Posted in Carnets de route

Album de senteurs : Café

Le café ne compte pas parmi les boissons que j’affectionne. Je dirais même que son goût m’indispose. J’aurais donc pu passer ce thème. Mais quelque chose me murmure de me lancer tout de même.

Café serré, allongé, court, corsé, décaféiné, café au lait, café sucré, café frappé. Le café s’invite à toutes les sauces. Il est la boisson du réveil, du début de journée, du partage. Le café rassemble autour d’une table, d’un bon repas, d’un goûter.

hot  coffee - caffe fumante

La première image qui me vient à l’esprit me ramène à l’enfance, une maison de bord de mer. Je revois mon grand-père, son sourire si tendre, assis à la table de la cuisine devant son café au lait. L’odeur qui se diffuse dans la maison nous pousse, mon cousin et moi, hors du lit. Nous nous attablons à ses côtés et de temps en temps trempons nos biscuits carrés, arrondis, plus épais que les petits beurres, mais tout aussi alléchants dans son bol. Le goût est sucré, plaisant. Nos sourires se mêlent au sien. Ma grand-mère assiste à la scène, silencieuse, sentant peut-être que cet instant hors du temps est à graver dans nos mémoires. Mon grand-père est parti quelques mois plus tard…

Alors quand mes yeux se posent sur mon petit garçon et son grand-père, que je le vois se délecter de son biscuit qui effleure la surface nuageuse de la tasse de café avant de se perdre avec délice dans sa bouche, je prends conscience que la vie est courte et que nous devons pleinement profiter de ce que nous aimons tant qu’il est encore temps.

Je défile le fil des souvenirs et me retrouve jeune diplômée à Paris. Mon enfance est loin. Je suis désormais indépendante, j’ai mon « chez moi » dans le 20e près de Gambetta et le weekend je me balade, je découvre Paris, sous toutes ses coutures. J’aime d’ailleurs m’arrêter au Bon Marché, rez-de-chaussée, rayon épicerie. Les allées chargées  de saveurs du Monde entier me tendent les bras. Les grains de café classés par provenance, par type, par saveur me font de l’œil. Je respire à plein poumons, j’ hume l’air saturé de parfums corsés, épicés, fruités, doux, plus ou moins attirants, enivrants. L’odeur des grains de café est un plaisir qui chaque fois me transporte et m’émerveille. Tous mes sens sont en éveil. L’invitation au voyage est là. Je quitte un temps l’espace dans lequel je suis pour m’aventurer en terrain inconnu, guidée par la flagrance de ces grains noirs chargés d’odeurs exquises.

IMG_20161006_095928_resized

J’ai bien essayé d’aimer. J’ai goûté. Pour faire comme tout le monde. Tout le charme des grains disparait dès qu’ils sont réduits à l’état de liquide dans une tasse. J’ai abandonné l’idée d’apprécier cette boisson chaude qui plait au palais du plus grand nombre. Mais je ne suis jamais contre un soluble avec une touche de lait – comme un doux rappel du temps d’avant…

Ceci est ma participation au rendez-vous “Mon album de senteurs” de Marie du Blog Bleu Lavande

savedpicture-201718154634

Posted in Les Instantanés Singuliers

Instantanés Pluriels – Octobre / Novembre 2016

Nous avons retrouvé notre rythme de croisière et vous avez été six à répondre présentes à ce rendez-vous. J’ai pris plaisir à découvrir vos photos et vos préférences. Mille Merci.  Place aux participations, certaines délicieuses, d’autres méditatives ou très originales:

Pause café et gourmandise – Julie (la pause détente)

Capsules Nespresso et Bijoux – Sabine (l’originale)

Un mercredi en hiver – Linette (la délicieuse)

Quand l’automne s’installe – Nathalie (la suspendue dans le temps)

Octobre au soleil – Catwoman (la chaleureuse)

Café – Pidiaime (l’éclectique)

♥♥♥

picture_20160915_173422084_resized

Le prochain thème:

Arrêt sur image, le temps se suspend. Le cliché surprend. Vous vous regardez ou vous regardez le monde.Vous surprenez un REFLET – le vôtre ou celui d’un objet, d’un instant.

Et pour le texte, voici la photo sur laquelle je vous propose d’écrire quelques mots / lignes

20161013_151806_resized

Posted in Carnets de route

Au café des Idéalistes Engagés

On s’y retrouve une fois par semaine ou plus. Il y a Mathilde, la classique, les cheveux longs retenus par une queue de cheval, Simon, le discret, celui qui écoute plus qu’il ne prend la parole, Camille, la débrouillarde, Nicolas, le trentenaire solitaire, Yasmina, la belle brune aux cheveux coupés très courts, ou encore Ji avec ses yeux bridés et son regard malicieux.

Ils sont infirmiers, rédacteurs, cuisiniers, pharmaciens. Elles sont assistantes maternelles, directrices, maquilleuses, restauratrices. Ils viennent des quatre coins de Paris ou d’ailleurs parfois, quand les rendez-vous se font le samedi.

Ils ne se ressemblent pas. Et pourtant ils sont là, ensemble, de temps en temps, pour parler de partage, de tolérance, de justice. Ils croient en quelque chose de plus fort, qui s’étend au-delà de leur langue maternelle, au-delà de leurs convictions religieuses, au-delà de leur style vestimentaire, au-delà de la classe sociale à laquelle chacun appartient. Ils n’ont pas la même vie. Quand certains comptent l’argent en milieu de mois, d’autres mettent de côté. Quand certains sortent entre amis le samedi soir, d’autres restent au chaud, le nez vissé sur l’écran de leur téléviseur.

Ils ne se ressemblent pas. Et pourtant, ils sont encore là ce soir, à deviser sur la vie, sur le bonheur, sur la sagesse des anciens, sur l’amour Divin. Ils ne se ressemblent pas mais ils ont un idéal commun, le désir de faire bouger les choses, de changer le monde à leur manière, de le reconstruire jour après jour, plus beau que jamais, et en paix.

Ils ne se seraient peut-être jamais croisés si par un matin de mars, ils n’avaient pas tous signés pour ces rendez-vous hebdomadaires. Les voir là, autour d’un café, d’un jus de fruit frais ou d’une tasse de chocolat, c’est presque un rêve devenu réalité. Ils vont parler de tout mais surtout de l’essentiel, vont disséquer les méandres de leurs certitudes et peut-être changer d’avis au passage. Ils vont échanger sur des thèmes qui leur tiennent à cœur, sortir grandis de leurs échanges, de leur expérience. Des amitiés naitront peut-être de ces rendez-vous. Ou pas. Mais qu’importe je dirais.

Ils sont là surtout pour nous montrer qu’au-delà de nos différences, quelque chose d’invisible nous unis, un lien indestructible, une réalité immuable. Notre humanité.

Ils sont là aussi pour nous dire que nos différences sont une chance, qu’il faut la saisir au vol et ne jamais la laisser filer entre nos doigts.

Bienvenue au Café des Idéalistes Engagés !

Posted in Tout un poème

Un « allongé », SVP !

Nuits agitées

Sommeil perturbé

Respiration saccadée

Cauchemars répétés

Petit loup épuisé

Grands-parents angoissés

Maman exténuée

Bronchite avérée

Médicaments ingérés

Pas envie de travailler

Weekend allongé demandé

Congés validés

Un mot d’ordre : Déconnecter

Se reposer

***

Encore quelques heures pour vous lire

Et partir

Pour mieux revenir

f84a70f0469e904820773d304c4374f8_resized

Bon weekend à tous et à jeudi prochain !