Posted in Humeurs d'Auteur, Variations Littéraires

Petites nouveautés!

Cette année, j’avais besoin de reprendre mon souffle, de me poser. C’était plus qu’essentiel, vital.

Après un début d’année chargé, je commence doucement à envisager de nouvelles choses. Mes envies reprennent vie. C’est peut-être les prémices d’une nouvelle saison.

J’ai fait énormément de choses en mode survie par le passé. Même quand ça n’allait pas si mal au final. Plein de choses pour me changer les idées, pour donner un sens à ma vie. Je me rends compte que j’ai passé plus de temps ces dernières années à essayer de me créer une vie plutôt que vivre ce qui se présentait.

J’ai gardé l’écriture mais j’ai coupé ici et là avec mes autres sources de plaisir. J’ai fait pour les uns, pour les autres, sans faire vraiment, entièrement pour moi. Est-ce un modèle calqué? Ou encore cette histoire de place, ma place?

Du coup, cette année, j’ai envie de reprendre contact avec ce qui me fait vibrer, j’ai envie de faire les choses par plaisir, pur et simple. De danser dans mon salon, reprendre une correspondance, comme de me former à plein de choses qui me passionnent, sans y greffer le sceau d’une quelconque obligation à faire, à être. Juste retrouver la joie de ces instants de vie! La joie de vivre l’instant!

Ecrire. Oui reprendre la plume pour raconter des histoires et les partager. J’adore écrire des histoires courtes. J’adore vous les faire lire. Bien sûr il y a mes livres publiés (que certains/certaines connaissent déjà! Il y en a même qui ont toute la collection! Promis j’en écrirai d’autres…). Mais il y a aussi plein de petites histoires que j’ai envie de vous confier, sans les mettre dans un recueil, parce que ça prend du temps et que j’ai envie de consacrer ce temps à autre chose!

Alors au cours des mois, ici, je partagerai au gré de mes envies, des lignes comme des petits cadeaux de moi à vous. Textes inédits ou partagés/retravaillés. J’espère que ça vous plaira! En tous cas, chez moi, là, je suis motivée!

CLICK SUR L’IMAGE POUR LIRE LA NOUVELLE

 

Posted in Tout un poème

Empreintes…

Credit Kaboompics

Ma peau
Qu’un simple frôlement vient réveillée
Muette dans la nuit
Et soudain éveillée

Ma peau
Il suffit d’un souffle, un murmure
Pour qu’elle tremble
Feuille étanche

Ma peau
Si sensible au toucher
Si fragile du passé
Territoire abandonné

Ma peau
Comme un être chargé de promesses
Une toile à peindre
Instrument dont les accords vacillent

Ma peau
Entre deux histoires
Vibrations intemporelles
Entre tes mains se glisse
Se laisse aller au délice

Ma peau
Aux contours mystérieux
Chante le plaisir
Sans cesse à réinventer

Ma peau
Encore se cherche
Loin du chaos du passé
Par le présent embrassée

Posted in Carnets de route

Les hommes ne pensent qu’à ça!

Crédit Pixabay

Je n’aime pas du tout cette phrase!

Premièrement pour le “ça”, comme si la sexualité n’était que ça, un truc dont on ne parle pas, un truc pas si net au final. Comme si la sexualité était encore un mot, un sujet tabou. On a beau me dire qu’on a évolué, pas tant que ça finalement!

Deuxièmement pour le “ne pensent qu’à”, une autre façon de dire “obsédé par”. Et l’obsession c’est un peu comme le sexe, ça n’a pas bonne presse! Et pourquoi ne pensez qu’à ça serait si mal? Après tout, dans cette vie, rien ne nous appartient sinon notre corps. Nous naissons avec et nous partons avec.

Regardez un enfant vivre et vous verrez que chez lui tout est lié à la pulsion sexuelle (si chère à Freud). L’enfant vit dans son corps, c’est d’ailleurs son terrain de jeu favori. C’est à travers ses sens, ses sensations, son plaisir, son désir, sa créativité qu’il s’épanouit, qu’il s’apprend.

Troisièmement pour “les hommes”, comme si nous les femmes nous étions hors jeu. Comme si la sexualité ce n’était qu’un truc purement masculin. Alors que, soyons clairs, la sexualité c’est quand même la base, le début et la fin, la naissance et la mort, notre énergie vitale, notre souffle sacré, notre force créatrice. Tout part de là. La femme comme l’homme a du désir, la femme comme l’homme se masturbe, la femme comme l’homme jouit.

Dans ma vision des choses, tout est sexuel, parce que le sexuel est vie. J’ai passé des années à me faire des tas de nœuds au cerveau et des années à tenter de me détacher de cette idée, parce que je pensais que c’était mauvais. Bah oui, “les hommes ne pensent qu’à ça”, ça fait un peu animal, bestial quand même. Et nous les femmes, on nous inculque dès notre plus jeune âge le “prendre soin”, le “maternant”. Or la mère c’est la douceur, le rose layette. C’est rarement la femme fatale ou l’amante, en guêpière! Même si on est d’accord les deux sont compatibles. Mais s’affranchir des modèles et conditionnements, ça ne se fait pas en 1 jour!

Le monde a beau avoir évolué, le sujet reste, je trouve, encore assez marginal. On en rigole ou on l’évite. Bien sûr, la parole se libère. Notamment avec la “nouvelle pornographie, qui n’est plus réservée aux abonnés de Canal + le dimanche soir, et qui a ses vertus (on parle plus souvent de ses vices) , le marché des “sex toys” (ou quand la sexualité devient ce qu’elle a toujours été, ludique! ), l’inclusion de pratiques sexuelles variées (on pense ce qu’on veut de “cinquante nuances de grey” , ça a eu le mérite de montrer qu’il existait autre chose et d’une certaine façon de stimuler nos sens).

Pourtant je suis toujours aussi effarée quand j’entends un parent dire à un enfant de deux ans, qui se caresse, “arrête tout de suite!”. Je suis toujours abasourdie quand je vois la violence de certains sur le sujet de l’homosexualité, de la bisexualité et autres.

Pour moi tout est sensuel, tout est érotisme, pas seulement dans la rencontre à l’autre. Notre corps en lui-même est cette source de plaisir, nos cinq sens, notre joie, notre intuition, notre inspiration, notre respiration. On pense toujours sexualité et couple mais la sexualité existe en soi.

J’ai moi même longtemps été déconnectée de mon corps, j’y reviens doucement. Je me demande souvent comment quelque chose de naturel est devenu si codé, comment quelque chose d’inné a perdu de sa spontanéité. Je crois que la connaissance individuelle de son corps, de ce qu’il exprime, de ce qu’il ressent est essentielle. Je sais aussi que cela peut-être douloureux, que cela peut prendre du temps. Mais que sans ça, nous perdons une certaine connexion primordiale avec le vivant en nous. Je pense que c’est quelque chose que je développerai dans un autre article…

Vous en êtes où vous, de votre corps, de vos envies, de votre sexualité, de la sexualité en général?

Posted in Carnets de route, Humeurs d'Auteur

Libération!

Photo by Corentin HENRY on Pexels.com

J’en avais déjà parlé, sur un coup de tête. J’ai eu le temps depuis d’y réfléchir.

Écrire, ce fantasme, ce grand rêve. Etre édité, ce Graal tant recherché.

Ecrire pour se faire plaisir, avant tout. Et, arrêtons de nous mentir, pour être lu! Sinon on écrit dans son coin, et c’est très bien aussi!.

En 2015 quand je me suis lancée dans l’auto-édition, ma vie avait besoin de projets pour tenir debout. La plupart de mes manuscrits étaient restés sans réponse et quand réponse il y avait eu, elles étaient négatives.

Je me suis interrogée récemment sur ce qui me plaisait dans l’écriture, ce qui est ressorti c’est vraiment le partage, et avant tout, l’échange. C’est la raison pour laquelle je tiens ce blog. Je suis riche de ce que je vis avec mes lecteurs/lectrices.

Ecrire seule, ce n’est pas ma tasse de thé. Sauf dans mon journal, mon carnet créatif, en écriture intuitive ou pour faire le tri dans mes pensées, mes idées. C’est un outil merveilleux!!
Ecrire c’est comme mon souffle, c’est ce qui me fait vibrer intérieurement. Je ne le cache pas, j’ai cherché la reconnaissance que j’étais incapable de me donner. J’ai associé “vente de mes livres” à “valeur personnelle” et devant le nombre riquiqui de ventes je me suis dit que je ne valais pas grand chose. Cela m’a un temps confortée dans l’idée erronée que je me trimbale depuis belle lurette que je n’étais pas assez!

L’auto-édition a été une aventure fantastique jusqu’à ce qu’elle me coupe de moi-même, qu’elle devienne anxiogène presque destructrice.

Alors voilà, je pose les valises, je m’arrête là. Parce que ça ne me convient plus. Parce que je ne me reconnais plus dans cette dynamique.
J’ai plein de textes, plein d’idées, plein d’envies. Je laisse tout ça mûrir. Sans pression, en me fiant à mon intuition, en prenant en considération mon rythme intérieur, mon tempo personnel.

Mes mots d’ordre sont désormais: plaisir et authenticité. Je ne veux plus faire les choses pour faire les choses, ni pour gagner quelques vues. Je souhaite remettre du sens là où il n’y en n’a plus depuis un peu trop longtemps à mon goût!

Posted in O bonheur des sens

La rencontre

On pourra écrire chaque jour les mêmes choses, poser chaque jour les mêmes actes, faire chaque jour les mêmes actions, imaginer chaque jour ce que sera l’instant d’après.

Rien ne nous préparera jamais à cette rencontre qui chamboulera notre de vision de la vie, des êtres, qui enverra valser nos idées reçues, mêmes les plus ancrées, qui nous donnera de revoir nos envies, notre définition du plaisir, qui nous invitera à vivre autre chose, qui nous déshabillera de nos jugements, de notre vision du “bien” et du “mal”.

Il y aura un temps de latence, un temps dans lequel les peurs stagneront, nous empêchant d’avancer. Elles seront vives et intenses, puissantes et parfois même terrassantes. Ce sera le chaos des sens, des sons, des mots, le grand plongeon dans une nuit sans étoile. Le corps sera réfractaire à toute prise de possession. La confiance sera ébranlée. Le monde nous apparaitra comme une bombe à retardement prête à exploser.

Puis il y aura le temps du premier pas en avant, incertain, comme un pas sur une ligne droite invisible à l’œil nu. On fermera les yeux comme si cela pouvait nous protéger d’une chute éventuelle. On aura envie de reculer, de rebrousser chemin. On le fera peut-être ou on continuera à avancer vers cette petite étincelle, qu’on aperçoit au loin, on tentera d’y croire. On saisira une main et on se laissera guider. On donnera sa confiance. On laissera son corps vibrer sous l’impact d’un autre corps. Et le voile doucement se lèvera, l’autre côté du miroir se laissera approcher…

On découvrira un monde de plaisir et de liberté bien caché derrière notre montagne de clichés…

Posted in Variations Littéraires

Ces mots là

Quand ils s’unissent ils le font sans mots.

Ou en mots crus, difficilement qualifiables. Ont-ils des définitions de ces mots-là ? Ou bien les définissent-ils eux-mêmes dans un vécu qui leur est propre.

Les mots viennent, surprenants parfois. Mais tout est quelque peu surprenant quand les corps s’offrent, franchement, sans fard, qu’ils se collent l’un à l’autre,  qu’ils se pressent, se chevauchent, s’attirent comme des aimants, qu’ils inventent une danse qui défie tous les codes de la bonne société, qu’ils lâchent prise et se laissent aller à une symphonie dont la partition se joue au rythme des va et vient des bassins.

Des mots crus pour des ébats intenses. Ces mots qui n’existent que dans l’intimité féroce des retrouvailles. Des mots qui ne sont qu’entre eux, indépendamment du reste du monde, qui n’existent que dans l’instant sublime des corps qui se désirent, s’éprennent. Et puis qui s’en vont, comme ils sont venus. La tendresse se pare d’autres mots.

Ils ne sont ni dits, ni écrits ailleurs. Leur brutalité pourrait effrayer. Ils les trouvent sans âme quand ils les entendent dans d’autres bouches, les imaginent au creux d’autres draps.

Ces mots sont un secret qui ne s’ébruite pas.

Posted in Tout un poème

Ode à la passion!

Crédit Pixabay

Mettez de la passion dans ce que vous faites!

Ne vous satisfaites pas d’à peu près

De raccourcis maintes fois empruntés

De gestes appliqués à une théorie dépassée

Savourer ce qui se présente à vous

Avec tous vos sens en éveil

Regardez l’autre vivre, aimer, bouger

Regardez la vie battre contre ses tempes

Avant de vous engager dans une voie

Soyez des aventuriers, des chercheurs d’or

Ouverts au changement

Ne vous complaisez pas dans des habitudes mesquines

N’appliquez pas machinalement des gestes

Parce qu’hier, avec un / une autre, telle chose a fonctionné

La quête du plaisir est sans fin

Si vous laissez vos émotions vous prendre par la main

Soyez des êtres passionnés, vifs!

Soyez le désir incarné!

Faites vibrer chaque corde sensuelle

Chaque fibre érotique

Incarnez par tous les pores de votre corps

La Volupté!

Posted in O bonheur des sens

Fais-moi rêver!

Crédit Pixabay

Tes mensurations, les traits de ton visage, la forme de ton sourire
Tes préférences, tes distractions, tes aspirations
Ce n’est qu’une partie de toi
Pas celle qui m’intéresse le plus.

Moi je veux saisir
La magnificence de ton désir
La clarté de ton essence
La fugacité d’un effleurement
Et voir comment tu réagis à
Un toucher
Un regard
Un souffle de vie

Ne cherche pas à savoir qui je suis
Mais comment je ressens les choses
Ce sont les ressentis, les frissons
Qui en disent long
Quand nos corps se laissent aller
A l’instant
Quand nos imaginaires
Croisent le fer

Ne me demande pas ma carte d’identité
Je serais bien incapable de te parler de moi
Écoute mon corps qui vibre
Regarde le s’impatienter, se braquer
S’enrouler autour de toi

Ne me dis pas tout sur tout
Laisse-moi deviner
Laisse mon intuition me parler
Avant toute chose
Séduis-moi!

Posted in Humeurs d'Auteur

Mon nouveau livre ou l’appel des sens – Y céderez-vous?

A un moment donné il faut se lancer, alors je me lance !

Je vous ai toujours parlé de mes livres, depuis le premier, dont vous avez suivi l’évolution au fil des mois.

Celui que je vous présente aujourd’hui est né un peu à l’improviste. C’est-à-dire qu’au départ il ne s’agissait que de poèmes écrits au fil de l’eau, sans but précis. Des poèmes selon l’inspiration de moments, fragments de l’existence. En les relisant un matin, force fut de constater qu’ils avaient de nombreux points communs. Alors je les ai regroupés. Quand ma mère m’a dit « ce recueil pourrait s’appeler renaître femme », cela a fait mouche. Je me suis lancée dans l’écriture d’un recueil.

Un recueil qui toucherait à l’essence même de ce qui m’avait tant fait défaut pendant de nombreuses années et qu’un regard avait saisi. Je renaissais. Mon corps reprenait vie. Ma vie reprenait des couleurs. Et des mains, des yeux, une peau, des envies me donnaient de quoi faire vibrer les cordes d’un arc délaissé depuis longtemps.

Un recueil assez intime au fond – comme beaucoup de mes écrits – qui pouvait résonner avec d’autres femmes, d’autres désirs tus, d’autres fantasmes cachés, d’autres envies égarées. Puisqu’il pouvait parler à d’autres, je n’allais pas m’en priver !

Les poèmes de ce recueil parlent d’amour, de communion, de chaos, de passion. Ils se déclinent en regards, courbes, caresses, tracés, voyages, dentelles. Ils ouvrent la porte à la sensualité, à l’érotisme. Ils subliment l’embrasement des corps. Ils sont parfois un peu fous. Ils sont le fruit d’un imaginaire fécond et d’une réalité qui ne cesse de m’éblouir. Ils disent ce qui ne se dit pas toujours. Et qui pourtant est source d’épanouissement et de liberté.

Cela fait des mois qu’il murit, des mois que je me pose des questions, des mois que je me demande “si oui” et “quand”, des mois que je retravaille mes textes. Une gestation longue durée et en même temps, octobre est le mois parfait pour vous le proposer, un mois de renaissance chaque année, un mois qui parle si bien de moi dans toutes mes forces et mes fragilités.

Si ces quelques lignes vous parlent et que vous avez envie d’ouvrir la porte, c’est par ici. Vous trouverez mon recueil sur le site The Book Edition. Vous pouvez aussi le commander par mail en utilisant la page contact et je me ferai un plaisir de vous envoyer un exemplaire dédicacé. Encore merci pour tout, votre soutien, votre enthousiasme et votre fidélité quotidienne!

Posted in Carnets de route

Du bout des doigts

cristiana128369378975_gros

Je connais ton corps. Et pourtant je le découvre chaque fois. Dans le froissement des étoffes, l’intimité d’une sphère que nous définissons au gré de nos envies, un temps qui se suspend pour nous laisser jouir pleinement de l’instant.

Ces jours sans toi sont remplis de toi, et je te retrouve, impatiente d’une étreinte riche de manque. Je retiens mes mains. Te toucher ne serait pas opportun dans la fraicheur du jour ou au milieu du monde. Sentir sous mes doigts le grain de ta peau, sa douceur par endroits, des endroits que je suis seule à pouvoir approcher. Me frayer un passage pour cet impact épidermique, comme un besoin.

J’ai l’impression que le toucher m’offre cette porte, celle qui me permet de me livrer sans mot. Ils sont parfois trop nombreux au pallier de mon cœur, il me faut y mettre de l’ordre.

J’effleure ta peau, je cale mes mains dans les tiennes. Je sais ce qu’elles offrent quand elles trouvent le chemin de mes désirs, qui une fois de plus se disent à demi-mots. Moi qui sais si bien les manier à l’écrit, ils m’échappent encore parfois quand nue devant toi je devrai dire ce qui agite mes sens, ce qui fait frissonner mes pensées. Le trouble s’empare de moi et tu devines. Je n’ai plus qu’à te suivre vers cet inconnu qui comme un aimant m’attire…

Posted in Variations Littéraires

Tout un art

cornet-de-glace-compose

Il y a les amateurs de cônes, de magnums, de glaces à l’eau ou de glaces italiennes à la crème, de sorbets, une, deux ou trois boules pour les plus gourmands que l’on mange à la cuillère dans un pot ou à l’intérieur d’un cornet, nappé ou pas de chocolat. Avec des biscuits, des éclats de friandises. Le choix peut parfois s’avérer Cornélien!

Il y a ceux qui croquent dedans à pleines dents, ceux qui savourent, font durer le plaisir, ceux qui fendent la pellicule de chocolat et ne mangent que ça.

Il y a ceux qui lechent, aspirent. Ceux qui engloutissent le tout sans demander leur reste. Ceux qui jouent avec la langue autour du savoureux mélange de parfums élaboré par leurs soins.

Il y a les gourmands, les goulus, les épicuriens, les passionnés. Il y a aussi ceux qui ne raffolent pas de ce doux plaisir sucré qui ravit les papilles des incontournables affectifs du quart d’heure glacé.

Manger une glace l’été est un art très personnel dans lequel chacun excelle en fonction de ses affinités.

Posted in O bonheur des sens

Bonjour Mademoiselle!

Il me regarde. Avec insistance. Ou je rêve.

Ne pas le regarder. Surtout ne pas le regarder. Poser mes yeux ailleurs. Regarder le bitume, ses pieds, ses chaussures. C’est bien ça les chaussures, ça ne dit rien les chaussures, c’est neutre. Ce n’est pas comme si c’était une des premières choses qui attirait mon attention. Ce n’est pas comme si j’avais même un dossier dans mon ordinateur contenant un nombre incalculable de pieds pris en photo.

Ne surtout pas passer la barre des hanches. La ceinture, passe encore, même si je n’ai pas d’affection particulière pour les ceintures. Isa me dirait que certains hommes en font une utilisation très intéressante. Je ne veux pas savoir. Isa a des idées bizarres. Quoi que sous la ceinture. Oh non, je ne peux pas penser à ça, on ne pense pas à ça. Maman me regarderait d’un air sévère si elle savait que je pose mes yeux à cet endroit-là.

Surtout penser à rester de marbre s’il m’adresse la parole.

  • Bonjour Mademoiselle!

Respirer. Garder le contrôle. Maman m’a toujours dit de ne pas parler à des inconnus.

Le timbre de sa voix me touche en plein corps, rien que ça. Dans le « mademoiselle », il y a une telle sensualité, je vais faillir. C’est fou comme une voix peut être à ce point envoutante. Raison de plus pour garder la tête froide. Sinon c’est fichu.

Ne pas le regarder. Ne pas croiser ses yeux. Ne pas effleurer ses mains du regard. Les mains ça dit tellement de choses. Je pourrai même me mettre à les imaginer sur moi, courir, caresser ma peau,
Maman dirait…

Je suis folle à lier. Un mec me plaît et je pense à ma mère.

  • Bonjour Mademoiselle!

Risquer un bonjour. Il faudrait que je puisse passer la barre de la ceinture. Si j’essaye, qu’est-ce que je risque ? Si je vais plus loin dans la découverte, qu’est-ce qui m’attend derrière ?  Si ce type ne me plaisait pas, j’oserai un bonjour. Maman me dirait de passer mon chemin. C’est effrayant, je pense encore à ma mère. Qu’est-ce qui cloque chez moi ?

Rester de marbre. C’est plus sûr. Si je pose les yeux sur lui, je sais. C’est foutu. Je vais le détailler de la tête aux pieds avec l’envie qu’il me possède des pieds à la tête. Je sens déjà ses bras me plaquer, sa langue écarter les lèvres de ma bouche, sa bouche s’approcher de mes seins, chauds, nus sous ma robe. Si je le regarde plus que quelques secondes, mon corps n’y tiendra plus et l’envie au creux de mes reins sera si forte qu’il me faudra m’éclipser, pour laisser mes mains faire exploser le plaisir.

J’ai une envie irrésistible de lever les yeux, de croiser les siens, que son « bonjour mademoiselle » soit suivi d’un où, quand, comment. Je me livrerai sans un mot. Si je le regarde, je vais céder à l’impulsion première, je vais l’attirer dans mon univers. Jusqu’à la délivrance, il m’y conduira j’en suis sûre. Il pourra m’ordonner, me lier, me délier. Je m’en remettrai à lui corps et âme. Je me donnerai, féline, câline, voluptueuse jusqu’au bout des ongles.

Est-ce que c’est ce que je veux ?

Bien sûr que oui. Je n’en peux plus de me faire toute cette discussion dans ma tête. Je passerai bien la quatrième vitesse sans tarder. Je suis à deux doigts de lui dire ouvertement, en me mordillant la lèvre, en me tortillant, qu’il me plait et que je n’aspire qu’à une chose, sentir son souffle dans mon cou, son corps collé au mien, sa chaleur envahir chaque pore de mon territoire. Je bouillonne intérieurement. Mon intimité n’est plus que liquide. Je me sens à la limite de l’implosion.

Mais je m’emballe. Si ça se trouve il veut juste me poser une question…

Posted in Carnets de route, Emprise et Renaissance

Pendant 4 ans, j’ai simulé…

C’est monnaie courante, beaucoup de femmes en sont réduites à ça, détailler le papier peint de la chambre à coucher pendant que l’autre s’active à la tâche, avec un objectif unique: son plaisir. C’est bien là que la bât blesse. Quand on parle du plaisir de l’autre, il y a ceux que ça indiffère, ceux qui n’y pensent même pas, les égoïstes purs et durs, ceux qui te balancent des histoires à la con de soumission, de religion et plein d’autres…Et puis il y a ceux pour qui ça compte. Heureusement!

Entre nous, tout avait mal commencé. Il ne fallait pas être devin pour imaginer que sexuellement ce serait un fiasco. Pourtant on pouvait espérer. Ça ne fait de mal à personne, encore que!

C’est dans une petite chambre, humide et moche que j’ai pris conscience, non sans m’être forcée à voir le côté positif des choses, que le Nirvana ce n’était pas une partie gagnée. De bon matin, après une soirée où j’avais tenu bon sur mes positions – avec préservatif ou rien – je me suis réveillée seule dans le lit froid aux draps à la propreté douteuse. Il était sorti, pour quoi faire? M’acheter des croissants sûrement. Il avait un corps de rêve et il était délicat. Si ça se trouve c’était un Dieu au lit. Je rêvais déjà. Quand il a passé la porte, le regard pétillant, en tenant à la main une boite de préservatifs, j’ai déchanté. Pas de croissants. J’allais passé à la casserole sans préambule. Sans préliminaire non plus – pourquoi faire long quand on peut faire court!

Au départ, je me disais que c’était peut-être à moi de lui montrer le chemin. Sauf qu’entre lui et moi il y avait tout le vacarme de la religion et son inaptitude à penser à quelqu’un d’autre qu’à lui-même. A chaque fois que nous nous retrouvions dans un lit, j’avais ni plus ni moins l’impression d’être une pute – l’argent en moins sur la table de nuit. Au départ, je mettais un peu d’ardeur à la tâche quand même, histoire de dire qu’on était deux à  vivre l’expérience.

Au fil du temps, j’ai appris. A faire semblant. C’est pas si compliqué, croyez moi. Et ça passe inaperçu puisque l’autre n’en a strictement rien à ciré. J’ai eu le temps en quatre ans d’étudier dans les moindres détails les murs, le plafond, la moquette, le carrelage de la salle de bains, un coin de ciel bleu, la couleur de la pluie, les vitres, les tâches, la peinture qui s’écaille, la qualité du coton des housses de couette, de refaire dans ma tête la décoration de l’appartement, d’établir la liste des courses, les recettes à tester absolument, les cartes à envoyer. Je me suis parfois demandé pourquoi ça prenait tant de temps, alors que certains jours, c’était emballé en moins de deux et qu’il filait sous la douche, avant même que j’ai mis un pied hors du lit. Je me suis souvent parlé à moi-même, me demandant quand il allait me demander de changer de position, si ça allait être mieux ou pire. Entre deux, je le regardais le sourire aux lèvres, histoire de lui faire croire qu’il était le meilleur amant de la terre – je crois qu’il n’a jamais douté. J’ai joué la comédie le matin, le soir, à midi, en pleine nuit, en plein jour, volés tirés, portes closes. J’ai crié, pleuré, espéré surtout que le déclic arrive, que je sente quelque chose, un début de quelque chose. Rien, le calme plat, un vide abyssal. La seule chose que je retiens c’est cette brulure au fond de moi qui n’a fait qu’enfler à mesure du temps qui passe. C’était nul et en plus ça faisait mal. Que du bonheur!

Puis je me suis avouée vaincue. Il fallait se rendre à l’évidence, le sexe avec lui c’était une perte de temps et d’énergie. Je devenais fade, je me dégoutais aussi, j’avais l’impression d’être un corps à disposition. Moi ou une autre, je crois que ça n’aurait pas fait grande différence.

Si au début l’envie l’emportait sur le reste – je me disais que ça viendrait, patience, patience – au bout d’un certain temps l’envie s’est évaporée, je m’offrais à lui dans l’espoir d’un ressenti quelconque qui aurait pu me redonner vie et surtout nous aurait permis de rétablir une communication chaotique, abolir un silence destructeur. Puis vers la fin, je désertais le lit conjugal le plus souvent possible. Sentir son corps contre le mien me donnait la nausée. Je ne pouvais plus voir mon corps offert en pâture à un animal en manque.

Quatre ans sans un vertige, sans une once de plaisir, sans une once de tact aussi, sans même avoir touché du bout des doigts un hypothétique orgasme, aucune sensation agréable. Quatre ans sans partage, sans respect. Quatre ans d’un jeu que j’ai joué jusqu’à l’épuisement, jusqu’à m’avouer que nous n’avions fait que nous croiser. Du sexe pour du sexe, sans émotion. Pour l’épanouissement, tu repasseras!

Alors pour ceux qui se disent que nous aurions dû en discuter, que ça aurait peut-être changer le cours des évènements, et bien je réponds que j’ai essayé, une fois, deux fois. A la troisième tentative, il m’a presque supplié de ne pas lui parler de ça, que ça lui faisait trop mal. Déjà je n’étais plus vierge, il ne fallait pas trop lui en demander!

Et pour ceux qui se demandent comment on reconnait une femme qui simule. Et bien là non plus ce n’est pas compliqué, il suffit juste de la regarder être, vivre, vibrer, de la respecter, de communiquer. Une femme qui simule n’est ni heureuse, ni épanouie. Ou alors ce soir, elle n’avait juste pas envie – ça arrive!

 

Posted in Tout un poème, Variations Littéraires

Nouveau corps

J’avais oublié

Le corps qui donne et qui reçoit

Le corps qui partage et respecte

Le corps qui laisse la place d’être

J’avais en mémoire

Le corps qui prend sans donner

Le corps qui ne partage rien

Le corps qui ne respecte rien

Le corps qui nie l’existence de l’autre

Il me reste

Des images

Qui s’évaporent

Au contact d’un autre corps

Des souvenirs

Qui se désagrègent

A la faveur d’un plaisir

Qui prend ses aises

Au creux de bras

Qui me protègent

Posted in O bonheur des sens, Tout un poème

Nouvel accord

Je ressens

Le manque

A la faveur

De mes doigts

Qui dessinent des baisers

Sur mes lèvres closes

Le manque

A l’orée

Des courbes

Sur lesquelles dansent

Tes mains

Au rythme du va et vient

De mon corps

Qui s’expose

A l’accord que tu proposes

Le manque

Au creux de mon cou

Le vide n’a pas de goût

Mon corps

Se souvient de tout