Posted in Challenge Ecriture

Challenge écriture 10

Comment écrire sur cette musique, que je connais, non par coeur car les paroles m’échappent, mais par le coeur, ce qui est différent, comme un héritage.

Il était une fois l’histoire de cette terre, au loin les falaises de Moher, battues par les vents. Une petite ile verdoyante et la certitude d’avoir trouvé une des clés pour comprendre le sens de l’existence.

Respirer, se laisser porter par ce chant riche de symboles et se laisser aller à une danse éphémère, bras ouverts vers le ciel. Quelque part, la paix, l’indépendance scandée comme une seconde liberté. Inis Mor me regarde, avec ses vagues gigantesques et son espérance intacte. Ici le trèfle pousse sans qu’on s’y attache, certains que la chance est à portée de silence.

Sur cette terre, loin du continent, péninsule hybride au goût de sel et de sacré, règnent la conscience et la connaissance du monde. Ile de mystère et de magie. La nature est pourvoyeuse du savoir éternel, transmission intemporelle.

Encore faut-il pouvoir se risquer au-delà des croix, au-delà du connu, traverser le calcaire et s’approcher des coutumes avec courtoisie. Encore faut-il pouvoir sentir la souffrance du peuple, et écouter couler le sang des morts dans la voix des vivants. Encore faut-il être prêt à faire face humblement aux dolmens sacrés, géants de pierre aux pouvoirs infinis.

Une fois les porte passées, la terre devient ce qu’elle a toujours été, terre d’accueil, il suffit de s’asseoir dans l’herbe mouillée par la dernière pluie de la journée et contempler le soleil couchant sur les toits des skelligs.

Retrouvez les participations ici – une vraie évasion: Chez Mébul, Chez Josée, Chez Sweet Things

***

Pour la semaine prochaine, je vous invite à écrire un texte sur cette musique – pas de paroles cette fois-ci. La scène doit se situer dans un paysage/ site URBEX. Je vous mets un lien sur un site qui parle de ce sujet, si vous ne connaissez pas: https://urbexsession.com/france

Posted in Les Instantanés Singuliers

Instantanés Singuliers 2016 – Mai

Je vous retrouve encore avec un peu de retard (et tant mieux car cela a permis à Catwoman de publier son article aujourd’hui). Et j’avoue heureusement qu’elle l’a fait, car avec trois participations, je continue l’aventure (j’ai bien pensé laissé tomber des dizaines de fois entre temps). Donc voici les participations de cette édition d’avril:

Ezellgatelier nous fait voyager au gré des villes traversées et de ses souvenirs

Catwoman nous raconte tout sur le Train Corse!

Miss Fujii nous entraine quant à elle sur les traces du train de la côte bleue. On en redemande…

P’tite Delph innove – une belle surprise et à bien y réfléchir, elle n’a pas tort!

***

Je ne prends que les transports en commun, bus, métro, tramway, RER et train. Et j’ai beaucoup d’affection pour chacun d’entre eux. Pas étonnant que mon fils les adorent lui aussi! L’idéal pour moi pour aller d’un point A à un point B. Et puis je dois avouer que cette infrastructure me fascine – je reste souvent sous le charme des couloirs du métro, même crasseux. Je ne parle pas des voies de chemins de fer qui se croisent, se divisent, se rejoignent. Chacun son propre paysage, chacun sa façon de m’inspirer.

Sur cette photo, les murs de la station RER Pereire (Paris 17e)

2016-05-12_15 38 42_resized

Continue reading “Instantanés Singuliers 2016 – Mai”

Posted in Carnets de route

Mustang – Les indomptables de Deniz Gamze Ergüven

J’entends encore leurs rires.

0

Elles sont jeunes. Elles sont belles. Innocentes. Insouciantes. Leur rire remplit l’espace. Elles jouent comme les filles de leur âge. Mais elles jouent avec des garçons. C’est ce qui déclenche la foudre de leur grand-mère, mais surtout de leur oncle.

Enfermées, elles n’auront de cesse que de se libérer du poids omniprésent des traditions. Leur rire se fane à mesure que les règles se durcissent. Les portes se ferment. Les vitres se parent de barreaux. Dans leur prison dorée, elles tentent de survivre. Séparées du monde, elles n’ont de cesse que de briser les codes, d’enfreindre les interdits.

Dans ce village conservateur de Turquie, l’unique finalité est de faire de ces cinq sœurs de bonnes épouses. Leurs jambes nues sont vite recouvertes de longues tuniques sans forme. Chaque mariage est une victoire à célébrer. Leurs rires sont réprimandés. Leur joie de vivre s’estompe à mesure que chacune part pour une nouvelle vie.

Se résigner ou résister?

Se soumettre ou combattre?

Accepter ou se rebeller?

La question demeure toujours.

Face à la folie des hommes, elles n’auront de cesse que de s’affirmer, que de revendiquer leur féminité et leur droit de choisir leur destin.

Voilà un film qui fait réfléchir, qui émeut sans tomber dans les clichés ni la victimisation. Chacune des héroïnes nous offre un spectacledont on ne sort pas indifférent. La peur a beau nous tirailler le ventre du début à la fin, on ne peut que louer la fougue avec laquelle chacune d’entre elles fait face à ses doutes, ses tiraillements intérieurs.

Une belle ode à la féminité, à la révolte contre un système qui les condamne, parce qu’elles sont femmes justement.

Posted in Interview Femmes Inspirantes

Destination Maroc – L’interview de la créatrice de Tanargan

1 / Peux-tu te présenter en quelques mots

Je m’appelle Sophie, je vis au Maroc depuis 2005. Je suis maman de 7 enfants – que Dieu les préserve – et depuis 2012 je gère une société d’artisanat marocain.

2 / Qu’est ce qui t’a poussé à ouvrir une boutique en ligne spécialisée dans l’artisanat marocain ?

Au tout début, la boutique regroupait essentiellement de l’huile d’argan et des soins argan. Ce qui m’a poussé à m’engager dans cette sorte d’artisanat c’est l’avantage d’être sur place. L’huile d’argan est originaire du Maroc, je me suis donc dit que j’aurai plus de crédibilité en vendant un produit originaire de là où je vis. Par la suite, j’ai ajouté de la décoration marocaine. Le fait d’être sur place me permet de mettre en vente les dernières nouveautés. Mais bon, pour le moment j’ai un peu “délaissé” ce côté déco pour me concentrer sur les soins cosmétiques. Ce n’est qu’une question de temps, et puis ça me permet de voir ce qui est recherché de ce qui ne l’est pas.

3 /Quels types de produits proposes tu ?

La boutique tourne autour de trois domaines. Le cosmétique, la décoration marocaine et les saveurs marocaines. En vente donc, de l’huile d’argan pure, de l’huile de graines de figue de barbarie, des soins argan, des gommages naturels, des soins du hammam et de très jolis savons naturels. Côté déco, on a surtout mis l’accent cette année sur les bougies et photophores. Quelques accessoires également. Pour les saveurs, une gamme d’épices devrait rejoindre l’huile d’argan alimentaire avant cet été.

4 / Comment sélectionnes tu les produits que tu vends ?

En cosmétique, c’est surtout en fonction de la qualité. Des produits qui rappellent le Maroc, que ce soit au niveau des matières premières que dans les parfums. Pour la déco, à vrai dire, j’aurai envie de tout sélectionner tant le choix est vaste. Je ne m’occupe pas de la préparation des colis, donc j’essaie du mieux que je peux de prendre des produits simples à emballer. J’ai commercialisé de gros tajines décoratifs mais le transport en France s’est toujours mal passé. J’ai dû à chaque fois rembourser le client, ce qui est normal ! Donc maintenant je ne commercialise plus ce qui est fragile et très encombrant.

5 / Tu tiens un blog, le blog est né avant ou après l’ouverture de la boutique ?

J’ai deux blogs. Le premier est né avant. Le second après 🙂

Le premier est www.huile-argan-bio.over-blog.com. Il m’a permis d’effectuer mes premières ventes. Le second, www.tanargan.com/blog, est celui sur lequel j’ai beaucoup d’espoir.

securedownload

6 / Ou trouves tu les idées d’articles pour ton blog ? Quelle est ta principale source d’inspiration ?

Ma principale source d’inspiration est ma boutique. Je vends de l’huile d’argan, alors j’en parle. Je vends de l’eau de rose, alors j’en parle. Etc … Pour la déco, c’est tout autre. Parler de l’artisanat marocain et mettre en avant le travail que cela représente de faire un luminaire ou encore une couverture berbère, cela me plait. Je trouve cela important, c’est un savoir-faire ancestral qu’il faut faire connaitre et partager. Je ne te cache pas que les magazines sont une excellente source d’inspiration. Ils permettent de faire découvrir des talents cachés vu que le web est encore peu présent au Maroc (il progresse d’une façon fulgurante, c’est une bonne chose)

7 / Une ville du Maroc que tu affectionnes particulièrement ?

Tan Tan, une ville dans le Sahara. C’est là que je vis d’ailleurs. Parce que c’est la ville qui m’a accueillie quand j’ai tout quitté en France. C’était en mars 2002. Par la suite j’ai dû faire des allers retours avec la France car je n’arrivais pas à obtenir mes papiers. 2005 j’ai pu finalement me poser de façon stable. C’est ici que l’on a été éprouvé et que l’on a tenu bon. Une ville qui me tient à cœur. Je rêve d’aller à Ifrane, une ville enneigé plus au Nord. Ce qui m’a souvent manqué de France, ce sont les hivers, la neige, la nostalgie qui en découle. Méditer, ça me manque terriblement!

 Merci Sophie pour ta participation et tes réponses passionnées. J’espère que ton projet ira loin. Accroche toi, l’avenir t’appartient. Nous croisons fort les doigts pour toi.

Son Blog Tanargan / Sa Page Hellocoton Tanargan

Sa Boutique / Son Blog Huile d’argan

Sa Page Hellocoton Huile d’Argan