Dans mes archives #5 – Cristalline

Crédit Pixabay

Edwige regarde par la fenêtre. Une fois de plus les enfants ne pourront pas sortir aujourd’hui. Ils resteront confinés dans l’espace clos qui les coupe du reste du monde. Sur une natte posée par terre, Terri dort encore, les poings serrés. Agathe tient une peluche sale contre son cœur, qui bat trop vite pour elle. Lulu, ce petit garçon sans nom, qui ne voit que d’un œil, est allongé sur le ventre, les bras en croix, la couverture beige repliée sur le bas de ses longues jambes blanches.

Edwige se demande parfois ce qu’elle fait là. Elle essaye de se souvenir du jour où elle a posé ses valises, sur un coin de cette terre, alors inconnue. Elle poursuivait un rêve ou un amour fou, qui l’a laissé tomber. Sans billet retour, elle n’avait eu d’autre choix que de tenter sa chance dans un orphelinat. On l’avait prise de suite, pour ses qualités humaines ou pour ses compétences techniques, très basiques, mais si rares dans ces ruelles sombres.
Le soleil est un ennemi juré pour ces enfants-là. Il brûle leur peau. Derrière la grande porte du fond, il y a une enfant, encore plus sensible que les autres. Sarah est arrivée il y a deux mois, le corps translucide. On voyait ses os à travers sa peau brune. Le soleil l’avait presque tuée. Edwige y avait vu un signe du destin. Elle l’avait prise sous sa protection et chaque matin, en passant derrière la vitre opaque de la chambre de la fillette, elle entendait les mêmes mots sortir de sa bouche :
— La pluie est-elle arrivée ?
— Pas encore Sarah.
— Tu crois qu’elle viendra aujourd’hui ?
— J’en doute.
— Demain alors?
— Peut-être.
— On va prier, hein, pour qu’elle vienne bientôt.
— Oui on va prier Sarah. On n’a pas vraiment d’autre choix.

Chaque soir, elle prenait la main de la fillette et dans la chaleur du soir, leur prière s’envolait vers un Dieu, qui semblait presque avoir oublié ces enfants de papier.
Edwige scrutait sans cesse le ciel, le cœur chargé d’espoir. À la moindre goutte de rosée, elle se mettait à espérer, souvent en vain. Elle n’aurait jamais osé réveiller les enfants sans être sûre de l’arrivée imminente de la pluie. C’est pourquoi elle scrutait le ciel à la recherche d’épais nuages gris, assez denses pour cacher le soleil, assez lourds pour donner aux enfants la chance de sortir, bras nus et visage découvert.
Pour Sarah, c’était encore différent. Alors Edwige ne regardait pas seulement le ciel ou les nuages, elle vérifiait aussi l’étanchéité des sols, préparait les vêtements de sa protégée, huilait les joints des portes pour qu’elles s’ouvrent facilement. Sarah ne pouvait sortir qu’enveloppée d’un épais châle, un voile sur le visage. La moindre partie de son corps risquait de s’embraser à la moindre étincelle de soleil. Edwige le savait trop bien. Elle attendait les jours de pluie avec autant d’inquiétude que d’impatience.

La pluie est arrivée un mardi soir. Découvrez la suite sur Short Edition où mon œuvre est en sélection pour le Grand Prix du Court Automne 2018. Merci pour votre soutien.

Advertisements

A part le blog, t’écris quoi?

Hier une de mes amies de blog a fait un article sur ses fictions / non-fictions en cours. Je me suis dit que c’était une bonne idée et j’ai eu envie, pour changer, de vous parler de mes prochains livres. Certains seront comme les précédents auto édités, d’autres soumis à l’appréciation de maisons d’édition. Quoi qu’il en soit, les retours sont toujours porteurs de positif (même si parfois sur le coup la pilule est difficile à avaler).

C’est parti !

L’appel des sens (autoédition)

Recueil de poésie (érotique) – 28 poèmes au total. Je ne vous cache pas que c’est un recueil qui s’est imposé à moi et que j’ai eu beaucoup de plaisir à écrire (et pour cause!). J’ai été merveilleusement soutenue. Et si dans ma vie de tous les jours, certaines barrières mettent du temps à tomber, je peux dire que niveau écriture, c’est une vraie libération !

J’ai encore quelques corrections, aménagements à faire, photo à trouver pour ce recueil, que je pense publier à une date importante pour moi (vous savez comme j’aime les dates clés), à la sortie de l’été 2018, histoire de garder encore un peu de chaleur pour la rentrée !

Les minutes translucides (le titre est à revoir)

Recueil de nouvelles (Fiction) – Ce recueil sera envoyé à des maisons d’édition dans un premier temps.

Difficile de déterminer le thème principal de ces 10 nouvelles. Après Chuchotis et Ricochets tout en douceur, La Vraie Vie qui aborde des thèmes assez classiques avec une pointe d’humour, ce livre pourrait être qualifié de plus sombre. J’y aborde des sujets délicats voir graves, comme l’avortement, l’infanticide, la folie, la maladie, le suicide, la trahison.

Sur les 10 nouvelles sélectionnées, 3 ont déjà été entièrement retravaillées. Il reste encore pas mal de travail à faire et je pense que ce recueil ne verra le jour qu’en 2019. Restez connectés !

Corps à corps (titre à revoir également)

Nouvelle (Érotique – Fiction)

Pour ce texte qui à la base était une nouvelle toute simple écrite pour une seule personne (en pleine insomnie), j’ai eu envie, suite à certains commentaires sur ma série « fantasmes », de la développer. Une nouvelle est un récit concis, centré sur une action unique avec peu de personnages, peu de lieux ou d’évènements, peu de rebondissements et une chute percutante. Tout ce que j’aime et qui permet surtout d’aller à l’essentiel. Je m’y sens donc assez à l’aise. Le challenge est ailleurs…

Je pense être à la moitié de la nouvelle, en sachant que le premier jet est loin d’être le dernier. Il va me falloir encore quelques heures pour le finaliser, le relire, l’étoffer, le parfaire.

Voilà, vous savez tout (ou presque). En attendant, vous pouvez retrouver le descriptif de mes livres sur cette page et passer commande par mail (pour un livre dédicacé) ou sur le site de The Book Edition.

Avez-vous déjà des préférences? Et vous, dites-moi sur quoi travaillez-vous en ce moment? Des envies (créatives ou autres) particulières?