Posted in Carnets de route

Novembre s’en va…

Crédit Pixabay

Les derniers jours de Novembre glissent sans bruit, dans la danse merveilleuse de feuilles d’or dans le vent, comme une neige lumineuse qui descendrait sur la ville et sèmerait dans le cœur des fragments d’étoiles filantes. Faites un vœu…

Novembre, du noir au gris au bleu du ciel, rayons de soleil sur nos peaux, comme un reste d’été qui nous rappellerait le doux temps de la saison passée. Les jours maussades s’en sont allés, les cris, les larmes comme des miettes d’un temps révolu ne sont que souvenirs.

On entend le peu, le trop peu dans les bouches fatiguées, le froid trop tôt peut-être et la nuit qui s’installe un peu trop vite. De ce trop je n’en ai que faire, mon cœur balance dans une atmosphère de dates comme des renaissances. Gravées à jamais, elles rappellent la vie qui défit le chaos.

Novembre s’écrit comme une nouvelle histoire, accueillie, digérée, un nouveau souffle, un chemin que l’on prend, prêt à revendiquer le meilleur. Il n’est pas le visage douloureux de ceux qui regardent la pluie comme une énième méchanceté du ciel, comme la manifestation d’un châtiment divin. Il n’est pas ce que l’on en dit mais pour cela il faut abandonner l’idée que rien n’est ni bon ni mauvais, que tout est juste à l’instant T, une porte ouverte sur un temps qui nous appelle à nous émerveiller.

Novembre, le mois béni, aux couleurs majestueuses, au repli sur l’intérieur de soi, pour se préparer à l’hiver, mois pour se dépouiller de ce qui ne nous appartient pas, pour lâcher prise, mois de transition évident. Le regard que l’on pose sur les choses et les évènements leur donnent des couleurs, tantôt matin chagrin, tantôt matin bonheur. A nous de voir.  Le choix nous appartient.

Posted in Carnets de route

Poser les mots d’Octobre

Je ne pouvais laisser Octobre se terminer sans poser les mots. Ce mois si significatif pour moi, à de nombreux égards, s’avère chaque année le passage chaotique d’une réalité à une autre. Il est riche de bouleversements, de remises en question. Il est riche d’évènements qui changent le cours des destins. Il commence avec la sensation qu’il y a des choses à lâcher. Cela se fait souvent dans un malaise, qui me laisse inquiète quant à les suites des festivités. Dans la crainte de ne pas faire les choix judicieux pour moi, cette année a marqué un tournant significatif dans mon approche de la vie et de ma place dans celle-ci.

Dehors les températures sont de saison, le vent envoie les feuilles valser, les arbres prennent de nouvelles couleurs. Et alors je respire l’automne, enfin installée. La nuit qui tombe tôt m’apaise. Je retrouve vite mes marques dans cette ambiance familière.

Ce mois d’octobre s’achève dans une béatitude qui me séduit. Il pourrait se résumer en deux mots “donner” et “recevoir”. Les jours glissent vers novembre que je me sens prête à accueillir, et ce malgré certaines dates “souvenir”. Octobre fut corporel, sensuel, envoutant, passionné. Octobre m’a rappelé l’importance de prendre du temps pour moi, de demander de l’aide. Octobre m’a donné de me reconnecter à mon corps, que je finis par négliger, à force de trop en faire. Octobre m’a ouvert les yeux sur mon travail, les limites que je traine depuis de nombreuses année, l’envie de les dépasser.

J’ai changé la décoration de mon appartement. Je me suis acheté un canapé, mon premier canapé, à moi, mon premier vrai matelas aussi depuis des années. J’ai reçu un bel arbre, qui a déjà eu tant de vies. J’ai réalisé que dans mes 40m2, il y avait un peu de tous ceux que j’aime et qui m’inspirent au quotidien – une connexion précieuse.

En octobre, j’ai souri (béatement souvent), ri, pleuré aussi, de joie et de trop plein, j’ai médité un peu, un peu plus, j’ai passé du temps de qualité avec mon fils, je me suis découverte dans des situations qui hier m’auraient semblé complètement insensées, j’ai intégré que la pudeur et moi nous n’étions pas amies, que je ne voulais plus faire semblant, me soumettre à un système de règles et de valeurs qui n’étaient plus les miennes, que la vie n’attendait que moi. Je me suis livrée, non sans appréhension, et j’ai retrouvé derrière des visages amis, la bienveillance. Je me suis reconnectée à l’amitié qui me lie à tant de belles personnes. J’ai aimé sans filtre et lâché certaines de mes peurs. J’ai fait l’amour avec intensité, connectée à la puissance de l’énergie qui me lie à celui que j’aime. J’ai reçu des mots qui ont fait tremblé chaque vertèbre de mon être. J’ai intégré que tout ce que je vivais j’y avais droit. Et plus encore…

Et chez vous Octobre ça parle de quoi?

Posted in Carnets de route

Défi Liste – Les petits plaisirs du Printemps

Cécile de Zenopia revient avec un défi Listes et nous invite à partager nos plaisirs à l’aube d’une nouvelle saison: le Printemps!

Pour moi c’est principalement:

  • la nuit qui vient plus tard et donne l’illusion que les jours ont plus d’heures que d’habitude
  • les premiers bourgeons, signe que la nature renait et nous invite nous aussi à respirer à pleins poumons, à éclore à nouveau
  • le soleil qui réchauffe davantage et nous offre de beaux moments à l’extérieur
  • les premiers pique-nique
  • délaisser les vêtements chauds et s’habiller avec des matières plus légères
  • de belles couleurs qui mettent du baume au cœur
  • faire du tri et redécorer son intérieur
  • le retour des salades composées, plat simple et équilibré
  • reprendre d’assaut les terrasses pour un moment convivial au grand air

 

Posted in Carnets de route

Bonjour Décembre!

20161201_114306

Bonjour joli mois, dernier mois de l’année, mois de communion et de chaleur, mois de partage et d’attention, mois de bilan et mois de fêtes.

Décembre est là, déjà diront beaucoup. Une année de plus. Des bonheurs à égrener et des difficultés à laisser passer. Des victoires à savourer et des échecs à regarder sous un nouvel angle pour en tirer le positif. Puis laisser de côté ce qui ne nous servira pas, ce que nous ne souhaitons pas emporter avec nous pour l’année à venir.

Décembre, le compte à rebours avant les fêtes de fin d’année. Noël d’abord et l’odeur particulière des sapins, des petits gâteaux fourrés aux épices. Noël et les décorations, les guirlandes lumineuses qui font battre un peu plus vite les cœurs des petits et des grands aussi. Noël ou le goût particulier des souvenirs.

Décembre, comme une parenthèse dans l’année, le temps de prendre la vie comme elle vient, de lâcher prise, de prendre soin des siens, de passer du temps entre amis, en famille, et se souvenir de ce qui compte, avant les doutes et les soucis, avant les problèmes et les envies, avant soi, avant les deuils et les nuits d’insomnie, avant ce qui nous peine et ce que l’on fuit.

Décembre est là et je vais tenter, non pas de retenir les jours, mais de noter le meilleur de l’année, de me remémorer comment 2016 a débuté, regarder avec bienveillance (Le mot choisi pour 2016) le chemin parcouru, les projets réalisés, relire vos mille et un petits mots déposés ici et ailleurs et qui chaque jour me rappellent combien ma vie est belle (et comme je l’aime), même quand elle est chaotique, même quand le moral n’y est pas, même quand je ressens l’envie de tout mettre par terre et tout reconstruire une énième fois. Je vais fermer le livre de l’année en mettant en lumière tout ce qui a compté, les petits comme les grands instants, les leçons apprises, les secrets murmurés par mon inconscient.

Décembre est là et j’ai envie de vous offrir quelque chose. Prenez ma main, suivez-moi. Mon cadeau se décline en livres. Un livre est un cadeau qui fait toujours plaisir à celui ou celle qui aime se plonger dans la découverte d’univers inconnus.

Je vous propose donc 3 formules toutes douces (commandes uniquement par mail via missk123@yahoo.com) :

20161201_114852_resized

  • 1 livre acheté (au choix) : Dédicace personnalisée + frais de port offerts
  • 2 livres achetés (au choix) : Dédicace personnalisée + un marque-page offert
  • 3 livres achetés (au choix) : Dédicace personnalisée + un marque-page offert + emballage cadeau offert

Pour l’occasion, Iridescent Delight et L’essence de l’être sont à 6€. Ils avaient un prénom reste à 7€ (le bénéfice des ventes étant reversés à l’association IMAD). Merci de me dire en commentaire si vous êtes intéressé(e)s pour que je fasse une première commande générale (approximative).

Les commandes définitives devront être passées par mail avant le 14 décembre.

Crédit Image

Posted in Carnets de route

Brèves d’Automne

c4cfd4f764e64e5a0241a2c77c8b0772

Je sens le vent souffler et faire bouger les feuilles. Musique matinale. La lumière du jour qui se lève me berce de tendresse. L’automne est installé et d’ici quelques semaines laissera place à une toute nouvelle saison. Je savoure les couleurs déclinées à l’infini, du jaune, du vert, du rouge orangé, du brun, des tâches et des mélanges, du rose et parfois un tourbillon arc-en-ciel qui se pose délicatement sur l’herbe fraîche.

Je me sens partagée entre l’envie de marcher à l’air libre, de remplir mes poumons de cet air précieux et le souhait de profiter de mon intérieur, d’un plaid bien chaud et d’une boisson chocolatée ou épicée.

Je sors des placards les pulls en laine et en cachemire, me réapproprie ces vêtements remisés dans la penderie de l’entrée depuis plusieurs mois. Des couleurs vives et du noir. L’assortiment parfait. Mes pieds habitués à la nudité se plongent dans des bottes et délaissent les chaussures légères qui les ont portés pendant l’été. Je m’enveloppe dans un long manteau, matelassé, entoure mon cou d’une écharpe et glisse mes mains dans des gants fourrés.

Je marche dans les feuilles comme les enfants, comme j’aime le faire dans les flaques d’eau quand la pluie tombe assez pour en recouvrir les trottoirs. Je les envoie valser et me délecte du son qu’elles émettent. Je m’émerveille toujours autant et puise dans l’alternance fraîcheur – chaleur tout ce dont j’ai besoin pour me défaire moi aussi de tout ce qui ne me sert plus.

Je passe du temps en cuisine, un peu plus de temps, reprenant contact avec les aliments de saison. Ca mijote et mon regard se perd dans le gris du ciel ou la nuit qui pointe peu après l’heure tant appréciée du goûter. J’allume bougies et lumières. Je me laisse bercer par le calme qui règne, par les rires discrets que l’on distingue à peine, derrière les fenêtres fermées.

Je prends mon temps, je me sens moins pressée. Je marche sur l’herbe humide avant de regagner l’atmosphère apaisante de mon foyer.

L’automne me guide et m’accompagne, me donne un an de plus chaque année, m’inspire des textes qui sentent bons la douceur de vivre et le partage, me murmure des secrets et quand l’automne s’en va, sur la pointe des pieds, mon cœur se serre un peu, mon univers met du temps à s’habituer.

Ce texte a été écrit dans le cadre de l’Atelier des Jolies Plumes (24e edition) de Célie et Fabienne: “nous dire ce que vous, vous aimez et ce dont vous avez envie en automne”.

Credit Image

Posted in Carnets de route

L’automne, ma saison-paradis

L’automne est ma saison préférée, celle qui m’a accueillie dans la vie, par une douce journée d’Octobre.

L’automne m’offre le cadre idéal pour profiter de chaque instant. En regardant la nature changer et se débarrasser du superflu, je ressens le besoin de faire le vide, de me séparer de tout ce qui ne me convient plus, de tout ce qui m’empêche d’avancer.

Au-delà du bonheur de voir les feuilles tomber, de les voir changer de couleurs, de les sentir craquer sous mes bottes, au-delà de l’odeur d’épices qui flotte dans l’air, des boissons chaudes que l’on déguste bien blottis au fond de note canapé, au-delà des vêtements doux et chaud qui viennent repeupler notre garde-robe, l’automne m’invite à regarder en arrière pour voir le chemin parcouru, me prend par la main pour me montrer tous les possibles, m’offre de nouveaux projets que je garde sous silence, que je bichonne en attendant la prochaine saison qui leur donnera vie.

4b42303e0fea4a6f5b926839682c6b31_resized

L’automne m’aide à relativiser, à me concentrer sur l’essentiel, à reprendre confiance.

L’automne est ma saison-paradis, mon coin du feu, à l’abri des intempéries, un cocon dans lequel je prends plaisir à passer du temps, la saison qui me rappelle qu’il faut prendre soin de soi, pour pouvoir prendre soin des autres.

Ceci est ma participation au thème de la semaine 30 du projet d’Agoaye – Mon automne à moi.

Macaron-copie

Posted in Tout un poème

La valse des saisons

L’histoire commence, fragile

Les saisons passent

Les arbres se dénudent

Le temps pour le monde de reprendre son souffle

***

L’histoire continue, docile

Les saisons défilent

Les arbres frissonnent

Le temps pour le monde d’arrêter les secondes

 ***

L’histoire recommence, intense

Les saisons s’écoulent

Les arbres refleurissent

Le temps pour le monde de reprendre son rythme

 ***

L’histoire se dessine, facile

Les saisons se perdent

Les arbres rayonnent

Le temps pour le monde de se bercer d’amour et de rires

dc24d9286e6aac91196e711c418e7ce5

Source