C’est fini!

Un matin tu te réveilles et tu sais.

Quelque chose fait sens.

C’est fini.

Cette longue agonie.

Cette histoire.

J’ai mis un point final.

Le passé reste là où il réside, hors de portée.

Je lui lâche la main.

Plus rien à prouver à personne.

L’avenir se dessine sous une chaleur torride.

L’horizon, une page blanche à écrire.

Merci pour vos mots tous plus chers à mon coeur les uns que les autres.

Merci pour vos témoignages d’amitié, votre soutien sans faille au fil de ces années. Certaines furent longues et éprouvantes. Mais vous n’avez jamais lâché ma main.

Aujourd’hui une page se tourne.

Ici et ailleurs.

Je ne suis pas loin. Je m’éclipse juste quelques temps.

Le temps de reprendre mon souffle.

Pour revenir

Différemment.

A très vite mes ami(e)s!

 

Et si je vous parlais de mon petit côté « old school » !

a42442639eefbe1b45b8f1d1d5788f4d-1

J’ai eu l’idée de ce billet (un peu différent) en déjeunant avec des collègues hier. J’écoutais leur conversation et je ne me sentais pas du tout en phase et pour cause :

  • Je ne suis pas abonnée à Netflix.
  • J’achète toujours des CD et des DVD.
  • Je n’ai encore jamais téléchargé ni musique ni vidéo.
  • Je ne lis que des livres « papier » si possible des livres de poche, que j’emprunte le plus souvent à la bibliothèque ou que j’achète en vide-grenier.
  • Je n’ai jamais eu ni Mp3 ni Ipod. La musique chez moi ça s’écoute sur une chaine hi-fi.
  • Je déteste Facebook.
  • Je n’ai lu ni « cinquante nuances de grey » ni « hunger games » et je viens tout juste de découvrir Harry Potter (don’t blame me !).
  • J’adore envoyer des cartes postales à mes amies.
  • Je garde encore de (trop rares) correspondances épistolaires.
  • Je n’arrive toujours pas à me séparer de mon appareil photo argentique (le passage au numérique m’a coûté mais je me dois d’apprécier sa qualité et son efficacité – j’aurais du mal à m’en passer aujourd’hui).
  • Je ne regarde aucune série à la mode.
  • Je suis nostalgique des dessins animés de mon enfance.
  • Je déteste acheter des vêtements / chaussures sur Internet. Je ne le fais qu’en cas d’extrême nécessité.
  • Je suis fan du style des Sixties!
  • Je préfère donner que vendre.
  • J’adore écrire avec un stylo plume – Parker de préférence.
  • Je fais toutes mes pâtes (à tarte – boulangerie – pizza…) à la main.
  • J’ai le minimum d’applis sur mon portable pro.
  • Je possède encore un Nokia 5cb – tout petit et très pratique.
  • Je voyage uniquement en car ou train. Je n’ai pas de voiture et je m’en porte très bien !

Et vous? Dites moi tout…

En passant…

cropped-picmonkey-collage26.jpg

Le froid est revenu et j’ai dû ressortir mon manteau d’hiver. J’avais besoin de chaleur aujourd’hui. Je ne m’imaginais pas passer la journée les bras autour du corps pour me réchauffer. Il y a des jours comme ça. Des jours où tout commence de travers, où la fatigue est telle que les nuits n’arrivent même pas à l’apaiser. Mes rêves biscornus ont repris du service depuis quelques jours. Je m’en serais passée.

Un petit creux de vague, sans trop d’importance. Un petit creux qui donne envie d’hiberner. Ce petit creux que nous connaissons tous un peu, plus ou moins, qui vient réveiller des blessures mal cicatrisées (quand on croit qu’il n’y en a plus, une nouvelle surgit et nous demande de travailler encore sur nous et nos pensées erronées). Un petit creux que j’apprends à accepter. En gérant mon impulsivité qui me donne parfois envie de tout envoyer balader. J’ai muri. Je ne me laisse moins dépasser par cette vague d’indécision qui auparavant m’aurait fait prendre des décisions un peu trop radicales – que j’aurais regrettées.

Je me demande toutefois si je ne suis pas arrivée au bout d’un chapitre sur ce blog. Ou si ma présence ici, pour le moment, ne me détourne pas de mon gros projet autobiographique. Ce récit terminé vient de passer de la phase d’écriture à la phase de relecture. Le chantier est conséquent. Je souhaite m’y consacrer davantage dans les mois à venir, afin d’y mettre aussi rapidement que possible un point final.

Je me laisse le temps de la réflexion. D’ici quelques jours, je sais que l’énergie sera revenue, j’aurais à nouveau envie de partager quelques bribes de vies, je me sentirais plus légère et pleine d’énergie. J’aurais de nouvelles idées, de charmants projets à partager. Je ne me sentirais plus engourdie par tous ces mots accusateurs qui fleurissent ici et là sur qui à voter pour qui – pour quoi.

A très vite mes ami(e)s…

Ce droit fondamental…

Miloula se glisse sans bruit, se faufile dans la nuit, enfile une robe, ajuste un voile sur ses cheveux puis sort. Elle avance à pas feutrés, certaine que le bruit de ses chaussures pourrait éveiller quelques soupçons dans les rues désertes de son village. Elle s’arrête devant une porte, frappe deux coups, puis attend. Latifa, robe longue, voile assorti la rejoint, refermant derrière elle la porte, une paire de chaussures à la main. Elles sont en retard. Il va falloir courir un peu. Sans chaussures, c’est mieux. Elles sourient toutes les deux en se prenant la main. Elles se sentent libres l’espace d’un instant. Dans une heure, elles seront assises devant un pupitre et écouteront religieusement le maître d’école.

A la maison, leurs mères vaquent à leurs occupations habituelles. Elles préparent à manger, lavent, s’occupent des garçons avant de les laisser filer, servent leurs époux, avec le sourire. A leur âge, elles étaient mariées. A leur âge, elles supportaient déjà le poids des choix faits par d’autres, pour leur bien – c’est ce qu’on disait – pour le bien de la société – ce serait plus juste. Elles s’étaient occupées de leurs frères, de la maison, avaient soutenu leurs mères dans les tâches ingrates incombant aux femmes, jamais reconnues. A leur âge, leur corps avait déjà été souillé par un homme sans tact, un mari imposé, parfois violent, souvent gauche, inintéressant. A leur âge, l’école n’était pas une option. Une fille n’avait pas besoin d’apprendre. Une fille n’avait pas le droit, pas de droit. Elle était fille de son père avant de devenir épouse de son mari. Elle était la propriété d’un homme. Les hommes dirigeaient sa vie. Elle acceptait pour sa survie.

A la maison, ce matin-là, leurs mères inventent un énième mensonge, pour leur garantir quelques heures d’enseignement supplémentaire. Si elles peuvent avoir une vie différente de la leur, elles sont désormais prêtent à en payer le prix.

L’éducation, ce droit fondamental…

La vie, ce droit universel…

« L’éducation des filles est le meilleur outil de développement qui soit. » Kofi ANAN

« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le Monde. »Nelson MANDELA

Ce texte a été écrit dans le cadre des Cat’s Hours, rendez-vous organisé par Catwoman, en soutien à l’association KMG Ethiopia qui lutte activement pour les droits des femmes dans le Monde. Pour tout savoir sur les participations c’est par ICI. Et pour les dons, par LA. Vous pouvez également commander des confitures auprès de Catwoman dont les bénéfices seront reversés à l’association (je ne peux que vous le conseiller, elles sont EXTRA!) 

Les états d’esprit du vendredi 24.03.2017

Je ne suis pas très régulière mais je participe toujours avec plaisir aux Etats d’Esprit de Zenopia & the Postman!

Début –  17h27

Fatigue : ça s’apaise, grâce à de bonnes nuits de sommeil

Humeur : au beau fixe

Estomac : je file me chercher un thé

Condition physique : sport ce midi – reprise en grande forme

Esprit : apaisé

Boulot : mon patron fait son “bla bla” habituel – bonne semaine avec plein de travail

Culture : des livres surtout “Pars avec lui” d’Agnès Ledig et “Rose” de Tatiana de Rosnay

Penser à : acheter le nécessaire pour notre pique-nique de demain

Avis perso : la vie politique Française c’est du grand délire!

Loulou : mange des macarons, veut un déguisement de pirate, va à l’école avec le sourire, n’arrête pas de réclamer Aladin ou Peter Pan le soir (j’en peux plus…)

Message perso: (1) merci pour vos messages (2) j’ai hâte de te lire ici ou ailleurs (3) merci pour vos commandes

Amitiés : sont amoureuses, me lisent, pouponnent, se posent des questions sur leur avenir professionnel, refont surface, ont du chagrin, sont attentives

Love: ne va pas tomber du ciel, dans mon salon, entre mes séries télé, les ballons et mes bouquins – ça fait plus de 4 ans, il faut peut-être que je me bouge un peu (!)

Sorties : demain et dimanche avec l’escargot

Divers: il va falloir aussi se bouger pour commencer les démarches en vue d’un nouvel appart (c’est maintenant ou jamais!)

Courses : pour le pique-nique de demain

Envie de: un peu de temps pour moi

Pic: de jolies fleurs et de belles couleurs

Fin –  17h38

Les états d’esprit du vendredi 03.03.2017

Voici vendredi, voici “les états d’esprit de Zenopia et du Postman”. Le principe est simple, il suffit de copier le formulaire, en le remplissant à ta sauce. Il faut ensuite laisser un commentaire sur leurs deux blogs respectifs afin qu’ils puissent faire un édit de leurs billets avec notre participation. Retrouvez le tableau pinterest collectif et la playlist sur youtube.

Début –  17h38

Fatigue : toujours à cette période du mois

Humeur : bonne

Estomac : thé et mandarine

Condition physique : sport ce midi et rires, il parait que ça compte aussi

Esprit : serein

Boulot : j’apprends le “body language”

Culture : Territoires d’Olivier Norek

Penser à : écrire mon article sur les livres lus en février

Avis perso : la politique ça commence à être un binz géant

Loulou : attend demain avec impatience, adore Peter Pan, raconte plein d’histoires incroyables, tient à son câlin du soir

Message perso: MERCI et MERCI encore

Amitiés : me lisent, sont en vacances, ont autant de choses à gérer que moi donc se font discrètes

Love: JJG!

c0da2ecc53582115fbe43fa276f95d4b

Sorties : dimanche chez Mémé

Divers: demain c’est fiesta à la maison avec 7 loulous pour souffler les bougies de l’escargot.

Courses : des légumes et des fruits

Envie de: me coucher de bonne heure et de me faire un bain de pieds

Pic: je suis une fille de Bagatelle!

20170219_113822-1_resized

Fin –  17h44

Liebser Award Tag!

On en voyait fleurir un peu partout des “Awards” fut un temps puis c’est passé de mode (ou alors c’est moi qui n’ai plus été intéressée d’en faire) et ça revient! C’est la blogueuse d’une vie à tâtons qui m’a nominée, une occasion de me dévoiler un peu plus auprès de mon lectorat (extra)!

9ed85c042ce905b3c1221b1b378ab366

Commençons par 11 choses sur moi:

  1. Je garde tous mes carnets de notes et journaux intimes
  2. J’ai, grâce à l’article de Zenopia, fini par me séparer (danse de la joie avec moi) de mon alliance
  3. Je suis Scorpion (je m’en sors très bien même si je sais que ça inquiète à chaque fois mes interlocuteurs)
  4. Idem pour l’ascendant (et là ça devient menaçant, mais ne vous inquiétez pas je suis un ange…)
  5. J’aime regarder les enfants dormir – leur poitrine se soulever à intervalles réguliers. Cette réalité me rassure
  6. Je suis la marraine de deux petits garçons, dont un est un ange du ciel. Je pense souvent à lui.
  7. La phrase qui a changé ma vision de moi-même et de la vie est celle ci: “il faut porter du chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse“.
  8. J’attends toujours avec impatience l’arrivée de l’été pour pouvoir marcher pieds nus.
  9. J’ai fais 3 ans de danse classique, 2 ans de danse Jazz, 4 ans de Flamenco et 1 an de danse orientale.
  10. Les livres de Soeur Emmanuelle et Guy Gilbert ont bercé ma jeunesse.
  11. Je suis engagée contre les violences faites aux femmes et pour l’éducation.

Place au 11 questions:

1: quel est ton plus grand rêve?

Après l’écriture, mon grand rêve est de partir en Egypte avec l’escargot à sa majorité.

2: pourquoi avoir décidé d’écrire un blog?

J’ai commencé à bloguer en 2009 pour partager mon expérience d’expat à Dublin.

3: ta saison préférée? Pourquoi ?

J’aime toutes les saisons mais j’ai une affection particulière pour l’automne. Ca doit avoir avec mon mois de naissance. C’est une pause agréable après l’euphorie de l’été.

4: ton plus grand regret ? Pourquoi ?

Pas sûre de pouvoir dire que je regrette quoi que ce soit. Je dirais peut-être une chose, d’avoir eu si peu confiance en moi pendant longtemps.

5: ta plus grande passion?

La vie sans hésitation

6: qu’est ce qui te rend heureux(se) au jour le jour ?

Mon fils, l’écriture, travailler, partager, mes amies, ma famille, la nature, l’humain, les bonnes choses et toutes les belles idées qui voient le jour.

7: comment te vois-tu dans 10 ans?

Heureuse, épanouie, avec une chambre de plus et avec un adolescent qui s’adresse à moi avec d’autres mots que “ouais, bof, hmmm”. Bon ok je rêve un peu pour l’ado! (Oh purée dans 10 ans il sera un ado! – allez on n’y pense pas)

8: qu’est ce qui te plait dans mon blog/mes articles ? et ce qui ne te plait pas ?

Ta vérité.

9: ta citation préférée ?

Partagée plus haut. Il y en a une autre qui me plait bien “all you need is love” – je suis fan des Beatles aussi…

10: ta plus grande peur ?

Celle commune à tant de parents, perdre mon enfant

11: ton secret pour t’accepter plus facilement ?

Regarder le chemin parcouru. C’est un bon indice!

Je ne tague personne, non pas parce que je n’ai pas envie de connaître plein de choses passionnantes sur vous, mais parce que je n’ai aucune idée de questions (!) et que je sais que la plupart d’entre vous avez déjà répondu un nombre incalculable de fois à des tags…

Le coup de blues de la blogueuse

Je m’essouffle. J’écris avec toujours autant de passion mais je ne sais plus où j’en suis avec ce blog, ce que je souhaite partager, ce que j’attends. Quand je fais le chemin en arrière, je me rends compte que j’ai parlé de beaucoup de choses, que je me suis livrée sans limite sur plusieurs sujets qui me tenaient à cœur. Je tiens un blog depuis près de 10 ans, ce n’est pas rien. Et celui-là depuis déjà 4 ans. J’ai changé des dizaines de fois d’avis et eu des dizaines d’envies.

Est-ce qu’un blog a une date de péremption ?

Peut-être. Je n’ai pas la réponse. Je pense que je suis juste dans une phase, comme beaucoup, une phase de questionnements qui revient toujours, à intervalles plus ou moins réguliers. Et quand on est bien calé dans cette phase, difficile de faire la part de choses. La patience n’est pas mon fort mais avec le temps j’ai appris à lâcher prise et accepté de ne pas toujours pouvoir tout contrôler.

Est-ce que c’est l’énergie mise ces dernières semaines dans l’achèvement de mon recueil de textes courts, la prise de conscience qu’au-delà de la douceur que je partage souvent ici, il y avait aussi une part de moi, plus sombre, qui s’impatiente d’être regardée avec plus d’indulgence que par le passé ou bien cette course effrénée (via les réseaux sociaux notamment) au bonheur, à la zen attitude, la méditation, le manger sain, l’équilibre, le développement personnel qui me pèse ?

J’ai parfois l’impression d’être déconnectée de moi-même. Je sais qu’il ne s’agit que d’une phase, que mon corps et mon esprit me disent juste d’appuyer sur pause, de ne pas me laisser emporter par mes états d’âme. Ces états d’âme, autrefois si tumultueux, me laissaient dévastée, en proie à de terribles doutes sur l’avenir. Aujourd’hui je les regarde différemment, je sais qu’ils cherchent à me dire quelque chose. Ils me conseillent de faire le silence en moi, de me nourrir d’un peu plus de bienveillance et de tendresse, juste le temps que l’orage passe. Il va passer.

Cette semaine j’ai reçu une adorable carte de bonne année et ça a fait tilt en moi. Beaucoup de projets encore pour 2017. C’est un moteur inspirant. Mais le message disait aussi de garder du temps pour moi. J’avais oublié. Je m’étais oublié encore une fois. Alors doucement je fais le vide, je note mes objectifs. Il y est question d’écriture mais pas que, de yoga, de câlins, de moments à partager, de gâteaux à confectionner et de planning à laisser tomber, de nouvelles routines à créer, d’attentes à redéfinir, de principes à laisser tomber, de souvenirs à bazarder.

Alors ici reste – c’est un peu mon coin de liberté, un espace aménagé avec soin, pour me permettre de m’évader, de grandir, d’apprendre et surtout de partager, avec vous, mes lectrices et lecteurs enthousiastes et passionné(e)s  – sans obligations à remplir, sans deadline à respecter.

Au plaisir !

Les états d’esprit du vendredi 17.02.2017

Cela fait trois semaines que je manque le RDV “les états d’esprit de Zenopia et du Postman”. Me voilà de retour!

Le principe est simple, il suffit de copier le formulaire, en le remplissant à ta sauce. Il faut ensuite laisser un commentaire sur leurs deux blogs respectifs afin qu’ils puissent faire un édit de leurs billets avec notre participation. Retrouvez le tableau pinterest collectif et la playlist sur youtube.

Début –  15h14

Fatigue : comme après deux soirs de fiesta

Humeur : au beau fixe

Estomac : pâtes aux champignons et thé à la menthe

Condition physique : sport annulé. Porter les courses ça compte ?

Esprit : enfin libéré

Boulot : on ne s’ennuie pas

Culture : Et les mistrals gagnants (touchant) et La la land (extra)

Penser à : commander des cartes à écrire

Avis perso : l’autoédition c’est génial, mais qu’est-ce que c’est compliqué de tout gérer de la relecture à la mise en page, de la publication à la communication, de la promotion à…

Loulou : a soufflé ses 4 bougies, prépare les valises, a pris des couleurs, a hâte de rentrer

Message perso: (1) J’ai conscience que ça fait la trentième fois que je te dis merci mais MERCI encore pour ton temps, ta patience et ton aide précieuse (2) Ca fait du bien de se parler au téléphone (3) Merci pour tous vos messages aussi adorables les uns que les autres pour loulou.

Amitiés : au téléphone c’est déjà ça…

Love: prend son temps, a sûrement des petites choses à régler comme moi.

Sorties : demain matin pour la dernière matinée en solo, sûrement dimanche avec loulou

Divers: recueil terminé et validé – j’ai vraiment hâte de pouvoir préparer les commandes et dédicaces.

Courses : faites ce midi, à la place du sport

Envie de: danser comme une folle dans mon salon et retrouver loulou

Pic: des écossais dans le métro

20170211_115107-1_resized

Fin –  15h33