Mon bout du Monde

◊♦

On s’y rend en voiture, en train ou en car. Au détour d’un virage on aperçoit la mer, pas celle bleue ou verte de la Méditerranée, ni la transparente dans laquelle on plonge pour regarder les poissons. Ma mer est foncée, gorgée de boue et d’eau salée. Elle monte et descend, nous offrant soit de belles matinées ou de belles après-midi à la plage, rarement les deux, ou alors il faut se lever tôt et se coucher tard.

C’est un endroit tout simple, sans transat ni restaurants face à la mer. C’est une maison, celle de mon enfance, des vacances, des weekends qui s’allongent jusqu’au dimanche soir, celle de mes souvenirs, des cousines.

C’est une plage, des heures de dériveur, des brioches partagées, des baignades nocturnes, des drapeaux « orange » qui nous font courir sur la plage déserte en criant à tue-tête « qui m’aime me suive » avant le grand plongeon dans les vagues déchainées.

◊♦

◊♦

C’est un jardin rempli de rires, rires de l’enfance insouciante, de l’adolescence passionnée. Un jardin dans lequel j’aime marcher pieds nus et au fond duquel je prends plaisir à étendre le linge. Les draps blancs volent au vent et emportent avec eux, au creux de mes nuits, des parfums savoureux.

C’est une histoire, celle de mes grands-parents, de mes parents, la mienne et celle de mon enfant. C’est une plaque grise au cimetière, un vieux garage, une coque de bateau abîmée.

◊♦

◊♦

Certains parcourent la terre entière pour trouver cet endroit de paix dans lequel ils se sentent en sécurité, apaisés, libres et heureux. Mon bonheur à moi, il est là. Dans cet endroit, mon bout du Monde, mon éternel lieu de quiétude et d’harmonie, dans lequel je puise chaque été un nouveau souffle, loin du chaos et des heures vides. Il est dans la mer qui danse sur les rochers et balaye la plage avec douceur. Il est dans ces heures passées au frais à refaire le monde autour d’un thé ou sur la terrasse le soir, le mieux au réveil, les yeux sur l’horizon, avec en bruit de fond le chant des oiseaux. Il est entre ces murs qui connaissent tout de moi, qui ont mon âge et qui me manquent souvent quand les deux pieds ancrés dans mon quotidien, je me sens lourde et épuisée.

◊♦

Cet endroit-là, c’est ma vérité.

Défi Liste – Les petits plaisirs du Printemps

Cécile de Zenopia revient avec un défi Listes et nous invite à partager nos plaisirs à l’aube d’une nouvelle saison: le Printemps!

Pour moi c’est principalement:

  • la nuit qui vient plus tard et donne l’illusion que les jours ont plus d’heures que d’habitude
  • les premiers bourgeons, signe que la nature renait et nous invite nous aussi à respirer à pleins poumons, à éclore à nouveau
  • le soleil qui réchauffe davantage et nous offre de beaux moments à l’extérieur
  • les premiers pique-nique
  • délaisser les vêtements chauds et s’habiller avec des matières plus légères
  • de belles couleurs qui mettent du baume au cœur
  • faire du tri et redécorer son intérieur
  • le retour des salades composées, plat simple et équilibré
  • reprendre d’assaut les terrasses pour un moment convivial au grand air

 

Album de Senteurs: Ma Terre

20161224_143811_resized

Elle me parle. Dans le silence qui entoure le jour qui se lève. Elle m’appelle. Elle sent la pluie, pas celle de l’aube, mais la pluie chargée de chaleur, celle de l’orage qui gronde au loin. Une odeur forte et sensuelle.

Elle se souvient de l’enfance, de nos courses folles, de l’odeur âcre de soupes improvisées avec de l’herbe, quelques fleurs séchées, des cailloux que nous faisions mine d’engloutir avec délectation, de nos pas de petites, de nos pieds nus de grandes, des roues des vélos qui glissent et laissent des traces. Elle garde en mémoire des sons, des images, des chansons que nous fredonnions, en faisant tourner les 33 tours, l’été. Elle est la gardienne de nos pas de danse, de nos poiriers improvisés, dans le jardin. Elle sent le sapin, l’herbe fraichement tondue. Elle sent la mer, pas très loin, qui se prélasse sur les rochers.

Elle me murmure quelque chose à l’oreille. Elle me dit qu’elle sera toujours mienne, qu’au creux des saisons de la vie, elle sera le havre de paix dans lequel je pourrais venir puiser lumière et sérénité. Son cœur bat vite sous mes plantes de pied, habituées à sa vitalité, à son énergie vivifiante.

Elle me parle de silence et sur la pierre, elle redessine avec moi des souvenirs éparpillés au milieu d’un jardin, dans les feuilles de salade, autour des poulaillers, sur un bateau. Et j’entends l’écho de son rire, je revois l’éclat de nos sourires, je contemple la beauté de ce qui fut et n’a jamais cessé d’exister.

Elle est la terre de mon enfance, la terre mère, nourricière, la gardienne de mes secrets, ma confidente. Elle est la terre gorgée d’eau salée, baignée de lumière sous laquelle dort paisiblement mon grand-père, sur laquelle joue délicieusement mon enfant.

savedpicture-201718154634

Ceci est ma  participation au rendez-vous Album de Senteurs de Marie du blog “A l’encre bleu lavande”. Le premier thème de l’année était LA TERRE. Marie nous demande également de proposer une idée de thème pour les prochains rendez-vous. Je choisis “viennoiserie”.

Dans les couloirs du métro…

Prendre le métro. Capturer des instants qui peuvent paraître insignifiants au premier abord. Instants qui racontent une, mille histoires. Instantanés furtifs du temps qui coule, de la vie qui s’emballe ou de celle qui prend son temps.

Au gré d’une promenade dans un charmant coin de Paris, j’ai photographié au gré des arrêts ces moments particuliers. J’ai saisi la vie dans ces souterrains si redoutés par certains. J’ai capté la couleur au creux de la nuit.

couloirs-metro

couloirs-metro-2

couloirs-metro-3

Instantanés Pluriels – Novembre / Décembre 2016

Un petit jour de retard, c’est tout. Juste le temps de terminer la découverte de vos participations qui m’ont beaucoup émue je dois dire. Avec ce thème REFLET, vous avez été au cœur de vous-mêmes et de vos souvenirs pour certaines. Merci pour cette parenthèse inspirante. Je vous laisse découvrir les participations et vous invite à vous rendre visite mutuellement:

Mon cheval, mon reflet chez Cavali’Erre

Des perles de pluie chez Pidiaime

La vie en couleurs par Miss Fujii

Lumière et prière chez Julie

Un regard (et la vie qui n’est pas toujours douce) par Catwoman

picture_20160915_173422084_resized

Place au prochain thème.

Pour cette fin d’année, j’ai pensé à quelque chose de léger et je vous propose de plancher sur le thème MANEGE, que ce soit celui de la vie, qui nous emporte dans sa course ou celui que l’on croise, avec ses chevaux, sa musique ancienne, celui que nous escaladons pour revivre quelques souvenirs, ou encore le plus moderne avec ses couleurs et sa musique dernier cri…

Voici la photo, si vous souhaitez ajouter quelques mots ou rédiger un poème, un texte court sur le sujet. Libre à vous! Et rendez-vous le 15 Décembre!

20161116_100103_resized

Parler de toi

Parler de toi, mon coeur

Le coeur d’un pays

Qui bat au son des verres qui s’entrechoquent

Et de mots échangés à peine nos vies rencontrées

imgp2092Parler de toi, sans bruit

Me souvenir

A l’intérieur

A l’infini

imgp0910Parler de toi

Et entendre le crépitement

De la pluie

Sur les pavés maintes fois foulés

De la ville à peine endormie

imgp0082Parler de toi

Ma ville

A tout jamais gravée dans mon coeur

Et dans mon esprit

imgp3069Quand je parle de toi

C’est toujours avec des étoiles dans les yeux

Et de l’amour à revendre

portmarnock-2

Et vous, un pays coup de cœur, un endroit que vous aimez beaucoup? Pourquoi?

Photos Crédit @Marie Kléber (Dublin 2010-2012)

 

 

Instantanés Pluriels – Octobre / Novembre 2016

Nous avons retrouvé notre rythme de croisière et vous avez été six à répondre présentes à ce rendez-vous. J’ai pris plaisir à découvrir vos photos et vos préférences. Mille Merci.  Place aux participations, certaines délicieuses, d’autres méditatives ou très originales:

Pause café et gourmandise – Julie (la pause détente)

Capsules Nespresso et Bijoux – Sabine (l’originale)

Un mercredi en hiver – Linette (la délicieuse)

Quand l’automne s’installe – Nathalie (la suspendue dans le temps)

Octobre au soleil – Catwoman (la chaleureuse)

Café – Pidiaime (l’éclectique)

♥♥♥

picture_20160915_173422084_resized

Le prochain thème:

Arrêt sur image, le temps se suspend. Le cliché surprend. Vous vous regardez ou vous regardez le monde.Vous surprenez un REFLET – le vôtre ou celui d’un objet, d’un instant.

Et pour le texte, voici la photo sur laquelle je vous propose d’écrire quelques mots / lignes

20161013_151806_resized

Instantanés Singuliers 2016 – Septembre

Je n’ai pas été sérieuse, pas sérieuse du tout. J’ai laissé filer le temps et ces Instantanés dont je me plais à découvrir vos interprétations au fil des mois.

Il faut que je revois mon mode de fonctionnement, que je sois plus organisée, que je vous laisse moins dans le brouillard aussi.

Faible participation cet été, je ne jette la pierre à personne.

Je remercie donc MILLE FOIS les 2 courageuses qui ont flirté avec la matière:

Catwoman mélange solide et liquide

Nathalie joue avec les aiguilles et fait des merveilles

Quant à moi, je reste dans ma zone de confort et me délecte de la vue de cette fleur:

Fraîche ou Artificielle?

20160915_153747_resized

20150706_0847432-768x768

Scènes de rues (& réflexions sur la vie)

Vous le savez déjà, j’aime flâner dans les rues de Paris. Je n’aime pas la foule, mais j’aime le monde, regarder les gens vivre. Alors de temps en temps, je pars à la découverte, mon appareil photo autour du cou. Je respire Paris.

Dimanche, sous le soleil, je suis allée me dégourdir les jambes autour de la Dame de Fer. Je n’aime pas particulièrement photographier les monuments, mais pour la Tour Eiffel, je fais une exception!

IMGP9606

IMGP9597

Je peux vous dire que l’automne s’installe doucement, sans faire de bruit. Et que les feuilles se parent de belles couleurs. Ma saison préférée me dit d’être patiente, de lui faire confiance. Tout arrive à qui sait se poser les bonnes questions et travailler sur soi.

IMGP9603

Je vous laisse avec quelques scènes de rue, dont je raffole. Je contemple le monde. Je tente d’imaginer la vie de chacun. Je crée des histoires à partir de rien. Je m’expose ici, si facilement. Mais dans le face à face avec l’inconnu, je perds mes moyens, j’ai peur du jugement. Je me livre de travers et si l’autre devine le chamboulement à l’intérieur de moi, je dérive.

Qui me dit que derrière ces visages, derrière le sourire de ceux que je croise, nous ne partageons pas les mêmes tourments? Ca me rassure de le penser. La vie est remplie de failles, de cicatrices, de chagrins. Et peuplée de beauté, de vérité, de joie, d’amour, de lumière. Je crois qu’être heureux c’est savoir accepter la vie dans son ensemble, accepter de ne pas tout contrôler, accepter sa colère comme sa joie, rire les jours de pluie et pleurer les jours de soleil. Il n’y a pas de règle

IMGP9645

IMGP9656 2

IMGP9661