Posted in Carnets de route

Le couple: entre éducation, schéma sociétal et épanouissement personnel

Photo by Min An on Pexels.com

Il est parfois difficile de trouver sa place, dans un monde qui met, ne nous en déplaise parfois, le couple et la famille au centre de la vie sociale.

Certains diront que nous sommes libres, peut-être, moi j’ai plutôt la sensation de chercher continuellement mon équilibre entre ce qui m’est propre et mes conditionnements. Je me pose souvent la question: est-ce que ça me correspond?

Parfois c’est fluide et parfois c’est plus compliqué. Parfois ça n’admet aucune remarque et parfois je me demande si je suis véritablement alignée avec mes désirs.

Mais quels sont ces désirs? La grande question sans réponse…

Le mariage, le couple H24 je suis tombée dedans par éducation. J’ai projeté des tas de choses sur ce potentiel idyllique. La réalité est tout autre et pas seulement la mienne. Je n’y ai jamais vraiment adhéré si je réfléchis bien. J’y vois juste une entrave de plus à ma liberté. Mais c’est certainement plus rassurant quelque part. Cette sensation de ne pas être seul peut-être. Je me demande ce qui attire les uns et les autres, je m’interroge sur le pourquoi de cet engagement, que je trouve assez violent. C’est très personnel.

Tout comme la vie à deux, c’est quelque chose qui est davantage source d’angoisse que de bonheur, la routine, la crainte de retomber dans la dépendance affective, le besoin d’indépendance. Même si par moments, c’est délicat, qu’on aimerait bien vivre comme les autres et ne pas avoir à se poser mille questions, qu’on aimerait plus de stabilité, une présence plus régulière, se sentir moins vulnérable dans les moments de doutes. Mais n’est-ce pas demander à l’autre de combler un manque intérieur? N’est-ce pas le contraindre à nous apporter la sécurité qui nous fait défaut?

Il n’y a pas de modèle parfait, pas de vie sans déséquilibre, ni quelques regrets. Il n’y a pas de destin tout tracé et chacun compose chaque jour avec ce qu’il pense être le mieux à l’instant T.

Peut-être qu’il faut juste un peu plus de confiance pour assumer des choix différents du traditionnel, qui vont à l’encontre de nos idéaux fous d’enfants, qu’il faut réussir à s’affranchir du schéma sociétal pour s’épanouir.