Posted in Les Etats d'Esprit du Vendredi

Les Etats d’Esprit du Dimanche 04.04.2021

Du temps en ce dimanche pour partager mes états d’esprit. Je dépose en passant une pensée chaleureuse aux deux fondateurs de ce rendez-vous incontournable et j’espère qu’ils se portent bien (Zenopia et The Postman).

Début [10:45]

Photo: dreaming…

Fatigue : semaine émotionnellement compliquée avec beaucoup de nuits agitées
Humeur: heureuse
Estomac: nescafé
Esprit: littéraire
Cond. phys / Bien être. : sophrologie, yoga, routine écriture/soin du matin, marche du matin et du soir pour aller au bureau

Projet/Boulot: tous les voyages bien organisés tombent à l’eau…

Culture: “The Dark Side of Love” de Rafik Schami, “Les assassins” de RJ Ellory (lu en 48h top chrono), “Crime d’honneur” de Elif Shafak (une auteur que j’aime toujours beaucoup) et là dans “la solitude des nombres premiers” de Paolo Giordano. Depuis que j’ai fermé mon compte Instagram, je lis énormément!!!

Penser à: mes besoins (je suis pas très douée pour ça!!)

Les jolis moments: rire comme des baleines pour rien, le soleil qui chauffe, bouquiner, écrire, les projets littéraires

Message perso (1) bon 3e confinement à tous et à toutes! (2) bon retour! (3) je passe toujours un super moment à t’écouter nous présenter les énergies de la semaine (4) Joyeuses Pâques!

Loulou: vient de partir pour 3 semaines au bord de la mer, dit des choses pendant sa séance de sophrologie, des choses qui méritent d’être entendues et actées, aime beaucoup sa maitresse, a hâte de reprendre le poney
Amitiés : de loin, attentives
Love : voyageur sur le retour…

Sorties : autour de la maison!
Essentiel: écrire!
Courses: je de quoi faire pour quelques jours et j’ai fait le plein de livres
Envie de: digérer ma dernière séance de sophrologie et toutes les émotions qui vont avec et que je suis bien incapable de nommer!!

Zic: Dream on

Fin: [11:00]

Posted in Carnets de route, Vie de Blogueuse

La mission de vie ou l’histoire d’une quête sans fin!

La “mission de vie” c’est le grand terme à la mode, la nouvelle vague du développement personnel. C’est ton grand tout, le sens de ta venue sur terre, l’appel de ton âme.

C’est ce que tu cherches pas à pas, furieusement, sans t’arrêter. C’est ce que le dernier programme gratuit d’une telle t’a vendu, avant de te laisser livré à toi même, non sans te proposer d’aller plus loin avec un programme payant cette fois!

La mission de vie, c’est le Saint Graal, la clé qui ouvre toutes les portes. C’est ce qu’on te serine à longueur de journée, ici et ailleurs. C’est ce que tu t’acharnes à découvrir de lecture en lecture, de formation en formation, de compte en compte. C’est ce que x, y et z ont découvert et qui a transformé leur vie.

La mission de vie c’est un peu comme le bonheur, tu le cherches partout et tu le trouves nulle part. Parce que tout le monde le sait, le bonheur, il est là, juste là, devant toi et il te suffit d’ouvrir, les yeux, le coeur pour le saisir en entier.

La mission de vie c’est un peu pareil. Ce n’est ni un métier, ni un chemin précis, ni un engagement particulier. C’est là, en toi, c’est ce qui te fait vibrer dans ta vie de tous les jours. Ce n’est pas une prière ni un rituel, une méditation ou un voyage quantique qui vont t’apporter la réponse sur un plateau. Et encore, si il y a une réponse!

Ta mission de vie c’est ce qui te rend heureux, ce qui te met en joie, ce qui te fait du bien et ce qui rend le monde un peu plus beau. C’est ce que tu mets dans les choses, l’eau de fleur d’oranger dans la pâte à crêpe, la goutte de rosée déposée sur l’herbe fraiche que tu regardes émerveillé, un sourire échangé, un rêve qui prend vie, des petits pas de tous petits, le soleil sur ta peau, une main tendue, un regard complice et ce qui se grave dans les cœurs de ceux qui croisent ton chemin. Un jour ou plus.

Ta mission de vie ce n’est pas quelque chose d’extraordinaire, pas une révélation interstellaire. C’est là, aujourd’hui, depuis toujours. C’est plein d’amour. C’est tout simplement la vie comme tu choisis de la vivre à son maximum, à son plus juste pour toi. Il n’y a rien à chercher. Il y a tout à découvrir.

Je vous laisse avec cette vidéo très juste de Arnaud Riou sur le sujet:

Posted in Carnets de route

Quand les mots se défilent…

La première chose que les gens me disent quand ils prennent des nouvelles c’est “et bien tu dois ou tu vas avoir le temps d’écrire, c’est super”. Comment dire?

A part quelques articles de blog, je n’ai pas écrit une ligne depuis, et bien depuis 15 jours. Je peux trouver plein d’excuses et la seule valable est qu’une journée, bien remplie, me laisse chancelante sur le canapé passé 22h. Oui, je pourrais prendre une heure pour écrire, mais je sais aussi que la fatigue accumulée et moi ne faisons pas bon ménage. Je souhaite nous préserver au maximum parce que c’est du non stop et que les crises de larmes et de ras le bol, point trop n’en faut pour l’équilibre familial!

De toute façon, je sais que les mots ne sont pas loin et qu’ils reviendront quand je pourrais m’offrir le luxe de plus de trente minutes de pause!

Toutefois, j’ai eu le temps de mettre le nez dans mes anciens dossiers et j’ai décidé de reprendre la publication de mes meilleurs articles de blog, ceux que j’ai particulièrement aimé rédiger et ceux que vous avez plébiscités. Je dois pour cela remercier Sophie qui a ouvert la voie par ses partages inspirants. Je vous laisse voyager ici et vous invite à découvrir – redécouvrir mes textes:

Instants de Blog – Les jours heureux

(Cliquez sur l’image)

 

Posted in Carnets de route

J’en ai déjà marre…

Crédit Pixabay

Ca y est, tout le monde reprend le chemin de son blog…

Tout le monde nous invite à vivre le confinement comme une aventure extraordinaire, qui nous offre la chance de revenir à l’essentiel, à ce qui compte. Tout le monde nous exhorte de ne pas céder à la panique à l’idée de passer plus de 15h par jour avec nos conjoints, enfants. Tout le monde vante les mérites de cette pause imposée, de ce temps pour se reconnecter à soi, lire, créer, imaginer, rêver, apprendre, reprendre le contrôle de sa vie…

Je vais être franche, je suis déjà saoulée. D’abord parce que pour beaucoup cette pause ressemble davantage a un parcours du combattant qu’à un long fleuve tranquille, que beaucoup de personnes sont isolées, sans contact, que dans les familles où la violence règne, le confinement amplifie les risques. Parce que beaucoup vivent dans de petits, voir de très petits espaces, vont de logement en logement, n’ont pas d’eau chaude ou de chauffage, d’endroit décent pour vivre. Parce que beaucoup n’ont plus de travail ou doivent arrêter le leur pour s’occuper de leur famille.

J’en ai déjà marre de ceux qui se plaignent parce qu’il fait beau dehors et qu’on ne peut pas en profiter (oui quel grand malheur!), ceux qui aimeraient bien déroger aux règles (il parait que grâce à cette crise on sera moins individualiste, j’attends de voir…), ceux qui nous font la morale sur la peur, etc…

Ceux qui nous parlent de solidarité (je n’en ai pas vue la queue d’une cerise pour le moment!), ceux qui ne comprennent pas les enjeux et font comme si ce n’était rien, ceux qui pensent que toutes les familles sont sur un même pied d’égalité.

Tous ces discours (qui partent certainement d’un bon sentiment) m’exaspèrent, ils ne prennent en compte qu’une réalité. Il y en a tant. Ils sont comme des injonctions, encore, à être, faire comme. On a beau dire qu’on veut sortir de ce schéma, on n’y revient sans cesse.

Et dans ce tant, combien sont ceux qui pourront vraiment le mettre à profit, combien sont ceux qui s’en sortiront sans bleus à l’âme, sans parler de bleus au corps, combien sont ceux qui en sortiront plus “vivants” qu’avant, plus disponibles pour les autres?

Seul l’avenir nous le dira. En attendant j’ai une pensée particulière pour toutes celles et ceux qui ne rentrent pas dans toutes ces cases bien jolies et qui chaque jour gèrent leur quotidien du mieux possible (dans les rires et parfois les crises aussi!)

Posted in Dans ma bulle, Vie de Blogueuse

Dans ma bulle #1

Il y a quelques années, sur un autre blog, je partageais mes articles, blogs et sites coups de cœur. Parfois on lit de belles choses ou des lignes qui nous interrogent, nous inspirent et nous donnent envie de les partager aussi. Alors je me suis dis que de temps en temps ce serait bien de vous parler ici de ce qui me touche, m’émeut, me plait, au gré des mes vagabondages sur le net. Comme une porte ouverte sur mon monde et une invitation à la découverte de nouveaux espaces d’expression.

La première édition de “dans ma bulle” est donc ouverte…

Pour commencer on va parler d’amour. Et oui on ne se refait pas! Et de l’article d’Ornella – respecter ses anciennes amours. Ce texte rappelle en effet que bien souvent on a tendance à dire beaucoup de mal de celles et ceux qui ont quitté nos vies. On a tendance a oublié qu’il s’agit de notre histoire aussi et que l’issue ne remet pas en cause ce que nous avons vécu à deux. Je vous le conseille vivement, pour le sujet et pour la plume aussi!

On va poursuivre avec l’article d’une femme passionnée également – j’aime les passionnés. Ces mots “vivement vendredi!” vous diront peut-être quelque chose, que ce soit vous qui les prononciez ou vous qui les entendiez à longueur de journée. Virginie nous parle du bonheur, de la joie de débuter une nouvelle semaine. A force d’attendre vendredi, on oublie de vivre pleinement les autres jours.

Je vous propose ensuite un texte de Cléa Cassia – penser son chemin. Des pensées posées et de belles images. Un texte à lire en prenant le temps.

Et un article du blog “23h50 de moins” qui parle de la peur de souffrir et de la difficulté que nous avons à partager nos zones d’ombres, à nous montrer tels que nous sommes. Est-ce que le monde a besoin de gens qui font semblant ou de vérité? Et si “se dire” pouvait aussi aider les autres à en faire autant?

Je ne vais pas laisser les hommes sur le carreau, ne vous inquiéter pas. Je voudrais juste terminer ma série “inspiratrices” avec un article sur un mal qu’on connait peu et un témoignage très émouvant – l’agoraphobie racontée par Les Petites Jasettes.

Sinon, j’ai aimé les mots d’Ibonoco sur l’amitié. Le temps des copains si joliment raconté. Des souvenirs qui en appellent d’autres et voilà qu’on part en voyage. Une histoire de cœur.

Et un autre voyage proposé par Nowowak dans son article Je me prends pour JK Rowling. Asseyez-vous confortablement et profitez! Si vous êtes fan d’Harry Potter c’est un plus mais même sans ça, la magie opère!

Pour terminer, je vous laisse avec les créations inspirantes et bienveillantes de Nathalie qui débute son activité d’illustratrice freelance – La bulle zen – et requiert soutient et partage pour se lancer. Encore une fois, la passion est au cœur de son action. Rien que pour ça, ça vaut le coup de l’encourager.

Posted in Vie de Blogueuse

Quand Instagram prend toute la place

Crédit Pixabay

La place est déserte. Il y a eu du monde un jour, des mots, beaucoup. Il en reste une trace. Si on fouille un peu, on retrouvera les moments forts, les instants clés, des creux imposants et de grands élans de joie.
Pas de draps blancs comme dans les vieilles maisons ou bien celles qu’on laisse l’hiver sans visite, juste un peu de poussière au détour d’un article. Des pseudos qui n’existent plus que dans nos mémoires et des liens vers le néant virtuel.

La porte n’est pas fermée. C’est pour ça qu’on est entré. Comme on le faisait avant, en quête d’un bon moment. Pas de message d’au revoir, alors on pensait que c’était provisoire. Puis le provisoire s’installe. Il devient routine, habitude. On passe toujours, juste pour voir, au cas où et on rentre chez soi avec quelque mélancolie accrochée à nos sourires un peu tristes.

On dit que la vie passe, que les choses changent, qu’on évolue, qu’on n’a plus les mêmes envies. On dit que c’est comme ça. Et les autres doivent faire avec. On dit qu’on n’a pas – plus le temps.

Puis un jour, ailleurs, dans un autre univers, visité par hasard, on se rend compte que la fête continue. L’amitié, reléguée au placard avec ceux qui n’ont pas suivi le mouvement. On partage tout et rien, quand avant on partageait tant. Les échanges se passent sur petit écran. Les contacts créés au fil des mois, parfois des années, se défont sur une toile aseptisée. On va dans le sens du vent, tant pis pour celles et ceux qui ne suivent pas. On publie tout et n’importe quoi pour pouvoir dire qu’on est vivant. Là, tout d’un coup, on a le temps.

Une autre maison, une place qui bouge, des filtres un peu partout pour faire rêver. De l’instantané. Éphémère mais comme tout l’est, pourquoi faire semblant de croire qu’on restera dans l’histoire? C’est vrai…
Pourtant certains restent attachés aux lieux qui les ont vu grandir. Les mots continuent de fleurir et certains continuent de lire.

Il en faut pour tous les goûts. Le tout étant de ne pas se perdre dans de l’obligatoire, de l’artificiel, de ne pas perdre de vue ceux qui, un jour, ont cru, se sont engagés, ont soutenu, ont écouté. Ceux qui un jour ont compté.

Posted in Les Instantanés Singuliers

Les Instantanés Singuliers sont de retour!

[:fr]Votre enthousiasme a eu raison de moi! Ce rendez-vous “photographique” débuté en 2016 et arrêté en janvier 2017, faute de temps surtout, reprend du service. Pour le plaisir de vos partages et de nos échanges, qui toujours m’apportent énormément. Je prends le risque – pas si gros que ça le risque quand je lis chacun de vos messages – d’écrire que c’est réciproque!

Pour celles et ceux qui débarquent, je vous livre ici rapidement les règles pour participer. Elles sont très simples, ce qui veut dire que vous pourrez difficilement vous défiler!

1 – Ceci est un rendez-vous photographique mensuel.

2- Le premier samedi du mois je vous propose 2 thèmes. Vous avez jusqu’au dernier samedi du mois pour poster sur votre blog (ou compte Instagram #instantanessinguliers pour les personnes qui n’ont pas de blog et souhaitent participer) une photo en relation avec 1 des thèmes (ou les deux si le coeur vous en dit).

3- M’indiquer votre participation en laissant un commentaire sous cet article ou en faisant un lien vers mon blog (ou encore par mail si c’est plus simple pour vous).

4- La seule obligation est que la photo soit de vous. Vous pouvez ajouter quelques mots, un texte, un poème, une citation. Sentez vous libre!

Place aux thèmes de Novembre

Ni vu Ni connu

ET/OU

Courbes

Vous avez jusqu’au 25 novembre pour poster votre participation (petite mention pour les retardataires – ayant moi même des difficultés à être à l’heure, je serai tolérante!) – rendez-vous le 2 décembre pour le récapitulatif des participations et le thème de décembre.

 Soyez classique ou original. Laissez libre cours à votre imagination, votre inspiration. Et avant toute chose, faites-vous plaisir!

[:]

Posted in Les Etats d'Esprit du Vendredi

Les états d’esprit du 15/09/2017

[:fr]C’est vendredi déjà et si on est tous plus ou moins content que la semaine de travail se termine, on se réjouit de retrouver les états d’esprit du vendredi de Zenopia & The PostmanOn copie le formulaire, on le remplit, on glisse un petit mot doux sur leurs blogs respectifs avec le lien de notre article et le tour est joué! C’est parti…

Début [11:00]

Fatigue : des nuits courtes encore cette semaine mais je me sens plutôt bien
Humeur : au beau fixe
Estomac : nescafé et Krisprolls
Cond. phys. : un peu de yoga et du foot avec loulou
Esprit : au repos
Boulot : chacun prêche le faux pour savoir le vrai – ça me plait moyen
Culture : une séance ciné – Sexpowerment de Camille Emmanuelle (intéressant) – impossible d’accrocher à 50 shades of grey…

Penser à :  travailler sur une newsletter
Avis perso : se faire belle pour soi, c’est extra, pour quelqu’un d’autre c’est encore mieux!
Loulou : s’est fait mal à la lèvre, a les dents qui pensent (?), joue avec Sarah dans la cour de récré, se marre quand je rouspète…
Msg pers : (1) sois heureuse et savoure chaque instant! (2) n’écoute pas les cons (3) Arlo et moi, on est avec toi par la pensée…
Amitiés :  sont amoureuses, heureuses, soucieuses pour d’autres, préparent leurs prochaines vacances
Love :  j’avais oublié la douceur, la complicité, l’envie, les plaisirs simples, les mains et les yeux qui disent plus que les mots
Sorties : samedi pour les journées du patrimoine
Divers : c’est très sympa les gens qui font le ménage chez toi pour t’aider mais quand le matin tu ne retrouves ni tes pompes, ni le manteau de loulou et qu’en plus ta bouffe sent le liquide vaisselle…j’apprécie beaucoup moins!
Courses : faites!
Envie de : écrire, écrire, écrire et rire et vivre et danser et aimer…

Photo: Souvenir d’été (oui je sais il est loin l’été!)


‘zic :

 Fin [11:20]

[:]

Posted in Carnets de route

Un rendez-vous hors du temps à Marseille (avec P’tite Delph)

On s’est donné rendez-vous sur le vieux port. J’arrive en avance, je griffonne quelques mots assise face à la mer et aux voiliers, une invitation à prendre le large, à tout donner, tout oser.

Je me lève, je te vois. C’est étrange. Toi et moi, là, dans ta ville, loin de l’écran qui nous protège très souvent, loin de nos mots qui ne disent bien que ce que nous souhaitons dévoiler. Tombé l’anonymat. Nos visages se font face. C’est étrange et délicieux à la fois.

Tu es bien là Delphine, en chair et en os devant moi. Quand j’ai vu que le dernier bus quittait Marseille à 20h40, j’ai pensé à toi. Te voir. Non pas mettre un visage puisque je le connaissais déjà. Juste passer ce temps, loin de nos écrans, échanger sur tout ce qui nous lie, depuis quelques années, sur tout ce qu’on partage, mots échangés, secours de tous les instants, cartes envoyées, petits colis appréciés, soutien inestimable quand la vie prend l’eau de partout.

Nous allons nous asseoir pour papoter, au soleil, avant qu’il ne se cache. C’est bon d’être là avec toi. Tu ressembles à tes mots. Tu es ce courage qui transpire à chaque article écrit à la force de ton amour pour la vie. Tu es naturelle, authentique. Pas de masque. Tu as raison, le rire des enfants nous entraine à leur suite. Ton sourire aussi, baume apaisant pour les jours de pluie. Je le garde près de moi.

Le temps passe trop vite, déjà l’heure de partir. Tu m’accompagnes jusqu’à la gare. Prolonger au maximum ce rendez-vous que nous attendions depuis longtemps. On se dit au-revoir, une photo et je monte dans le car. Un dernier signe, il faut savoir. Je t’imagine attendre le signal, avant que tu ne regagnes ton chez toi, que tu retrouves Happy!

Merci d’être toi et de m’avoir accueillie dans ta vie. Merci aussi pour mon petit escargot, fan comme toi d’Arlo, que tu gâtes si souvent. J’aimerais pouvoir être là plus souvent, te passer un coup de fil, pour qu’on aille ensemble partager un moment. Nous avons fait le premier pas vers une nouvelle histoire. C’est certain, on se reverra!