Posted in Carnets de route

Par delà les masques qui nous protègent…

Crédit Pixabay

On s’adapte tous, au quotidien, aux situations de vie, aux rencontres, en fonction de nos obligations, de nos contraintes. Parfois on en a conscience et tant mieux. Parfois non et c’est bien là qu’est le souci. On ne sait plus quand on porte ou non un masque. On est tellement adapté qu’on oublie qui l’on est.

J’ai longtemps été dans l’adaptation constante, ne montrant ma vérité qu’à un ensemble très restreint de personnes. Et encore, j’avais plus l’impression de me rebeller contre l’autre établi qu’être vraiment moi. J’ai longtemps été incapable d’exprimer mes envies, de faire des choix, préférant laisser l’autre décider à ma place. J’ai longtemps porté un masque sans m’en rendre compte.
Et quand il a fallut répondre aux questions “qui suis-je? Qu’est-ce qui me motive? Quels sont mes désirs?” je me suis retrouvée face à une montagne à gravir. Il fallait creuser loin pour revenir à mes origines, débroussailler un terrain miné.

On ne va pas dire que je suis sortie d’affaire, loin de là. Mais j’ai davantage conscience des situations dans lesquelles je fais attention, dans lesquelles je marche sur des œufs ou j’adapte mon comportement. Je pense être plus naturelle, plus spontanée, moins dans le contrôle qu’avant.

Même si le gros travail vient de soi, il faut aussi prendre en compte les personnes autour. Certaines nous mettent à l’aise, d’autres pas. Certaines nous acceptent tels que nous sommes, d’autres ont plus de mal. Certaines sont elles-mêmes mal à l’aise et sur la défensive.

Être avec l’autre, sans fard, sans masque, c’est très certainement ce qu’il y a de plus beau, ce à quoi nous aspirons tous, sans pour autant pouvoir le vivre pleinement. Et quand on y est, quand on ne le touche plus seulement du bout des cils comme un rêve inaccessible, alors il y a comme de la magie dans l’air, une porte qui s’ouvre, l’océan à portée de voix, la vérité nue qui nous attire entre ses bras.

Posted in Carnets de route

Sexe, Religion, Mort & Rock’n’roll

Copyright © Ornella Petit

Rock’n’roll c’est pour le style. Quoi que je me souviens d’une collègue qui me disait tout le temps, j’aime ton côté Rock décalé, avec ton blouson en cuir et ton foulard en soie!

Pour détendre l’atmosphère. Vous avez vu le titre, vous avez ouvert une fenêtre. En vous attendant à quoi? Est-ce que ces mots vous ont inspirés, attirés, faits peur?

Ces trois mots me résument assez bien. Il faut très bien me connaître pour le savoir ou alors avoir une intuition et/ou une sensibilité très développées.

Je me suis souvent demandé quel était le point commun de ces trois thèmes majeurs de mon existence. Et hier soir j’ai eu une révélation! Ce qui m’attire c’est le mystère, le sacré, l’énigmatique, les origines, la fin, l’au-delà, le sublime…

Tout (ou presque) de ce qui n’a pas de consistance physique, qui ne peut être touché qu’en se détachant de la matière. D’où mon manque d’ancrage flagrant parfois. Et mon attrait pour la poésie qui permet de soulager mes vertiges, de partager ce qui ne se dit pas toujours avec aisance.

En y réfléchissant, je me suis aussi rendue compte que ces trois sujets étaient  “tabou” dans notre société actuelle. Encore. On n’en parle pas. Et si on en parle, on le fait à demi mots. On les survole comme si on pouvait les éviter. Alors même qu’ils sont l’essence de ce que nous sommes. Certains diront “non” pour Religion. Quand je parle Religion, j’entends Histoire, Spiritualité, Art, Civilisations, Identité, Dialogue.

Quand je parle Mort, je pense Vie, Fin, Début, Existence, Complétude, Cycle.

Quand je parle Sexe, je dis Fusion, Abandon, Absolu, Nature, Vérité, Volupté, Sensualité, Sacré, Divin.

Je ne sais pas vivre les choses à moitié. Je suis davantage dans la passion que la raison. Je ne saisis pas tout, loin de là, mais je continue à chercher et à me découvrir.

Il y a eu une / des époques pendant lesquelles j’ai passé plus de temps à me sentir coupable de mes centres d’intérêt qu’à vivre selon mes aspirations. C’est vrai aujourd’hui ce qui a le vent en poupe c’est le Féminisme, l’Écologie, les Médecines Douces, le Feel Good…

Toutefois aujourd’hui, j’apprends à accueillir toutes les facettes de ma personnalité. Et si cela peut en choquer certains, c’est peut-être qu’il y a matière à aller plus loin…

Et vous, qu’est-ce qui vous passionne? Qu’est-ce qui vous attire – vous motive? Quel est ce sujet sur lequel vous pourriez échanger pendant des heures?

 

Posted in Humeurs d'Auteur

Est-ce que plus on écrit, plus on a envie d’écrire?

[:fr]

J’ai l’impression d’avoir envie d’écrire tout le temps, d’avoir envie de coucher les mots, les souvenirs sur le papier, de les laisser s’évaporer sur l’écran.

J’ai comme une envie de laisser une trace. Pas seulement de moi. Mais de tout ce que j’ai vécu, ressenti, de la manière dont j’ai aimé la vie, les gens, de la façon dont j’ai remonté la – les pentes. Raconter comment, pourquoi, dans quel sens j’avance, sur quels chemins j’ai vadrouillé. Parler des images floues et des rires discrets. Donner vie aux photos saisies, aux instants en argentique.

J’aime lire les histoires, les souvenirs des autres. J’aime me plonger dans le plus profond “cœur à cœur”. J’aime les histoires qui parlent de la vie, la vraie, qui font état des doutes, des dérives, des troubles, des victoires.

J’aime ces épanchements sincères, ces déclarations qui prennent aux tripes, cette mise à nu, qui n’a rien avoir avec une absence de pudeur, qui dit juste les cicatrices, qui lâche les vannes. Face à la vie lumineuse et grandiose.

J’aime ces rencontres à partir d’un sourire ou d’un ras le bol, ces contacts qui touchent plus profondément que d’autres. J’aime les hommes, les femmes qui, à bout de larmes, m’offrent leur visage à contempler, sur lequel on lit l’histoire de leur vie. J’aime toutes celles et ceux qui se livrent, qui partagent l’intime, les êtres sensibles qui n’ont pas de filtres, qui se nourrissent des sagesses partagées, des désirs osés.

Et vous, d’où vous vient cette envie d’écrire?

[:]

Posted in Variations Littéraires

Écrire la vie…

[:fr]

Est-ce que plus on écrit, plus on a envie d’écrire?

J’ai envie d’écrire tout le temps en ce moment, envie de coucher les mots, les souvenirs sur le papier, de les laisser s’évader sur l’écran.

J’ai comme une envie de laisser une trace. Pas seulement de moi. Mais de tout ce que j’ai vécu, ressenti, de la manière dont j’ai aimé la vie, les gens, de la façon dont j’ai remonté la / les pentes. Raconter comment, pourquoi, dans quel sens j’avance, sur quels chemins j’ai vadrouillé. Parler des images floues et des rires discrets. Donner vie aux photos saisies, aux instants en argentique.

J’aime lire les histoires, les souvenirs des autres. J’aime me plonger dans le plus profond “cœur à cœur”. J’aime les histoires qui parlent de la vie, la vraie, qui font état des doutes, des dérives, des troubles et des victoires, des moments d’extase, des plaisirs simples.

J’aime ces épanchements sincères, ces déclarations qui prennent aux tripes, cette mise à nu, qui n’a rien avoir avec une absence de pudeur, qui dit juste les cicatrices, qui lâche les vannes. Face à la vie lumineuse et grandiose. Parfois profondément compliquée et douloureuse aussi.

J’aime ces rencontres à partir d’un sourire ou d’un ras le bol, ces contacts qui touchent plus profondément que d’autres. J’aime les hommes, les femmes qui, à bout de larmes, m’offrent leur visage à contempler, sur lequel on lit l’histoire de leur vie. J’aime toutes celles et ceux qui se livrent, qui partagent l’intime, qui n’ont pas de filtres, qui se nourrissent des sagesses partagées, des désirs osés.

Alors ici, comme avant, je vais continuer à partager avec vous tout ce qui m’émeut, me touche, me révolte, m’interpelle, me donne envie d’aller de l’avant, me chamboule, me transporte, me fait vibrer.

BIENVENUE A VOUS!

[:]