Nos Toujours (En Mémoire)

IMGP0326 (2)

Je ne voulais pas y aller
Tu étais fatigué
Un mal de tête
Une journée qui avait mal débuté
Nous nous sommes endormis tôt
Dans les bras l’un de l’autre
Aurore nous pardonnerait
Cette absence injustifiée

Le matin s’est glissé par la fenêtre
Il nous a réveillés
Un beau ciel bleu
Nous prédisait une agréable journée
Quelques scones bien chauds
Le dos contre l’oreiller
Ta main sur mon épaule
Pour me rappeler
Qu’on est bien tous les deux
A contempler la vie
A l’aimer même si…

Aurore n’a pas appelé
Tu as voulu attendre
On se remet doucement
D’ une soirée agitée
Souvenirs délicieux
De nos tendres années

Nous vivions sur un nuage
Enveloppés de sérénité
Quand ton téléphone allumé
Nous a projetés en pleine réalité
Des dizaines d’appels
Certains du monde entier
Des voix qui s’élèvent
Pour s’assurer
Que nous allons bien
Que nous sommes vivants
Des messages inquiétés de nos parents
Des SMS inquiétants

J’ai voulu appelé Aurore
Tu t’es jeté sur la télé
Au bout du fil un silence de mort
Et l’écran noir ensanglanté

Aurore est partie
La première balle d’une longue lignée
Son corps emporté sur la chaussée
Ses grands yeux bleus
Ont décroché

J’ai posé des yeux graves sur le ciel de Paris
En cette journée d’apocalypse
Tu m’as regardé
Maudire la terre entière
Sans broncher

A la nuit tombée
J’ai regagné tes bras
Sans l’ombre d’un frisson
Tu les as serrés autour de moi
Étreinte rassurante
Sur fond d’horreur ahurissante

Mon cœur tourmenté
A trouvé un semblant de sérénité
Au creux de nos toujours

Pinterest Blog 3 (2)

Extrait de mon recueil de poésie Ils avaient un prénom (disponible en Papier et PDF sur The Book Edition) – Tous les bénéfices sont reversés à l’association IMAD pour la Jeunesse et la Paix.

Pour encore plus d’inspiration, abonne toi à ma newsletter ou rejoins moi sur Pinterest / Instagram 

L’espoir d’un avenir meilleur

IMGP0343 (3)

On parle de ceux qui meurent
Des héros mutilés
On parle de ceux qui se battent
Des héros massacrés
On parle de ces haines ancestrales
Ces rancœurs infondées

On se délecte de tonnes d’images
De ces villes assiégées
On brandit des drapeaux
Des slogans scandés
On attise les haines
Des peuples opprimés
On dénonce un pouvoir
Une société gangrenée
On en appelle à l’humanité des hommes
Des hommes sans pitié

Mais est-ce qu’on se demande combien ils sont
A attendre demain
A attendre qu’une bombe choisisse leur maison
Un coin de leur jardin
A attendre que les hommes ai cessé de se haïr
A attendre que le monde ai cessé de les trahir

Combien sont-ils, à se demander
S’il existe encore quelque part
Un espoir
Pour les hommes
De s’aimer?

Pinterest Blog 3 (1)

Extrait de mon premier recueil de poésie L’essence de l’être (disponible en Papier et PDF sur The Book Edition)

Pour encore plus d’inspiration, abonne toi à ma newsletter ou rejoins moi sur Pinterest / Instagram