Posted in Atelier Ecriture L'Atmosphérique

Atelier d’écriture #6

“Le début de l’absence est comme la fin de la vie”. Madame Violette l’avait écrit en gros sur le tableau noir, en claironnant “Vous avez 3 heures!” Le choc.

Je ne voyais que le mot absence, la sienne. Depuis, depuis quand déjà?

Elle était riche de convictions, je n’avais aucun avis sur les choses. Elle était mère de cinq enfants, le seul que j’aurai pu avoir s’était éclipsé avant les 9 mois réglementaires. Elle connaissait l’amour avec un grand A, je n’avais fait que l’effleurer. Ses projets menés à terme narguaient les prémices des miens. Elle allait à la messe le samedi soir et le dimanche, nous nous retrouvions, bombes de peinture à la main, trois heures rien que pour nous, loin de nos univers respectifs, loin de tout ce qui faisait un monde à mille vitesses.

Je ne voyais que le mot fin, comme un mauvais clin d’œil. J’avais taggué le French en rose. Elle avait ajouté le Kiss. Ca avait de la gueule notre association. La dernière. Le dimanche suivant j’ai attendu en vain. Et puis j’ai essayé les mails, les appels. Rien. J’ai continué à y croire quand tout me poussait à abandonner. Puis un matin, j’ai vu son nom. Accident de la route. Voilà ça s’était fait comme ça, tout simplement. Je n’en avais rien su car je n’avais aucune place dans sa vie, ou alors de loin.

La cloche a retenti me sortant de mes souvenirs. Trois heures déjà que j’étais partie. J’ai rendu copie blanche, presque rassurée. Cette page vierge de mots parlait d’elle même.

Retrouvez toutes les participations ici: Chez Isabelle Marie, Chez Sandra, Chez Marinade d’histoires, Chez Josée, Chez Mijo, Chez Sweet Things

***

Pour la semaine prochaine, je vous propose d’écrire un texte qui commencera par la phrase suivante: “J’étais pigiste dans un journal raté qui nourrissait la cervelle de…”

Posted in Humeurs d'Auteur

Persévérer ou Lâcher?

Photo by Suzy Hazelwood on Pexels.com

C’est une question que je me pose assez régulièrement, à chaque fois que je reçois un courrier de refus, un retour négatif sur un texte, un manuscrit envoyé. Mon écriture est-elle si médiocre? C’est possible. J’ai conscience de mes limites…

Je sais, vous allez me dire qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Vous aurez raison. Mais alors, à quoi bon continuer dans une voie, dans un chemin qui ne semble pas être le bon? Pourquoi continuer à se prendre des claques quand d’autres semblent trouver chaussure à leur pied?

Persévérer n’est pas toujours la meilleure option. Peut-être qu’il est temps de raccrocher, de lâcher les rêves, de laisser les mots dessiner des histoires pour le simple plaisir que cet acte procure, sans chercher plus loin.

Et si lâcher était la sagesse? Et si finalement on laissait le rêve au monde de l’enfance, il est beau là dans son joli cocon, avec ses pétales de rose et ses lumières.

J’ai persévéré, j’ai encaissé les mots durs, les retours, les silences, les “non” à répétition. L’investissement est tel que j’avais quelques espérances, bien entendu, qui n’en a pas! J’ai aussi été portée par vos mots, vos retours, vos encouragements. Je me demande quand même parfois – sans vous offenser – si ils ne manquent pas quelque part d’objectivité! Un tout petit peu…

Je ne sais pas si persévérer, ce n’est pas au final quelque chose qui m’appauvrit, si ce n’est pas une manière de me bercer d’illusions. Alors je pense de plus en plus à laisser mon rêve s’envoler. Après tout, il a eu le mérite d’exister. Et de revenir aux mots sans attente, juste pour la joie, juste pour exprimer ce que le cœur contient, juste pour la magie de la poésie et la beauté du partage.

Posted in Tout un poème, Variations Littéraires

Quête d’absolu

Photo by GEORGE DESIPRIS on Pexels.com

A l’heure où je pose
Posais
Ces mots sur les lignes du cahier
Choisi pour recueillir les fragments de mes pensées
Tes pieds goutaient à la fraicheur de l’eau

L’amour est liberté
Ou ce n’est pas de l’amour
Ou l’amour est empêché
Dans un engagement
Une promesse
Qui le contrôle, le modèle
Rassurant sûrement
Rassurant de penser que nous pouvons
Le tenir entre nos mains
Qu’il est bien là
Bien au chaud
Qu’il ne s’envolera pas
Si on y fait bien attention
Rassurant et pesant
Cet amour comme lié
L’absolu entravé dans son épanouissement

Loin, l’amour prend son envol
Paré d’ailes qui l’emmènent
Plus haut que les gratte-ciels
Plus haut que les limites de la terre

L’amour n’est pas d’ici
Il est des profondeurs
Il est le mystère incarné
Celui qui nous plonge
Dans d’autres réalités
Insoupçonnées
Il est du ciel et des étoiles
Morceaux d’atmosphère vagabonds
Il est le cœur de vérité
Un cœur sans souffrance
Et sans attente
Cœur ouvert aux possibles
Aux accents extra-terrestres

Nous pouvons l’approcher
Le respirer
Mais nous ne pouvons pas parler de l’amour
Tant que de sa définition nous sommes prisonniers
Attachés comme des esclaves
A ce qu’il peut prendre et donner
Avides de preuves, de promesses
Démembrés quand l’amour file
Qu’il réclame ce qui lui appartient

L’amour
Le nôtre
Libre et vivifiant
Quand j’ose le laisser être
Douloureux et contradictoire
Quand le doute s’immisce
Quand l’amour se tait face à ce qui le dépasse

Je suis alors là où l’esprit erre

En quête de réponse
Savoir dire pourquoi je choisis toujours
L’ombre plutôt que la lumière
Les voies sans issue
Les chemins sans balise

on là où l’amour embrase le monde
De son incandescente clarté lunaire

Posted in Carnets de route

L’absent

Crédit Pixabay

On a coutume de dire que les absents ont toujours tort. L’enfant les pare pourtant de talents cachés, de caractéristiques incroyables. Les absents sont ces demi-dieux, ces aventuriers extraordinaires, ces super-héros aux pouvoirs magiques.

L’été fut plein de lui. Celui qui est, quelque part. Pas ici. Le père dont on égraine le nom au fil des coups de blues. Son absence place l’enfant dans un manque, qu’il tente de comprendre. Mes réponses n’apaisent pas. Elles font naître d’autres questions. Mises bout à bout, elles racontent une histoire que l’enfant a du mal à comprendre.

Elle parle d’amour. Mais d’un amour qui s’éteint. Alors que vaut l’amour qu’on dit infini, inconditionnel? Est-il un autre mensonge? Puisque l’amour entre deux adultes peut mener l’enfant à vivre sans une  de ses racines. Est-ce que l’autre aussi peut se défiler? Que resterait-il à l’enfant?

Une image. Un album. Quelques souvenirs épars. L’absent est un vide et l’enfant voudrait être comme tous les autres. Il ne sait pas tout. Il ne comprend pas tout. Il voudrait son sourire sur ses jours et ses mains, qu’il imagine réconfortantes, bien calées dans les siennes.

Il ne sait pas ce que disait l’histoire d’avant. La peur, les cris. La vie à sauver. La fuite. On essaye avec des mots appropriés de défaire les nœuds. On tente de trouver l’angle, celui qui apaisera les blessures incrustées, qui soulagera le cœur. Un peu.

L’enfant se confie. Il brode une histoire avec ses mots à lui. Son cœur se serre sur le quai, au départ du train. Et si maman ne revenait pas…

Toujours un manque. Et la peur. Toujours la vie quand même. Même après le vide. Puis l’enfant passe à autre chose. Il joue. Il rit. Les questions reviendront. Dans peu de temps. Et on tentera encore de détricoter une histoire un peu bizarre. Une histoire qu’on apprend doucement à faire sienne, dont on apprend doucement à ne garder que l’essentiel.