’envies, et pourtant au fur et à mesure du temps, je m’en suis lassée. Comme si au fond, mes projets venaient combler un vide et m’éloignaient de la vie d’ici et maintenant. Comme si je cherchais à tous prix à échapper à ce face à face avec moi-même!

Si je prends le temps de regarder les projets dans les yeux, je me rends compte que je n’ai jamais été vraiment à l’aise avec eux. J’ai fait comme si, parce que les autres en faisaient et que je me disais que ça devait être important d’en faire, en gros que c’était ça, devenir grand, adulte, responsable!

Alors je m’y suis collée. Pourtant toutes les grandes décisions que j’ai prises dans ma vie n’ont été le fruit que de mon intuition. Je n’ai rien planifié, rien envisagé, tout s’est dessiné après un pas en avant. Le reste à suivi.

Les projets s’inscrivent dans un temps que je ne maitrise pas. Ils me perturbent pour être tout à fait honnête! Ils demandent de prévoir sur le long terme quand je ne sais pas encore ce que je souhaite faire pour le weekend!

Alors je dois dire que depuis quelques mois, je savoure de n’en avoir aucun. Je savoure d’être là et de vivre ce qui se présente. Je me saoule de présent, un présent qui prend des allures de grand et qui m’offre le meilleur. Je pense moins à demain ou au jour d’après. Je laisse mes idées prendre leur place sans les bousculer.

Je ne sais pas où je vais, où je veux être, ce que je veux avec une précision d’orfèvre. Je n’ai jamais su, j’ai juste essayé, pour appartenir à une identité. Je ne sais pas et je me sens bien, parce que je ne fais plus semblant. Demain est un autre jour, page blanche aux reflets mystérieux! Tout est possible et c’est ce qui fait pour moi le charme de la vie!

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

23 thoughts on “Vivre sans projet, j’adore!

  1. Comme toi j’ai apprécié de ne plus avoir de projets donc de délais à respecter !. Mais au fur et à mesure je finis par me lasser du train train monotone qui s’installe et je suis à la recherche d’un projet ! Passe une douce soirée Marie Grosses bises

    Liked by 1 person

    1. Les délais, c’est le pire pour moi Paulette!!
      Après je te comprends, je ne serai pas contre un peu de nouveauté et de grand air surtout…
      Bises et accrochons nous ça va bien finir par passer, comme le reste

      Like

  2. C’est fou ce que tu dis Marie car c’est la parfaite opposition de ce que je ressens actuellement. Ne pas avoir de projets, ou tout du moins ne pas réussir à les atteindre pour des raisons indépendantes de ma volonté, me frustre terriblement. J’ai besoin d’avoir un objectif en ligne de mire pour trouver le plaisir d’avancer. J’adore les shémas step by step, j’adore me fixer des objectifs et mettre en place un plan d’action (stratégique et opérationnel) pour les atteindre.
    Autant te dire que cette période latente laboure mon moral de semaine en semaine…
    Mais heureusement que tout le monde ne fonctionne pas ainsi et je suis ravie qu’à toi, cela fasse le plus grand bien ! Profite en Marie et grosses bises à toi !

    Liked by 1 person

    1. Oh j’imagine en effet Cécilia! Ne pas savoir doit en effet peser sur ton moral.
      C’est marrant comme nous sommes tous différents, moi les step by step ça me saoule, j’aimerais que tout aille plus vite!!!
      Je te souhaite de retrouver le gout des projets très vite, même si ils sont réalisables dans longtemps, pour au moins te nourrir de l’intérieur et te faire patienter aussi
      Grosses bises et prends soin de toi.

      Like

  3. Je suis en suspens depuis maintenant 2 ans sans savoir comment ça va avancer… ou pas… je fais l’autruche et me concentre sur les dessins, la peinture, l’humour et nourriture sinon j’angoisse de la vacuité et du néant de la suite… la peur de ne plus rien posséder me paralyse…

    Liked by 1 person

    1. Il y a des moments dans la vie comme ça où plus rien ne fait sens, mais on avance quand même, comme poussé par une force étrangère.
      Je t’envoie d’affectueuses pensées Patricia. Prends soin de toi.

      Liked by 1 person

  4. Ce que tu décris fait vraiment écho à ce que je ressens en ce moment, Marie. Et au fond, pourquoi est-ce qu’on ne pourrait pas se laisser porter sans but précis, par moments ? Pourquoi est-ce que ce qui nous fait plaisir devrait toujours avoir un sens ?

    Liked by 1 person

    1. C’est ma grande réflexion du moment Marie, le sens des choses justement est-ce que tout doit avoir un sens?
      Je découvre le plaisir de faire de nouvelles choses, pour moi et je trouve que ça fait un bien fou!!

      Like

  5. J’aimerais beaucoup ! Mais de la même manière qu’il y a des gens accrochés au passé, moi je suis toujours dans le futur ! Je dois dire que ça me pèse de plus en plus, peut-être justement avec les confinements, etc. qui font que l’on n’a plus pu se projeter et du coup j’aspire de plus en plus à ne pas regarder demain. Mais en même temps je n’ai toujours pas de travail, ça me stress et je dois penser au futur… Dans un article assez récent je disais que j’avais beaucoup changé d’idée sur le fait de vivre de mon écriture et que j’aimerais beaucoup ça, aujourd’hui. Ça rejoint cette idée du présent : tout ce dont j’aurais à me préoccuper (avec les courses, les factures, etc., hein :P) c’est d’écrire ! Au rythme que je veux, les personnages que je veux… j’aurais juste le temps d’écrire, tout ce que l’on me demanderait c’est d’écrire et je n’aurais pas besoin de réfléchir à après ! Parce qu’au final quand j’écris je suis dans le moment présent, je ne m’intéresse qu’à mon texte ! Jolie utopie (on va pas se mentir, quand tu gagnes 1€ par livre, il faut que t’en vendes au moins 20 000 par an pour avoir de quoi vivre, or en vendre 5 000 c’est déjà presque inatteignable, donc…) mais utopie quand même… alors en compromis je cherche à faire un boulot qui me plaît… j’ai candidaté à une formation en alternance mais je crois que j’ai raté la lettre de motivation que j’ai faite à l’organisme donc… bon. Je vais continuer de rêver vendre 20 000 livres par an x)

    Liked by 1 person

    1. Ah passer sa vie à écrire et être payé pour ça, je comprends, un grand rêve qui passe par chez moi aussi parfois…
      Il faut des rêves aussi je crois!! Est-ce que ça ne nous aide pas à tenir?
      Le confinement met à mal plein de choses que nous pensions acquises et pour le personnes qui recherchent du travail ça ne doit pas être une période évidente.
      On croise les doigts pour la lettre de motivation et l’alternance.
      Tu nous diras!

      Like

      1. Si, je pense que les rêves nous aident à tenir, mais tant que l’on sait que ce sont des rêves !
        Non, ce n’est pas évident, surtout dans mon domaine qui recrute déjà pas des masses…
        C’est gentil ! Après j’aurais encore un rendez-vous téléphonique et un test écrit à passer à Montpellier (je suis actuellement dans une région “confinée” donc ça va encore être bien pratique, cette affaire !)

        Like

  6. Je parlais de ce sujet il n’y a pas plus tard qu’hier avec une copine. Je suis partagée sur le sujet. Moi qui ai connu une grande crise existentielle autour de 30 ans, après avoir réalisé mes « grands » projets de vie (couple, maison, boulot, enfants), ne peux que me reconnaître dans tes mots, j’ai parfois, non, régulièrement le sentiment que tous ces projets personnalisés et pourtant terriblement banals nous font tourner en rond. J’ai apprécié aussi, surtout l’année dernière, de ne plus avoir de dates programmées dans l’agenda. Mais je reste persuadée que les projets sont un moteur et sont même naturels à l’être humain. Peut-être faut-il trouver un entre deux: en faire moins, mais en faire mieux, plus en accord avec nous-mêmes.

    Liked by 1 person

    1. Je trouve ta conclusion très juste et équilibrée en effet.
      Le projet est en lui même porteur et c’est ce qui nous donne d’aller en effet de l’avant.
      Mais je crois que j’en ai fait beaucoup et j’arrive à une phase de ma vie où j’ai envie de plus de sérénité.
      Cela demande peut-être aussi de revoir notre idée du projet. A t’il besoin d’être de grande envergure ou est-ce que ça peut-être quelque chose de simple et qui nous fait du bien au quotidien!
      Merci pour ton retour sur cette réflexion. C’est intéressant de voir le regard de chacun, ça change aussi le nôtre!

      Liked by 1 person

  7. Salut Marie. Ah les projets…le mien est de trouver une maison dans le beaujolais et ce n’est pas si facile. J’aimerais les projets. Ils me motivent à aller de l’avant

    Liked by 1 person

    1. Je crois que chercher une maison est ce qu’il y a de moins facile Leti!!
      Les projets sont souvent porteurs, j’en ai peut-être trop faits fut un temps, j’ai besoin de repos!!
      Bises

      Like

  8. J’ai au contraire beaucoup de mal avec cette situation. Plusieurs projets ont été annulés, tellement que je n’ose plus en faire et du coup, j’ai l’impression de ne pas voir le bout du tunnel.

    Liked by 1 person

    1. Je comprends, c’est vrai que c’est perturbant quand on ne sait plus sur quel pied danser.
      Un jour, cette situation sera une vieille histoire mais en attendant, on peut dire que c’est long et frustrant!

      Liked by 1 person

  9. J’arrive toujours à faire des projets, j’ai toujours une petite liste avec de petites et grandes chose dans laquelle je pioche en fonction des circonstances.
    Mais je me rends compte que ce sont des béquilles, que j’ai besoin d’une certaine structure autour de moi pour canaliser certaines angoisses. Une forme de névrose en quelque sorte….
    Alors même en temps de Covid, j’entretiens mes névroses !
    Même si comme toi, j’aimerais parvenir à naviguer sur des eaux plus calmes et vivre pleinement le présent (surtout en ce moment).

    Liked by 1 person

    1. Vu comme ça, moi aussi du coup! Tellement d’idées il faut dire!!
      Je crois que nous avons tous besoin, consciemment ou non, d’un cadre quelqu’il soit pour vivre au mieux avec tout ce qui nous compose et compose notre vie.
      Je n’y arrive pas toujours. On va dire que je fais le tri, que je m’attache seulement aux projets qui font sens pour moi.
      Grosses bises

      Like

  10. Ravie Marie de ce beau texte qui me parle. J’ai toujours vécu dans le moment sans jamais penser au futur . Je vis chaque instant . Je va avant tout pour les grands sentiments, la joie, la tristesse, les grandes passions .Un gros MERCI et bisous.

    Liked by 1 person

    1. Je crois que l’instant c’est ce qu’il y a de plus précieux et c’est bien ici et maintenant que nous avons le pouvoir d’agir.
      Un grand MERCI pour ta lecture et tes différents messages.
      Beau dimanche

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.