C’est fini!

Un matin tu te réveilles et tu sais.

Quelque chose fait sens.

C’est fini.

Cette longue agonie.

Cette histoire.

J’ai mis un point final.

Le passé reste là où il réside, hors de portée.

Je lui lâche la main.

Plus rien à prouver à personne.

L’avenir se dessine sous une chaleur torride.

L’horizon, une page blanche à écrire.

Merci pour vos mots tous plus chers à mon coeur les uns que les autres.

Merci pour vos témoignages d’amitié, votre soutien sans faille au fil de ces années. Certaines furent longues et éprouvantes. Mais vous n’avez jamais lâché ma main.

Aujourd’hui une page se tourne.

Ici et ailleurs.

Je ne suis pas loin. Je m’éclipse juste quelques temps.

Le temps de reprendre mon souffle.

Pour revenir

Différemment.

A très vite mes ami(e)s!

 

Vers la lumière, pour le meilleur!

Décidément ce manuscrit aura fait couler de l’encre. Relu, presque finalisé. Et les doutes reviennent. Je crois que j’arrive au bout.

Je suis tellement loin de la femme que j’étais à l’époque.

J’ai l’impression de replonger à chaque fois. Dans les souvenirs. Dans la peur. Dans le noir. Alors que tout autour de moi la lumière brille, que les souvenirs sont à nouveau joyeux et vrais.

Un coup de pouce amical m’a mise face à l’autre étape de l’écriture. La publication. Le partage au reste du Monde.

Je ne suis pas certaine d’être prête, pas sûre de le vouloir vraiment ce grand déballage de printemps.

Je prends l’excuse de mon fils. Mais il n’y a pas que ça. Il y a moi aussi, moi qui en ai marre de ressasser le passé, de décortiquer l’histoire, de parler de tout ça, de justifier mes choix. Je ne suis pas certaine de pouvoir répondre aux questions. Je ne suis même pas certaine du pouvoir de mes mots pour aider les autres. On n’aide pas en écrivant. On montre juste la réalité. Dans la tête du lecteur c’est autre chose. J’ai passé des mois à me conforter dans l’idée que ce que je vivais ce n’était rien de grave.

L’impulsion du départ ne peut venir que de soi, d’une intuition, d’un trop plein. Je crois que personne ne peut aider l’autre à s’en sortir sans son consentement. Ce serait tellement simple. Il faut une prise de conscience. Elle ne vient que de l’intérieur, jamais des autres.

A quoi cela sert-il donc ?

A part me maintenir prisonnière d’un passé dépassé.

A part montrer le pire d’un homme qui est, que je le veuille ou non, le père de mon fils.

En relisant le manuscrit je me rends compte qu’il y a beaucoup de pages sur ma descente aux enfers et si peu sur ma renaissance, ma reconstruction. Je ne sais même pas comment je me suis reconstruite. Ca s’est fait pas à pas. Chaque jour, avancer, prendre confiance. Chaque jour se donner des objectifs. Chaque jour grandir et se battre. Je sais juste dire qu’on s’en sort, plus fort, que la vie gagne au final. Comme toujours.

Le tout était que je comprenne pourquoi, comment. J’ai compris. Que reste t-il après ça?

Aujourd’hui j’ai envie de regarder vers l’avant, riche de mes expériences et de mes choix de vie, riche des bas qui m’ont menée vers le haut, riche des merveilles du jour.

Il reste un ou deux chapitres en suspens. Vais-je les écrire ? Ou bien laisser sagement ce manuscrit de côté, un rappel de tout ce que j’ai dépassé, de toutes mes victoires au creux des heures de chaos féroces, un rappel du chemin parcouru.

Et si je vous parlais de mon petit côté « old school » !

a42442639eefbe1b45b8f1d1d5788f4d-1

J’ai eu l’idée de ce billet (un peu différent) en déjeunant avec des collègues hier. J’écoutais leur conversation et je ne me sentais pas du tout en phase et pour cause :

  • Je ne suis pas abonnée à Netflix.
  • J’achète toujours des CD et des DVD.
  • Je n’ai encore jamais téléchargé ni musique ni vidéo.
  • Je ne lis que des livres « papier » si possible des livres de poche, que j’emprunte le plus souvent à la bibliothèque ou que j’achète en vide-grenier.
  • Je n’ai jamais eu ni Mp3 ni Ipod. La musique chez moi ça s’écoute sur une chaine hi-fi.
  • Je déteste Facebook.
  • Je n’ai lu ni « cinquante nuances de grey » ni « hunger games » et je viens tout juste de découvrir Harry Potter (don’t blame me !).
  • J’adore envoyer des cartes postales à mes amies.
  • Je garde encore de (trop rares) correspondances épistolaires.
  • Je n’arrive toujours pas à me séparer de mon appareil photo argentique (le passage au numérique m’a coûté mais je me dois d’apprécier sa qualité et son efficacité – j’aurais du mal à m’en passer aujourd’hui).
  • Je ne regarde aucune série à la mode.
  • Je suis nostalgique des dessins animés de mon enfance.
  • Je déteste acheter des vêtements / chaussures sur Internet. Je ne le fais qu’en cas d’extrême nécessité.
  • Je suis fan du style des Sixties!
  • Je préfère donner que vendre.
  • J’adore écrire avec un stylo plume – Parker de préférence.
  • Je fais toutes mes pâtes (à tarte – boulangerie – pizza…) à la main.
  • J’ai le minimum d’applis sur mon portable pro.
  • Je possède encore un Nokia 5cb – tout petit et très pratique.
  • Je voyage uniquement en car ou train. Je n’ai pas de voiture et je m’en porte très bien !

Et vous? Dites moi tout…

Mon plus gros challenge : m’aimer

37427_bigstocksmilingyoungwomaninsummer68814724-600x400

Je t’aime. Trois mots qui en disent long.

Mais arrivons-nous seulement à les dire. A nos proches ? A nos amies ? A notre amoureux (se) ? A nos enfants ?

Et enfin à nous même ?

Je t’aime. Trois mots qui ne sont pas à prendre à la légère. Aimer c’est simple et compliqué à la fois. Simple car aimer vient de notre être, de notre cœur. Et nous avons tous un cœur. Compliqué car aimer s’accorde avec liberté, authenticité, confiance, respect, inconditionnalité. C’est là que le bât blesse. Il semblerait que nous mettions souvent des conditions à l’amour.

Envers les autres.

Envers nous-même.

Comment aimer les autres quand on ne s’aime pas soi-même ? Je me pose la question depuis quelques années. Je n’y avais jamais pensé avant. Je n’avais jamais pensé d’ailleurs à l’importance de m’aimer. Les autres avant. Toujours.

Est-ce parce que c’est plus facile de penser aux autres que de s’intéresser à soi ? Est-ce parce que s’intéresser à soi implique de creuser, de déterrer des blessures, de laisser tomber des principes qui nous oppressent, de travailler, d’aller à l’intérieur de soi – un intérieur longtemps délaissé ? Est-ce parce qu’on nous a souvent répété qu’il « fallait » penser aux autres ? Est-ce parce l’altruisme est érigé en valeur souveraine ? Et l’égoïsme un travers dans lequel nous craignons de tomber facilement ?

Et si entre altruisme et égoïsme, il y avait juste l’être. On ne peut pas offrir ce qu’on n’a pas. On ne peut pas recevoir ce qu’on n’est pas prêt à accepter dans notre vie. Ne serait-ce qu’un compliment. Comment offrir un compliment sincère qu’on ne se ferait pas à nous-même ? Comment recevoir un compliment sincère en se dénigrant sans cesse ?

On a tendance – moi aussi – à voir les travers des autres d’un coup d’œil, à cerner leurs zones d’ombres et à les décortiquer jusqu’à la dernière miette, à leur en vouloir pour tel ou tel trait de caractère, tel ou tel manque. Et si nous nous intéressions à nous ? Et si nous regardions à l’intérieur de nous pour voir ce qu’il s’y passe, pour distinguer les émotions qui nous traversent, pouvoir les nommer, les étudier et les laisser passer ? Et si nous devenions notre priorité ?

En écrivant cette phrase, je me rends compte que quelque chose fait tilt en moi. Ce n’est pas ce qu’on m’a appris. Ca ne rentre pas dans mes « valeurs », mes « principes ». Et si mes valeurs étaient erronées, mes principes plus adaptés à la personne que je suis ?

Depuis quelques années je prends conscience de moi – une nouveauté agréable et déstabilisante. Est-ce que je me respecte ? Est-ce que je m’aime telle que je suis ? Est-ce que je suis prête à me dire « je t’aime » chaque matin en me regardant dans le miroir ? Est-ce que je me sens libre de passer du temps avec moi, de prendre soin de moi, d’investir en moi ? Est-ce que je  suis prête à me donner ce que je donne depuis des années aux autres et à l’assumer (auprès de ces autres) justement ?

Tant de questions autour de quelque chose de si naturel.

Un gros chantier sur lequel je travaille depuis près de 3 ans déjà. Les progrès sont là c’est certain. Les regarder en face m’aide à aller de l’avant, à y croire même quand tout me pousse à renoncer. Le plus dur en ce moment, c’est 1) le regard des autres (s’en affranchir) 2) ne pas me comparer sans cesse 3) mes principes et la culpabilité qui va avec (les lâcher).

Je vois la belle lumière au bout du chemin. Elle est époustouflante et vraie. J’avance vers elle chaque jour un peu plus, à mon rythme, en me regardant avec des yeux remplis de bienveillance. Et je sais que cet amour une fois installé fera des merveilles autour de moi.

Et vous, dites-moi, vous en êtes où sur ce chemin ?

Crédit Image

Une femme libre!

J’ai dit OUI plus d’une fois par le passé, à fleur de peau, terrassée par la peur. Peur des menaces. Peur de la violence qui ne se dit pas. Face à la confiance qui se délite, j’ai dit OUI pour avoir la paix. Pour ne plus trembler derrière la porte. Face au mépris, l’instrument des lâches, j’ai abdiqué. J’ai dit OUI en croyant résister. Peur de perdre ci ou ça. Ceux qui nous narguent le savent bien, ils finiront par avoir le dernier mot. J’ai lâché la barre face au harcèlement qui n’en finit pas. J’ai dit OUI pour la forme, pour ne pas avoir à gérer les heures, les jours de silence, ma punition.

J’ai tremblé face aux mots blessants, aux paroles lancées en l’air comme autant de sabres puissants. J’ai fait fi de mes sentiments pour pouvoir encaisser. Je me suis brûlée les ailes à toujours vouloir trouver des excuses à tous, tout le temps.

J’ai dit OUI à celui et à celle qui m’ont écrasée du poids de leur égo surdimensionné. J’ai dit OUI dans la détresse, perdue, paumée, affaiblie, cassée. J’ai dit OUI pour pouvoir continuer. Quand il ou elle ne pensait qu’à me faire tomber.

J’ai dit OUI aux insultes, aux mots durs, aux ricanements, aux pressions.

J’ai dit OUI dans ma vie scolaire, professionnelle, conjugale. J’ai dit OUI en me voyant fragile, incapable de me défendre. J’ai dit OUI en faisant taire celle que j’étais, non pas pour me fondre dans la masse, mais pour me faire toute petite, pour qu’on ne me remarque surtout pas, qu’on m’oublie presque (de cela est né un besoin de reconnaissance que j’arrive doucement à dompter) dans le coin, là-bas.

J’ai dit OUI trop souvent, renonçant à moi-même, à mon identité, à mes émotions.

38477fee31a52332c693cd634cd22820

Aujourd’hui je dis NON.

NON à toi pour tes mots blessants, infondés.

NON à toi qui me juge.

NON à toi qui te permet de me lancer ton mépris à la figure sous prétexte que tu te trouves au-dessus de moi dans la hiérarchie.

NON à toi qui abuse de ton pouvoir.

NON à toi qui ne donne rien.

NON à toi qui impose ta manière de voir ou gérer les choses.

NON au harcèlement, à la folie, aux menaces (elles ne me font plus peur), au déni, à la vague destructrice qui s’empare de toi quand tu ne te contrôles plus, aux regards de travers, aux yeux baladeurs, à ton paternalisme désuet.

Je ne suis plus cette petite chose fragile, cette enfant contrainte, cette adulte apeurée, cette employée qui ne fait pas de vague, qui encaisse chaque remarque, chaque tentative de conflit en chaussant son masque souriant, pour faire plaisir. Je suis une femme libre !

Manuscrit deviendra Roman (ou comment j’ai enfin pris une décision!)

Il y a quelques mois je vous parlais de mon manuscrit inachevé. Vos mots, commentaires, messages et puis la vie autour, les rencontres, les témoignages m’ont aidé à prendre une décision, celle de terminer ce manuscrit, pour moi, pour clore ce chapitre, pour vous, lectrices, lecteurs et pour toutes celles et tous ceux qui luttent, avancent coute que coute, pour toutes les combattantes anonymes.

Où j’en suis ?

Je progresse doucement. Un peu comme un randonneur parti escaladé le Mont Blanc. Je crapahute, m’écorche un peu sur quelques souvenirs déplaisants, fais des pauses pour regarder autour, pour me nourrir de la lumière d’aujourd’hui, contraste saisissant face aux ténèbres d’hier. Je relis chapitre après chapitre, parenthèse après parenthèse, ajuste, rature, réécris, cherche des synonymes, enlève, ajoute.

Je n’ai pas de deadline précise, même si une date retient mon attention, comme un signe. 2018 paraît si loin et si proche en même temps.

Après ma relecture, mes modifications imprimées sur le papier blanc, il y aura l’envoie aux bêta-lecteurs puis l’attente. Puis les remarques, critiques, ajustements nécessaires. Et les corrections, la mise en page. Avant le point final. Le dernier.

Je comprends au fil des mots, des pages. Je n’invente rien mais je m’écris différemment. Je regarde le chemin parcouru avec énormément de bienveillance, sans jugement. Je me sens comme une victime devenue combattante devenue Phoenix. Je me sens de plus en plus fière des choix faits, des actes posés, des batailles menées.

Les mots me font prendre conscience à quel point mon amour pour la vie a triomphé de tout. Je ne veux pas devenir un exemple. Je veux juste dire qu’on peut mourir et renaître, sans perdre ses idéaux ou ses rêves, que tout arrive pour nous élever encore plus haut, plus près de ce qu’on est réellement, au cœur de soi.

Nos cicatrices

Il y a celles du corps, celles qui s’imposent à nous, qui d’un coup d’œil se détectent ou bien qui cachées sous des épaisseurs de laine ou de coton, suivant les saisons, se font toutes petites. Il y a celles que nous exhibons fièrement et d’autres que nous tentons d’effacer – désir inconscient de se protéger.

Nos cicatrices racontent toutes une histoire. Nos cicatrices dessinent des vagues sur nos peaux, sont là pour nous rappeler ce que nous avons vécu, ce que nous avons perdu et ce que nous avons gagné, ce que nous avons offert et ce qui nous a été offert.

Puis il y a les cicatrices invisibles, celles qui n’ont laissé de traces qu’à l’intérieur, celles que personne ne remarque. Ces cicatrices existent pourtant, elles sont aussi importantes que les cicatrices visibles. Elles parlent de notre cœur.

J’ai longtemps pensé que mes cicatrices s’estomperaient, qu’en évoquant le passé, je ne les verrais plus que comme des petits points insignifiants. Hier, en reprenant la relecture de mon roman autobiographique, j’ai vu les choses différemment. Mes cicatrices sont là. Personne ne les voit. Mais cela ne remet pas en cause leur existence. Et au lieu de les fuir, j’ai plutôt envie de les regarder avec bienveillance, de leur dire “merci” d’être là, comme le souvenir de tout ce que j’ai réalisé, de tout ce que j’ai appris au détour de chacune des expériences qui ont marqué mon chemin. Chacune a sa manière est comme une victoire à savourer, une belle revanche.

Soyons fiers de nos corps et de nos cœurs marqués. Regardons nous sans jugement, avec amour. Aimons ces cicatrices qui nous rappellent qu’envers et contre tout, nous sommes vivants!

Crédit Image

Arrêtons le massacre !

c3238ea8bf48b4a54c32c8c9b247a98c

Je sens déjà qu’avec cet article je ne vais pas me faire que des amis, mais qu’importe. Je ressens depuis plusieurs jours le besoin de l’écrire, alors je me lance.

Je ne vais pas vous parler des arbres qu’on assassine à longueur de journée – et pourtant il y en aurait des choses à dire sur le sujet – ni des guerres toutes aussi pourries les unes que les autres qui déciment des peuples entiers et réduisent des civilisations à néant.

Dans cet article, je vais te parler d’un massacre beaucoup plus caché, dont on n’entend guère parler, celui des enfants mais pas n’importe quels enfants, des enfants qu’on a, alors que tous les dés sont pipés.

Tu vas me dire que je ne suis pas la mieux placée pour parler de ça, moi qui ai fui une relation merdique, enceinte jusqu’aux dents. Pourtant je ne te parle pas non plus de cet enfant-là, de ces enfants-là, de ces enfants que nous portons au Monde dans des circonstances plus ou moins douteuses mais sur lesquelles nous n’avons aucune prise.

Je te parle de ces enfants que nous faisons alors que nous n’avons que des cartes pourries en main, que nous le savons, mais que nous décidons de passer outre. Je te parle de ces enfants ballotés, complètement paumés, autant certainement que leurs parents, ces enfants pris entre deux camps, ces enfants traumatisés, ces accidentés de la vie avant même que leurs vies n’aient commencé. Je te parle de ces deuxièmes, troisièmes, quatrièmes, de tous ceux qu’on a voulu avoir pour ressouder notre couple. Je te parle de ces enfants otages d’une séparation, d’un couple, non pas qui tangue, mais qui coule complètement, couple à la dérive, prisonniers de la violence au quotidien, de la folie parfois.

Tu vas me dire qu’on a tous nos valises, nos cartons mal ficelés à porter, qu’au final on s’en sort. Comment ? Amoché, apeuré, meurtri.

Pour le coup, là je peux parler. J’ai matière à prouver qu’un enfant dont on a volé l’enfance est un être humain blessé à vie, un adulte en sursis. J’ai l’exemple de ma mère depuis 36 ans sous les yeux. Je l’ai vu lutter, se dépasser pour nous, perdre pied, avoir envie de se flinguer. Pourtant elle a toujours tenu à nous offrir le meilleur. Elle l’a fait. A sa manière, en mode survie sans arrêt.

Pour moi c’est sans appel. Avoir un enfant c’est pour la vie, ça ne s’arrête pas à la majorité. Ca ne s’arrête pas le jour où il sait voler de ses propres ailes. C’est comme un tatouage imprimé sur la peau à l’encre indélébile. On ne joue pas avec la vie d’un enfant.

Bien sûr pour certaines femmes dans le monde aujourd’hui, ce n’est pas un choix. Je ne te parle pas de ces femmes-là, ni de ces couples-là d’ailleurs. Parce que ce n’est pas qu’une histoire de femmes, c’est une histoire d’hommes aussi, une histoire de pères en devenir, d’éducateur, de modèle aussi à suivre.

Je te parle de toutes celles et ceux qui ont envie, qui veulent un autre enfant comme on voudrait une nouvelle voiture ou un autre appartement. Je te parle de toutes celles et ceux qui ont déjà des enfants en grande difficulté ou pas, qui ne sont déjà plus à l’écoute, qui n’arrivent pas à gérer le quotidien, parce que parfois le quotidien est angoissant, pesant, destructeur (et je ne les juge pas d’ailleurs) et qui envers et contre tout décide tout de même de récidiver. Je te parle de tous ces enfants qui voient le jour dans des familles où tout s’effrite, de la peinture au plafond au corps des mères, auprès de femmes qui n’ont plus d’énergie, auprès d’hommes absents, violents, auprès de parents eux-mêmes blessés, désespérés. Je te parle de tous ces enfants désirés mais déjà écartelés, sujet principal des disputes entre leurs deux parents. Je te parle de ce sixième qui arrive en pleine bataille judiciaire, de ce deuxième dont la sœur est une adolescente suicidaire, de cet enfant qu’on appelle « accident ».

Je sais qu’on ne peut pas toujours tout contrôler et que parfois la vie décide pour nous, sans que nous ayons le temps de dire stop. Je sais qu’on se trouve parfois pris contre notre gré dans une spirale qui nous empêche de prendre des décisions rationnelles.

Mais essayons tant que faire se peut de préserver nos enfants. Nous leur souhaitons un avenir plus lumineux, plus paisible. Mais comment faire quand nous ne leur léguons que des valises pleines de peurs, de colère, de frustration, de violence, de regrets, de larmes ? Comment peuvent-ils avancer sereins quand leur enfance n’a été qu’un champ de mines ?

Bien sûr nous ne leur épargnerons pas la vie telle qu’elle est et heureusement. Mais essayons quand même, quand c’est possible, de les protéger et de leur offrir ce qu’il y a de mieux. Pour qu’à leur tour, riche d’une enfance heureuse, ils s’accomplissent pleinement.

Arrêtons le massacre, arrêtons de condamner les couples qui ne souhaitent pas d’enfants (pour les raisons qui sont les leurs), arrêtons de fermer les yeux sur l’enfance torturée, violentée, soumise à tant d’injustice et si peu de respect. Arrêtons cette extermination silencieuse, qui ne fait pas de vagues et qui condamne chaque année tant d’innocents.

Crédit image

Pourquoi l’as-tu épousé ?

Mon discours n’est pas encore sûr. J’hésite encore parfois quand la fameuse question du « pourquoi l’as-tu épousé ? » arrive dans la conversation. Elle me déroute toujours. Je devrais y être préparée depuis le temps. Mon patron dirait qu’il est essentiel d’anticiper. Il aurait raison pour le coup – pour une fois !

Je bafouille, je sors quelques phrases un peu bancales, sans grande conviction. Je réponds « c’est une histoire compliquée ». Ca ne suffit pas toujours. Il y a ceux qui rétorquent « aucune histoire d’amour n’est facile » et j’aimerais leur dire « nous ce n’était pas une histoire d’amour ». Ou ceux qui renchérissent « dans quel sens ? » et là les seuls synonymes qui me viennent à l’esprit sont chaotique – éreintante – catastrophique – peu épanouissante – une histoire remplie d’états d’âme.

Je suis encore mal à l’aise avec cette idée même si parfois j’aimerais lancée à la cantonade « je l’ai épousé parce que j’ai eu peur, je l’ai quitté parce que j’ai eu peur ». En fait toute notre histoire se résume à ça – la peur. Quand il y a de la peur il n’y a pas d’amour, même si l’autre ne cesse de te dire qu’il t’aime à la folie, qu’il ne te fera jamais de mal, que tout ce qu’il te dit, te demande de faire, c’est pour ton bien. Évidemment.

Et c’est étrange parce que plus j’avance et plus je me remercie d’avoir vécu cette histoire. J’ai l’impression qu’il me fallait tomber pour pouvoir m’élever encore plus haut, qu’il me fallait les vraies ténèbres pour pouvoir réellement voir la lumière, sans être effrayée.

883a7189b4974c619e60343ed2a9861e

Un jour, je pourrais le dire, en toute franchise, haut et fort, sans douter, sans me dire que je ne suis pas juste  – dire qu’il n’était qu’un menteur, un tricheur, qu’il a joué avec mes sentiments, qu’il a abusé de mes faiblesses, qu’il m’a réduite à néant, qu’il a toujours refusé d’entendre mes « non », qu’il n’est pas intéressant. J’oserais même dire que la violence des mots laisse des cicatrices invisibles et que le silence tue.

Un jour, à la question « pourquoi l’as-tu épousé ? », je répondrais tout simplement que j’étais perdue, la proie facile, que je suis tombée dans le panneau, que je me suis retrouvée prisonnière d’une relation dont je n’ai pas réussi à sortir sans m’esquinter. Je ne dirais pas que c’est un connard ou un pauvre type. Trop facile. Je dirais juste la vérité. Sans fard. Et tant pis si certains me trouvent impudique ou pensent que j’aurais dû rester – une histoire de morale religieuse. A la vie A la mort. J’ai choisi la VIE.

Crédit Photo