Posted in Carnets de route

Peut-on vraiment TOUT dire à ses ami(e)s?

Crédit Pixabay

Il y a 15 jours, je suis partie en Bretagne pour l’EVJF d’une amie. Une très bonne amie. Nous avons parlé mariage,  il arrive vite, souvenirs et sexe. Et bien oui, si on ne peut pas parler sexe avec ses amies, où va le monde!

Au cours de nos discussions, je me suis quand même demandée jusqu’à quel point on pouvait partager certaines données de sa vie. Est-ce que sur ce sujet il est de bon ton de rester superficiel? Ou peut-on se permettre des confidences un peu plus intimes?

Peut-on dire, par exemple, qu’on se pose des questions sur son orientation sexuelle, qu’on est bi/trans/homo, qu’on pratique l’échangisme, qu’on est fétichiste, que le BDSM n’a presque plus de secret pour nous, que nous fréquentons les clubs libertins? Peut-on avouer que le sexe ne nous intéresse plus, qu’on n’y adhère une fois par mois, par habitude? Peut-on dire qu’on se masturbe une fois par jour, qu’on visionne des films pornographiques? Qu’on trompe son conjoint, qu’on aime un homme (une femme) marié(e), qu’on ne jure que par le polyamour? Peut-on évoquer nos fantasmes, même et surtout les plus osés?

Ou bien tout cela doit-il resté une part cachée de nous? Même pour les plus proches? Devons-nous taire nos préférences pour ne pas gêner? Est-ce une marque de respect? Un manque de confiance? En nous. En l’autre. De quoi avons-nous peur? D’un potentiel jugement? De l’incompréhension? D’un éventuel rejet?

Ou alors, tout simplement, nous considérons que ça ne regarde personne. Mais alors, quand un regard, un mot nous dérange, nous devons resté de marbre et faire comme si. Est-ce la solution?

Qu’en pensez-vous?

Posted in Carnets de route

Fantasme-moi!

Crédit Pixabay

Nos fantasmes.

Ils sont ce qu’ils sont.

Nous les partageons ou nous n’osons pas.

Par crainte du regard de l’autre sur ce que nous n’assumons pas. Pas toujours.

Les énoncer à haute voix c’est peut-être aussi, déjà, leur donner une réalité.

Certains se réaliseront, d’autres pas.

Parce que nous aurons évolué. Ou par choix.

Parce que certains nous emballeront rien que d’y penser. Mais que le passage à l’action ne sera pas un passage obligé.

Certains sont déjà des scénarios dans nos têtes quand d’autres ne sont là que pour attiser nos désirs.

Le fantasme nait de l’imagination. Et notre imagination est un vaste champ de création.

Nous pouvons donc tout créer.

Comme nous pouvons tout essayer.

Partager ses fantasmes en couple est très certainement une richesse. Pourtant ce n’est pas évident dans tous les couples. C’est même parfois impossible.

A nous de savoir où mettre la limite de ce que nous souhaitons confier. Et comment.

A nous de savoir ce que l’autre peut entendre, comprendre, intégrer.

C’est un chemin en soi et avec l’autre. Un chemin de connaissance et de partage. De respect et de confiance. Un cheminement intime et intérieur, une porte ouverte sur un monde encore empli de préjugés, dont il est peut-être temps de s’affranchir.

Et vous, vos fantasmes? Vous en parlez? Vous les gardez pour vous? Vous en avez déjà réalisé certains? Vous en avez des inavouables?

Posted in Carnets de route

Le mythe de la cravache!

Crédit Pixabay

Çà y est je reviens de vacances et à défaut d’avoir eu le temps d’écrire pendant ces trois belles et riches semaines, j’ai pris soin de noter tout ce dont je comptais vous parler en rentrant. Bien sûr, je vous conterai mes vacances, tous ces instants gravés dans le sable mouillé. Laissez-moi juste le temps de trier mes photos, de faire le point, car si chaque été est différent, celui-ci l’est encore plus que les précédents.

L’idée de cet article est née d’un commentaire sur mon poème « L’Amazone ». En un mot comme en cent, la cravache fait rêver, elle est au cœur de nombreuses fantaisies. Comme peut-être l’est la cavalière ou le cavalier, son allure, sa tenue, son assise, ses talons bas en contact permanent avec l’animal.

De mon expérience personnelle, je considère que le cavalier n’a pas besoin d’artifice pour diriger sa monture. Son corps tout entier fait très bien le travail, c’est tout l’enjeu de la pratique, apprendre à utiliser son corps pour amener le cheval à faire ce que nous voulons qu’il fasse. Je mentirai si je vous disais que je n’ai jamais utilisé de cravache. J’en ai une d’ailleurs. Comme j’ai déjà utilisé des éperons. La pratique en club permet justement de se faire à ces aides artificielles, qui à un instant T peuvent être précieuses, un cheval réticent face à un obstacle ou une rivière à franchir par exemple.

Les utiliser avec parcimonie est ma devise, pour encourager ou soutenir ses aides de base, ou quand le besoin s’en fait sentir, certains chevaux sont plus rebelles, revêches que d’autres. Certains ont un peu plus besoin d’être matés que les autres. Apprendre à maitriser ces instruments est également primordial, le but n’étant pas de faire mal ou de punir sa monture. Le cheval ne mérite pas plus de mauvais traitement qu’un être humain. Les cavaliers qui en abusent me donnent la nausée, ils installent un rapport de force qui n’a pas lieu d’être et ne nourrit que leurs pulsions dominatrices ou destructrices. La relation cheval – cavalier est une relation de respect, de partage et de confiance. Sans ces ingrédients, la relation est biaisée et le résultat improductif, quand il n’est pas synonyme de ravages sur le long terme.

On peut aussi monter avec une cravache, juste pour nourrir les fantasmes de celles et ceux pour qui cet instrument représente un potentiel objet de jeu érotique – un conseil prenez la de bonne qualité, mieux vaut la morsure d’un bon cuir sur la peau – quitte à se faire plaisir, autant faire les choses bien !

Et vous, ça vous inspire quoi la cravache? Si vous montez à cheval, en utilisez-vous une ou pas? Pourquoi?

Posted in Tout un poème

Je fantasme…

Crédit Pixabay

Je fantasme sur les lignes de fuite, les tours d’horizon, l’étendue de son être. Sur le tracé parfait des veines de ses mains, sur ses mains au repos que je dévore du regard.

Je fantasme sur ses manches relevées, sur ses bras forts et puissants, sécurisants, alignés, trajectoire soulignée.

Je fantasme sur les boutons de sa chemise, le sort que je leur réserve. Chacun ouvre la voie au plaisir qui prend ses aises.

Je fantasme sur les traits, les perles de sueur, la cambrure de son cou, l’eau qui coule sur sa peau imprégnée du désir de me fondre en lui.

Je fantasme sur le parfum de son épiderme, la sensualité de sa démarche, sur ce sourire dans lequel je lis ce que je dois savoir.

Je fantasme sur tout ce que je pourrais dessiner sur son corps, les yeux fermés, les mains liées, mon corps offert au souffle sensible de ses baisers.

Je fantasme sur tout ce qu’il pourrait donner, faire, s’il avait mon feu vert.

Je fantasme sur les mots que je défie du regard, qui marquent l’impact et qui dans sa bouche deviennent d’éventuels sillages à tracer, chemins à emprunter.

Je fantasme sur l’intensité de son envie, qui prendra la mienne par surprise, à laquelle je céderai sans me prêter au jeu indécent d’un éventuel “peut-être”, quand mon corps tout entier n’aspire qu’à s’abandonner.

Je fantasme sur lui.

Jour et nuit.

 

Posted in O bonheur des sens

Jour et Nuit

C’est souvent là, sur l’écran de la nuit que se jouent les heures les plus cruelles. A l’heure où le corps au repos s’expose aux fantaisies les plus sensuelles.

Elle scrute le jour qui disparait derrière l’horizon, la boule de feu qui s’enfonce dans la terre. Elle compte les secondes avant la chute fatale, dans un dédale d’envies qu’elle-même ne saurait définir et qui la lient à tant de fantasmes inassouvis.

Les mots se cognent et des images naissent, un chaos vertigineux qui épouse l’attente impatiente d’un corps à corps soumis à l’impulsion des sens. Au tempo de ses doigts qui pianotent des sensations sur sa peau parcourue de frissons.

Elle s’offrirait alors à tout, indépendamment des mots qui parfois la tracassent. Elle se donnerait à toutes les propositions même les plus indécentes. Pourvu que ce soit lui qui mène la danse.

Le noir la libère de ce qui régit sa vie. Comme si le soir tout était permis. Comme si la lumière lui volait ses tendres folies.

Qu’est-ce qui sépare le jour de la nuit?

Posted in O bonheur des sens

Parlons fantasmes!

Quand on parle fantasmes,  on entre dans un univers où codes, limites, barrières, peurs s’écroulent.  On est dans l’imaginaire et dans l’imaginaire tout est possible.

Entre les « on-dit », les « non-dits », les tabous, des expériences plus ou moins agréables, pour ne pas dire déstabilisantes, la sexualité est devenue un sujet délicat à évoquer. Dans le couple ou en dehors du couple. Ok, il y a certaines personnes très à l’aise, les veinardes!

Quand il est question des miens, je détourne assez facilement la conversation. Au-delà du fait que ce soit très intime, ça renvoie, je trouve,  à une sexualité sans fard, sans artifice. J’irais même au-delà, sans sentiment particulier. Nos fantasmes n’existent pas forcément à l’intérieur d’une relation, ils existent juste en tant que tels, à l’état brut. Ils renvoient à des images, des projections de soi, de l’autre. D’ailleurs nous n’avons pas besoin d’être deux pour en avoir.

Au sein d’un couple, quelques soient les choix de ce couple d’ailleurs, les sentiments, la confiance, l’écoute, le respect, le dialogue, l’amour, les envies communes, le plaisir créent une harmonie, une vibration particulière. La sexualité prend une autre dimension.

Je pense que si certains fantasmes sont réalisables, d’autres relèvent plus du domaine du jeu. Ils existent dans un espace, une réalité qui est complètement déconnectée de nous-mêmes (prenons un exemple commun à beaucoup de femmes – faire l’amour avec une star de cinéma !).

Comme je le disais, dans nos fantasmes il n’y a pas vraiment de limite (prenons cette fois-ci l’exemple du viol). Si dans nos scénarios les plus torrides, ce fantasme active notre libido, fait monter notre désir, il est clair qu’une fois revenues les pieds sur terre, un viol reste un cauchemar que nous ne souhaiterions jamais vivre.

Nos fantasmes sont amenés à évoluer avec le temps, au fil de nos expériences et de nos rencontres. Nos limites aussi. Avec un partenaire, telle ou telle chose sera envisageable, avec un autre, ce n’est même pas la peine d’y penser. Un fantasme réalisé pourra nous plaire un temps et puis on se lassera. Un autre ne sera jamais réalisé parce que nous souhaitons que cela reste du rêve, comme quelque chose d’inaccessible (mais qui de temps en temps nous fait du bien). Un fantasme, une fois énoncé, pourra se cogner aux “barrières” de l’esprit – je pense à la soumission par exemple – si le mot même ne vous fait pas sursauter, c’est que vous êtes plus avancés que moi sur le sujet! Il y aussi les fantasmes de l’autre qui ne collent peut-être pas avec les nôtres et vice-versa (pour ma part, l’échangisme par exemple est hors de question!).

Assumer ses fantasmes reviendrait donc à assumer sa sexualité, son imagination (débordante parfois), son potentiel érotique, sa sensualité.  Au-delà de ça, assumer LA sexualité comme une des pierres fondatrices de nos existences et de nos relations, un cocktail d’émotions, de pulsions, de sensations. Accepter notre sexualité c’est accepter notre part d’animalité, de violence. C’est un merveilleux outil de connaissance et de dépassement de soi. Encore faut-il être prêt à laisser nos peurs de côté et à lâcher prise…

Il est clair que parler de fantasmes, des siens, de ceux de l’autre permet d’établir une certaine complicité au sein du couple. Après tout, ce n’est pas parce que vous allez dire qu’un plan à trois vous tente que demain votre partenaire va inviter son meilleur pote ou sa copine pour que votre fantasme devienne réalité !

Encore une fois, la réalisation (ou non) d’un fantasme au sein du couple devra rester un choix à deux. Un fantasme ne devrait jamais être imposé, un « non » respecté.

Ça méritait bien un article en effet!

Posted in Carnets de route

Fantaisie(s) ou comment se rêver plus audacieuse

Dans la catégorie fantaisies,

Il y a les fantasmes. Nous en avons tous, nous les assumons ou pas. Ils participent à notre éveil, notre sensualité, notre épanouissement personnel. Nous les gardons pour nous ou nous les partageons. Nous en créons ensemble. Je considère pour ma part que tous les fantasmes ne sont pas réalisables ou du moins ne  sont pas exprimés dans le but ultime de devenir réalité. Ils existent en tant que tels, agissent sur nous. Ils s’inscrivent dans une démarche érotique qui laisse libre cours à un imaginaire dans lequel il n’y a pas de codes, pas de limites. Ils sont simples, variés. On les satisfait si le cœur nous en dit ou on les garde bien au chaud pour nos séances de plaisir seul(e) ou à deux .

Puis il y a tous les scénarios qui prennent forme dans notre esprit, dans lesquels on se sent capable de tout. Je vous l’ai répété, j’ai une imagination débordante, et ce n’est pas toujours négatif – il parait que rêver éveillé est très bon pour la santé – l’ordonnance n’est pas à prendre à la légère !

Mes nuits sont loin d’être parsemées de rêves exquis. Je nage plutôt entre le loufoque, limite glauque et le cauchemar. Du coup, quand j’ouvre les yeux, je me réveille en douceur. Et quoi de mieux, qu’une scène idyllique pour bien commencer la journée. Qui plus est quand on a la maison à soi. Ça peut carrément valoir le coup de sortir le grand jeu – mettre une musique qu’on aime et danser nue dans son salon (c’est juste une idée – n’allez pas croire que c’est ce que je fais !).

Mais il faut savoir que tous mes scénarios bien huilés, dans lesquels je me sens confiante, sûre de moi, à l’écoute de mes envies, fondent comme neige au soleil dès qu’il est question de passer à l’action. Dans l’action, je me laisse porter par le courant. Et généralement il dévie beaucoup de l’idée de départ.

Bien entendu je ne passe pas ma vie à me faire des films – j’ai d’autres envies aussi comme manger de la glace avec les doigts par exemple – mais quand je me laisse aller, je peux devenir tout ce que je voudrais être, le temps de quelques minutes, je suis une femme qui ose. Qui sait, peut-être qu’un jour mes rêves deviendront réalité!

Posted in O bonheur des sens

Rouge carmin

Photo by Chevanon Photography on Pexels.com

Elle avait mis les petits plats dans les grands, l’attendait d’une minute à l’autre. Elle portait un déshabillé noir, soie et dentelles, décolleté plongeant, bas couture couleur chair – elle trouvait sexy l’idée de cette ligne en contraste soulignant les courbes du haut de ses cuisses fermes à l’arrondi inoffensif du talon – une paire d’escarpins à talons qui lui donnaient l’assurance dont elle avait besoin, un soupçon de parfum au creux des poignets, les lèvres mises en valeur par un rouge carmin. Oui ce soir elle se sentait prête à inverser les rôles, pas totalement, juste le temps d’être cette femme sûre d’elle, moins sage que d’habitude, plus entreprenante.

Un peu anxieuse, elle se dit que le risque était minime. Ils se désiraient suffisamment pour que cette prise d’initiative soit une réussite. Ou du moins une première tentative appréciée. Et si au pire elle se plantait en beauté, elle pourrait toujours se féliciter d’avoir osé. Elle était gagnante sur tous les tableaux.

Quand il passa la porte, elle lui laissa quelques instants pour souffler – tout de même – juste le temps pour lui de la regarder, la désirer – tout se lisait dans la profondeur de son regard, il ne pouvait cacher ni son trouble, ni son envie d’elle – pas de la toucher. Ça viendrait après. Après ses mains à elle sur son corps à lui. Le dîner, fin prêt, attendrait bien encore un peu. Si elle ne se lançait pas maintenant, elle savait qu’elle retomberait dans ses travers avant d’avoir pu tenter un pas hors de la zone confortable de ses habitudes.

Elle déboutonna délicatement, lentement, les boutons de sa chemise. Puis glissa ses mains sur son torse, les laissa dessiner des arcs de cercles, des formes improvisées, avant de sentir ses mains se rapprocher de sa peau. Pas encore. Elle repoussa ses mains, fixa ses yeux, approcha sa bouche de sa bouche, effleura ses lèvres, juste de quoi faire monter le désir d’un cran, posa sa main au niveau de son cœur, le poussant vers le lit, sur lequel son dos se plaqua instantanément, épousant le coton frais des draps blancs. Elle mit de l’intensité dans son regard avant de se caler en position d’amazone. Il y avait des parties de son anatomie qu’elle ne connaissait pas, elle en était certaine, en découvrant l’étendue du champ des possibles qui s’offrait à elle. Sa bouche parcourut chaque parcelle de vie, sa langue se délecta du goût, de l’odeur, des plis, des cicatrices dévoilées pour la première fois. Elle avait l’impression de participer à une chasse aux trésors, ses sens en éveil, son corps à lui détendu, offert à l’instant. Il y avait de l’élégance, de la volupté dans l’air fiévreux de ce corps à corps lent et indiscipliné.

Elle déposa quelques gouttes d’huile de massage dans ses paumes, frotta ses mains l’une contre l’autre, juste le minimum, de quoi leur permettre de glisser plus facilement sur la toile de leurs pensées respectives, une large palette d’émotions à inventer.

Elle défit avec la même attention sa ceinture, le déshabilla complètement. La tentation était grande de sentir leurs intimités se confondre, leurs membres se fondre, comme une urgence à laquelle il faut pallier sans attendre. Elle préféra faire durer le plaisir, encore quelques minutes, il semblait prêt à la laisser continuer sa découverte. Ses caresses se furent plus intimes, ses gestes non pas calculés, mais plus précis. Sa bouche succomba à l’intensité de son érection.

L’excitation était à son comble. Il n’aspirait plus qu’à une chose – la toucher enfin. Elle le sentit. D’un mouvement du bassin, elle le laissa plonger en elle. Le prologue s’arrêtait là, la prochaine fois elle irait plus loin!

Posted in O bonheur des sens

Plaisir estival

C’est un soir d’été. Le fond de l’air est chaud, le soleil descend sur la ville agitée, riche de l’expérience des beaux jours retrouvés. Elle porte une robe légère, fleurie, resserrée à la taille, un modèle vintage trouvée dans une solderie lors d’un voyage à Avignon. Une robe qui sent bon la vie, l’insouciance. Et ce soir elle en est pleine de cet océan de possibles qui s’étend devant elle. Elle ne porte rien sous sa robe, c’est peut-être aussi cette liberté soudaine qu’elle chérit, après des mois à l’étroit dans des pulls, collants, robes en laine, après ce froid qui gèle les extrémités du corps, après la grisaille et la pluie.

Le fait de savoir ce que nul ne devine lui donne l’impression d’être la détentrice d’un magnifique secret. Elle en joue, juchée sur ses escarpins à talons ocre, ondulant du bassin comme une sirène sortant de l’eau.

Son rendez-vous l’attend. Elle sait qu’il lui suffira de la serrer contre lui pour percer son secret. Il ne dira rien ou il sourira, de ce sourire espiègle qui murmure « j’ai envie de toi ». Elle aussi a terriblement envie de lui, comme à chaque fois qu’il entre dans son champ de vision, que ses yeux croisent les siens, que son corps s’approche de son périmètre, qu’il la prend dans ses bras, que son sourire la fait chavirer. Elle en a envie le soir quand elle s’allonge nue sous sa couette et l’imagine faire de même, le matin au saut du lit quand elle aimerait qu’il la réveille en laissant courir ses doigts sur son corps. Et la nuit aussi quand elle rêve de lui. Ou quand l’insomnie la surprend et que les scénarios les plus torrides envahissent son esprit et l’entrainent dans un dédale de fantasmes fous.

Elle ferme les yeux au contact de leurs peaux qui se touchent. A travers les tissus souples des vêtements de saison, elle perçoit son trouble. La place grouille de monde. Elle la voudrait plus déserte. Elle regarde autour, cherche un endroit à l’abri des regards. Elle imagine à quel point cela doit être excitant de faire l’amour dans un lieu public, en se pressant un peu ou sans se presser d’ailleurs. Prendre le temps de se toucher, faire courir leurs langues sur chaque parcelle de peau, exposée ou cachée. Faire durer le plaisir ou le saisir sur l’instant, prendre ce qui se livre en quelques minutes seulement, sans s’abandonner totalement. Commencer par se dire en gestes, en émotions. Ou attendre la fin de la soirée, laissant planer au-dessus du rendez-vous l’envie latente de se rencontrer plus intimement.

Elle se sent soudain portée, transportée, entourée d’un parfum qui l’hypnotise. Elle se dit qu’il a peut-être les mêmes pensées qu’elle, les mêmes fantasmes tus. Osera-t-elle énoncer à haute voix son ressenti ? Ou se contentera-t-elle de lui prendre la main, de le suivre, muette, en attendant la prochaine occasion ?

Elle ouvre les yeux. La place, l’été, son amoureux se sont envolés. Le jour la cueille, le soleil l’invite à profiter d’une nouvelle journée, son rêve bien vivant dans son esprit.