L’enfant qui ne naîtra pas

© Everton Vila

Je suis partie à travers champs cueillir la vie. Celle qui battait hier encore à l’intérieur de moi. Je la cherche au milieu de nulle part. Je guette dans le vent le bruit de ses pas.

Je suis partie le nez au vent, le cœur gros. Il a dit non. Un enfant, c’est suffisant. Je ne sais pas crier. Alors je pars dans la campagne, je cueille des fleurs pour apaiser le chagrin qui enfle.

Je suis partie sans destination, le cœur à l’abandon. L’enfant a pleuré, un peu. Je l’ai consolé. Juste quelques minutes pour moi, pour me vider. Avec pour seul témoin la nature, celle qui soigne tant de blessures.

Je suis partie, mon sourire envolé, des larmes de pluie sur mes joues rosées. Et ces fleurs contre mon cœur pour me réconforter.

Il danse autour de moi l’enfant qui ne naîtra pas.

Ce texte a été écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture 331 de Bric A Book. Et en pensant à une personne que j’aime très fort. 

Advertisements

La tentation de l’infidélité

Il y a toujours une phrase quelque part qui me fait m’interroger!

En ce moment beaucoup de personnes autour de moi changent de lieu de vie, de boulot et beaucoup de familles se trouvent séparées – souvent par choix – le père ou la mère s’installant dans un endroit et le reste de la famille dans un autre. Clairement, ce n’est pas le choix que je ferais, pour l’unité / la cohésion familiale principalement.

En en parlant avec une amie, la première chose qui lui est venue à l’esprit était plutôt liée couple et fidélité. Et là je me suis souvenue de ce que j’ai entendu plus ou moins toute mon enfance, comme quoi un couple ça devrait être tout le temps ensemble et que les velléités de certains / certaines de “vivre leur vie”, c’est à dire de se faire des soirées entre copines, des virées entre copains, des soirées en solo, c’était faire courir un risque – un gros risque – à son couple.

Je trouve çà assez angoissant comme idée. Toute personne extérieure serait donc une tentation. Sympa pour les sentiments, qui ne seraient eux que du vent. Loin de moi l’idée que ça ne puisse pas arriver, mais est-ce que ça ne peut pas arriver tous les jours, tout le temps? Est-ce que regarder un homme, une femme dans la rue c’est déjà de l’infidélité? Est-ce qu’il faut vivre cloitrée chez soi pour ne pas être exposé? Est-ce qu’avoir de bonnes relations avec des collègues de bureau, pratiquer un sport, participer à des cours de dessin, c’est se mettre en danger? Est-ce que si ça arrive, si le couple se sépare, si l’infidélité est avérée, on ne pourra s’en prendre qu’à soi? Voilà le prix à payer pour avoir cru qu’on était libre de tout faire, tout vivre…

La confiance est une valeur phare du couple. Sans cette confiance, le quotidien doit être un véritable calvaire. Les jaloux en savent quelque chose!

Quant à la confiance trahie, chacun réagira différemment. Il n’y a pas une seule vérité en ce monde.

Votre avis m’intéresse? Est-ce que c’est quelque chose qui vous ferait peur aussi? Ou bien vous n’y auriez même pas pensé?

Aimer, c’est quoi?

Crédit Pixabay

Au beau milieu de mes cartons et des meubles à démonter, je me suis d’un coup demandé si je savais vraiment aimer. Et là, toi qui me lit, tu dois te dire que la chaleur me tape clairement sur la caboche (ne t’inquiètes pas, je me fais la même réflexion – j’ai de ces idées!)

Alors du coup je t’explique. Jusqu’à très récemment, mes histoires d’amour et certaines de mes relations amicales trouvaient leur fondement dans le fait de sauver l’autre. J’étais comme un poisson dans son bocal, les deux nageoires dans mon élément. Sauf que, on en conviendra tous, l’amour c’est pas vraiment ça. Mais moi, je ne connaissais que cette forme là. Rendre les autres heureux, c’était dans ma programmation initiale. Je m’étais souvent retrouvée dans des situations aussi abracadabrantesques les unes que les autres, avec mon profil “Mère Theresa” sans la carrure ni la foi.

Un jour (Eurêka te voilà!)  j’ai compris que ce don total de moi-même, ne me faisait aucun bien et ne changeait rien pour les autres non plus. Qu’on le sache, le bonheur est affaire personnelle. Et sauver l’autre, une idée saugrenue et clairement pas une base saine pour une relation durable.

Du coup, j’ai fait ce que toute personne censée devrait faire, je me suis lancée dans un grand nettoyage de printemps. Et je me suis enfin regardée dans le miroir. Ça parait tout simple comme démarche mais c’est pas si évident. Surtout quand tu as passé le plus clair de ta vie à tenter d’échapper à toi même et que “les autres avant tout” c’était ton mantra!

Aujourd’hui donc, puis que c’est d’aujourd’hui dont je parle, et bien je n’ai plus de repères. Les autres étaient mauvais, certes, et je suis bien contente de les avoir lâchés. Mais sans repère c’est un plus compliqué de se situer. J’ai plus de questions que de réponses.

C’est quoi aimer? C’est comment? C’est instinctif? Ça s’explique ou ça se vit juste? Peut-être qu’aimer c’est juste aimer. Peut-être que je me fais des nœuds à la tête (sûrement même mais bon moi sans nœuds à la tête ça ne serait pas vraiment moi!) 

Est-ce qu’il y a des grilles pour savoir si on aime bien – ou trop – ou pas assez – ou mal? Est-ce que ça se voit qu’on aime? Est-ce que ça se sent? Est-ce que ça se dit, un peu, souvent? Et quand ça se dit, est-ce que ça dit vraiment tout?

Vous en pensez quoi vous? Vous vous êtes déjà posé ce genre de questions? Ou ça vous parait complètement tordu (vous avez le droit – après relecture de l’article je me dis que c’est très tordu!)?

Ce mal de vivre dont elle ne guérit pas

Crédit Pixabay

Ce billet est très personnel. Merci pour votre lecture et votre bienveillance.

Nait-on avec? Ou bien il vient, part et revient au fil des évènements plus ou moins délicats de la vie? Est-il lié à un caractère? Est-il une faille dans le système?

Jean Ferrat chantait “nul ne guérit de son enfance”. La sienne est accrochée à chaque millimètre de sa peau de femme. Elle est son seul point de repère, son unique blessure. Elle est sa croix, elle danse devant ses yeux à chaque regard d’enfant blessé, croisé. Elle est sa peine et son sacerdoce.

Son passé a été le refrain de la nôtre. Il s’est invité aux dîners de famille, aux soirées festives comme un rappel. Celui de l’horreur. Il a créé des images dangereuses dans nos vies de mômes heureuses. Il s’est imposé, comme un troisième enfant, celui qu’elle avait tant espéré et qui n’est jamais venu.

Elle a été mère, vraiment, sachant apprécier chaque instant, angoissée souvent, se remettant en question aussi, dans le don total en espérant peut-être que cela apaiserait le mal, que notre enfance tirerait un trait sur la sienne, abusée, maltraitée, violentée. Mais l’amour n’a rien changé à la donne. Il a amélioré le quotidien. Il a fait naitre l’espérance. Il l’a porté, tenu au cœur des crises, au gré des vents mauvais. Il lui a offert quelques sourires. Mais le mal était fait, le mal était là, il attendait son heure et quand il a frappé, elle en a oublié le bonheur.

Il se tient là depuis le début, ce mal de vivre, cette envie de la fin. Mais tenir parce qu’il y a du beau quand même, même les jours de chagrin. Du beau qui ne fait pas le poids. Un beau qui ne s’ancre pas. Superficiel. Aléatoire. Un beau du dimanche qui s’évapore. Et il ne reste alors que les boulets qui la tiennent prisonnière d’une histoire pleine de points d’interrogation.

Nous ne faisons pas le poids. Nos grands-parents prennent toute la place. Ils s’insinuent dans notre paysage. Nous avons appris le pardon ou nous ne pardonnerons pas. Nous marchons sur des chemins en pensant que peut-être un jour, peut-être…sans certitude. Elle ne fait pas de promesses. Elle répète sans cesse qu’elle souffre d’un mal qu’on ne peut saisir, un mal qui la ronge, le mal du pire, celui d’une enfance trahie – les dés étaient pipés avant même que tout ai commencé.

Ni la dépression ni la maladie n’ont été l’électrochoc souhaité pour enfin s’affranchir des démons démodés. Elle aurait préféré y rester. Couler.

Nous nous tenons là, impuissantes, sur le bord de la rive, incertaines des actes à poser, des mots à dire. Nous nous tenons là, pour la première fois peut-être, enfin, main dans la main. Moins seules qu’avant. Si perdues pourtant, tentant de construire notre vie, de mener à bien nos projets, de croire en nos rêves, d’aimer (peut-être mal et peut-être trop). En se demandant pourquoi on dit que l’amour sauve de tout. Le nôtre n’aura pas suffit. C’est peut-être cela que nous avons tant de mal à accepter. Et pourtant il le faut pour avancer…