Posted in Les Etats d'Esprit du Vendredi

Les États d’Esprit du Vendredi 28.02.2020

Je me suis vraiment demandée si j’allais publier mes états d’esprit ce soir et puis je me suis laissée tenter. C’est parti, avec une pensée  amicale pour les fondateurs de ce rendez-vous incontournable! (Zenopia et The Postman).

Début [22h06]

Photo: premières fleurs
Fatigue :  l’ennui m’épuise, je me mets vite en colère, c’est un signe à prendre au sérieux (avant que ça ne parte en live)
Humeur : passablement moyenne mais ça ira mieux demain!
Estomac: avocat, riz, thon, yaourt et tisane en préparation
Esprit: à bout de souffle ou en chute libre (les deux se valent!)
Cond. phys. : nada…c’est pas bon non plus
Projet/Boulot: comment dire? les jours se suivent et se ressemblent dans un vide difficilement qualifiable. Impression (pas qu’une impression d’ailleurs) de ne servir à rien, de n’être bonne à rien.
Culture:
Livres:  Bienheureuse Infidélité de Paule Salomon (très intéressant)The limits of enchantement de Graham Joyce

Penser à: faire attention à moi
Avis perso (1): dire “bon boulot” pour avoir fait circuler des parapheurs dans des services, ça montre le niveau d’attentes!
Avis perso (2): l’opération psychose est lancée…
Avis perso (3): c’est fou cette façon qu’ont certains pour vous faire passer pour une triple andouille (devant tout le monde c’est toujours plus sympa!)

Message perso (1) peu mais agréable (2) la semaine prochaine sans faute je participe (3) c’est agréable de voir qu’il y en a qui s’épanouissent dans leur job! (4) je compte sur toi pour me remettre dans le droit chemin d’ici quelques jours!

Loulou: a repris le chemin de l’école, joue aux dames, veut comprendre l’histoire de l’âme
Amitiés : cartes, mails
Love : très occupé, développe ses talents de pâtissier, à l’écoute toujours, trouve le temps même avec un agenda surchargé
Sorties : copain de loulou demain et mémé dimanche, peut-être yoga mardi, ça me ferait du bien
Essentiel: tenir le coup!!! Et prendre soin de soi (personne ne le fera à ma place)
Courses: marché
Envie de: trouver un projet (réalisable en open space) pour m’aider à tenir le coup
Zic: Mylène Farmer

Fin [22h37]

Bon weekend et au plaisir de se retrouver la semaine prochaine. Prenez soin de vous!

Posted in Les Etats d'Esprit du Vendredi

Les États d’Esprit du Vendredi 26.07.2019

L’heure de la sortie a presque sonné, je vous livre alors mes États d’Esprits du Vendredi, avant de partir en vacances. Avec toujours une pensée pour The Posman et Zenopia .

Début [14h04]

Photo: Fleur…
Fatigue : c’est les vacances…
Humeur : excellente
Estomac: petits fours, sandwich, compote
Esprit: heureux
Cond. phys. : supporter la chaleur…
Projet/boulot: vacances j’oublie tout…
Culture:  Lecture: Un homme dans la poche (un vrai coup de coeur!)  – Films: Patients

Penser à: cartes d’anniversaire
Avis perso (1): les mentalités, voilà le problème majeur…
Avis perso (2): mieux vaut les mots que le silence…

Message perso: (1) bonnes vacances! (2) je vais continuer à écrire, s’écraser c’est pire (3) tu es toujours quelque part avec moi (4) c’était mieux de le dire (5) merci pour tout!
Loulou: compte les dodos (plus qu’1 qui nous sépare!) – m’a manqué…
Amitiés : mail, cartes
Love : en vacances, à l’écoute (toujours), a des mains qui…
Sorties : chez mémé et vacances
Essentiel: s’affirmer et poser ses limites
Courses: cartes postales
Envie de: nature…
Zic: Adele – River Lea

Fin [14h14]

Les Grandes Vacances sont arrivées et comme vous le savez, c’est l’heure de la déconnexion annuelle pour moi. Alors bel été à tous et à toutes. Je vous retrouve dans 3 semaines pour de nouvelles aventures. Profitez de la vie et soyez heureux!

Posted in Les Etats d'Esprit du Vendredi

Les États d’Esprit du Vendredi 29.03.2019

Comment qualifier la semaine qui vient de passer? Aucune idée, donc je me lance dans mes états d’esprits, initiative de The Posman et Zenopia . On copie le formulaire, on le remplit, on glisse un petit mot doux sur leurs blogs avec le lien de notre article et c’est parti :

Début [13h30]

Photo: Printemps
Fatigue : entre le mal de gorge, la conjonctivite et le contre-coup du weekend, c’est pas sensationnel
Humeur : bonne (comme quoi on peut être heureux même quand on navigue à vue!)
Estomac: dégustation Room Saveurs au bureau et thé menthe
Esprit: embrouillé
Cond. phys. : un peu de marche et mini tennis avec loulou
Boulot/projet : le grand brouillard…
Culture: Age de glace 3 – HP Movie 6 (mon préféré!) – Les délices de Tokyo (tout en douceur et poésie) – Big Magic d’Elisabeth Gilbert (j’en ai besoin!)
Penser à : se faire confiance

Avis perso (1): je sais que ça part toujours d’un bon sentiment, mais pourquoi me passer un documentaire qui dit que la plupart des médecines alternatives & thérapies  sont néfastes et seraient en fin de compte des sectes qui pousseraient les gens en mal de repères à se former pour un résultat nul?
Avis perso (2): ça doit être bien quand tes proches croient en tes projets et t’encouragent dans la voie que tu as choisi.
Avis perso (3): la maîtresse et moi, on n’a vraiment pas d’affinités…

Message perso: (1) quel bel article ma belle!! (2) merci pour ta présence (encore plus depuis samedi et malgré la distance) (3) merci de ne pas me juger non plus (4) écris et ne pense plus à rien (et lis Big Magic aussi!)
Loulou: a adoré Disney (moi aussi), a compris que les mamans aussi faisaient parfois de grosses bêtises, papote beaucoup plus, même et surtout avec de nouvelles personnes, a hâte de retrouver ses copains/copines au square après l’école.
Amitiés : hier soir et c’était top – sur whatsapp aussi
Love : loin, à l’écoute, toujours prêt à me remonter le moral
Sorties : chez des amis demain et pour un anniversaire dimanche (pour loulou) – footing (pour moi)
Essentiel: oser, se faire confiance
Courses: billets de train
Envie de: arrêter de me poser mille questions et faire des choix – croire en moi – me lancer
Zic: cette semaine les Beatles étaient à l’honneur à la maison, donc je vous laisse avec My Favorite of All Time:

Fin [14h00]

Beau weekend à tous, sous le soleil!

Posted in Les Etats d'Esprit du Vendredi

Les États du Vendredi 24.08.2018

Je reviens de vacances et je me remets avec plaisir aux états d’esprit, initiative  de The Posman  et Zenopia.  On copie le formulaire, on le remplit, on glisse un petit mot doux sur leurs blogs respectifs avec le lien de notre article et c’est parti :

Début [10h53]

Fatigue : aucune
Humeur : heureuse
Estomac: nectar maison, raisins, biscotte
Esprit: léger
Cond. phys. : si on compte les vacances (vélo, équitation, footing, baignades)
Boulot : reprise calme
Culture: pas lu un livre ni vu un film en 3 semaines
Penser à : inscrire loulou au foot
Avis perso (1) : pour les vacances en famille, il faut s’armer de patience, faire preuve d’adaptation et accepter les différences pour que ça fonctionne bien. Tout un programme…
Avis perso (2) : parfois on ne peut pas aider les gens et il faut savoir se retirer des discussions qui ne mènent nulle part
Avis perso (3) : si vous ne voulez pas de commentaires sur vos articles, ce que je comprends très bien, désactivez-les. A terme ça fera gagner du temps à tout le monde. Et ne likez pas non plus des commentaires que vous trouvez sans intérêt – ça ne rime à rien.
Message perso: (1) belle surprise! (2) merci pour la jolie carte (3) j’ai plus qu’apprécié, j’ai trouvé ça terriblement sensuel et envoutant (4) plein d’énergie pour la suite, ça finira par payer.
Loulou: super vacances passées avec lui, est toujours au bord de la mer, fait du poney le matin, mange de la mousse au chocolat
Amitiés : ai fais le plein pendant les vacances, hier soir, au téléphone
Love : est revenu de vacances, manie l’art du toucher avec dextérité, parait heureux
Sorties : Willie Ronis ce weekend, la semaine prochaine
Essentiel: écrire mes émotions, mes envies, des histoires, le bonheur et la vie
Courses: des choses pour la maison
Envie de: une soirée avec lui (si je peux avoir deux envies, j’ajoute une nuit aussi!)
Photo: souvenir de vacances

Zic: Emmanuel Moire – Beau malheur

Fin [11h40]

Posted in Variations Littéraires

Depuis toi

20180731_154014

Je danse le manque
Dans les heures d’effervescence
Les longues balades le nez au vent
Les vagues d’éclats de rire
Les fruits mûrs, juteux dévorés à pleine bouche
Les mûres cueillies sur le bord du chemin qui mène à l’amitie retrouvée
L’euphorie des rendez vous familiaux, le passé repassé, les anecdotes maintes fois partagées
Le galop sur la plage déserte, ce sentiment d’absolue liberté saisissant
Je trace le manque
Dans les embruns
Dans la mer gorgée d’eau salée
Dans le souffle du vent qui fait tanguer les haubans
Dans la fraîcheur du petit matin
Dans le temps suspendu aux souvenirs
Qui dévalent les pentes à toute vitesse
Dans l’instant qui défie les années écoulées
Dans la nouvelle histoire que nous écrivons
Au fil des étés que nous passons côte à côte
Coeur contre coeur
Le manque depuis toi a une autre saveur

Posted in Atelier écriture

Ainsi va la vie

[:fr]

Photo – Copyright Marie Kléber

Elle se sentait détachée,
Comme une vieille feuille desséchée,
Qui n’attendait plus rien.
Une vie de peine, tout près du chêne 
Son seul soutien.
Elle avait vécu à perdre haleine,
Secouée et ballotée par l’aquilon
Ce vent terrible qui se promène
Malmène la plaine,
Terrifie le vallon.
Voilà où l’histoire nous mène
La mort même ne pouvait l’effrayer,
Aussi banale que fut la chose,
On jetterait bientôt sur sa tombe une rose
A deux pieds d’un laurier.

Ceci est ma deuxième participation au rendez-vous Tous Poètes des Impromptus Littéraires. La consigne était la suivante: écrire un poème en gardant le dernier mot de chaque vers du poème « La feuille » d’ Antoine-Vincent Arnault (Lire ICI)[:]

Posted in Carnets de route

Le doux goût des vacances

Laisser passer le temps et les heures, sans regard sur la montre, déposée sur la table de chevet.

Laisser les heures défiler, sans n’en retenir aucune, les remplir de vie, de jeux, de rires, d’échanges, de câlins, de parties de foot pieds nus dans le jardin.

Prendre le vélo et partir à la redécouverte des routes si souvent empruntées, seule ou à plusieurs, encore pleines de nos rêves d’adolescentes, de nos palabres entre deux fous rires.

Hisser petit loup derrière soi et s’évader au rythme de mélodies qui se chantent à deux.

Longer la mer, la regarder aller et venir, sentir les embruns nous fouetter le visage, par temps de grand vent et son odeur nous chatouiller les narines, écouter sans se lasser les vagues caresser le sable fin.

Regarder petit loup s’amuser avec un rien, des jeux dénichés au grenier, des poupées bien habillées, ramasser des coquillages, tremper ses petits pieds dans l’eau, avoir peur, puis s’avancer davantage, foncer dans mes bras et déposer au cœur de mon cou des baisers gorgés d’eau salée.

20160820_094554_resized

Partager des moments en famille, déjeuners qui s’éternisent, dîners pris au grand air, les yeux tournés vers la mer.

Echanger avec des amis, retrouver cousins et cousines autour d’un pique-nique sur la plage, regarder nos enfants s’essayer à la vie, se regarder de loin, avant de jouer ensemble à construire des châteaux, des barrages.

Marcher pieds nus sur l’herbe fraîche ou sur le tapis ensoleillé. Eviter le sable en fin de journée, brûlant.

Etendre le linge au fond du jardin, un instant volé au tumulte de la maison, qui grouille de monde, d’envies, de doutes, de déceptions aussi parfois. Moment solitaire rempli de chansons inventées, de prières livrées au vent, de remerciements.

Partir à l’aventure, prendre un car, un train, découvrir un autre univers, revoir des amis chers, partager un bon repas, regarder petit loup se sentir plus à l’aise et apprécier ces moments passés ensemble loin de tout ce qui parfois bloque notre respiration, la joie qui vibre à l’intérieur de nous.

Contempler la nature, belle, resplendissante.

Passer au cimetière déposer une fleur, à l’église allumer un cierge, au marché pour retrouver le goût de la brioche bien dorée de notre enfance.

Revoir des visages, échanger des nouvelles, évoquer « avant » les yeux pétillants, se souvenir, créer de nouvelles images pour demain, se sentir bien, en harmonie.

Souffler. Et vivre.

Posted in Les Instantanés Singuliers

Instantanés Singuliers 2016 – Juin

J’ai pris du retard comme souvent d’ailleurs. Je suis heureuse de voir que vous avez apprécié ce thème – même si j’imagine qu’on s’en serait tous passé. Un peu de pluie c’est bien. Mais arrive un moment où on en a ras la casquette.

Place aux participations:

Linette nous propose une vue sous son parapluie

Sophia danse sous la pluie (ou danse la pluie) – Coup de ♥ de l’édition

Nathalie a bravé la pluie (et le froid) pour ce RDV

Ezellega nous offre quelques gouttes en pleine nature

Pidiaime noue emmène en voyage à Tahiti

Miss Fujii nous emmène en balade – une balade pleine de rebondissements!

Cavalierrando nous dit que la pluie fait même pleurer les statues

***

Quant à moi, j’aurais aimé vous montrer les quelques clichés pris, un jour de pluie sur Dublin, en regardant les gouttes couler sur mes carreaux. Mais faute de temps et surtout de chercher où se cachent ces photos sur mes multiples clés USB, je me suis laissée tenter par la nature sous la pluie, que je trouve rayonnante et fabuleuse!

2016-06-28_15 27 13_resized

Les vacances approchent pour certains, sont encore loin pour d’autres, c’est pourquoi je vous laisse jusqu’au 20 août pour plancher sur le thème de l’été (ne vous inquiétez pas, je vous ferais quelques rappels!)

Matière

(que ce soit celle que vous aimez porter ou la matière que vous préférez étudier, matière grasse, organique, grise ou bien matière première…Laissez vous porter par votre intuition en la matière.)

20150706_0847432-768x768

Posted in Carnets de route

Restes d’Automne

Novembre et son lot de larmes, de folie, de masques que l’on se crée pour ne pas se trouver submergé par un flot d’émotions difficile à contenir. Novembre a chassé d’un coup la douceur de l’automne, que nous nous réjouissions de voir arriver. Les évènements ont glacé nos cœurs, engourdis nos esprits, nous rappelant quelques souvenirs désagréables, disséminés ici et là, cendres flétries sur le calendrier de nos vies.

J’ai voulu garder un peu d’automne au creux du cœur, de cet automne dont je parlais voilà trois ans, à l’enfant bien à l’abri dans mon ventre. Je lui promettais des balades dans les feuilles, des feuilles à fouler du pied, des pieds bien au chaud dans des chaussures fermées et une fois à l’intérieur, des journées pleines de câlins et d’histoires à raconter.

Cette année – Quelques projets réalisés à deux. Quelques touches de saison dans la maison.

2015-09-21_16 23 43_resized

Posted in Les Instantanés Singuliers

Les Instantanés Singuliers #8

Pour l’opus numéro 7, je vous proposais de me présenter vos feuilles d’automne. Vous avez répondu à l’appel avec joie et vos photos m’ont transportée au creux d’une saison que j’affectionne particulièrement. Place aux participations:

Miss Fujii danse parmi les feuilles volantes

Petite Yaye a convoqué toute sa petite famille pour ce rendez-vous

La Miss Tamara profite d’une journée en amoureux pour saisir un instantané

Onee a enfin de jolies couleurs à nous montrer

Cavali’erre nous présente l’automne vu d’ailleurs

Ptite Delph aime l’or. Face au ciel bleu, c’est splendide!

Pidaime nous offre une composition réussie

Catwoman Sous le ciel de la Provence – On en redemande.

Continue reading “Les Instantanés Singuliers #8”

Posted in Carnets de route

Chères Vacances,

Chères Vacances,

Je vous attendais depuis longtemps. Et pourtant aujourd’hui je pourrais presque dire que vous m’avez prise par surprise. J’avais tout préparé. Appareil photo, livres, crayons et cahiers. Je n’ai touché à rien, trop absorbée par les charmes du bord de mer, de la campagne, de la nature qui a su me subjuguer. Je peux enfin le dire : j’ai pris le temps de vivre, d’apprécier chaque instant. J’ai cuisiné. Je suis partie, à vélo, à la redécouverte des chemins de mon enfance, le petit escargot bien installé dans son siège derrière moi. J’ai regardé, pour de vrai, sans faire semblant, sans passer comme ça et ne rien retenir, la mer glisser sur le sable, assise sur la plage, alors que le vent frais du soir venait caresser nos genoux, ma joue posée contre la joue de mon petit prince. Magique. J’ai regardé la pluie tomber, l’herbe frissonner, les nuages filer sur l’horizon. J’ai regardé mes rêves au microscope et je les ai trouvés beaux.

J’ai refait le monde avec des amies que je n’avais pas vues depuis trop longtemps. Rires en cascade. Et souvenirs à la pelle. J’ai profité de chaque instant d’elles, sans chercher à immortaliser l’instant avec des mots ou des clichés, qui finiront sûrement par prendre la poussière sur une étagère.

Entre deux tours de manège, nous avons regardé les tracteurs débarquer les barges et les bateaux des pêcheurs d’huitres, avant que la marée ne baisse, nous avons déposé quelques prières en passant, nous avons couru dans la mer et réalisé des dizaines de châteaux de sable.

eb2c7af75e5fed3db0297b6ba7afcb06_resized
Et puis chères vacances, vous m’avez offert la chance de faire du tri, de me délester de tout ce qui n’est plus moi. Des cartons au grenier, il y en avait des dizaines. Tout ce qu’on garde, les souvenirs, plus ou moins bons, des « au cas où » ou des « pour plus tard » et puis que l’on n’ouvre jamais car le grenier, cela fait longtemps qu’on n’y voir plus rien, tellement il y en a. Tous ceux de l’enfance, de l’adolescence, de l’âge adulte que l’on ne peut pas garder chez soi, qu’on dépose à ses parents à chaque fois qu’on change d’appartement. Des cartons remplis de livres qu’on ne lira plus et qui ont finalement fait le bonheur d’une bibliothèque de village.

Au milieu de tout ce fatras, on a bien retrouvé une poussette, une poupée dont l’escargot a décidé de s’occuper, quelques jeux un peu vieillis mais qu’il a adoptés. Le reste, on l’a bazardé ou vendu, l’occasion pour moi de participer à mes premiers vide-greniers et pas les derniers, c’est certain.

Il ne reste plus que cinq cartons dans le grenier. L’essentiel. Le reste prenait trop de place, toute la place. Et ne servait à rien. Les souvenirs sont à l’intérieur de nous, pas dans des biens matériels que nous tentons par tous moyens de tenir à l’abri du temps. Le temps passe inexorablement. Aujourd’hui le grenier respire et moi aussi. Si bien que de retour à Paris, les vacances cherchent encore un peu de place. Je vide. Je trie. Je donne. Je vends. Je prends soin de moi. On y voit plus clair. C’est apaisant.

Chères vacances, vous avez pris fin sous le soleil du Sud. J’avais fait une promesse à un petit garçon, devenu grand. Je l’ai tenue. J’en suis heureuse. L’heure est au bilan. Il est très positif. La vie me paraît plus simple. Hier, je me suis arrêtée sur un banc, à l’abri de la ville et j’ai regardé la nature différemment. J’ai repris mon appareil photo, mes livres, mes carnets et mon clavier. Il faut se remettre au travail. Avec bonheur !

Posted in Les Instantanés Singuliers

Instantanés Singuliers #5

Bonsoir à tous. Je ne vous ai pas oublié, qu’est-ce que vous croyiez!

Je reviens donc vers vous, comme prévu avec le nouveau thème de Juin.

Et vous avez jusqu’au 10 pour me proposer vos photos – ça vous laisse un peu plus de 15 jours (je pense en particulier aux retardataires, comme moi)

Cette fois-ci j’ai opté pour un thème plus passe-partout, histoire de ne pas vous décourager:

NATURELLEMENT VOTRE

Montrez moi ce que la nature vous inspire, comment vous vous sentez face à elle, ce qu’elle vous offre ou vous murmure. Ouvrez vos cœurs, vos yeux et une fois de plus faites moi voyager!

2015-01-20_10 28 48_resized (2)

Posted in Tout un poème

J’ai envie de pluie

Vous qui aimez le soleil, qui êtes aux anges depuis que le beau temps vous offre la chance de porter des robes plus légères et vous accueille à bras ouvert entre midi et deux pour une pause douceur, vous allez me prendre pour une folle.

Et pourtant la pluie me manque bel et bien.

J’ai envie de sentir son odeur quand elle s’engouffre dans la terre.

J’ai envie d’entendre son bruit quand elle s’agite sur les carreaux de ma chambre.

J’ai envie de la toucher et d’être imbibée de sa fraîcheur.

J’ai envie de sauter dans les flaques qu’elle laisse ici et là, en souvenir de son passage.

J’ai envie d’ouvrir la bouche et de boire son eau claire.

J’ai envie de la regarder descendre du ciel, de m’inspirer de son silence.

La pluie a fait partie de ma vie pendant six années. J’ai appris à l’apprécier, à ne plus avoir peur d’être mouillée, à sortir sans parapluie.

J’ai envie de m’imprégner de sa force et de sa constance.

J’ai envie de la laisser glisser sur mon manteau et de la voir faire des sauts de puce sur l’asphalte gris.

J’ai envie de m’enivrer de sa présence, de son existence.

J’ai envie de la laisser inonder mon cœur de paix.

J’ai envie d’écouter son clapotis discret ou violent.

J’ai envie de pluie pour me sentir pleinement vivante.

0378b3b6d8bc1bd45dc08ba7473cb357Source Image – Pinterest