Entre elle et moi

Crédit Pixabay

Nous nous livrons depuis des années un combat sans merci. Au fil des jours et des nuits. Au gré des songes et des cauchemars.

Il y a celle qui dit :

Vibre, aime, rayonne, donne, offre, rêve, ai confiance, prend ton envol, vole

Et celle qui dit :

Rentre dans les cases, ne fais pas de vague, reste discrète, sois polie, sois sage, ne rêve pas trop

Il y a celle qui dit :

Fais des erreurs, tombe, pleure, relève-toi, prends les chemins de traverse, apprends, tente, essaye, défie la peur

Et celle qui dit :

Reste en terrain connu, ne dévie pas trop du chemin tracé, laisse les autres oser

Il y a celle qui dit :

Sois toi-même

Et celle qui dit :

Sois comme les autres

Il y a peut-être celle des idées des autres pour / sur elle et celle qui sait, à l’écoute de ce qui vit en elle. Il y a sûrement celle qui parait et celle qui est.

Il y a surtout un fossé qui grandit entre les deux au fil des jours. Et doucement une qui prend sa place, remerciant l’autre d’avoir été là, le temps de construire, le temps d’apprendre sa valeur, le temps de se révéler.

Le combat est un corps à corps intense, un combat d’idées et de pensées, de cicatrices à panser, de blessures à dépasser. Une histoire qui s’écrit pour gagner en vérité…

Advertisements

Les mots authentiques

Crédit Pixabay

Dire les choses, là, tout de suite, quand elles viennent. Un mot, un souvenir, une présence. Dire les émotions avant qu’elles ne s’envolent. Poser les mots sur un carnet, un écran. Un message pour dire ce qu’on ressent. Une réponse, un conseil, un élan du cœur.

Les mots sont authentiques dans cet instant. Ils sont les sentiments. L’impulsion leur donne davantage de consistance. Alors pourquoi attendre ? Pourquoi juger ses pensées ? Pourquoi vouloir remettre à plus tard ?

Rien ne vaut qu’on passe sous silence nos ressentis, sous prétexte que certaines choses ne se disent pas. Qui a dit cela d’ailleurs ?

Tout se dit. Tout est dans la manière de le dire.

Tout s’inscrit en nous et ce que nous aurons gardé pour nous, par crainte, par doute, par renoncement, restera comme un regret, celui de ne pas avoir osé les mots, les gestes, celui de la retenue quand tout nous poussait à nous livrer, quand toutes les portes nous invitaient à les pousser.

Quand les mots sont là, quand les maux nous pèsent, quand nos cœurs battent fort dans nos poitrines, soyons à l’écoute et offrons nous ce qui nous fait du bien.

Featured

Écrire encore et encore…

Crédit Pixabay

Une chose est sûre, écrire pour moi est aussi essentiel que  respirer! D’ailleurs les mots et le souffle ne sont ils pas liés? L’idée ne prend elle pas sa source dans l’air qui nous entoure, celui de la nature, celui des autres, celui du monde qui nous appelle à vivre, à créer, à vibrer?

Quoi de mieux pour commencer l’année que quelques concours (thème imposé ou pas) – juste pour le plaisir, encore une fois:

Encore une fois, merci pour votre soutien – toujours aussi précieux!

 

Si je te contais le bonheur…

Crédit Pixabay

Si je te contais le bonheur, je te dirais qu’il est propre à chacun, que nul n’en a la même définition. Toutefois une chose est sûre, beaucoup en ont peur. Ils craignent sa générosité, son entrain, son allégresse, ses attentions. Ils préfèrent les nuages gris annonciateurs de tempête à un grand ciel bleu, la pluie qui tombe avec fracas aux rayons du soleil qui percent à travers le feuillage des arbres et déposent des pépites d’or sur le jour. Ils craignent surtout qu’il parte (si seulement ils savaient qu’il n’ai jamais loin – il est patient, sait attendre son heure), qu’il ne tienne pas ses promesses. Et alors ils pourront dire que le bonheur est un leurre.

Je ne peux pas te conter le Bonheur mais je peux te dire le MIEN.

Il a un goût sucré, un goût de croissant chaud, bien beurré, un goût de friandise qu’on savoure, qu’on laisse fondre dans la bouche et dont on découvre une nouvelle saveur à mesure du temps qui passe.

Il est plein de tendresse, de douceur, de câlins qui s’éternisent, bulles éphémères qui s’inscrivent dans l’éternité. Il est cristallin, unique. Il est fait de mots et de charmes, d’anges qui planent et déposent ici et là une trace de leur passage. Il est léger comme la brise du printemps, amical comme un coup de fil, passionné comme une nuit d’encre. Il est extase, jouissance, audace, abandon. Il tient dans un sourire. Il a la poésie de la pluie et l’odeur de l’herbe mouillée. Il a la chaleur de l’orage et s’imprègne du silence de la ville qui s’éveille. Il est un plat cuisiné avec amour, un cadeau de cœur à cœur.

MON bonheur se trouve dans le chant joyeux des oiseaux, dans la nature, la rosée, l’aube et ses couleurs apaisantes, dans la fraicheur du vent qui vient déposer un baiser sur mes joues rosées, dans l’équilibre qui sans cesse demeure à définir, dans un instant de partage, un déjeuner improvisé, un élan du cœur, une prière, une déclaration, un « merci ».

Je te dirai que le bonheur il est là pour tous. Il est juste sans chercher à plaire. Il se laisse cueillir par ceux qui passent et osent un regard. Il ne s’impose pas. Il laisse l’homme libre. Il se laisse trouver par ceux qui croient en l’extraordinaire. Il est dans les petites choses.

Il se partage. Il se regarde dans les yeux. Il scintille dans la nuit. Il embellit les jours.

Il est un cœur, une étoile, une fleur de vie, un trésor. Il est inspiration, méditation, contemplation.  Il est l’amour qui danse en communion avec le monde. Il est le sel de la terre. Il se vit plus qu’il ne s’écrit – certains le disent et c’est dommage. Parce que le bonheur partagé est un carburant magique, il nous porte, nous transporte. Il est, même au milieu du pire, la clarté qui nous éblouit, la foi inébranlable, la vie qui nous appelle à vibrer l’essentiel !

Et pour vous le bonheur ça ressemble à quoi?

Si vous êtes intéressés par le bonheur, mon livre “Chuchotis et Ricochets” en est un concentré!

Graver le bonheur

On pourra dire que cela fait longtemps que je ne t’ai pas évoqué ici. Je t’écris ailleurs. Je t’écris toujours. J’écris pour graver le bonheur. Là dans l’instant. Pour aujourd’hui et demain.

Écrire. Un souffle. Le mien.

Je ne peux rien retenir. Tout est, puis disparait. Alors j’imprime les souvenirs. Les mots sont ma mémoire.

Je ne peux saisir que quelques bribes de cette mélodie que nous composons. Rien ne nous appartient si ce n’est ce qui compose notre présent. Nous sommes des êtres libres. Tu ne me dois rien et je ne te dois rien. L’amour sans dépendance est délivrance. Le nôtre s’écrit au quotidien. Il vibre à une fréquence qui nous ressemble.

J’écris comme une lettre d’amour à l’amour. Et toi, tu es là, au cœur de ce bonheur intense. Tu es mon évidence.

J’écrirai des heures de toi…

Toutes les heures du monde n’y suffiraient pas.

Si j’arrêtais…

Crédit – Pixabay

Si je partais d’ici sur la pointe des pieds, comme tant d’autres avant moi. Si je désertais, fermais la porte derrière, sans un regard en arrière. Si je quittais cet espace…

Force est d’admettre que ça ne changerait pas la face du monde. Nous ne sommes pas des êtres interchangeables et pourtant nous sommes vite oubliés.

Qui s’inquiète d’un blog délaissé ?

Qui envoie un mail après x jours / mois d’absence ?

Qui se pose des questions ?

Si je partais vers d’autres contrées, laissant tout tel quel, combien viendraient se perdre dans les limbes des années passées, combien prendraient plaisir à dépoussiérer de temps en temps la centaine d’articles écrits au fil de mes pensées, états d’âme, coups de gueule ?

Si je coupais tout, quelle réalité me ferait face ? A quoi m’exposerais-je ?

Au courroux des lecteurs fidèles qui prendraient mon départ comme un abandon lâche et irrespectueux ?

Ou bien à rien – mes mots n’étant que de gouttes de pluie dans le vaste univers de tous ceux qui tentent de trouver  leur voie, de faire entendre leur voix…

Quelques grammes d’humanité

Crédit – Pixabay

Je passe dans la rue. Elle me voit, un geste de la main. Je lui retourne son bonjour.

J’arrive ou je repars du travail. Et elle comme chaque jour, elle attend là, assise dans les courants d’air du métro le matin, sur un tabouret de fortune près de la librairie du quartier le soir. Avec un gobelet. Rien dans le ventre sûrement ou si peu. L’incertitude comme unique compagnon. Dans le froid glaçant de l’hiver ou la chaleur écrasante de l’été, elle est là et elle sourit. Juste un peu d’humanité dans son chaos quotidien.

Alors oui certains diront « si on commence à donner… ». D’autres renchériront « ils n’ont qu’à faire comme les autres : bosser ».  On entendra aussi « c’est au gouvernement d’agir pour tous ces laissés-pour-compte ».

Peut-être ont-ils raison. Peut-être ont-ils leurs raisons.

Toutefois je pense que si on attend que les autres fassent quelque chose, on n’est pas prêt de s’en sortir.

Donne-t-on pour se donner bonne confiance ? Ou juste parce que un regard, un mot aura fait mouche, nous aura touché en plein cœur ? Parce qu’un sourire nous aura montré autre chose, au-delà des vêtements sales et de la misère ? Parce qu’un regardant une personne dans les yeux, nous aurons décelé quelques bribes de son histoire ?

Nul n’est à l’abri. De cela et du reste. Un jour, tout peut changer. Ce que nous avons connu peut s’envoler en fumée. Nous vivons avec cette impression que telle ou telle chose ne nous arrivera pas. Et puis non loin de nous, un parent, un ami, connait un choc brutal. Et c’est la lente descente aux enfers qui s’amorce. Sans soutien, cet ami, ce parent serait certainement à la rue aujourd’hui. On réfléchit puis on oublie.

Pourtant la pauvreté, la misère ne cessent de gagner du terrain. On passe sans la voir trop souvent, mal à l’aise, incapables de changer la donne.

Je crois qu’il suffit de pas grand-chose pour la changer justement. D’un sourire. De quelques mots. D’un peu de chaleur humaine. N’est-ce pas ce dont nous avons tous besoin ?

Ps – sur le sujet je vous conseille le livre de Maude Perrier (Une femme en errance)

Le premier flocon

© Aaron Wilson

Il n’y aurait donc que la peine qui mériterait d’être contée, la tristesse, la colère, les démons qui mériteraient d’être peints, le cafard, les idées noires qui mériteraient de prendre vie sous le crayon de l’écrivain, le trouble, le doute, la peur qui mériteraient d’être captés par l’objectif du photographe.

Face à cette photo, dans cette galerie, elle se pose des questions. Que penseraient les autres de ce cliché ? Tous ces flocons et ce brouillard, n’est-ce pas un peu trop ?  Elle entend déjà les voix qui cloueraient au pilori cette œuvre qu’ils regarderaient comme une énième guimauve, sans saveur.

Les écouterait-elle ? Se rallierait-elle à leur façon de penser, qui veut que si ça ne saigne pas, c’est sans intérêt ?

Elle se souvient alors. Des circonstances. Du jour, de l’heure. Du premier flocon qui fend l’air, qui dégringole du ciel et vient s’écraser sur le bitume froid. Puis de ceux qui suivent, enveloppant la ville d’un manteau blanc, soyeux. Du silence et des pas qui crépitent. De l’enthousiasme des enfants, de leurs yeux éblouis. Du ciel gris perle. Et de ce papier sur lequel dansaient les lettres « rejoins moi près du pont ». De l’excitation, des frissons. Du chemin. Et de ce pont. Un paysage de carte postale, juste là sous ses yeux. Juste le jour où…

Face à cette photo, dans cette galerie, elle sut que le bonheur aussi pouvait être peint, capturé, conté, écrit.

Ce texte est ma participation à l’atelier d’écriture 318 de Bric A Book

Peindre le monde

© Moren Hsu

Allez les enfants, chacun son casier, sa couleur, rangez vos affaires, fermez les portes et en classe !

  • Ma maman elle m’a dit que les casiers c’était que pour les chaussures de sport.
  • Je ne suis pas noir, je suis singulier.
  • Ma mamie elle dit que rien n’est à nous et que tout est à tout le monde.
  • Ma maman elle n’aime pas les casiers, elle dit que ça sépare les gens.
  • Mon papa il a un casier aussi, maman elle dit qu’il a fait de grosses bêtises. Moi j’ai rien fait !
  • Mon papy il me dit toujours qu’une fois dedans, c’est très compliqué d’en sortir.
  • Ma maman elle dit que tous les casiers devraient être de la même couleur. Pas de jaloux !
  • Je ne suis pas blanche, je suis une petite fille du monde !
  • Mes parents ils disent que si on laisse trop longtemps ses affaires à l’intérieur, on les oublie.
  • Ma grande-sœur elle dit que c’est pas pratique, elle perd toujours sa clef.
  • Mon grand-père il dit qu’il faut toujours laisser sa porte ouverte.
  • Mon papa il dit qu’il faut faire confiance aux autres.
  • Ma maman elle dit que une porte fermée c’est le début de la fin…
  • Ma grand-mère elle dit qu’elle en a soupé des casiers pendant 40 ans – ras le bol !

Les enfants ne sont plus là. L’école vient de fermer. Elle se souvient avec nostalgie de l’époque des casiers. Rouges, bleus, blancs, noirs, orangés. Et de tous ces enfants avec leurs idées de grands. Si elle les ouvre, va-t-elle trouver des restes d’eux ? Quelques mots ? Quelques idées sages ? Des chaussures de sport, des morceaux de vie, des photos, des bêtises (rien que des petites), plein de crayons de couleur pour peindre le monde, un monde dans lequel il n’y aurait pas de casiers de couleurs, où chacun serait authentique, ouvert, altruiste, confiant, aimant et fier d’être qui il est ?

Ce texte est ma participation à l’atelier d’écriture 317 de Bric A Book

La première fois…

Crédit Pixabay

Est-ce que j’y croyais davantage ? Est-ce que j’avais davantage confiance ? Est-ce que je me sentais plus légitime ?

Le premier recueil, je m’en souviens. Je me souviens des heures à l’écrire et des heures à le peaufiner. J’imaginais déjà comment j’allais le présenter. Et l’enthousiasme de mes lecteurs a rencontré mes espérances les plus folles. En moins d’une semaine les ventes décollaient !

Force est de constater que tout s’est émoussé au fil des années (les meilleurs sont restés!). Je ne jette la pierre à personne, tout le monde a sa vie et se priorités. Je me pose des questions – c’est ce qui me fait avancer. Je me demande quelle est ma part de responsabilité dans cela ? Je me demande à quel moment j’ai changé de cap ?

Je suis comme beaucoup d’auteurs, j’ai envoyé mes manuscrits à des maisons d’édition, j’ai reçu des lettres de refus, j’ai reçu des lettres standards et d’autres plus riches qui me disaient que mon style était plat et sans intérêt, que du revu et corrigé, pas assez de profondeur… J’ai revu, relu des textes, je les ai modifiés en espérant qu’ils seraient plus adaptés. Non. Le manque de reconnaissance du travail réalisé, c’est sûrement le plus dur à encaisser. Surtout venant de personnes dont c’est le métier. J’ai rebondis.

Puis je me suis tournée vers le plus simple – a-priori – parce que l’autoédition c’est loin d’être simple. Je me suis lancée dans le grand bain de tous les postulants au « succès ». J’ai lâché les maisons d’édition, incertaine, pour quelque chose d’aussi incertain. J’ai tenté le site auteur et j’ai dépensé plus d’argent que je n’en ai gagné. Pour au final faire marche arrière – on apprend toujours de ses erreurs.

Je n’ai pas l’âme d’une conquérante dans ce domaine. Je ne crois pas assez en moi pour défendre bec et ongle mes livres, mes mots. Je compte sur les autres pour le faire, je vous l’accorde ce n’est pas très mature comme comportement. Je suis incapable d’aller démarcher des librairies, présenter mon travail, essuyer des refus – il y en a toujours. Je suis toute en paradoxe, préférant le vide à l’audace, préférant déposer mes livres sur des bancs, dans des rames de métro plutôt que d’aller défendre mon “talent” auprès de professionnels. Et après j’ai le culot de me plaindre!

C’est vrai je n’écris pas pour la gloire. J’écris pour partager, pour créer un lien. J’écris pour le plaisir et j’espère être lue – il faut bien l’avouer. J’ai encore de grandes envies, de beaux rêves. J’ai encore des milliers de choses à écrire. Mais je sais que tant que je n’aurai pas confiance, tout ça ne sera que du vent, un souffle fragile au creux d’un matin chagrin…

Ps – Je me pose des questions & Tout va bien