Le syndrome de la page blanche – et moi

Crédit Pixabay

Pour tout vous dire ce matin je n’avais pas moins de quatre idées de sujets. J’ai choisi celui-ci car cela fait un moment que nous n’avons pas parlé écriture ici. Et pourtant c’est  l’essence même de ce blog.

Qui n’a pas entendu parler du syndrome de la page blanche, la hantise de tout écrivain. Quoi de pire en effet que de se mettre devant son ordinateur ou face à son cahier et de n’avoir rien à dire, de se sentir perdu face au vide.

Je peux dire en toute franchise que ça ne m’est pas souvent arrivé. D’une part parce que je ne n’impose aucune contrainte ni pression. Je reste à l’écoute de mon envie. D’autre part parce que je considère que les « mauvais textes » ont tout autant le droit d’exister que les « bons ». Parfois on est satisfait, voir fier (les écrivains ne sont pas tous des âmes torturées qui pensent que leurs écrits ne valent pas cher) de ce que l’on vient d’écrire. Et parfois on s’interroge sur le sens des mots mis bout à bout quand ce n’est pas plat et sans intérêt.

Quand les mots viennent c’est le bonheur, à l’état brut. On se réjouit de ce qu’on va pouvoir partager.

Quand les mots se font discrets, rien ne sert de les forcer. Le mieux pour moi est d’aller me balader, de me prendre un bain de foule, pas celui des supermarchés ou des grands magasins, celui de la rue, de la vie qui bat dans les quartiers, les jardins, les transports en commun. L’écriture se nourrit d’espaces, de nature, de rencontres, de conversations. Et si la foule ne nous tente pas, passer du temps avec ceux que l’on aime, les écouter, les regarder est tout aussi inspirant.

Certains diront que les mots me viennent aisément. Il est des cas où il suffit d’un souvenir, d’un coup d’œil dehors, d’un partage pour qu’une idée germe et devienne un texte en moins de quelques minutes. Mes poèmes par exemple naissent assez rapidement, ils traduisent un état d’esprit souvent, ils sont le reflet de mes ressentis, des émotions qui me traversent. Pour une nouvelle ou un hypothétique roman, cela demande plus de concentration et de rigueur, il me faut alors des plages horaires plus longues pour rester concentrée sur le sujet traité, les personnages, le cadre, les évènements. Cela demande aussi plus de recherches parfois. Ecrire sur ce que l’on connait c’est facile. La fiction quant à elle nous emmène un peu plus loin, il faut se sentir prêt à sortir de sa zone de confort.

Pour finir, je vous donne quelques nouvelles de mon projet en cours – un recueil de poésie, cela faisait longtemps. Il est bien avancé, presque terminé dans l’écriture. Puis il y aura la mise en page à faire, la photo à trouver et il pourra venir occuper une place particulière, je l’espère, dans vos bibliothèques, sacs à mains, sur vos étagères ou vos tables de chevet. Pour le décrire, je vous dirai qu’il parle d’amour, de passion, d’extase, de plaisir, de fantasmes, qu’il est tout en sensualité et en arabesques. Il est représentatif de la femme que l’homme que j’aime a révélée, moi qui avais tellement de mal à assumer mes goûts, mes envies, à m’affirmer. Il pourrait parler aux femmes qui se cherchent dans leur intimité, dans leur sexualité et qui souhaitent s’affranchir des tabous comme des interdits qui  les empêchent de pleinement s’épanouir. Il pourrait parler tout aussi bien aux hommes attirés par la poésie érotique. Le choix restera le vôtre.

Sinon la page blanche, vous connaissez? Comment réagissez-vous face à elle?

 

Advertisements

L’Amazone

20180807_153521.jpg

Port altier
Démarche sûre
L’horizon à portée d’allure
La femme amazone maîtrise sa monture
Son dos, ses mains, la pression de ses jambes ordonnent
Le cheval excité par le vent fou résiste à ses ordres
Elle plante ses talons dans les flancs secs de l’animal
Connaissant les limites qui le brident, ses forces, ses failles
Elle maîtrise les codes subtiles du dressage
Le cheval fier refuse, recule, se cabre
Elle savoure le combat de leurs énergies contraires
Certaine de lui faire passer la barrière
Entre ses cuisses
L’amazone sent l’animal lâcher prise
Elle lui caresse l’encolure en guise de merci
Relâche la pression de son corps sur lui
Avant de s’élancer dans un galop à travers la plaine
L’animal et la femme en symbiose parfaite dans le vaste espace de l’univers.

Je fantasme…

Crédit Pixabay

Je fantasme sur les lignes de fuite, les tours d’horizon, l’étendue de son être. Sur le tracé parfait des veines de ses mains, sur ses mains au repos que je dévore du regard.

Je fantasme sur ses manches relevées, sur ses bras forts et puissants, sécurisants, alignés, trajectoire soulignée.

Je fantasme sur les boutons de sa chemise, le sort que je leur réserve. Chacun ouvre la voie au plaisir qui prend ses aises.

Je fantasme sur les traits, les perles de sueur, la cambrure de son cou, l’eau qui coule sur sa peau imprégnée du désir de me fondre en lui.

Je fantasme sur le parfum de son épiderme, la sensualité de sa démarche, sur ce sourire dans lequel je lis ce que je dois savoir.

Je fantasme sur tout ce que je pourrais dessiner sur son corps, les yeux fermés, les mains liées, mon corps offert au souffle sensible de ses baisers.

Je fantasme sur tout ce qu’il pourrait donner, faire, s’il avait mon feu vert.

Je fantasme sur les mots que je défie du regard, qui marquent l’impact et qui dans sa bouche deviennent d’éventuels sillages à tracer, chemins à emprunter.

Je fantasme sur l’intensité de son envie, qui prendra la mienne par surprise, à laquelle je céderai sans me prêter au jeu indécent d’un éventuel “peut-être”, quand mon corps tout entier n’aspire qu’à s’abandonner.

Je fantasme sur lui.

Jour et nuit.

 

Une sombre histoire de devoir conjugal

Crédit Pixabay

Un corps recroquevillé,
La clé dans la serrure, une porte qui claque,
Bruit assourdissant de ce qui se trame,
L’autre corps se glisse et se colle,
Les peaux se frôlent dans la fraîcheur d’une énième nuit morcelée.
Avoir envie là, maintenant.
Toujours. Forcément
L’autre corps attend sa dose journalière,
Se laisser prendre maladroitement,
Consentir
Au risque de…

Lire la suite sur Short Edition où mon poème participe au Grand Prix du Court – Automne 2018. Ce poème fait partie d’un recueil non édité (Copyright 2017).

 

Le pouvoir entre nos mains

Comment dans notre pays de droits
En sommes-nous arrivés là ?
Laisser des Hommes pourrir sur des trottoirs
Des gens mourir de désespoir

Nous nous révoltons
Contre l’État – les Institutions
Qui laissent la misère s’installer

Que faisons-nous contre ?

Nous n’osons même plus un regard
Nous passons sans les voir
Ces mendiants de l’essentiel
Aux existences pestilentielles

Nous demandons de l’attention
A l’État – Aux Institutions
Qui laissent la violence s’insinuer

Que faisons-nous pour ?

Nous pourrions gratifier d’un sourire
D’un bonjour sincère
Les enfants dont les rires
Inondent les heures de galère

Nous pourrions au moins
Les regarder
L’humanité au creux de nos mains
Les accepter

Sans attendre que d’autres
L’État – Les Institutions
Abolissent ces exactions

Fanatique

 

Regarde-moi droit dans les yeux

Mon cœur se meurt sans un aveu

Je tremble de tous mes membres

Mes pieds ancrés en ta dangereuse réalité

Mes amours se noient

Mes passions prennent froid

Quand tes armes font la loi

Regarde-moi tomber

Effleurer le vide

Me fondre dans l’abime

Ta trahison comme un feu

Consume mes souvenirs heureux

Je me sens mourir

Sans plaisir

Dans un battement de cils

Regarde-moi m’éteindre lentement

A la faveur de ta démence

Dernier témoin tragique

De ton parcours de fanatique

Texte extrait de mon recueil de poésie “ils avaient un prénom” disponible sur ma boutique – Les bénéfices sont reversés à l’association IMAD pour la Jeunesse et la Paix.

 

A l’aube, mon coeur

20180514_111001
Copyright Marie Kléber

Où tu es

Là-bas

Si près

Si loin de moi

Je rêve tes pas

Les mots que tu dis

Et ceux que tu gardes pour moi

Le soir, mon cœur se languit de toi

Je t’imagine

Regarder l’heure d’un geste vague

Déposer ta veste sur la chaise à l’angle près de la table

Encore couverte des restes du dîner

Fermer les yeux avant de sombrer

Dans un sommeil qui nous réunira

Le matin nous cueillera

Avec ses lumières chaudes, sa fraicheur habituelle

Alors qu’au firmament du ciel

Le soleil reste discret

A l’aube, mon cœur retrouve ses couleurs

A part le blog, t’écris quoi?

Hier une de mes amies de blog a fait un article sur ses fictions / non-fictions en cours. Je me suis dit que c’était une bonne idée et j’ai eu envie, pour changer, de vous parler de mes prochains livres. Certains seront comme les précédents auto édités, d’autres soumis à l’appréciation de maisons d’édition. Quoi qu’il en soit, les retours sont toujours porteurs de positif (même si parfois sur le coup la pilule est difficile à avaler).

C’est parti !

L’appel des sens (autoédition)

Recueil de poésie (érotique) – 28 poèmes au total. Je ne vous cache pas que c’est un recueil qui s’est imposé à moi et que j’ai eu beaucoup de plaisir à écrire (et pour cause!). J’ai été merveilleusement soutenue. Et si dans ma vie de tous les jours, certaines barrières mettent du temps à tomber, je peux dire que niveau écriture, c’est une vraie libération !

J’ai encore quelques corrections, aménagements à faire, photo à trouver pour ce recueil, que je pense publier à une date importante pour moi (vous savez comme j’aime les dates clés), à la sortie de l’été 2018, histoire de garder encore un peu de chaleur pour la rentrée !

Les minutes translucides (le titre est à revoir)

Recueil de nouvelles (Fiction) – Ce recueil sera envoyé à des maisons d’édition dans un premier temps.

Difficile de déterminer le thème principal de ces 10 nouvelles. Après Chuchotis et Ricochets tout en douceur, La Vraie Vie qui aborde des thèmes assez classiques avec une pointe d’humour, ce livre pourrait être qualifié de plus sombre. J’y aborde des sujets délicats voir graves, comme l’avortement, l’infanticide, la folie, la maladie, le suicide, la trahison.

Sur les 10 nouvelles sélectionnées, 3 ont déjà été entièrement retravaillées. Il reste encore pas mal de travail à faire et je pense que ce recueil ne verra le jour qu’en 2019. Restez connectés !

Corps à corps (titre à revoir également)

Nouvelle (Érotique – Fiction)

Pour ce texte qui à la base était une nouvelle toute simple écrite pour une seule personne (en pleine insomnie), j’ai eu envie, suite à certains commentaires sur ma série « fantasmes », de la développer. Une nouvelle est un récit concis, centré sur une action unique avec peu de personnages, peu de lieux ou d’évènements, peu de rebondissements et une chute percutante. Tout ce que j’aime et qui permet surtout d’aller à l’essentiel. Je m’y sens donc assez à l’aise. Le challenge est ailleurs…

Je pense être à la moitié de la nouvelle, en sachant que le premier jet est loin d’être le dernier. Il va me falloir encore quelques heures pour le finaliser, le relire, l’étoffer, le parfaire.

Voilà, vous savez tout (ou presque). En attendant, vous pouvez retrouver le descriptif de mes livres sur cette page et passer commande par mail (pour un livre dédicacé) ou sur le site de The Book Edition.

Avez-vous déjà des préférences? Et vous, dites-moi sur quoi travaillez-vous en ce moment? Des envies (créatives ou autres) particulières?