Posted in Carnets de route, Variations Littéraires

S’abandonner à vivre

Credit Photo@mariekleber37

Le monde restera toujours cette gigantesque énigme. Le monde du business, de l’argent, des idéologies, un monde à tant de vitesses que parfois rien ne sert d’y prendre part.
Le monde restera un mystérieux hémisphère duquel je m’approche un peu trop parfois, au risque de perdre de vue ce qui compte, là, maintenant.

Le soleil a des airs de trop peu. Alors je savoure chacun de ses rayons. La sensation du chaud sur ma peau me donne envie de rester encore un peu, assise là, sous le feu des projecteurs du ciel.
Le soleil et ta peau.
Et les sourires partagés.
Et les confidences.
Ta peau et les microsecondes d’un contact qui remplit mon être d’une force incomparable.
Et la vie qui bat.
Et les rires d’enfant à la surface.
Et le souffle du vent qui soulève le voile de ma robe.
Les sourires comme autant de « merci » partagés.
Et la passion d’un baiser.
Et la douceur d’un câlin.
Et la saveur d’un pat inventé.
Les confidences, comme autant de chance d’oser dire, d’oser être, de ne plus garder pour soi ce qui pèse, ce que l’on voudrait que la terre entière sache, que l’on cache par pudeur.
Et les souvenirs accrochés au dôme céleste.
Et les nuits d’étoiles filantes à émettre des souhaits, le cœur plein d’un rêve sans tâche.
Et les jours riches d’une vie sans âge.

Les rires, étouffés, fous à lier, dégringolant la falaise, les rues des villes, les routes de campagne, secousses improbables, joie qui fleurit derrière les visages fermés.
Le souffle comme un battement d’aile, un frôlement imperceptible.
Les sourires à en avoir les yeux qui pétillent et la bouche privée de mots.
La passion colorée, éphémère, spontanée, circulaire, inventive, espiègle, mémoire des sens en quête de beau.
La douceur, la saveur, concentré de tendresse, épure des gestes.
Les souvenirs, albums intemporels d’un temps qui nous garde pour toujours, insouciants, amoureux, sensibles, généreux.
Les nuits pour contempler, admirer, rêver sans s’arrêter et retenir le jour entre le coton joyeux du dimanche matin, sage les jours de classe ou imprégné d’un désir sans cesse réinventé

Le monde peut bien s’écrouler, il reste ce cortège d’espérances, toutes ces chances, opportunités saisies, mains tendues, amitiés sincères, liens qui nous hissent au sommet. Demeure la vie dans tout ce qu’elle a de plus surprenant et de plus évanescent. Tout est fragile et solide à la fois, tout passe et tout tient. Rien n’est écrit et tout est là pourtant, déjà.

Face à la folie, à la cruauté, à l’insensé, je voudrai retenir tout cela, tout ce qui a de la valeur, tout ce qui a du caractère, tout ce qui chaque jour nous enveloppe de chaleur et de la conscience que nous ne pouvons pas échapper au monde mais nous pouvons y faire face sereinement et en paix.

Posted in Les Etats d'Esprit du Vendredi

Les Etats d’Esprit du Vendredi 09.07.2021

Credit@mariekleber37

Voilà la semaine de travail s’achève et c’est l’heure des états d’esprit! Avec en passant une pensée chaleureuse aux deux fondateurs de ce rendez-vous incontournable et fédérateur du vendredi (Zenopia et The Postman).

Début [16:27]

Photo: Montmartre

Fatigue: comme un début de vacances
Humeur: joyeuse & amoureuse
Estomac: riz, poulet, yaourt
Esprit: serein
Cond. phys / Bien être. : Une séance de yoga d’1h et une heure de danse, écriture, sophrologie, soins énergétiques

Projet/Boulot: le bureau des pleurs quant aux projets: profiter de la vie!

Culture:

LIVRES: Wonder de RJ Palacio (un petit bijou!) et Le pouvoir du moment présent de Eckart Tolle

FILMS / DOCUMENTAIRES: Soul de Disney Pixar

Penser à: vivre au présent car c’est le seul temps au compteur

Les jolis moments: nouveaux bureaux, une soirée en amoureux, porter des robes longues, danser, les réflexions qui donnent des ailes

Message perso: (1) merci pour nos échanges, c’est super enrichissant! (2) bon courage pour ce mois de juillet full time (3) heureuse que nous ayons pu prendre le temps de nous parler et de nous voir (4) merci pour tes mots, tes attentions et tout ce qu’on partage

Loulou: en vacances, chez ses grands-parents, on se retrouve ce soir pour partir en vacances dimanche

Amitiés : dès dimanche 15h40!!
Love : il nous fallait ce temps pour nous dire, nous retrouver, nous confier, embrasser d’un même regard le présent

Sorties : mémé demain et départ en vacances dimanche
Essentiel: le présent et la saveur des instants partagés
Courses: vacances
Envie de: lui! et d’apéritifs qui s’éternisent pour refaire le monde…

Zic: à venir…

Fin [16:40]

Posted in Carnets de route

J’aime Montmartre

J’aime Montmartre.

C’est un coin tranquille (pas toujours) sur les hauteurs de Paris, où il fait bon flâner. Ici et là, se croisent touristes, artistes et amoureux du site.

J’aime Montmartre.

Sa vue. Ses petites rues qui semblent toutes raconter une histoire. Ses escaliers à couper le souffle, mais qui ont un charme particulier. Je les ai empruntés et à chaque arrêt, j’ai pu saisir quelques instants de vie, quelques perles d’art.

J’aime Montmartre.

J’aime prendre une rue puis une autre, sans savoir ou je vais. J’aime m’aventurer dans des endroits désertés par les touristes, arriver par des chemins détournés sur une place, m’asseoir et regarder le monde vivre autour de moi. Quelques fois une douce musique accompagne ma rêverie. D’autres fois ce sont les rires des enfants qui me surprennent entre deux songes.

J’aime Montmartre.

Je repense au Montmartre des années 20, au Montmartre qui danse, au Montmartre qui aime et qui sourit, au Montmartre qui accueille les jeunes talents et s’enivre des baisers fous des amants qui roucoulent sous ses porches.

J’aime Montmartre.

Pour sa diversité. Pour sa culture. Pour son histoire. Pour ses monuments intemporels. Pour sa richesse. Pour sa sagesse.

J’aime Montmartre.

Et je vais y faire un tour quand l’envie me prend. Pour le plaisir des yeux et du cœur!