Ni chienne, ni pute, ni salope!

Cet article est depuis une semaine dans mes brouillons. J’avais envie de le partager, tout en hésitant à le publier sur ce blog plutôt que sur l’autre. Puis je me suis dit qu’il avait toute sa place ici.

Donc aujourd’hui, je vais vous parler d’un sujet que je ne maîtrise pas. Du coup je ne vais pas m’appesantir sur les détails. D’autres le feront mieux que moi. Il sera plutôt question de premiers pas et de champ lexical!

Il y a quelques mois j’écrivais ce texte – insoumise. Je le suis toujours dans l’absolu! A l’époque le terme même de soumission me mettait très mal à l’aise et me donnait envie de vomir. Il faisait référence à beaucoup trop de choses du passé où soumission, violence, dépendance et emprise étaient étroitement liées. Je ne reviendrai pas la dessus…

Puis peu à peu j’ai évolué sur le sujet. Pas seule. Suite à de nombreuses conversations, partages, discussions qui m’ont tiré des larmes et m’ont parfois donné envie de quitter la table. Non sans mal. Je crois que si il y a eu un sujet délicat, ce fut bien celui-là. Et puis les mots je les exécrais. Tout s’est fait progressivement. J’ai d’abord accepté que ça pouvait exister même si moi ça ne m’attirait pas. Accepter ne voulait dire ni comprendre ni adhérer. Et puis les mots sont devenus moins violents. Enfin j’ai accepté que ça m’attirait. Et que je me refusais d’expérimenter quelque chose parce que d’une manière ou d’une autre cela allait à l’encontre de tout ce contre quoi je m’étais battue. Alors qu’il n’était question que d’amalgames et que les deux n’avaient rien à voir.

Si je devais associer des mots à soumission aujourd’hui ce serait respect, confiance, consentement. Si ces données ne sont pas là, alors on est dans la violence pure et dure, où la personne soumise n’est qu’un objet entre les mains de l’autre.

C’est pour cette raison que quand je lis les mots “chienne”, “pute”, “salope” dans ce contexte, cela me gêne. Dans d’autres contextes aussi! Je trouve qu’ils donnent une mauvaise image de la soumission – elle n’a pas besoin de ça, vous en conviendrez?

Et si ils reflètent ce que certaines femmes pensent d’elles-mêmes, je me dis que c’est grave. Être soumise, le temps d’une expérience, d’un partage, d’un “jeu” ne veut pas dire que la personne abdique tout respect d’elle même. Loin de là.

Alors Mesdames, si vous voulez être traitées comme de la merde, ne vous privez pas. Il y a des tas de femmes qui échangent leur place sur le champ, des femmes traitées au quotidien comme des chiennes, des putes et des salopes, des jouets entre les mains d’hommes méprisants, qui sous couvert d’amour les contraignent au pire. Et parfois même elles en redemandent, certaines de ne mériter rien de mieux. Elles ne sont pas consentantes. Elles n’en tirent aucun plaisir.

Je ne sais pas, trouvez d’autres mots. Il y en a quand même assez dans la langue française! Et si vraiment vous vous sentez comme telles devant un homme qui vous domine, demandez-vous si ce n’est pas vous qui avez un problème avec cette facette de votre sexualité. Je ne dirai pas que c’est facile à assumer. Mais après tout vous avez le choix!

Quant à vous Messieurs, ne pensez pas que quand une femme assume cette part d’elle-même, cela veut dire que c’est Portes Ouvertes pour tout le monde, que vous pouvez tout vous permettre. Respect. Confiance. Consentement. Je crois qu’il n’est jamais inutile de le rappeler!

Advertisements

Du bout des doigts

cristiana128369378975_gros

Je connais ton corps. Et pourtant je le découvre chaque fois. Dans le froissement des étoffes, l’intimité d’une sphère que nous définissons au gré de nos envies, un temps qui se suspend pour nous laisser jouir pleinement de l’instant.

Ces jours sans toi sont remplis de toi, et je te retrouve, impatiente d’une étreinte riche de manque. Je retiens mes mains. Te toucher ne serait pas opportun dans la fraicheur du jour ou au milieu du monde. Sentir sous mes doigts le grain de ta peau, sa douceur par endroits, des endroits que je suis seule à pouvoir approcher. Me frayer un passage pour cet impact épidermique, comme un besoin.

J’ai l’impression que le toucher m’offre cette porte, celle qui me permet de me livrer sans mot. Ils sont parfois trop nombreux au pallier de mon cœur, il me faut y mettre de l’ordre.

J’effleure ta peau, je cale mes mains dans les tiennes. Je sais ce qu’elles offrent quand elles trouvent le chemin de mes désirs, qui une fois de plus se disent à demi-mots. Moi qui sais si bien les manier à l’écrit, ils m’échappent encore parfois quand nue devant toi je devrai dire ce qui agite mes sens, ce qui fait frissonner mes pensées. Le trouble s’empare de moi et tu devines. Je n’ai plus qu’à te suivre vers cet inconnu qui comme un aimant m’attire…

“On pourra partager ça aussi !”

Partager ?

Quel est ce mot barbare ?

Moi, on ne m’a jamais proposé de partager. Alors du coup, je suis émue. Et quand je suis émue je dis plein de choses sans intérêt, histoire de meubler l’espace pour que mon cœur puisse retrouver son rythme normal.

J’ai 38 ans dans quelques semaines et j’ai l’impression de découvrir la vie, les relations humaines. Avant « partager » c’était puéril (qu’est-ce que j’ai pu l’entendre ce mot !) et puis partager quoi ?

Nos gouts. Ah oui, mais tu sais moi lire, écrire, ce n’est pas trop mon truc. Et puis t’écris quoi ? Enfin je te pose la question comme ça. Je ne te lirai pas. T’écris sur ça, si on veut, c’est loin d’être passionnant quand même…

Nos idées. Pour quoi faire ? A mon avis on n’a pas les mêmes. Enrichissant ? Je ne crois pas. Moi je sais que mes idées elles tiennent la route et que ce sont les meilleures.

Nos envies. Tu sais de quoi j’ai envie là, de mâter un bon film à la télé. Ça te tente ?

Et puis on pourrait aller se balader, faire des voyages,  visiter des expos, se faire un weekend au bord de la mer, aller à un concert. On pourrait partager autre chose qu’un repas, un ciné, un énième navet à la télé. Qu’est-ce que t’en dit ?

Je trouve qu’on partage déjà plein de choses ?

Ah oui !

C’est toi, t’es jamais contente de rien.

C’est juste que j’aimerai faire autre chose que regarder Albator le weekend ou visionner pour la cinquième fois Rocky. En plus il fait super beau dehors !

Trop chaud !

Sinon tu pourrais venir me voir à une répétition de danse. Ou on pourrait essayer un truc un peu loufoque, genre une nuit dans une roulotte.

C’est ça tes idées ! Déjà la danse j’aime pas. La roulotte, t’as piqué ça où? C’est grotesque!

On pourrait aller courir ensemble alors. Courir ça te plait ?

On n’ira plus courir ensemble…T’aura fait trois tours, je terminerai le premier complètement essoufflée. On se sera vus sur 300m et encore je suis gentille. En plus tu m’auras dit un truc genre je ne fais pas d’effort, je ne suis pas très rapide. Enfin on aura essayé…

On se rendra à l’évidence que partager, comme on l’entend, c’est pour les autres. Nous on se limitera à partager une literie, une douche, une cuisine et de temps en temps une table au restaurant ou deux fauteuils dans une salle obscure. Pour le reste, il faudra faire preuve de compréhension. Et intégrer qu’un petit plaisir doit se faire rare pour être délicieux.

Donc partager je ne sais pas vraiment ce que c’est. Je me suis même longtemps demandé qui pourrait s’intéresser à moi, puisque mes idées, mes goûts, mes envies semblaient sans intérêt.

Alors ça me touche. Et du coup je me dis que je suis un tant soit peu intéressante au final. Ça me touche vraiment et je vais mettre encore un peu de temps à oser…

Le chemin parcouru

On liste souvent ce qu’il nous reste à faire (ou devenir). On se dit souvent que se construire c’est un long processus, se reconstruire un chemin rempli de petits pas qui s’additionnent, un chemin en pente qui nous parait souvent sans fin.

Et si nous regardions juste quelques minutes en arrière, juste le temps de voir le chemin parcouru, le temps de lister justement tout ce dont nous pouvons être fiers, les victoires gagnées au prix d’incroyables efforts sur soi, les nuits d’insomnie consommées pour trouver notre voie, les souffles comptés nécessaires, les marches gravies à la force de nos poignets, les reconquêtes de notre corps, de nos cœurs, de nos pensées, mille fois meilleures qu’hier.

Et si nous pouvions apprécier, avec bienveillance, d’où nous venons. Et prendre le temps de nous poser avant la prochaine ascension. D’ici quelques mois le sommet nous paraitra plus accessible, notre équilibre ne sera plus si fragile.

 

Un rendez-vous hors du temps à Marseille (avec P’tite Delph)

On s’est donné rendez-vous sur le vieux port. J’arrive en avance, je griffonne quelques mots assise face à la mer et aux voiliers, une invitation à prendre le large, à tout donner, tout oser.

Je me lève, je te vois. C’est étrange. Toi et moi, là, dans ta ville, loin de l’écran qui nous protège très souvent, loin de nos mots qui ne disent bien que ce que nous souhaitons dévoiler. Tombé l’anonymat. Nos visages se font face. C’est étrange et délicieux à la fois.

Tu es bien là Delphine, en chair et en os devant moi. Quand j’ai vu que le dernier bus quittait Marseille à 20h40, j’ai pensé à toi. Te voir. Non pas mettre un visage puisque je le connaissais déjà. Juste passer ce temps, loin de nos écrans, échanger sur tout ce qui nous lie, depuis quelques années, sur tout ce qu’on partage, mots échangés, secours de tous les instants, cartes envoyées, petits colis appréciés, soutien inestimable quand la vie prend l’eau de partout.

Nous allons nous asseoir pour papoter, au soleil, avant qu’il ne se cache. C’est bon d’être là avec toi. Tu ressembles à tes mots. Tu es ce courage qui transpire à chaque article écrit à la force de ton amour pour la vie. Tu es naturelle, authentique. Pas de masque. Tu as raison, le rire des enfants nous entraine à leur suite. Ton sourire aussi, baume apaisant pour les jours de pluie. Je le garde près de moi.

Le temps passe trop vite, déjà l’heure de partir. Tu m’accompagnes jusqu’à la gare. Prolonger au maximum ce rendez-vous que nous attendions depuis longtemps. On se dit au-revoir, une photo et je monte dans le car. Un dernier signe, il faut savoir. Je t’imagine attendre le signal, avant que tu ne regagnes ton chez toi, que tu retrouves Happy!

Merci d’être toi et de m’avoir accueillie dans ta vie. Merci aussi pour mon petit escargot, fan comme toi d’Arlo, que tu gâtes si souvent. J’aimerais pouvoir être là plus souvent, te passer un coup de fil, pour qu’on aille ensemble partager un moment. Nous avons fait le premier pas vers une nouvelle histoire. C’est certain, on se reverra!

 

Parenthèse amicale

Et ce sourire au bout du quai.

Suis la lumière! C’est elle qui le dit.

On se sert vite dans les bras. On n’a pas le temps là. Pas comme la première fois. Nos yeux étaient remplis d’un “je ne sais quoi”, de cette impression de s’être trouvées.

L. nous attend dans la voiture. On roule sur les routes de Marseille, fenêtres ouvertes, le cœur léger. Une parenthèse bien appréciée.

Des pauses, des rires, des souvenirs, photos à l’appui, objectif qui capte merveilleusement bien notre sourire, la joie qui nous inonde quand pieds nus, nous foulons le sable de la plage alors que la nuit s’installe.

Baignade improvisée un soir de printemps avant le vent qui viendra rafraichir la prochaine tentative. On attendra le soleil pour plonger dans le bain glacé, bienheureuses.

Jolies tables dressées, mets délicieux partagés, verres délicieusement sirotés, glaces dégustées à la cuillère, les pieds dans l’eau d’un bleu si fabuleux, d’un vert éphémère.

Puis l’amitié qui se resserre dans l’étreinte des au-revoir.

A refaire. Absolument. L’année prochaine, une autre pause, à la sortie de l’hiver.

Merci les filles L & L pour ce beau weekend  ensemble (Photo par Laurie de Chroniques et Tribulations)

Au delà de l’écran

Le premier contact – à travers l’écran.

Nous partageons des bribes de nos vies, moments de joie ou drames, sourires du quotidien ou chagrins inconsolables, souffrance physique ou morale. Nous échangeons, certains de trouver auprès d’un autre clavier des mots de réconfort ou juste une oreille attentive qui écoute, témoignage, va dans notre sens, prend part à nos coups de cœur ou de blues.

Et parfois la chance d’un autre contact – au-delà de l’écran.

Se rencontrer. Se voir autour d’une table, au détour d’un voyage. Un face à face qui peut troubler, faire peur. Toujours ce problème de confiance en soi. Et si l’autre ne nous reconnaissait pas? Et si il / elle était déçu(e) parla réalité? Et si l’image qu’il / elle s’était fait(e) de nous ne correspondait pas?

On se bloque souvent alors même qu’un rendez-vous loin de l’écran est souvent un pur moment de bonheur et de joie mêlés.

A suivre…

E-Maux Et les Mots

Mon rapport à l’écriture change, évolue. Après les doutes, comme une renaissance à la vie des mots. Douter m’a ouvert des horizons. Douter m’a donné des clés. Écrire dans un souci de transmission, de partage. Écrire pour dire, montrer, exorciser les maux. Écrire l’âme, les corps, le manque, l’absence, les peurs comme les joies, les rêves enfouis et les rêves à bout de bras, le temps qui passe, écrire tant qu’il est encore temps.

Laisser mes mots se promener entre les mains de celles et ceux qui les accueillent le cœur ouvert. Laisser les mots voyager, toucher des âmes sur le chemin de la vie.

Moins j’en vis, plus l’envie est là, d’être authentique, de rester moi. Si écrivain est un métier, le mien est alors ailleurs. Si écrivain est une passion, alors je l’accueille et je m’y fonds!