Posted in Carnets de route

Dis, on s’ennuie?

Photo by KoolShooters on Pexels.com

Il s’ennuie, un peu, souvent, il le dit et je lui répète que c’est bon pour sa santé, pour son esprit, sa créativité, que l’ennui est cette formidable clé qui ouvre des espaces inconnus.

Ennuie toi, un peu, souvent, profites-en! Oui le silence, le vide, l’absence, autant de moments suspendus dans lesquels on se sent mal mais qui sont à même de nous offrir le meilleur. Je lui répète qu’il faut de l’ennui pour faire de grandes et belles choses, que l’omniprésence du bruit est un fléau qui empêche le corps, l’esprit, qui vient brider l’empire de nos pensées et ses possibles.

Un bon ennui est constructeur. Mais nous, adultes, ne sommes nous pas les premiers à refuser l’ennui, à le combler vite fait, bien fait? Ne sommes nous pas ceux qui dégainons notre portable dès qu’il faut patienter, dès qu’une seconde s’infiltre dans l’organisation quasi-millimétrée de notre journée?

Sommes-nous les mieux placés pour conseiller nos enfants, leur inculquer la valeur de ce que nous ne prenons plus le temps de faire, trop occupés à tenter de combler ce qui nous nous angoisse, le rien? Savons-nous seulement faire sans, sans nos réseaux, sans internet, sans sauter à la moindre occasion sur ce petit objet connecté qui nous relie à tout instant au reste du monde? Savons-nous être seul(s) et apprécier?

Suite à la remarque de mon fils sur mon utilisation, somme toute modérée, de mon téléphone, j’ai reconsidéré ma propre “vision” du temps de l’ennui. Et je me suis rendue compte que je n’en profitais pas assez, que j’avais tendance à moins buller, à chercher l’inspiration un peu partout, sans finalement la laisser venir à moi, à être dans un besoin d’information, permanent, qui me desservait.

Loin des écrans et des réseaux, loin de ce plein qui empêche d’apprécier le rien, loin du vacarme, je suis mes propres conseils sur la valeur inestimable de l’ennui, je redessine les contours du temps, je découvre leur élasticité, leur potentiel et je me laisse aller au plaisir de rêver à travers la fenêtre grande ouverte…

Quel est votre rapport à l’ennui? Vous vous laissez le temps de vous ennuyer? Ou vous pensez au contraire que l’ennui est une perte de temps?

Posted in Humeurs d'Auteur, Tout un poème

Les fantômes de 2010

Crédit Marie Kléber

Il faudra…
Une conversation anodine
Et la révélation
Il faudra…
Il est l’heure…

L’évidence au cœur d’un matin doux
Idées blanchies par les vagues
Maux tatoués dans le corps
Marques invisibles
Traces et tracés
Que les mots viennent libérer

Il faudra…
Cette année là
Ce que le temps n’efface pas
Sans la parole

Il faudra…
Il est l’heure…
De tout ce qui fut caché
Pour un pas de plus
Pour un peu de paix

L’évidence comme un couperet
Mettre à nu la peau
Mettre à jour la brûlure
Regarder en face l’imperméable déchirure
Eclairer l’ombre
Pour que la lumière transformatrice puisse opérer

Il faudra parler de 2010

J’ai écrit il y a quelques mois un article sur mon désir de ne plus faire d’autoédition. Et bien, je crois que je viens de changer d’avis! Et pour une fois j’accueille ce changement avec le sourire. Parce que j’ai compris que la vie était cycle et mouvement! Et que le mieux était d’être à chaque instant ouvert à toute proposition.

Voilà le premier poème d’un recueil qui s’est imposé à moi. Un matin, au détour d’une conversation. Un recueil comme une libération de toutes les fantômes de 2010 qui sont encore bien là et qu’il est temps de laisser partir. Pour pouvoir avancer vers demain…

Posted in Carnets de route

Une évidence

Crédit Pixabay

Son sourire. Qui prend tout l’espace. Un sourire grandeur nature. Pour lui. Juste lui. Elle le sait, elle le sent. C’est lui. Il suffit qu’il tourne la tête, qu’il accroche son regard. Toutes ses amies suivent le manège avec intérêt. Il met un peu de temps à lui retourner son sourire. Éclatant. Une évidence.

Le début d’une histoire d’amour. Les premiers sentiments et l’attente. L’impression que tout est possible. Ils n’ont que vingt ans, alors oui tout est possible. On n’a pas ou peu de tabous à vingt ans. On se sent libre de tout. Et on se dit que tout est éternel. Alors on vit. On n’a pas peur. On se lance à cœur, à corps perdu dans l’aventure, riche d’insouciance. Et on s’aime. On fait l’amour. Souvent. On se laisse porter par le courant.

Jusqu’à ce que le courant dévie et que l’amour se fane. Un courant d’air. Et l’amour s’éteint. Il n’a rien dit. N’a même pas osé un geste de la main.Pas un mot. Rien. Trois ans et le silence. Elle appelle. Elle fait face au vide. Elle comprend et elle craque. Elle esquive les coups. Elle se rattrape aux branches d’une année universitaire. Réussir au moins ça et oublier. Faire le deuil comme ils disent. Mais comment fait-on le deuil d’une histoire qui garde comme un gout d’inachevé en elle?

Elle se questionne. L’évidence la rattrape. Elle a vu. Elle a su pourtant. Alors pourquoi? L’évidence la tourmente. Elle la garde prisonnière. Mais l’histoire est belle et bien terminée. L’évidence vit dans le passé, à l’instant de leurs regards croisés. Depuis ils ont évolué. Dans des directions opposées. L’évidence n’a plus de valeur. Il est l’heure.

Y-en aura t’il d’autres? Surement. Mais elle prendra des gants. Elle restera sur ses gardes. Ou alors elle tombera pour des bras pas faits pour elle, qui la convaincront que l’amour la fuit. Depuis lui.

La vie la rattrapera. Elle. Quelque part. Un soir. Un matin. Une autre évidence, c’est certain. La confiance s’imprimera sur les pavés. Et sur son cœur encore un peu embarrassé, ses peurs bien ancrées, ses failles non maîtrisées. Elle saura que l’évidence n’est pas un gage d’éternité, qu’il n’existe aucune certitude, ni en amour, ni dans la vie. Que tout se joue au jour le jour.