Brèves de Confinement #7

IMG_20200510_110448

La dernière semaine de confinement est arrivée. Et bien, je trouve que ces deux mois sont passés très vite! Après des débuts chaotiques, des moments douloureux, la vie est venue nous cueillir et nous a apporté du beau et du bon. Et oui, nous sommes tous les deux d’accord, le confinement nous a vraiment permis de faire plein de choses ensemble, à notre rythme, sans trop de contraintes. On ne se demande pas encore comment ça sera après, on préfère ne pas y penser. On va y aller doucement, sans se mettre de pression. On va encore profiter, un peu, de ce temps suspendu, du silence, du confort de notre “chez nous”, devenu un terrain d’exploration sans limite. On va se laisser porter…

Cette semaine aura été un peu plus légère niveau logistique car ma voisine a pris Loulou sur mes jours de télétravail. Ce qui a grandement changé la donne, pour moi comme pour lui. Le reste du temps, j’ai gardé sa fille, nous avons fait le travail d’école, inventé des histoires, rigolé, nous avons fait des dessins, plein de peinture, des batailles d’eau, dansé, fait des batailles de doudou, regardé des films drôles, chanté à tue-tête!

J’ai pu exprimer sereinement ma fatigue quand celle ci a pointé le bout de son nez. Sans cris cette fois. J’ai réussi à anticiper. J’ai fait de l’aquarelle, du dessin, des collages. J’ai suivi des live Instagram et regardé des vidéos sur la créativité (Bambichoses, Sophie Selliez et Julie furent mes principales sources d’inspiration) J’ai eu plein d’idées, d’articles, de livres à écrire…

J’ai commandé un arbre à la talentueuse Angélique, discuté avec une amie de promotion et choisi de nous offrir à loulou et moi des séances de sophrologie, je me suis inscrite au cours en ligne de Marie, j’ai reçu une magnifique aquarelle intuitive peinte par l’inspirante Virginie

Une semaine riche à tant de niveaux. Comme je vous le disais au début, on est encore en suspens, en attente, comme au bord du vide, mais cette fois ci il ne me fait pas peur, on va dire qu’il m’attire. Demain, il y aura des changements, des nouvelles perspectives de vie, c’est certain. Ce que j’ai trouvé dans ces deux mois, je ne suis pas prête à le laisser s’envoler. J’ai gagné en qualité de vie et je me suis rendue compte que je passais beaucoup de temps avant, à meubler, à trouver des activités, à boucher les trous de mon emploi du temps, pourtant déjà bien rempli. Avec comme excuse, mon fils, son bien-être, son équilibre.

Lui aussi, il lui en faut peu pour être heureux. Il lui faut juste ma présence, pleine et entière, mon attention et la liberté aussi de partir découvrir le monde, ailleurs, de se créer des univers, d’inventer, de rêver, de faire le pitre, de rire.

Notre chez-nous, nous l’habitons désormais pleinement, dans toute sa palette de possibles. Le lâcher prise, je peux désormais dire que j’ai essayé et que c’est vachement sympa!

J’ai des envies, des projets, encore et toujours. Et je me sens prête à leur donner vie. J’ai pris conscience, dans la solitude, de ma valeur, j’ai appris à accueillir mes jours gris qui ont autant de valeur que mes jours colorés. J’ai appris que chaque émotion signifie quelque chose. Si je m’arrête, je peux en saisir le sens et transformer le plomb en or!

J’espère que vous allez bien, que la reprise se passe pour le mieux pour chacun, chacune. Je vous envoie d’affectueuses pensées et je vous dis surtout Merci, d’avoir été là dans les creux de vague, d’avoir pris le temps de me lire quand ça n’allait pas du tout, chez moi et peut-être chez vous. Merci pour vos lectures, partages, commentaires, pour votre présence, nos échanges, pour tout ce qui fait la richesse de cet espace d’écriture. Prenez soin de vous, encore et toujours. Et au plaisir de vous lire.

Challenge Écriture 2020 – #1 (14.01.2020)

On disait de lui le meilleur, l’humain, au cœur  du monde. Ce n’est pas rien.

Personne ne le connaissait vraiment. Quelques bribes d’existence entre deux voyages, deux amours peut-être. Je ne sais plus. Il parlait d’aimer comme on parle de liberté. La sienne me paraissait impossible à supporter. Je le regardais être sans jamais vraiment savoir qui il était. Un condensé de vie, un feu d’artifice, dans le don de soi à chaque instant. Comme si tout pouvait basculer d’un moment à l’autre.

Elsa bricolait l’après-lui à partir des miettes qu’elle trouvait sur son chemin. Quelques particules à passer sous l’œil d’un microscope pour en extraire toutes les particularités. Elle évoquerait toujours son souvenir comme un bonbon qui fond sous la langue et qu’on savoure jusqu’à ce que le goût disparaisse, comme par magie.

Il avait de la magie dans le regard, il savait ce qui ne se sait pas d’emblée. Il parlait aux arbres et aux fleurs. On le prenait pour un marginal, il s’en foutait. Il s’est moqué de tout jusqu’au bout, jusqu’aux transfusions, jusqu’au corps qui ne tient plus, jusqu’au bout de ce que la raison nous dicte de faire.

Puis il a ouvert la porte du temps pour s’engouffrer dans le néant. Au petit matin il n’était plus, juste une image, un passage.

Elsa ne sait plus dire. Moi non plus.

Pour rappel, les règles et contraintes étaient les suivantes: Écrire un texte à partir de la citation « Il vivait dans l’extra, il vivait dans l’extrême. Il était un collègue. Il était un ami. Un pointillé de sagesse dans un bouillon de générosité, de folie douce et d’empathie » sans que les mots suivants y figurent (extra, extrême, collègue, ami, sagesse, bouillon, générosité, folie douce, empathie)

Les participations: My Minds Visit  / The Atypicals – Mauvaise Conscience  / Josée – Des mots des Images /Littérature mon Amour – Le Compagnon

***

Le thème de la semaine prochaine:
Imaginez…
Vous êtes au musée, vous regardez un tableau et le tableau vous invite à entrer dans son univers. Quel est ce tableau? Que représente t-il pour vous? Que ressentez-vous? Quelle réponse donnez vous à son invitation? Comment vivez vous – si vous répondez “oui” – le passage d’un monde à l’autre?
Ce sont juste des questions pour vous guider, sentez-vous libre de faire comme bon vous semble. Partagez votre expérience de ce moment. Rendez-vous mardi 21! Et surtout amusez-vous!

Challenge Écriture 2020, c’est parti!

Après un état des lieux de mes idées, je me lance. Si je ne le fais pas tout de suite, je vais hésiter et dès que j’hésite, c’est mal parti.

Un Challenge Écriture, pourquoi?
Tout simplement pour le plaisir d’écrire. Pas de règles imposées si ce ne sont celles des thèmes proposés. Pour progresser, découvrir, s’amuser,  se confronter à la nouveauté. Et pour le plaisir de partager. Je trouve qu’on apprend aussi beaucoup des textes, des styles, des idées des autres. Je vois donc ce rendez-vous comme un échange, comme si nous nous retrouvions tous autour d’un verre une fois par semaine avec nos textes et notre bonne humeur. Autant dire que c’est un vieux rêve, pas mort, juste qui a pas mal pris la poussière, mais qui sait un jour peut-être il prendra forme. Je n’abandonne pas si facilement!

Je vous propose ce rendez-vous le mardi, car en faisant un tour de ce qui se passe sur la toile, je me suis rendue-compte qu’il y avait pas mal de choses déjà le lundi, le vendredi, le mercredi, ce qui laisse peu de jours libres!
Je vous présenterais les thèmes au fil de l’eau puis vous me direz d’ici quelques semaines si cela vous convient. On pourra toujours changer en cours de route!

En résumé, chaque semaine je vous propose un thème et vous avez jusqu’au mardi suivant pour écrire votre texte. Vous devez juste m’envoyer le lien vers celui-ci (blog / instagram ou texte libre si vous n’avez pas de blog et que vous souhaitez tout de même participer) et j’intégrerais toutes les participations sur mon billet du mardi. Merci également de faire le lien vers mon blog, en intégrant la photo d’en-tête du challenge écriture. Sur conseil de Cécilia (Merci!), les textes ne devront pas excéder une page A4 (soit 30/40 lignes).

Aussitôt dit, aussitôt fait, je vous propose le premier thème. J’ai choisi de ne pas commencer trop dur, histoire qu’on se fasse la main. J’ai pris le premier livre sur ma table de chevet. Je suis arrivée sur la page 35 et il y avait écrit: “Il vivait dans l’extra, il vivait dans l’extrême. Il était un collègue. Il était un ami. Un pointillé de sagesse dans un bouillon de générosité, de folie douce et d’empathie”. Cet extrait est tiré du recueil de Sophie Selliez – Du merveilleux dans l’ordinaire

Écrire un texte à partir de cette citation. La contrainte: le texte ne doit contenir aucun des mots suivants – extra, extrême, collègue, ami, sagesse, bouillon, générosité, folie douce, empathie.

Merci par avance à tous les participants et participantes et rendez-vous mardi 14 janvier!

L’année 2020 sera littéraire…

Crédit Pixabay

Nouvelle année, nouveaux projets! Pas que littéraires d’ailleurs. Mais nous parlerons de cela plus tard. 2019 a vu la concrétisation de deux novellas et d’un recueil de nouvelles. Deux de ces textes attendaient depuis belle lurette d’être relus, retravaillés, corrigés. Le dernier fut plus spontané. Deux ont été envoyés à des maisons d’éditions, le dernier est en cours de traitement avant envoi.

J’avais prévu plus grand et je me suis pas mal éparpillée, comme à mon habitude. Plein d’idées sont venues me titiller le bout des doigts et j’ai mis dix mois à savoir comment les gérer!

Alors, quoi de prévu pour 2020?

Dans un premier temps j’ai bien envie de proposer un “challenge écriture” sur le blog. A raison d’un thème par semaine. Beaucoup de personnes autour de moi me disent qu’elles aimeraient bien écrire davantage mais ne trouvent pas toujours l’inspiration ou manquent d’idées. Si cela vous tente, dites le moi en commentaires. Je réfléchis à quelques pistes pour le moment…

Je compte pour l’instant lâcher les concours littéraires et me concentrer sur mes textes, qui demandent organisation et concentration. J’en ai un en cours qui attend d’être étoffé, sur le sujet de la dépression, traitée du point de vue de différents protagonistes. Une nouvelle idée a germé dans mon esprit pendant les vacances et j’aimerai beaucoup la développer. J’ai également une nouvelle érotique qui attend une fin plus appropriée. Je pense que c’est amplement suffisant pour douze mois, sans compter que j’écris ailleurs, dans mon journal créatif, sur des blogs personnels, et en anglais pas très loin d’ici…

Je ne sais pas encore si il y aura un projet auto-édition cette année, peut-être, parce que j’aime que mes mots voyagent. Et que je suis toujours touchée par vos retours.

En attendant, je serais heureuse de connaître vos propres projets, qu’ils soient littéraires ou non. A vous de jouer!