Les Etats d’Esprit du Vendredi 12.02.2021

Je ne prends pas toujours le temps pourtant j’aime ce rendez-vous de la semaine. Place aux états d’esprit de cette semaine. Je dépose en passant une pensée chaleureuse aux deux fondateurs de ce rendez-vous incontournable et j’espère qu’ils se portent bien (Zenopia et The Postman).

Début [21:35]

Photo: Création acrylique
Fatigue : les semaines s’enchainent…
Humeur : bonne
Estomac: quiche, riz, compote
Esprit: libre
Cond. phys / Bien être. : sophrologie, yoga, routine écriture/soin du matin

Projet/Boulot: agenda bien chargé, je ne vois pas les journées passer / apprendre de nouvelles choses et surtout se faire plaisir!

Culture: Beethoven, HP 5 avec loulou et Le Courage de Osho

Penser à: la femme que je suis aujourd’hui!

Les jolis moments: du temps à deux, recevoir des cartes postales, les fous rires avec loulou, remplir le réservoir de beau

Message perso (1) merci! (2) vos mots toujours me touchent (3) un soutien inestimable! (4) j’attendrai pour le cadeau…

Loulou: sourit à nouveau, beaucoup, me fait rire aussi, un peu ailleurs en ce moment et pour cause demain il revoit son papa après 6 ans d’absence.
Amitiés : mails, cartes, envois personnalisés
Love : présent, attentif, organisé – on se manque mutuellement mais on s’adapte

Sorties : quelques courses et visite médiatisée pour loulou
Essentiel: le plaisir, la joie
Courses: marché, cadeaux
Envie de: danser, créer et profiter de la vie! Entièrement!

Zic: Donna Summer

Fin [22:05]

Interview Femmes Inspirantes – Julie, artiste, créatrice et entrepreneuse

Bonsoir à tous, j’espère que vous allez bien. Il y a quelques mois j’avais partagé ici même le parcours inspirant de plusieurs femmes. Et aujourd’hui, je suis heureuse de vous présenter celui de Julie, une jeune créatrice très talentueuse, que je suis depuis plusieurs années, sur différents blogs, qui s’est lancée dans l’entreprenariat et qui réalise de très belles choses. J’avoue, je suis souvent émerveillée par ses idées, ses formes, ses dessins, ses projets, la manière qu’elle a de parler du beau, comme du moins beau, de ce qui la fait sourire et de ce qui la fait trembler. On dit souvent que le monde a besoin de plus de personnes inspirantes. Elle en est une, je vous laisse la découvrir…

Copyright Sweetie Julie

Bonjour Julie, pour commencer parle-nous de toi (un peu, beaucoup, comme tu le souhaites…) 

Bonjour ! J’ai 30 ans, je suis fiancée à mon amoureux qui partage ma vie depuis Septembre 2017, nous vivons sur la Côte d’Opale avec nos 3 chats et notre chien. Nous nous sommes rencontrés en Normandie, là où j’ai fini mes études en école de commerce et où j’ai travaillé plus de 5 ans dans le tourisme – j’ai été réceptionniste en hôtel de chaîne, conseillère en séjour, responsable d’une boutique de produits du terroir et d’artisanat d’art, gérante d’un établissement de chambres d’hôtes.

Fin 2017, ma maman a eu de graves problèmes de santé, je suis rentrée dans le Nord, mon amoureux m’a suivie. Les deux années qui ont suivi ont été psychologiquement très éprouvantes : après un bilan de compétences et la préparation par cours à distance du concours de recrutement des professeurs des écoles, j’ai sombré dans la dépression et il m’a fallu plus d’un an de traitement médicamenteux et de rdvs réguliers avec une psychologue pour comprendre que cela faisait des années que j’avais rompu avec l’essence même de ma personne.

J’ai une âme sensible et intuitive, j’aime la nature et les animaux. J’étais « dévorée» par notre société capitaliste, je ne me sentais pas à ma place, je bataillais constamment et j’avais oublié mon imagination, mon amour des mots et de la création artistique. Je voulais paraître responsable aux yeux de mes proches, prendre les décisions qu’on attendait de moi mais ma vie n’était pas vraiment ma vie, et je n’étais pas vraiment moi. Quand j’ai pris conscience de tout ça, quand j’ai affronté tout ce qui me faisait mal, ça a été monstrueusement douloureux. Mais j’avais la force de me battre pour renaître. Et je n’étais pas toute seule : ma familles, mes plus proches amis, mon amoureux ont été d’un soutien formidable. Dieu aussi.

Tu as longtemps tenu un blog, aujourd’hui tu as une chaine Youtube – peux-tu nous présenter ton cheminement / parcours?

 J’ai tenu un blog parce que j’aimais écrire. J’aimais poser sur le papier (et sur le clavier) mes émotions. Très sensible, il n’y avait que comme cela que je parvenais à canaliser le trop-plein. L’entrée dans l’âge adulte, la vie active, la routine m’ont éloignée un temps de tout ça, et je n’écrivais que plus rarement.

En pleine dépression, il m’était impossible de lire. Mon compagnon, un geek tendre, passait du temps sur Youtube alors que je ne m’y intéressais pas. J’ai commencé à regarder des chaînes de Youtubeuses Beauté (Sandrea, Sananas, Mmis’signature…) et prendre soin de moi a été la première chose que j’ai commencé à faire pour retrouver le sourire. Ensuite, j’ai regardé d’autres chaînes aux contenus plus artistiques, plus contemplatifs (Sourire et santé, Ecotmorphe, Libre et Sauvage…). Je me suis surprise à avoir envie, à mon tour, de me placer devant la caméra pour raconter un peu mon histoire.

Copyright Sweetie Julie

 

D’où t’es venue l’envie de créer et de partager tes créations ?

 En parallèle des vidéos sur Youtube, j’ai découvert le dessin, activité que je m’interdisais parce que je me trouvais nulle. Quelle erreur de penser ainsi ! Ce n’est pas que je suis douée d’un talent magistral, c’est juste que ce n’est pas obligé d’être parfait ! Quand j’ai compris ça, je me suis surprise à oser. J’ai commencé à dessiner tous les jours.

Plus je créais, plus je voulais créer. Plus j’osais. Quand j’ai ressenti ce plaisir qui me manquait tant, j’ai su que je cheminais vers ma place dans le monde. Je créé avec le cœur, avec l’intention de diffuser bienveillance et douceur autour de moi. C’était impossible que je garde pour moi cette explosion de joie, ce cheminement vers l’apaisement, la découverte de soi et du bonheur.

Je partage en toute spontanéité, mes illustrations sont un nouveau moyen d’exprimer toute ma gratitude devant ce que la Vie offre, le mauvais comme le bon.

Quelles sont tes plus grandes sources d’inspiration au quotidien ? Qu’est-ce qui te fait vibrer ? 

La Vie ! Cette force qui coule dans nos veines, la richesse des émotions et si je ne devais qu’en citer une, ce serait l’Amour, tant il est divers, complexe… La Nature est une source intarissable d’inspiration, tout comme les petites joies du quotidien auxquelles on ne fait plus attention et qui pourtant sont le terreau de notre bien-être. La puissance de la Foi me fait vibrer, et j’ai parfois besoin de me recueillir pour me confier à Dieu, pour murmurer mes désirs à l’Univers.

Et qu’est-ce qui te révolte, te fait trembler ?

La méchanceté gratuite et le racisme me révoltent, ainsi que la violence sexiste, et le silence qu’on impose aux gens qui souffrent, de peur qu’ils ne déstabilisent le fragile équilibre de notre société. La course au profit me révolte, les gens qui ferment les yeux et font les sourds face aux abus sexuels me révoltent… la liste est longue, et je préfère m’arrêter là.

Sur Youtube tu traites de sujets divers et variés, certains assez délicats – tu as une ligne directrice ou bien tu évolues au feeling ?

J’évolue au feeling ! J’ai bien essayé d’adopter une ligne directrice mais je tiens une semaine à peine. J’ai tout de même des thématiques qui reviennent : partager mon quotidien d’illustratrice freelance sous forme de studio vlog, de speed-drawing…, évoquer des sujets personnels en storytime pour combattre les tabous et dans l’intention d’aider celles et ceux qui souffrent aussi et qui pourraient se sentir seul(e)s… 

Copyright Sweetie Julie

Qu’est-ce qui te plait le plus dans ce que tu fais ?

J’aime l’indépendance, le fait de ne pas dépenser d’une hiérarchie mais c’est à double-tranchant : il faut une certaine rigueur dans son travail, il faut trouver la force de se motiver parce qu’il y a certains jours difficiles, quand la motivation manque, quant on doute…

J’aime la diversité des matériaux que j’apprends à utiliser : les feutres noirs sur du papier blanc, les feutres colorés sur du papier noir, de la peinture acrylique sur une toile, de l’aquarelle. 

Qu’as-tu appris depuis le début de cette aventure ?

J’ai appris que le bonheur que nous cherchons inlassablement est à l’intérieur de nous, que nous avons toutes les clés mais qu’il fallait pour cela accepter d’être soi. Il faut accepter son histoire, prendre le temps de se connaître, guérir de ces blessures qui nous rappelleront le chemin parcouru et surtout à quel point nous sommes forts, même dans nos faiblesses et notre vulnérabilité.

J’ai appris à oser, à m’écouter, et à me faire confiance. J’ai aussi appris à demander de l’aide, à ne pas avoir honte de me tromper, j’ai appris à essayer et à recommencer quand je ne suis pas satisfaite. J’ai aussi appris à accepter de ne pas être pleinement satisfaite !

Des projets, des envies particulières à venir dont tu voudrais nous dire quelques mots ? 

Des projets personnels d’abord : nous nous marions en septembre et nous aimerions avoir un enfant.

Des projets professionnels : développer la section eshop de mon site internet et rouvrir une boutique sur Redbubble, continuer à travailler sur les différentes prestations d’art-thérapie que je propose sur Patreon, plateforme permettant aux créateurs d’être soutenus financièrement grâce à des abonnements mensuels auxquels le public peut souscrire.

Copyright Sweetie Julie

Et pour finir, un message à faire passer, une citation qui te motive, un mantra qui te donne d’aller toujours de l’avant et croire en tes rêves :

Désolée, ce sera en anglais ! « Dear God, Dear Universe, thank you for everything in my life. I welcome incredible blessings and wonderful surprises”.

Un grand MERCI à Julie que vous pourrez retrouver ici:

Son Blog
Facebook
Instagram
Sa chaine Youtube
Son compte Patreon

Les États d’Esprit du Vendredi 24.04.2020

Vendredi déjà et une semaine de passée à une rapidité incroyable! Une pensée  pour les fondateurs de ce rendez-vous incontournable (Zenopia et The Postman) et c’est parti.

Début [10h23]

Photo: essai aquarelle
Fatigue :  je me couche un peu trop tard à mon goût ces temps ci
Humeur : positive
Estomac: céréales, thé à la menthe
Esprit: créatif coloré
Cond. phys. : deux séances de HITT, yoga et un peu d’exercices dans la cour, cours de Pranayama
Projet/Boulot: deux jours de télétravail et apprentissage de l’aquarelle
Culture: Conversations with God et Le père Noel est une ordure!
Penser à: trouver des solutions pour ne plus me mettre en colère au moment des devoirs! Je pars au quart de tour et ce n’est pas très productif.

Avis perso (1): une boom à distance pour les enfants, c’est cela oui!! Mais sans moi!
Avis perso (2): pourquoi tout le monde stresse déjà pour le déconfinement?
Avis perso (3): chacun son histoire mais parfois quand l’histoire se répète ça file des frissons et c’est pas agréable.

Message perso (1) tu as plus de boulot qu’en temps normal, c’est fou (2) je pense à toi (3) ici et maintenant, la seule vérité (4) merci pour vos encouragements (5) le son de ta voix (et le reste) me manque

Loulou: rechigne sans cesse pour faire ses devoirs, négocie tout ou presque, a fait du riz coloré, danse sur la Compagne Créole, adore quand je lui fais des massages, s’endort un peu mieux…
Amitiés : mail, téléphone
Love : en famille, bosse comme un fou, fait du sport, me manque (mais bon ça vous le savez!)
Sorties :  originales comme toujours (la cour, les courses!)
Essentiel: reconnaître ses erreurs
Courses: la semaine prochaine
Envie de: réorganiser mon salon pour laisser plus de place à la création et aux couleurs
Zic: John Baez – edge of glory

Fin [10h54]

Bon weekend à tous et à toutes. Nous avons fait plus de la moitié et comme nous ne savons pas ce qu’il adviendra, vivons le temps présent au maximum!

Brèves de Confinement #4

Voilà 15 jours de passés depuis nos dernières nouvelles. Depuis nous avons appris que le confinement allait être prolongé jusqu’au 11 mai. Je m’y étais préparée donc cette nouvelle est passée presque inaperçue.

La première semaine de cette quinzaine a été plutôt émotionnellement délicate. Je me suis sentie loin de tout, de tous, un peu perdue, tiraillée. Je me suis sentie très seule aussi. Pas forcément triste. Ou bien j’ai réussi à accueillir tous ces débordements sans me braquer. J’ai ouvert les yeux sur des vérités, pas forcément faciles. Je me suis retrouvée face à des questions fondamentales sur ma place dans mes relations à l’autre. J’ai été davantage dans le constat que dans la quête de solution. Le jour où mon fils m’a dit que j’avais beaucoup de colère en moi, ça a réveillé des failles. C’est vrai que j’ai beaucoup de colère et j’ai choisi cette fois de lui dire que cela n’avait rien à voir avec lui, tout avec moi, que quand je craquais je ne remettais pas en cause sa manière d’être, je crachais juste le trop plein ou le trop peu. C’est le problème quand on se donne au final peu d’importance. Ça a été la conclusion de cette semaine d’introspection et le weekend a été placé sous le signe du lâcher prise total: créativité, cuisine en famille et construction d’une tente dans le salon, sous laquelle loulou a dormi le samedi soir et sous laquelle nous avons pu faire notre repas de Pâques!

La deuxième semaine a débuté avec des maux de ventre atroces. Heureusement je lui avais promis Harry Potter, du coup j’ai eu deux heures quarante de pause. Après nous avons défait la tente, puis fait quelques constructions colorées de Lego. Cette deuxième semaine a été créative. Au programme: aquarelle, peinture, pâte FIMO, pancakes à la betterave, cookies, riz coloré, expériences, massages. Nous avons aussi essayé de méditer un peu. Nous avons ri et dansé, fait les fous – loulou est le premier partant!  J’ai également eu une visio avec ma promo de formation et cela a apaisé mes doutes – il faut dire que depuis 5 semaines, je n’ai pas ouvert une seule fois mes cours – les examens seront décalés et il y aura une solution pour chacun en fonction de sa situation.

J’ai pris du temps pour me retrouver. J’ai compris que je donnais souvent un peu trop de pouvoir aux autres, en oubliant que je suis seule responsable de la manière dont je gère ma vie et fais mes choix. Et que je suis capable surtout, qu’il n’y a pas une bonne manière de faire, et que ce que je choisis à un instant T peut être revisité à chaque fois que cela me parait nécessaire.

Et vous ces 15 jours, cette semaine? Comment vous sentez-vous? Comment allez-vous?

Quand les mots se défilent…

La première chose que les gens me disent quand ils prennent des nouvelles c’est “et bien tu dois ou tu vas avoir le temps d’écrire, c’est super”. Comment dire?

A part quelques articles de blog, je n’ai pas écrit une ligne depuis, et bien depuis 15 jours. Je peux trouver plein d’excuses et la seule valable est qu’une journée, bien remplie, me laisse chancelante sur le canapé passé 22h. Oui, je pourrais prendre une heure pour écrire, mais je sais aussi que la fatigue accumulée et moi ne faisons pas bon ménage. Je souhaite nous préserver au maximum parce que c’est du non stop et que les crises de larmes et de ras le bol, point trop n’en faut pour l’équilibre familial!

De toute façon, je sais que les mots ne sont pas loin et qu’ils reviendront quand je pourrais m’offrir le luxe de plus de trente minutes de pause!

Toutefois, j’ai eu le temps de mettre le nez dans mes anciens dossiers et j’ai décidé de reprendre la publication de mes meilleurs articles de blog, ceux que j’ai particulièrement aimé rédiger et ceux que vous avez plébiscités. Je dois pour cela remercier Sophie qui a ouvert la voie par ses partages inspirants. Je vous laisse voyager ici et vous invite à découvrir – redécouvrir mes textes:

Instants de Blog – Les jours heureux

(Cliquez sur l’image)

 

Challenge Écriture 2020 – #2 (21.01.2020)

L’artiste contemporain reste une énigme pour moi. Les lieux où il s’exhibe me plongent dans un schéma infernal, mon esprit est en proie au trouble et les questions fusent, restant bien souvent des points d’interrogation en lévitation.

Couleurs, formes, un blanc pas si blanc, des traces, contrastes.

Si je me laisse aspirer, ça pique, les yeux. Et la peau. Le bleu c’est beau, comme l’eau, la mer d’été. D’ailleurs et le sud, le feu qui brûle, incisif et pénétrant. Le bleu comme le ciel, un jour de grand soleil, une vague apaisante pour calmer la blessure du désir prégnant, forme imposante, imposée.

Le blanc, comme une couverture qui porte l’air, transporte la terre. L’énergie du souffle de vie. Déclinaison simple de bleus, une paresse, une caresse que le rouge protège. Barrière de sécurité. Au delà de cette limite, les carrés risquent la chute dans l’abîme.

Attirée, propulsée dans une autre dimension, je me sens ballotée, emportée par un courant de pensée qui me dépasse. Je crée à partir de rien. Peut-être que se tient là la vraie valeur de l’art. De laisser chacun libre de son interprétation.

@ Marcel Barbeau

Retrouvez ici les participations de: My Minds Visit / Josée – Et si je m’aventurais… / Sandra – Un voyage extraordinaire/ Ballet chez Mesbul

***

Le thème de la semaine prochaine:

Vous êtes sûrement tous au fait de la fameuse conspiration des chaussettes. Elles passent du bac de linge sale à la machine à laver puis disparaissent comme par magie au moment où il faut les mettre par deux puis les ranger dans le placard. Il parait que les petites cuillères s’y sont mises aussi. Je vous invite à créer une histoire qui apporterait à tous ceux qui cherchent une réponse, un début de solution! Laissez libre court à votre imagination et faites nous rire un peu aussi! Rendez-vous le 28.01…

La femme qui danse

Pexels for Pixabay

Je me suis souvenue de la femme qui danse.

Son corps vibrant au rythme de la musique et du chant des hommes. Le mouvement de ses mains, décrivant des arabesques, embrassant l’air de leur souplesse.

Son corps qui s’offre sous sa jupe aérienne. On devine juste le mouvement de ses pas sous le tissu lourd de promesses. Des pas sûrs et précis.

Je me suis souvenue de la femme qui danse.

Son corps né pour le plaisir. Plaisir de donner et de recevoir. Plaisir des sens déployés dans ce ballet solitaire qui lie le tempo à la terre.

Son corps nimbé d’or – un trésor. Rien n’est à elle et tout lui appartient, dans cet instant de communion sublime. Un corps à corps avec elle même.

Nul ne saurait troubler la danse de la femme qui s’éveille…

Imbroglio artistique

© Steve Ramon

Des lignes.
Un alignement de lignes.
Des lignes en provenance. En partance.
Un imbroglio de lignes venant de je ne sais-où. Allant je ne sais-où.

Il se trouvait devant ces lignes, alignées et pourtant indisciplinées.
Il regardait cet enchevêtrement de lignes agencées selon un ordre propre, celui de l’artiste.

Avait-il pensé ces lignes? Avait-il voulu les cases? Ou bien avait-il voulu dire qu’il fallait aller au delà? Des apparences?

Tout semblait à construire. Dans cet amas concentré de lignes presque aériennes, que fallait-il voir? Quel mystère devions-nous percer? Quelle énigme attendait d’être résolue?

Posé là, il regardait, s’attendait presque à voir surgir la solution, comme par magie. Il se posait des questions aussi. A quoi cela pouvait-il servir? L’art devait-il servir à quelque chose? Ou bien devions-nous accepter de n’y rien comprendre?

Il refusait de céder à l’attitude de tout un chacun de fuir devant ce qu’il ne comprenait pas. Alors il restait là, presque hypnotisé par ces lignes qui au fil des minutes écoulées, semblait lui parler…

Ce texte est ma participation à l’atelier mensuel de Bric A Book.

Les États d’Esprit du Vendredi 18.01.2019

C’est vendredi et l’heure de partager nos états d’esprit, initiative de The Posman et Zenopia . On copie le formulaire, on le remplit, on glisse un petit mot doux sur leurs blogs respectifs avec le lien de notre article et c’est parti :

Début [16h26]

Fatigue : extrême pour cause de rhino, rhume, mal de tête, nuits entrecoupées et j’en passe…
Humeur : bonne
Estomac: soupe, tisane (en attente de galette des rois)
Esprit: confus (pour cause de nuits difficiles)
Cond. phys. : marcher un livre à la main encore et toujours!
Boulot/projet : coaching en cours, des pistes qui se précisent
Culture: Harry Potter Tome 4 – La petite poule qui voulait voir la mer…
Penser à : Respirer!!
Avis perso: no comment
Message perso: (1) merci pour ton écoute et tes conseils (2) merveilleux voyage!!! (3) pas de billet cette semaine, pas d’états d’esprits, j’espère que tu vas bien et que la petite famille aussi (4) cette soirée, quel délice!
Loulou: a été malade, adore quand je me mets en colère (il y a un truc qui ne tourne pas rond chez ce gosse!)
Amitiés : cartes à faire sans plus attendre
Love : souriant, attentif, passionné, à l’écoute, sensuel
Sorties : de quoi se changer les idées – musée, ciné, goûter…
Essentiel: dormir, lâcher prise, travailler sur soi
Courses: nourriture
Envie de: m’affirmer davantage
Photo: Envie de Douceur (Ci-dessus)

Zic: Abba

Fin [16h41]

Bonne fin de journée et profitez bien de votre weekend!

De la création…

Une nuit sans étoile
Lumière pâle
Sur le monde
Qui s’endort
Le ciel se cabre
Sous les assauts du vent
Et l’artiste
Sort ses griffes
Passion féroce
Contre énergie vitale
Un coup d’épée sur la toile
De la vie qui s’emballe
Une dose de drogue douce
Glisse entre ses veines
Et sous la peau
L’ivresse l’enchaîne
L’artiste résiste
Se braque
Lâche prise
S’enivre
Croque à la source vive
Se vide de sa folie
La création
Joue avec ses démons
L’artiste tremble
Bascule
Trépasse
Se noie
Le chaos le broie
Un souffle
Sursaut de vie
Respiration ralentie
Pause
L’inspiration
Inonde la pénombre
Caresse la nuit
D’idées fécondes

050afe235e6c2808efea4846d0fc6a35_resized

Crédit – Photographe Saul Leiter

Ceci est ma participation à l’Atelier des Jolies Plumes de Fabienne et Célie sur le Thème “Créer”.