Corps à corps

© Tyler Dozier

Dans le corps à corps qui me lie à la terre, je suis la mère

Dans le corps à corps qui me lie à l’arbre de vie, je suis la femme épanouie

Le vert, l’espoir, toujours au creux du cœur, je me laisse aller, porter par les saisons dont la mélodie me fait frissonner

Les destins ancrés en moi sont ceux de tant de passions prêtes à éclore

Et dansent les aiguilles sur mon corps comme le souvenir de toutes ces petites morts

Qui me portent vers la vie!

Ce texte a été écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture 315 de Bric A Book.

Advertisements

Écrivez partout…

Crédit Pixabay

Écrivez partout

Sortez vos tripes sur la table.
Vomissez tout ce que vous retenez.
Foutez-vous en du glamour, du style, de la manière dont les mots sont agencés – vous y reviendrez plus tard.
Libérez votre âme.
Interrogez votre esprit.
Allez au-delà de la quête du bien et du mal, du bon et du mauvais.
Brisez les barrières qui vous tiennent prisonniers de contraintes, de cases, de façons de voir et de penser, d’agir et d’espérer, d’être et de ressentir.
Crachez votre colère, vos peurs, tous ces doutes qui vous rongent au quotidien, vous gâchent la vie.
Lâchez toutes les règles de pudeur, elles ne sont qu’une vision de l’esprit.
Jetez tout ce qui ne vous convient plus, tout ce qui vous oppresse, tout ce qui vous empêche de suivre votre chemin.

Écrivez partout

Avec vos mains, vos regards et vos corps.
A l’encre indélébile.
Capturez les instants qui vous font frémir, les danses qui vous exaltent, les chants qui vous envoutent, les passions qui vous obsèdent.

Écrivez partout

Libérez votre voix.
Livrez vos messages au monde.
Vivez avant tout !

Au premier jour…

Copyright Marie Kléber

Je te donne le premier souffle
Et le dernier au revoir
Le premier mot d’amour
Et le dernier matin à contempler le monde
Je te donne la première fièvre
Et le dernier chaos
Le premier élan de vie
Et la dernière étreinte sous l’astre qui luit
Je te donne le premier espoir
Et le dernier sacrifice
La première peur que le cœur foudroie
Et la dernière danse des corps
Je te donne le premier sourire
Et le dernier regard perdu dans la foule
La première valse ratée
Et le dernier tango endiablé
Je te donne ma première plume
Et ma dernière partition composée

Aux prémices de l’aube
A l’endroit où mer et ciel
Embrassent l’horizon saturé d’espérance

Je te donne les dernières cicatrices incrustées
Et les premières notes d’un futur à tracer

Jour de pluie

© Kyle Wagner

Il pleut, de cette pluie grise et fine. Il pleut, juste de quoi tenir les curieux à l’écart de ce morceau de bord de mer. Le café est plein à craquer, qu’importe, il y aura bien une place, au bar. Je pourrai m’installer, au sec, ôter mon pardessus trempé, reposer mes jambes fatiguées.

A l’intérieur, l’atmosphère est riche de rires, de bruits de verres entrechoqués, de conversations qui n’en finissent plus. On refait le monde au gré des vagues d’accords et de désaccords. Je me pose sur un tabouret en hauteur, à bonne distance des autres, près du percolateur à café. L’odeur qui arrive à mes narines est douce, chargée de souvenirs, ceux des grains moulus par mon grand-père pour son plaisir matinal, instant sacré que nous partagions en silence, les yeux braqués sur l’horizon désert.

Je sors mon carnet, mon fidèle compagnon. Mon regard se perd autour de moi. Je vois les lèvres bouger, les bras posés, les journaux ouverts, nouvelles questionnées d’un haussement de cils. Je vois le vieux monsieur, bien habillé, lunettes basses, concentré sur sa lecture. Mon appareil-photo aurai magnifiquement  saisi quelques-uns de ces visages, expressions, quelques bribes de vie, les restes de mousse donnant à la chope de bière posée sur la table une allure particulière. Mon crayon fera un travail différent. Je le laisse filer en attendant mon allongé aux saveurs d’antan.

Ce texte est ma participation à l’atelier d’écriture 314 de Bric A Book.

Le temps du renouveau

© Jon Tyson
  • Tu as autant de grâce qu’un éléphant !
  • Tu ne tiens déjà pas bien sur tes deux jambes !
  • C’est ta sœur la danseuse !
  • On ne peut pas tout avoir dans la vie !

Pas capable. Pas pour elle.

De quoi avaient-ils peur ? Qu’elle se plante ? Du ridicule ? Ou bien que son envie toute simple ne fasse pas le poids face au talent des autres ?

Rangés ballerines, pointes, justaucorps, tutus. Puisque la danse ne voulait pas d’elle, elle choisirait une autre forme d’expression. La musique ? Pas l’oreille. Le sport ? Pas l’enthousiasme. La peinture ? Pas créative. La couture ? Pas le talent. Le bricolage ? Pas habile de ses mains…

***

10h30 à l’horloge. Adeline se prépare. Dans sa cité dortoir, les murs gris se font face et la tristesse se lit sur les visages de ceux dont l’espoir n’est que trainée de poudre. Les  tours vont être rasées. La nouvelle est tombée le mois dernier, les jours sont désormais comptés. Des années de vie prêtes à partir en fumée. Adeline ne peut s’y résoudre. A défaut d’avoir un travail rémunéré – après tout elle n’était bonne à rien, qui ça pourrait étonner ? –  elle sort tous les jours avec son appareil photo, déniché dans une brocante l’été dernier, payé avec les économies d’heures  de ménage, de gardes d’enfants glanées ici et là – on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. Elle saisit la vie, ses larmes, ses drames, ses moments de joie, ses rêves. Les rêves surtout, ayant abandonné les siens, par peur de ne pas être à la hauteur, de décevoir.

Elle a entendu dire que les artistes se mobilisaient contre la destruction du quartier. Elle veut voir. En tournant rue des friches, derrière les grilles, elle distingue des traits, des cases. En levant les yeux, elle croise une danseuse, gracieuse, offerte au sacre de l’instant. Son cœur bat fort dans sa poitrine. Elle se souvient…

Puis les larmes coulent sur ses joues. Les larmes coulent sur la terre. Elles font parler les fantômes. Elle le sent. Elle le sait. Il est temps que le quartier disparaisse pour laisser place au renouveau.

Ceci est ma participation à l’atelier d’écriture 313 de Bric a Book

Ce goût subtil de liberté

Copyright @DollHouse Paris

La vitrine laissait présager des découvertes intéressantes. Oserait-elle entrer ? Si elle entrait, se contenterait-elle de regarder, en espérant que personne ne lui demande ce qu’elle cherchait ou si on pouvait l’aider ? Irait-elle jusqu’à parcourir du bout des doigts étoffes, soie, dentelle ? Se laisserait-elle tenter par de la lingerie ? Miserait-elle sur la simplicité, l’élégance ou la sensualité ?  Partirait-elle dans une exploration plus approfondie des lieux ? Ou resterait-elle à la surface des choses ?

L’entrée accueillante et le sourire de la jeune femme vinrent à bout de ses résistances. Elle entra dans la boutique. Petits pas hésitants sur le velours rouge. Ses prunelles attirées par l’effet des matières qui telles des abeilles tissaient le fil de scénarios peuplant les méandres de son esprit. Ses mains effleurant des années d’interdits. Dans ce temple de la volupté, tout lui semblait permis.

La jeune femme lui laissa le temps de regarder. Elle prenait ses marques avant de s’aventurer plus loin. Dédales de marches et de fantasmes. Au bout du couloir, une nouvelle expérience n’attendait qu’elle. La jeune femme semblait si à son aise dans cet univers, qui pour elle n’était que messages codés, sourires gênés, murmures, secrets bien gardés. Les objets prirent soudain une autre dimension, celle du plaisir mis en valeur, érigé en maître, épanouissement intemporel.

Elle se laissa guider, ne sachant où donner de la tête. Elle se laissa aller, lâcha toutes ses idées reçues, les clichés ancrés en elles. Elle s’invita dans l’instant et l’instant l’enveloppa d’un voile au goût subtil de liberté.

Filles de la nuit

Untitled-1

Un bruissement d’aile la tire de sa rêverie. L’heure avancée du jour laisse dans le ciel des traces colorées. Sous ses pas, les branches craquent. Les bois l’entourent. Dans quelques minutes à peine, le ballet des prétendants à une gâterie, sans conséquence, se formera. Le travail reprendra. Seule la cadence diffère d’un jour sur l’autre. Elle vient de tendre son tissu, de réajuster sa tenue. Les autres filles commencent à arriver.

Un bisou sur chaque joue, et les voilà parties. Elles vont s’engager dans une conversation morcelée qui pourtant les tiendra éveillées jusqu’aux premières lueurs de l’aube. Entre chaque passe, elles s’offriront le luxe de quelque espoir. Loin du trottoir. Loin des clients. Elles rêveront d’étreintes singulières, de peaux qui se touchent, s’emprisonnent, de baisers fiévreux. Elles s’enivreront de sensations imaginées qui leur donneront l’énergie pour la prochaine demi-heure. Elles se repasseront le film éphémère des amours d’avant, ceux qui laissaient au creux de leurs nuits quelques grammes d’un plaisir fugace, dont elles auraient dû se saouler pour ne jamais en manquer. Elles regarderont leur poitrine ceinturée dans un haut moulant, au décolleté outrageux, se demanderont combien de temps encore elle fera sensation. Elles dessineront sur le bitume l’espérance d’un respect qui fait défaut à leur condition. Elles feront danser leurs rêves à l’heure de la trêve, songes de draps de soie sur des corps de braise.

Loin du monde

© Timo Wagner

« Je vous montre mais c’est vous qui appuyez sur le bouton ». Quelle conne ! Ça, plus l’école, le système, la famille, tous ces mots entendus une fois, dix fois, vingt fois. Tu n’es pas…blablabla. Non. Quand le monde ne tourne plus assez rond pour moi, que je sens que je dérive, quand j’ai envie de crier « foutez-moi la paix », je file à la piscine. Là, sous l’eau bleue, je me laisse aller, je m’assois au fond et je fais des bulles.  Je me laisse porter par la douceur de l’eau. Je n’entends rien, ça c’est bien. Je ne ressens rien d’autre que paix et sérénité. Comme à l’époque où je me trouvais à l’abri du ventre maternel. M’avait-on déjà donné un prénom, espéré intelligent, manuel, bavard ou plus réservé ? Me rêvait-on chirurgien, astrophysicien, architecte ? Je ne sais pas. Je m’y trouvais bien dans cette eau qui me portait, dans laquelle je me développais protégé du reste du monde. C’est ce que je retrouve quand un pied dans la piscine, je m’évade de mon quotidien.

Mais forcément, comme j’oublie les gens et que ça les emmerde, et bien ils me cherchent des noises. Et quand j’émerge, j’entends des cris de partout « il va se noyer, faites quelque chose ». Et là, immanquablement j’entends un bruit sourd, celui d’un corps qui plonge pour me sauver. Si seulement il savait…

Ce texte est ma participation à l’atelier d’écriture 312 de Bric A Book

Le vol de l’ange

Crédit Pixabay

Quelques doutes se glissent autour du “petit +” mal dessiné d’un test acheté, le cœur en liesse, le corps déjà fatigué. Les regards se croisent. Les mains se serrent. L’histoire se dit, s’écrit à la faveur d’une nouvelle vie.

La vie se décline en doux rêves, peurs insensées, éclats de voix, éclats de joie. Sur l’horizon, l’image floue devient plus nette au fil des jours. Un ventre qui s’arrondit sous un pull trop grand. Et des mains qui caressent ce ventre porteur d’espoir. Des promesses murmurées à la nuit tombée, entre les draps d’un lit trop grand.

Des jours et des semaines à planifier, faire danser les lettres pour créer des prénoms. Le corps flanche un peu. Le cœur se détache. L’autre cœur bat. Les frissons s’attachent.

Au milieu du bonheur, des soubresauts de tendresse, quelques angoisses naissent. Premières analyses qui fixent la date de la naissance d’une mère, d’un père. Le sourire aux lèvres et le corps tendu. Des questions à l’infini au bord des lèvres. Passer le temps. Contrer l’ennui.

Sur l’échographie, l’enfant se dessine. Les yeux se parent de larmes précieuses. Premiers souvenirs inédits. Le ventre se raidit. L’enfant a un prénom. La peur guette à l’ombre des non-dits.

Puis le silence, comme une mise à mort, fait trembler la vie.

Le cœur battait. Il ne bat plus. Des torrents d’eau autour d’un ventre à l’agonie. Les cris saccagent les larmes. La folie se faufile. L’enfant vole au-dessus du vide. Le repli et l’envie d’en finir. Visages glacés d’effroi. Mains solidaires qui se cognent contre les parois solides d’un chagrin insupportable. Déjà trop de souvenirs. Une intimité violée à coups de mots pour s’en sortir. Un deuil qui parait impossible.

La mort aux origines de la vie. Anormal. Peine incommensurable. Désespoir. Colère. Lot de promesses dérisoires. Les couleurs de la vie perdent de leur saveur. L’orage éclate. La nuit s’élargit. L’enfance s’évanouit. Un ange passe.

Ce texte a été écrit pour une amie – en souvenir.