Ces commentaires (qui nous veulent du bien)!

Je tiens un blog – enfin plusieurs blogs – depuis 10 ans, alors des commentaires j’en ai eu. Et sur des sujets variés.

Il y a les commentaires qui font sourire, ceux qui font du bien, ceux qui apaisent, ceux qui interpellent, les bienveillants, ceux remplis d’incompréhension, ceux qui consolent, ceux qui nous font violence, les irrespectueux, ceux qu’on choisit d’évincer, ceux qui nous accompagnent, ceux qui nous chamboulent pas mal.

Et au milieu de tout ça, il y a les commentaires qui nous font grandir. J’ai toujours écrit pour partager. Comme tout un chacun, c’est humain, j’ai cherché un temps la reconnaissance, celle qui faisait défaut à ma vie. Étant donné que j’ai commencé à bloguer au cœur de la tempête, ça n’a rien d’étonnant!

Les commentaires qui m’ont souvent le plus déstabilisé sont ceux qui mettaient le doigt sur quelque chose de douloureux. Sur le coup, j’étais plutôt dans la colère, l’envie de faire mal à mon tour – alors que dans bien des cas, l’intention de la personne derrière le commentaire n’était pas de me faire du mal, juste de partager son avis, son idée sur le sujet – en manquant parfois d’un minimum de tact !

J’ai pris à plusieurs reprises soit le parti de détruire ces commentaires que je jugeais inappropriés – avec le recul je me dis que c’était un peu puéril comme approche, sur le coup on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a – ou bien d’y répondre dans un article. J’ai pris parfois le parti d’en rire. Puis au fil du temps je me suis interrogée. Pourquoi est-ce que tel commentaire me blessait ?

Et c’est à partir de là que j’ai grandi, que j’ai appris sur moi, que je suis allée à l’intérieur pour déconstruire mes schémas, pour faire taire les fantômes. Parfois j’étais d’accord. Parfois je ne l’étais pas. J’ai appris que le désaccord pouvait aussi être source d’enrichissement. Au final ces commentaires furent les plus formateurs, les plus porteurs, les plus libérateurs. Le jour où j’ai intégré qu’ils n’étaient pas un rejet de moi-même, qu’ils ne remettaient pas en cause ma vérité, qu’ils étaient juste une vision différente de la vie, je les ai accueillis avec le cœur prêt à faire le travail sur moi-même nécessaire à toute évolution.

Aujourd’hui encore, certains mots me touchent profondément, au détour d’une conversation, d’un évènement, ils réveillent des blessures. Je m’en rends compte parce que mon corps réagit au quart de tour. Là je sais qu’il y a quelque chose à creuser, quelque chose que je n’arrive pas à dire ou à assumer. Ce fut le cas avec mon dernier article « et un jour devenir maman ».

Dans cette aventure, je ne remercierai jamais assez tous mes lecteurs d’hier et d’aujourd’hui. Ici, je me suis toujours livrée telle que j’étais, sans fard. J’ai écrit des articles légers et d’autres très noirs. Je me suis mise à nue. J’ai essayé tant que faire se peut d’être authentique. J’ai flirté avec le politiquement correct de temps à autres. Je me suis remise en question. J’ai accepté mes failles, mes limites. J’ai appris à dire « non ». J’ai appris à regarder le monde différemment, à l’accepter, à le respecter. En me retirant quand je l’ai jugé nécessaire. Pour mon bien (mouliner dans la purée c’est pas vraiment ma tasse de thé)!

Et vous les commentaires comment les gérez-vous ?  Ils vous aident à vous regarder sous un autre angle ? Ou bien vous vivez mal le désaccord, le “jugement” de certains ?

Advertisements

Tactile

Crédit Pixabay

Il l’a vu au premier coup d’œil.

Et pourtant autour de moi, beaucoup vous diront que je ne le suis pas. Et pour cause, c’est quelque que chose que je n’ai pas assumé pendant longtemps.

Pourquoi me direz-vous ?

Déjà parce que chez moi on ne l’était pas. Les effusions de tendresse, très peu pour nous. Certains diront qu’un enfant ne s’adapte pas à son environnement. Je me suis sur-adaptée au mien.

J’ai besoin de toucher, de sentir. J’ai besoin de poser mes mains. Ce contact avec l’autre, les choses, les éléments est très important pour moi. Je suis par exemple une grande amatrice de câlins, de caresses, de chatouilles. Il suffit de sa main qui m’effleure, passe délicatement dans mon dos pour que tout mon corps réagisse. C’est aussi subtil que ça. Aussi subtil que le vent ou le soleil sur mes bras, recevoir un massage, le sable qui coule entre mes doigts, marcher pieds nus, sentir le contact de l’eau sur ma peau. J’ai un rapport prononcé à la sensualité, que j’ai beaucoup appréhendé à travers la danse et que je développe avec l’écriture aujourd’hui. Comme les enfants, j’apprécie aussi de manger avec les doigts – en société je me tiens, ne vous en faites pas !

Beaucoup d’hommes qui ont partagé ma vie, pour ne pas dire tous, ne l’étaient pas du tout et trouvaient d’ailleurs ce besoin assez puéril.

Beaucoup de mes amies y sont plutôt réfractaires. Dans ma famille, on se prend rarement dans les bras les uns des autres. Quand ça arrive on se sentirait presque gênés.

J’ai caché cette vérité sur moi pendant des années. Je pensais même que c’était « mal ». J’avais des idées un peu particulières sur le « bien » et le « mal ».  Si j’avais été un peu trop proche d’une amie, on aurait pu croire…Si j’avais dit que j’aimais bien laisser mes mains gambader sur ma peau  (sans y voir une connotation sexuelle), on aurait dit que…

L’Irlande a été le premier déclencheur. C’est un pays où les gens, pour le coup, sont très chaleureux, très « grandes embrassades ». Je pouvais donc être moi sans être mal vue. Niveau câlin, j’ai rattrapé mon retard. J’ai aussi rencontré des personnes tactiles pour la première fois de ma vie (ou du moins je les ai reconnues comme telles avec ma nouvelle ouverture d’esprit) et je me suis finalement dit que d’être ainsi n’était ni une malédiction, ni une tare. Par exemple j’ai une amie qui adore les chatouilles/caresses sur le corps. Étant donné que c’est quelque chose que j’aime faire, dès qu’on se voit, on se planifie une séance. Ça fait rire Loulou, qui  est un grand amateur également ! Ce sont souvent les autres qui sont gênés, jamais nous.

Le toucher est un vecteur incroyable de sensations, également pour moi un moyen d’exprimer ce que je ressens. Même si je considère que les mots sont importants, que les regards en disent long sur les sentiments, le toucher est ma manière à moi d’être au monde. On sous-estime souvent l’impact d’un câlin. Son pouvoir est immense pourtant!

Le deuxième déclencheur a été bien entendu de rencontrer un homme tactile. Dans cette relation, je n’ai plus rien à cacher. Je peux même exploiter tout un panel d’expériences que je m’interdisais jusqu’alors. La honte, la peur ont au fil du temps disparu pour laisser place à l’épanouissement, un épanouissement auquel il a largement contribué (il a insuffler un nouveau souffle à ma vie, il m’a rendu à moi-même et pour moi c’est une des plus belles preuves d’amour – toutes mes excuses pour la digression!). Mes notions de « bien » et « mal » ont évolué, on peut même dire qu’elles sont sur le point de ne plus avoir de valeur. La seule que je revendique désormais est la liberté d’être soi ! Même si dans la vie de tous les jours je m’adapte un tant soit peu à mon environnement…

Et vous, tactile, un peu, beaucoup, pas du tout ? Comment entrez-vous en contact avec les autres ? Qu’est-ce que vous inspirent les personnes tactiles ?

Jusqu’à lui…

Mes histoires d’amour n’ont jamais été simples.

De l’amour « interdit » à l’amour « à prouver au monde entier ». De l’amour inaccessible à l’amour à sens unique.

En passant par toutes les strates de la couche d’ozone des sentiments.

Mes histoires d’amour ont toujours été compliquées, tirées par les cheveux. J’ai passé plus de temps à justifier mes choix, qu’à vivre ce qui se présentait. Je m’enflammais en moins de quelques secondes top chrono. Et pour des hommes pas faits pour moi. Qui par ailleurs trouvaient ma sensibilité puérile, mes idées naïves, mes passions sans intérêt et mes envies enfantines.

Mes histoires d’amour n’en étaient pas. Ou en étaient dépourvu.

Elles avaient un goût de besoin, de reconnaissance, d’acceptation. Elles se nourrissaient de dépendance. Elles s’embrasaient au moindre désaccord.

Mes histoires d’amour m’ont laissé sur le bord de la route, souvent épuisée, avec un bagage lourd de vides, de silences que je n’ai jamais pu, su percer, de points d’interrogation. Les hommes que j’ai croisé, aimé en étant plein.

Certaines sont nées pour mourir, au bout d’un coup de fil. D’autres ont vécu quelques heures de félicité avant d’exploser en plein vol. Certaines n’ont existé que dans mon imagination débordante.

Aucune n’a tenu la distance. Et pourtant, même à bout de souffle, je me suis battue pour redonner vie aux absences, pour que l’histoire ne s’arrête pas là. J’y ai cru même après la fin. Je ne me suis avouée vaincue qu’une fois la tête noyée dans  le chagrin.

Mes souvenirs heureux se comptent sur les doigts d’une main…

Jusqu’à lui.

Jusqu’à ce que nous saisissions l’opportunité.

Jusqu’à ce que l’amour ressemble à de l’amour. Sans condition.

Et que je le croise dans son sourire, dans son regard, dans toutes ses attentions du quotidien.

Dans tous ces moments partagés – privilégiés dans lesquels je me sens bien. Et que j’aimerai prolonger.

Jusqu’à ce que les souvenirs heureux se multiplient et deviennent autant de bases solides à l’amour qui grandit.  

Jusqu’à lui, je ne savais pas vraiment ce que signifiait aimer et être aimé(e).

 

 

Les premières pages d’un nouveau livre…

Crédit Pixabay

Je pourrai écrire que ma vie a changé il y a un an et quelques mois. Comme je pourrai dire qu’elle a changé il y a cinq ans et presque sept mois. Ma vie change tout le temps. Elle change avec de grandes décisions, des pas en avant importants. Comme elle a pu changer en un quart de secondes parfois. Elle peut changer au détour d’une prise de conscience, d’une nuit, d’un évènement, d’un moment partagé, d’une peur à partir de laquelle beaucoup d’encre a coulé !

Je pourrais écrire qu’elle a pris un nouveau tournant il y a quelques jours, pour un anniversaire particulier. Comme dire qu’elle a changé au cours des heures de l’été, à le regarder vivre, être, grandir, se confronter au monde, dans la joie, les rires et les cris aussi.

A chaque instant, la vie est différente. Chaque instant nous marque, plus ou moins, nous propose de faire une pause, nous invite à regarder le paysage ou nous propulse en avant, nous plonge dans le chaos.

Je pourrai dire que j’écris un nouveau chapitre depuis quelques temps. Puis à bien y réfléchir, il s’agit plutôt d’un nouveau livre. J’ai choisi un beau carnet, j’ai pris ma plus belle plume et j’ai commencé à écrire, à construire cette belle histoire. Un livre qui parle davantage de moi, qui me parle davantage aussi, qui parle de tant de choses qui m’ont tant fait défaut ces dernières années, qui parle de moi dans ma relation au monde.

Un livre de femme. Une femme à qui l’on a souvent dit qu’il fallait choisir, qu’on ne pouvait pas tout faire, au risque de se perdre, à qui l’on a dit qu’il fallait être de telle manière pour être regardée, ne pas faire trop de vagues pour être aimée.

Récemment, j’ai réalisé que je tenais à distance une grande partie de moi (même si un autre l’avait vu avant moi). A force de compartimenter ma vie, j’ai posé moi-même des barrières pour baliser le chemin et ne pas en dévier. Mon statut de maman a été depuis le début ma meilleure excuse pour ne pas prendre en charge ma vie de femme. Je m’étais ignorée pendant des années, je pouvais continuer sur ma lancée. Et puis de toute façon, c’est bien ce qu’on attendait de moi. En tant que mère, j’étais responsable. En tant que mère, je me devais d’être fidèle à une quelconque morale, celle de tous les gens qui ont abdiqué leur pouvoir depuis longtemps.

En 37 ans, bientôt 38, je n’ai pas fondamentalement changée. Les expériences, les rencontres de ma vie m’ont révélée à moi-même. Elles m’ont rendu à celle que je suis depuis le commencement, celle qui s’est égarée, trompée, celle qui a cru qu’en étant une autre, elle serait davantage reconnue, appréciée.

Aujourd’hui je veux accepter tout ce que je suis. Je suis mère, femme, amante. Je suis sensuelle, tactile, amoureuse. Je suis maman, tendre, confiante, fière aussi. Je suis passionnée, libertine, libre. Je suis une femme forte et vulnérable à la fois. Je sais mes failles et mes limites. Je suis généreuse, sensible. Je sais dire « non ». Je sais ne pas être d’accord.

Je peux passer des heures au parc à faire des châteaux de sable, à jouer avec loulou, à rire aux éclats, je peux sauter dans les flaques d’eau et encore trouvé ça drôle, je peux porter un vieux jean élimé avec des tâches de graisse dessus (les enfants adorent les câlins quand ils ont les mains pleines de beurre). Et le soir venu, revêtir ma plus jolie robe, porter des bas et des porte-jarretelles, m’enflammer au moindre contact de sa peau contre la mienne, déambuler dans les rues de Paris, juste pour le plaisir d’être avec lui. Je peux m’offrir à lui, le laisser mener la danse, le voir dicter mes pas, réaliser mes fantasmes, vouloir qu’il réalise les siens, tout en gardant les pieds sur terre, ancrée dans la réalité, ma vérité. Parce que je suis là où je dois être. Parce que je n’ai rien à prouver à qui que ce soit.

Revenir à moi s’impose comme une évidence. Cela change ma manière d’être au monde, d’être avec les autres, ceux que j’aime en particulier.

Je suis unique et multiple. Comme tant d’hommes et de femmes. Et je l’accepte enfin.

Oui mais toi, tu as de la chance!

 

Crédit Pixabay

Je crois que si il y a une phrase que j’ai entendu un nombre incalculable de fois dans ma vie c’est bien celle là!

Oui mais toi t’as de la chance, tes parents ils t’aiment – c’est normalement, quand tout va bien, le lot de beaucoup de personnes. Surtout à l’heure où la majorité des enfants sont désirés. Alors peut-être que les mots n’ont jamais été dits, peut-être que les actes n’étaient pas à la hauteur des mots. Tous les parents n’ont pas les clés pour aimer bien.

Oui mais toi t’as de la chance, t’es grande – ça n’a pas été tous les jours une cure de jouvence croyez-moi! Et puis bon on ne choisit pas, on nait comme ça. On ne peut pas y faire grand chose, à part s’accepter.

Oui mais toi t’as de la chance, tu gagnes bien ta vie – est-ce que c’est de la chance ou le résultat de mes choix? Je l’ai mal gagnée aussi. J’ai fait des boulots pas sensationnels aussi. Accessoirement j’ai aussi fait des études. Et je n’ai que rarement décliné un poste parce que ça ne me plaisait pas. J’ai été élevée comme ça!

Oui mais toi t’as de la chance, tu t’entends bien avec ton patron – il faut dire que je fais tout pour. Ce n’était pas gagné d’avance…

Oui mais toi t’as de la chance, tu n’as pas vécu de gros drames – C’est quoi un gros drame? Est-ce que le chômage, le deuil, la maladie ça rentre dans la case? Ou alors il faut avoir échappé de près à la mort pour faire partie des rares élus (dans ce cas j’ai échappé la mort à 3 semaines, ça compte?)

Oui mais toi t’as de la chance, il ne te battait pas – quelle veinarde je fais! C’est vrai faut pas déconner quand même et s’estimer heureuse d’avoir échappé aux coups…

Oui mais toi t’as de la chance, t’as eu tes parents quand t’étais au plus bas – là c’est clair j’ai de la chance d’avoir des parents comme les miens. Ils sont parents avant tout. C’est pas non plus pour ça que ça a été facile tous les jours. On a été plus souvent au bord de l’implosion qu’au summum du bonheur. Et puis comme tous le monde on a eu nos quart d’heures de profonde incompréhension.

Oui mais toi t’as de la chance, tu as eu une grossesse sans problème – sans majeur problème physique, oui. Pour le reste, tu repasseras. Parce que j’en ai quand même bien chié moralement et émotionnellement pendant 9 mois.

Oui mais toi t’as de la chance, tu es partie avant d’avoir ton enfant – je l’ai payé aussi cher que celles et ceux qui partent après.

Oui mais toi t’as de la chance, tu as rencontré quelqu’un de bien  – encore heureux! J’avais donné dans le cas social! Plus sérieusement, on a juste saisi une opportunité. On a pris un risque, en acceptant de laisser le passé derrière nous, sans savoir ce que ça allait donner. La réalité nous a donné raison. Ça en valait la peine!

Oui mais toi t’as de la chance, tu réalises tes rêves – comme pour tous ceux qui réalisent leurs rêves, je m’en donne les moyens. Tout ne me tombe pas du ciel.

Donc non je n’ai pas plus de chance que les autres. Pas moins, non plus. J’ai toujours cru en la vie, alors peut-être qu’elle est là ma chance, dans mon caractère, ma personnalité, dans ma façon de regarder le monde. Le jour où j’ai compris que j’étais créatrice de mon bonheur, j’ai mis les bouchées doubles, prête à saisir les opportunités qui se présentaient. Ma vie au jour le jour est le fruit de mes choix. Certains m’ont conduit sur des sentiers mal fréquentés, d’autres des chemins de traverse, et certains des allées pavées de fleurs de mille et une couleurs.

Si la chance existe, alors je crois qu’elle sourit à ceux qui croient en elle!

Écrire du triste, ras le bol !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Venant de moi, cette phrase me choquerait presque. Je ne suis pas très roman à l’eau de rose ou feel-good, je préfère souvent la réalité brute à toute forme d’artifice. Et pourtant j’arrive à saturation des drames.

En courant il y a quelques semaines, j’ai eu une idée. Et comme toute idée qui se respecte chez moi, j’ai fait ni une ni deux, je me suis mise à écrire, toute guillerette à l’idée d’avoir enfin un sujet intéressant sur lequel travailler. J’étais plutôt satisfaite de moi quand tout à coup, en relisant les 20 pages écrites, je me suis sentie mal. Toute cette tristesse, ces destins tragiques, j’en ai marre. J’ai l’impression de régler des comptes avec une histoire qui n’est pas la mienne.

Encore un texte qui va finir sa vie dans le dossier «  projets avortés » de mon ordinateur. Ne vous inquiétez pas, il a de la compagnie ! Tout un tas de débuts de romans, nouvelles aussi lourds les uns que les autres, qui parlent de vies brisées, de destins saccagés, que des mots qui mis bout à bout tentent d’appréhender l’humain, dans sa complexité et ses paradoxes, dans la souffrance et la violence. Comme si la vie ce n’était que ça !

Est-ce que je suis capable d’écrire autre chose que ce ramassis d’horreurs ? Est-ce que je peux prétendre moi aussi à quelques idées légères sans être insipides, à quelque texte passionné sans être pétri de chaos ?

Je pourrais passer des heures à me demander pourquoi j’en reviens toujours à ça. Mais ça ne servirait à rien. Et puis au bout du compte des heures, j’en arriverai à une conclusion qui ne refléterait absolument pas la réalité. Mieux vaut accepter qu’écrire, c’est aussi se planter parfois.

Je crois qu’il est préférable dans un cas comme celui-là, de faire une pause, de regarder le monde, de respirer la vie. Et peut-être qu’au milieu de tout ça, il y a une belle histoire qui attend d’être contée. On verra !

Et vous, comment écrivez-vous? Arrivez-vous à parler de choses légères? Ou bien vous sentez-vous attiré par l’absurde, la tragédie? 

Ne plus se cacher ou Oser s’affirmer

Je débute cet article avec l’envie du point final, ou plutôt d’arriver au point final, sans me laisser submerger par des « et si » sans fondement qui viendraient remettre en question ma décision.

Si vous vous souvenez bien, mon mot de l’année était « oser ». Dans ce « oser » pour moi il y avait surtout du oser être soi, oser s’affirmer, oser essayer de nouvelles choses, oser sortir de sa zone de confort, oser dire oui, oser dire non. Donc un travail personnel, qui je dois l’avouer n’est pas toujours de tout repos.

Suite à beaucoup de discussions, certaines que j’ai prises très à cœur et qui m’ont fait réfléchir, tout en m’ayant profondément marquée, à la lecture d’articles arrivés un peu comme par magie pour apaiser certaines interrogations et suite à la découverte de la plume de Françoise Rey, j’ai créé il y a peu, dans l’anonymat le plus total, un blog dans lequel j’ai choisi de laisser libre court à une plume plus libérée – « uncensored » comme diraient les anglais.

Je vous avais fait part il y a quelque temps d’une envie un peu soudaine de m’essayer à la littérature dite « érotique » – vous le savez, les étiquettes et moi, nous ne sommes pas vraiment amies. Je n’ai jamais souhaité me couler dans un style particulier, mes écrits sont plutôt variés et me permettent de m’exprimer plus ou moins librement sur ce qui me touche. Toutefois de là à exposer au grand jour une écriture crue, sans fard, pétrie d’incertitudes, de là à me livrer corps et âme si l’on peut dire, à faire fi de tous les tabous liés à une littérature assez mal perçue et souvent considéré comme bas de gamme, il y avait bien plus qu’un pas à faire. Il s’agissait d’un vrai plongeon. Dans l’inconnu, l’inconnu des mots, l’inconnu des situations, l’inconnu des fantasmes, l’inconnu du regard de l’autre, l’inconnu de ce que l’on ose ou que l’on retient, l’inconnu de ses propres zones d’ombre qu’on camoufle si bien (même si certains ne sont pas dupes).

Je pouvais très bien continuer dans mon coin à écrire, sans faire de vague, ça je maitrise après tout. Et puis je me suis dit qu’à 37 ans, bientôt 38, c’était un peu dommage de me cacher comme une enfant ou une criminelle et triste de ne pas assumer cette part de moi, même si elle contraste avec celle que je montre la plupart du temps, et que certains d’entre vous connaissent, soit dans la vie de tous les jours, soit à travers mes textes.

Le but de cette démarche est profondément personnel avant tout. Ne me demandez pas comment je vais gérer un autre blog – le but n’étant ni de choquer ni d’imposer mon choix, partager mes textes et réflexions à part me parait plus correct et respectueux de mon lectorat. Parce qu’autant être franche jusqu’au bout, ma plume plus libérée ne fait pas dans la dentelle (quoi que) et je ne compte pas me censurer non plus. Pour ça aussi j’ai donné.

Sentez-vous libre d’approuver ou pas, de lire ou de ne pas lire mes textes. Sachez que je respecterais votre choix comme je sais que vous respecterez le mien.

Je tenais juste à partager ce cheminement avec vous. Je me souviens qu’à la suite de la sortie de mon premier recueil de poésie, j’avais reçu de jolis « merci » pour avoir passé le cap de l’édition et ainsi encouragé d’autres à le faire. D’autres l’ont fait. D’autres ont été inspiré par mon histoire. Et au-delà de tous les efforts, doutes, remises en question sur le chemin, je peux dire que c’est mon plus beau cadeau.

Un jour peut-être, vous aurez vous aussi l’envie de partager anonymement ou pas vos textes « érotiques », vos photos, réflexions. Si c’est le cas faites-moi signe, je serais très heureuse de vous laisser la parole, dans un espace libre de tout jugement et d’à-priori (qui sont beaucoup moins inoffensifs qu’on peut le penser).

La perfection de l’imparfait

Crédit Pixabay

Nous sommes humains, imparfaits, la somme de forces et de faiblesses, mélange de zones franches et de chaos, d’intangible espérance ou d’espoirs vains, de fragilités, de doutes, d’envies, de paradoxes variés.

Nous sommes uniques, parfaits tels que nous sommes, de corps et de cœur. Et si nous aspirons au meilleur, ce n’est pas en quête de perfection mais plutôt de perfectionnement de soi, d’épanouissement, de développement.

Quand l’autre est parfait pour soi et que nous sommes parfaits pour l’autre, ce n’est pas dans un aveuglement complet, qui voudrait que nous placions l’autre sur un piédestal, refusant de voir qu’il est après tout humain, mettant ainsi à l’amour des conditions qui n’ont pas lieu d’être, mais dans une dimension différente, celle d’un amour partagé qui fait des défauts et des qualités des bases fondatrices de la relation (quelle qu’elle soit).

L’unicité de chacun ne nous rend pas forcément attiré par tous. La relation nait d’une idée de l’autre puis grandit avec sa vérité. A nous le choix d’accueillir cette vérité ou de passer notre chemin.

La perfection de l’être existe dans l’imperfection de l’humain. A tous moments faillibles, à tous moments perfectibles. A tous moments en évolution.

A la quête d’un impossible, privilégions celle de l’authentique qui fait de nous des individus de l’instant. Qui n’avons rien à prouver, rien à devoir devenir pour être aimé.

Mon vice à moi

Je ne bois pas, je ne fume pas, je ne suis pas tatouée, je n’ai pas de piercing, je ne suis obsédée ni par le chocolat, ni par les bonbons, ni par le travail, ni par le pouvoir, ni par l’argent, je ne suis pas une acheteuse compulsive ni une croqueuse d’hommes.

Soit, il y a quelque chose qui cloche chez moi.

Soit, j’ai un vice caché, bien caché, si bien caché qu’il demeure insoupçonné.

Ma collègue dirait « méfiez-vous de l’eau qui dort »…

Aurait-elle raison ou tort ?

Je crois que j’aime bien rester une énigme pour certains. Ils sont nombreux à chercher, à me poser des questions. Une fille bien sous tous rapports a forcément quelque chose à cacher! Tout le monde à un vice, allez dis-nous, c’est quoi le tien ?

Ou un péché mignon. Oui mais un péché mignon, c’est un peu trop joli pour attirer l’attention.

Un vice, c’est plein d’interdits, c’est aller contre l’ordre établi. C’est quand même plus excitant, plus passionnant.

J’ai tellement été prise pour une cruche, qu’aujourd’hui, j’aime bien jouer avec ça. J’en ai pris mon parti, je souris à la question, qui revient régulièrement dès que quelqu’un a bu un verre ou deux,  l’air de dire cherchez,  cherchez, donnez-vous en à cœur joie. Supposez ! Surprenez-moi ! Vous n’avez aucune chance de trouver. Et si vous trouvez…

Mon vice à moi, c’est…

Mon jardin secret !

Est-ce qu’en étant en couple, on perd son identité?

Crédit Pixabay

J’ai lu ces mots sur un commentaire récemment et je me suis demandée dans quelle mesure cela pouvait être vrai. Ou pas.

Quand on est en couple, après une période de célibat, on entend souvent la fameuse phrase “depuis que tu le/ la connais, tu as changé”. Et pour cause. La vie s’organise différemment à deux. On s’apprend, on apprend dans une autre dimension.

Est-ce que changer, évoluer, c’est perdre son identité?

Je crois que tout dépend la manière dont on aborde la relation à l’autre. Si on se travestit dès le début pour plaire, si on se conforme à tout un tas d’étiquettes qu’on juge adaptées à la situation, si les idées de l’autre deviennent les nôtres, si dire “non” nous est impossible, si l’autre n’est là que pour combler un manque, alors oui on perd son identité. Qu’il s’agisse d’un acte conscient ou non, la relation est déséquilibrée dès le départ. Et la fin presque évidente. On ne peut pas faire semblant toute sa vie, ni jouer le rôle de quelqu’un que nous ne sommes pas sur le long terme.

C’est comme dans une relation toxique. On change, pas pour soi, mais pour l’autre. On change parce que ça devient une question de survie à un moment donné. On s’en rend compte parfois tout comme on se rend compte que faire marche arrière est impossible. Et comme chacun le sait, les conséquences sont souvent désastreuses.

Je pense qu’une relation équilibrée nous révèle à nous mêmes, nous aide à nous regarder différemment, nous donne les clés pour nous connaître davantage. Dans ce type de relation, nous ne cherchons pas à plaire à toux prix. Ce qui n’enlève rien à la séduction. Nous nous présentons face à l’autre avec nos forces et nos faiblesses, à lui ou elle de faire son choix. Quand on aime une personne, on l’aime pour ce qu’elle est et non pour ce qu’elle pourrait être si. D’ailleurs, je pense que dans une relation équilibrée on n’a pas envie de changer l’autre, ça ne nous traverse pas l’esprit. Chacun vient avec son identité, son histoire, en sachant qu’il y aura des désaccords, des compromis à faire. Comme on ne recherche pas à “sauver” l’autre (quel que soit ce qu’on met derrière cette idée là).

Et alors, est-ce qu’accepter les compromis, c’est perdre son identité?

Peut-être que quand on sent qu’on se perd ou quand les autres nous le répètent à tout bout de champ, il est essentiel de se poser des question. Est-ce de l’amour? Est-ce que je change pour l’autre? Est-ce que telle chose, telle idée est “mon choix”? Est-ce que je me sens bien, en harmonie dans cette relation ou bien est-ce qu’elle me perturbe, me fait dévier de mon chemin?  Est-ce que je me sens libre ou emprisonné?

J’ai perdu mon identité un bon nombre de fois. Je me suis investie dans beaucoup d’histoires (d’amour comme d’amitié) en bradant qui j’étais. Je crois que j’avais une vision faussée de la relation à l’autre. J’ai copié ce que j’avais appris, avec pour objectif principal, ne pas faire de vague, être “conforme” à ce qu’on pouvait attendre de moi. Et j’ai bien entendu rencontrer des personnes pour qui je n’étais “pas assez ceci” ou “trop cela”. Et au lieu de me faire confiance et de m’affirmer, je me suis pliée aux exigences des uns et des autres. Je suis tombée dans la dépendance affective, je me suis effacée, j’ai souffert, je suis tombée.

Cela m’a demandé du temps et beaucoup de travail sur moi pour accepter de voir la réalité en face, accepter de regarder les yeux dans les yeux ce que j’avais accepté, ce que mes relations avaient fait de moi. Pour pouvoir changer la donne. Ce travail a été douloureux, difficile, dangereux parfois, mais pour ce que je vis aujourd’hui, je peux sans hésiter dire que ça en valait la peine. Je ne regrette rien du passé, j’embrasse pleinement le présent.

Et vous, perdre son identité ça vous dit quelque chose? Ou bien vous considérez comme moi que la relation à l’autre vous ouvre les portes d’une découverte plus poussée de vous mêmes?