Posted in Les Etats d'Esprit du Vendredi

Les Etats d’Esprit du Vendredi 09.10.2020

L’heure des états d’esprit a sonné. Je dépose en passant une pensée aux deux fondateurs de ce rendez-vous incontournable (Zenopia et The Postman).

Début [17h55]

Photo: couleurs d’automne
Fatigue : deux beaux cauchemars trois nuits de suite, pas très reposant. Mais au moins on est content de se lever !
Humeur : très bonne
Estomac: suprême de volaille, purée, café gourmand, thé
Esprit: en mode libération
Cond. phys / Bien être. : ostéopathe, reprise du yoga et étirements, un peu de marche

Projet/Boulot: Ca bouge. Coaching cette semaine et Examens de première année de formation la semaine prochaine

Culture:  Madagascar, Le coeur cousu, Le printemps reviendra, il revient toujours de Solène Vosse 

Penser à: sa vérité

Avis perso (1): ce n’est pas toujours qu’une question de volonté ! Avis perso (2): il y a des gens qu’on sent et des gens qu’on ne sent pas Avis perso (3): entendre « tu dis aimer ton enfant et tu le fais vacciner ! » je trouve ça hyper violent (4): on déteste les cases et pourtant en essayant les fuir on en crée plein d’autres…

Message perso (1) merci pour les déjeuners de cette semaine (2) bravo pour tout ton travail sur ce projet ! Je suis certains qu’un autre aussi beau verra le jour bientôt (3) bon weekend ! (4) vivement les vacances ! (5) vous êtes des lecteurs extra !

Loulou: plus cool, toujours aussi fan de Pokémon, a bien accroché avec la sophrologie, pose plein de questions sur la guerre
Amitiés : mails
Love : un peu plus de lui cette semaine et ça fait du bien

Sorties : yoga, marché, révisions
Essentiel: regarder d’où l’on vient et lâcher ce qui nous fait souffrir, petit à petit
Courses: marché, matériel d’aquarelle, collants
Envie de: trouver des idées de cadeaux pour mon anniversaire (c’est parce qu’on me demande !)

Zic: Nina Simone (cette voix…)

Fin [18h08]

Posted in Carnets de route

Brèves d’Automne

c4cfd4f764e64e5a0241a2c77c8b0772

Je sens le vent souffler et faire bouger les feuilles. Musique matinale. La lumière du jour qui se lève me berce de tendresse. L’automne est installé et d’ici quelques semaines laissera place à une toute nouvelle saison. Je savoure les couleurs déclinées à l’infini, du jaune, du vert, du rouge orangé, du brun, des tâches et des mélanges, du rose et parfois un tourbillon arc-en-ciel qui se pose délicatement sur l’herbe fraîche.

Je me sens partagée entre l’envie de marcher à l’air libre, de remplir mes poumons de cet air précieux et le souhait de profiter de mon intérieur, d’un plaid bien chaud et d’une boisson chocolatée ou épicée.

Je sors des placards les pulls en laine et en cachemire, me réapproprie ces vêtements remisés dans la penderie de l’entrée depuis plusieurs mois. Des couleurs vives et du noir. L’assortiment parfait. Mes pieds habitués à la nudité se plongent dans des bottes et délaissent les chaussures légères qui les ont portés pendant l’été. Je m’enveloppe dans un long manteau, matelassé, entoure mon cou d’une écharpe et glisse mes mains dans des gants fourrés.

Je marche dans les feuilles comme les enfants, comme j’aime le faire dans les flaques d’eau quand la pluie tombe assez pour en recouvrir les trottoirs. Je les envoie valser et me délecte du son qu’elles émettent. Je m’émerveille toujours autant et puise dans l’alternance fraîcheur – chaleur tout ce dont j’ai besoin pour me défaire moi aussi de tout ce qui ne me sert plus.

Je passe du temps en cuisine, un peu plus de temps, reprenant contact avec les aliments de saison. Ca mijote et mon regard se perd dans le gris du ciel ou la nuit qui pointe peu après l’heure tant appréciée du goûter. J’allume bougies et lumières. Je me laisse bercer par le calme qui règne, par les rires discrets que l’on distingue à peine, derrière les fenêtres fermées.

Je prends mon temps, je me sens moins pressée. Je marche sur l’herbe humide avant de regagner l’atmosphère apaisante de mon foyer.

L’automne me guide et m’accompagne, me donne un an de plus chaque année, m’inspire des textes qui sentent bons la douceur de vivre et le partage, me murmure des secrets et quand l’automne s’en va, sur la pointe des pieds, mon cœur se serre un peu, mon univers met du temps à s’habituer.

Ce texte a été écrit dans le cadre de l’Atelier des Jolies Plumes (24e edition) de Célie et Fabienne: “nous dire ce que vous, vous aimez et ce dont vous avez envie en automne”.

Credit Image

Posted in Carnets de route

Restes d’Automne

Novembre et son lot de larmes, de folie, de masques que l’on se crée pour ne pas se trouver submergé par un flot d’émotions difficile à contenir. Novembre a chassé d’un coup la douceur de l’automne, que nous nous réjouissions de voir arriver. Les évènements ont glacé nos cœurs, engourdis nos esprits, nous rappelant quelques souvenirs désagréables, disséminés ici et là, cendres flétries sur le calendrier de nos vies.

J’ai voulu garder un peu d’automne au creux du cœur, de cet automne dont je parlais voilà trois ans, à l’enfant bien à l’abri dans mon ventre. Je lui promettais des balades dans les feuilles, des feuilles à fouler du pied, des pieds bien au chaud dans des chaussures fermées et une fois à l’intérieur, des journées pleines de câlins et d’histoires à raconter.

Cette année – Quelques projets réalisés à deux. Quelques touches de saison dans la maison.

2015-09-21_16 23 43_resized

Posted in Les Instantanés Singuliers

Les Instantanés Singuliers #8

Pour l’opus numéro 7, je vous proposais de me présenter vos feuilles d’automne. Vous avez répondu à l’appel avec joie et vos photos m’ont transportée au creux d’une saison que j’affectionne particulièrement. Place aux participations:

Miss Fujii danse parmi les feuilles volantes

Petite Yaye a convoqué toute sa petite famille pour ce rendez-vous

La Miss Tamara profite d’une journée en amoureux pour saisir un instantané

Onee a enfin de jolies couleurs à nous montrer

Cavali’erre nous présente l’automne vu d’ailleurs

Ptite Delph aime l’or. Face au ciel bleu, c’est splendide!

Pidaime nous offre une composition réussie

Catwoman Sous le ciel de la Provence – On en redemande.

Continue reading “Les Instantanés Singuliers #8”

Posted in Carnets de route

Visiter une ville, s’imprégner de son état d’esprit

20150920_111331[1]Ce que j’aime, quand je visite une ville, c’est partir un simple plan en poche, mon appareil photo en bandoulière, un carnet dans mon sac à main. C’est la meilleure façon pour moi de découvrir. Je fais rarement les musées, les monuments principaux, du moins les premiers jours. J’attends d’avoir quelques repères avant de me lancer dans la course effrénée du touriste.

Je préfère de loin me perdre dans des ruelles peu fréquentées, peu fréquentables parfois aussi, mais jusqu’à aujourd’hui, je n’ai eu aucun problème. Je préfère m’arrêter sur une place, regarder le monde tourner autour de moi, m’imprégner des odeurs, des paysages, de l’esprit de la ville, remonter le temps quand c’est possible et griffonner quelques mots, quelques sensations qui viennent me chatouiller le corps tout entier.

Paris n’échappe pas à la règle.

20150920_111707[1]

Vagabonder au hasard des endroits remplis de souvenirs ou bien d’autres inconnus, dont j’ai vaguement entendu parler, m’apporte beaucoup. J’ai toujours l’impression de voir Paris sous un autre jour.

Paris me raconte à chaque détour une histoire différente, une histoire qui coule dans mes veines, comme une douce mélodie…

Posted in Carnets de route

L’automne, ma saison-paradis

L’automne est ma saison préférée, celle qui m’a accueillie dans la vie, par une douce journée d’Octobre.

L’automne m’offre le cadre idéal pour profiter de chaque instant. En regardant la nature changer et se débarrasser du superflu, je ressens le besoin de faire le vide, de me séparer de tout ce qui ne me convient plus, de tout ce qui m’empêche d’avancer.

Au-delà du bonheur de voir les feuilles tomber, de les voir changer de couleurs, de les sentir craquer sous mes bottes, au-delà de l’odeur d’épices qui flotte dans l’air, des boissons chaudes que l’on déguste bien blottis au fond de note canapé, au-delà des vêtements doux et chaud qui viennent repeupler notre garde-robe, l’automne m’invite à regarder en arrière pour voir le chemin parcouru, me prend par la main pour me montrer tous les possibles, m’offre de nouveaux projets que je garde sous silence, que je bichonne en attendant la prochaine saison qui leur donnera vie.

4b42303e0fea4a6f5b926839682c6b31_resized

L’automne m’aide à relativiser, à me concentrer sur l’essentiel, à reprendre confiance.

L’automne est ma saison-paradis, mon coin du feu, à l’abri des intempéries, un cocon dans lequel je prends plaisir à passer du temps, la saison qui me rappelle qu’il faut prendre soin de soi, pour pouvoir prendre soin des autres.

Ceci est ma participation au thème de la semaine 30 du projet d’Agoaye – Mon automne à moi.

Macaron-copie