Posted in Carnets de route

Les États d’Esprit du Vendredi 15.11.2019

@Marie Kleber – Cimetière Américain

Après une belle journée de pluie, place aux états d’esprit. Avec comme toujours une pensée particulière pour les fondateurs de ce moment particulier de la semaine – qui nous manquent mais ainsi va la vie!

Début [21h28]

Photo: en souvenir…

Fatigue :  rien que la charge mentale de la vie de parent!
Humeur : douce
Estomac: cordon bleu, petits pois, compote maison
Esprit: préoccupé et heureux
Cond. phys. : kiné, abdos, yoga
Projet/boulot: ambiance légère
Culture: Itinéraire d’une maman braqueuse (à voir) – Abominable au ciné (tendre et drôle) – Niveau livres je cherche toujours un truc qui accroche sans succès

Penser à: lâcher la pression que je me mets dans ma vie de maman
Avis perso (1): ce n’est pas une évidence pour tout le monde et je crois que c’est important d’en parler
Avis perso (2): tous les ans on a le droit aux mêmes titres d’actualité: la pluie, la neige, les vacances, les bouchons, les cadeaux de Noël…

Avis perso (3): la surconsommation reste encore et toujours pour moi une énigme

Message perso (1): j’espère que ce sera bon pour lundi (2) oui je le sais! (3) merci pour tout (4) haut les coeurs!

Loulou: doit apprendre à gérer émotions, frustrations, imprévus – a son premier match de foot demain – m’étonne parfois et ça me requinque un peu – prend plaisir à colorier et commence à jouer seule
Amitiés : cartes, mails
Love : présent même de loin, attentif, de bons conseils, à l’écoute, très occupé
Sorties : yoga, match de foot, en amoureux
Essentiel: vivre, aimer, écrire
Courses: food only!
Envie de: apprendre à me faire confiance et à poser des limites claires
Zic: Van Morrison

Fin [21h55]

Très bon weekend à tous et à toutes. Profitez en bien!

Posted in Les Etats d'Esprit du Vendredi

Les États d’Esprit du Vendredi 25.10.2019

@Marie Kléber

Je reviens avec mes états d’esprit pour ce dernier vendredi du mois – déjà! Avec une pensée encore et toujours pour les fondateurs de ce moment privilégié de la semaine.

Début [20h51]

Photo: souvenir d’été…

Fatigue : pas du tout, des nuits de 8h forcément!
Humeur : très bonne
Estomac: pizza, thé, cake au chocolat, raisin
Esprit: serein et focus
Cond. phys. : kiné, abdos, yoga
Projet/boulot: premier module de ma formation: done. Préparation du Nanowrite et lecture finale d’un manuscrit en cours
Culture: sur le chemin de Compostelle de Paulo Coelho – Ocean Rose de Maude Perrier – du merveilleux dans l’ordinaire de Sophie Selliez – En attendant Bojangles de Olivier Bourdeaut (pas vraiment séduite)

Penser à: prendre du temps pour moi
Avis perso (1): c’est bien de se rendre compte qu’on ne sait pas garder les bons éléments, encore mieux de trouver des solutions pour les garder!
Avis perso (2): tout le monde a l’air déprimé en ce moment, c’est bizarre, non, d’habitude c’est novembre qui fait cet effet là…
Avis perso (3): les blessures des autres ne m’appartiennent pas

Message perso (1): crois en toi tu as du talent! (2) c’est pas long une semaine mais c’est bien quand tu reviens (3) je mets toujours trois plombes à répondre à mes messages d’ailleurs mes amis me charrient beaucoup là-dessus (4) j’ai envie / besoin de te retrouver (5) écrire de l’érotisme m’a quelque peu laissé un goût amer, je reprendrai peut-être la plume, il ne faut jamais s’avouer vaincu

Loulou: est en vacances, fait du poney, est charmeur parait il, va à la plage et va faire du savon aussi
Amitiés : cartes, mails
Love : là, loin, occupé, présent
Sorties : zumba, yoga, déjeuner chez mémé, hammam, en amoureux
Essentiel: avoir des idées, écrire, et écrire encore
Courses: pour la déco de l’appartement
Envie de: temps avec lui, sans regarder la montre, les heures qui tournent, le moment où il faudra le laisser partir…
Zic: je n’ai pas écouté de musique de la semaine mais bon j’ai cherché dans mes archives…

Fin [21h25]

Très bon weekend à tous! Profitez de la vie, elle ne repasse pas!

Posted in Les Etats d'Esprit du Vendredi

Les États d’Esprit du Vendredi 07.09.2018

La rentrée a eu lieu et la semaine a filé. C’est déjà l’heure des aux états d’esprit, initiative  de The Posman  et Zenopia.  On copie le formulaire, on le remplit, on glisse un petit mot doux sur leurs blogs respectifs avec le lien de notre article et c’est parti :

Début [20h57]

Fatigue : pas de fatigue
Humeur : très bonne
Estomac: cake salé, salade de tomates, crémeux nantais, tisane
Esprit: apaisé, heureux
Cond. phys. : footing, marche, piscine
Boulot : mon patron est d’humeur très agréable, j’en profite!
Culture: quand vais-je réussir à me plonger dans un livre?
Penser à : envoyer mon manuscrit à une amie pour la relecture
Avis perso (1) : une maîtresse qui accueille chaque enfant dans sa différence, avec bienveillance, ça fait du bien
Avis perso (2) : pourquoi proposer un déjeuner quand on n’a rien à se raconter?
Message perso: (1) tu traverses une période difficile, cependant le chemin parcouru l’est pour toujours, et tu en as parcouru, nous en sommes les premiers témoins!  (2) merci d’être là même quand tu n’es pas là (3) je pense à toi, à elle, à vous tous (4) fais-toi confiance…
Loulou: a repris le chemin de l’école avec le sourire, s’endort au son d’Enya, trouve que je fais ENFIN bien à manger, veut faire du foot ou du basket…
Amitiés : je pense à elles, je pense à vous – cartes en cours
Love : craquant, imaginatif, attentif, trouve toujours les mots justes
Sorties : demain pour le forum des associations, peut-être un brunch avec loulou et un ciné pour moi
Essentiel: se sentir bien, juste bien
Courses: nourriture et photos d’identité
Envie de: petits plats mijotés, confiture maison, terminer un récit en cours (enfin 2)
Photo: J’ai trouvé ça joli…

Zic: Dancing in the dark – reprise de Amy Mac Donald

Fin [21h40]

Très bon weekend à tous et à toutes. J’en profite en passant pour vous dire que mon texte est en lice pour le prix Hiver 2019 de Short Edition.

Posted in Carnets de route

Cette passion qui me donne envie de vivre (plus fort)

Je passais faire un tour chez mon ami Tony et voilà que cette phrase me saute aux yeux “Alors, puisqu’on doit mourir, autant vivre plus fort“. Je me suis dit que le temps était venu de vous parler d’une de mes passions: les cimetières.

Ne partez pas en courant. Pas encore du moins.

J’ai toujours été fasciné par la mort. Je vais même aller plus loin et vous dire que les sujets qui me passionnent le plus sont la mort et la sexualité. C’est dit. Maintenant, vous pouvez partir. Si vous continuez à lire c’est à vos risques et périls!

Copyright Marie Kléber

Je me balade dans les cimetières depuis toute petite. Mon grand-père est mort, j’allais fêter mes six ans. Il était ma force, mon rempart, la personne que j’aimais le plus au monde, après mes parents. J’entretenais avec lui une relation privilégiée.  A partir de ce jour, pour le voir, je n’avais que le cimetière. J’y ai passé des heures avec lui. Et puis de fil en aiguille, je me suis perdue dans les allées, j’ai regardé les noms, les dates. J’ai commencé à ressentir quelque chose, pas quelque chose de triste, quelque chose de vivant, comme si les morts me passaient un message. Et il me disait de VIVRE. Peut-être que cette passion pour la vie, même dans les heures les plus noires, vient de là.

Dès que j’ai un coup de cafard et quand je peux me le permettre, je pars parcourir les allées d’un cimetière. J’en prends un au hasard. C’est si apaisant. Je pense à toutes ces vies, tous ces départs et l’envie de ne rien céder, de sentir mon cœur battre, d’éprouver des sensations revient comme par magie. Je me sens pousser des ailes.

Copyright Marie Kléber

Il y a une dizaine de jours, alors que je me baladais dans Paris, mes pas m’ont guidé sans que cela soit prémédité devant les portes du Père Lachaise. J’ai marché deux heures au gré des routes, découvrant ici et là quelques mots touchants, me laissant bercer par la paix du lieu. Au milieu des tombes a surgit une évidence: l’urgence de vivre. Pas une urgence folle ou euphorique, une urgence simple née de la connaissance de l’issue du chemin. Une urgence de s’aimer, de lâcher prise sur tous les tracas sans importance du quotidien, de cueillir la joie, de s’affranchir des codes, de s’affirmer, d’oser. Personne ne vivra notre vie à notre place. Alors pourquoi attendre sur le plongeoir que tous les autres passent…

Et vous les cimetières, vous aimez? Ça vous fait peur? Ça ne vous dit rien? Ou vous hésitez, incertains?