Category: Bouillon de Culture

Avis littéraires et cinématographiques, coups de coeur, citations

Mes lectures de Mai

En Mai j’ai voyagé un peu – un weekend entre filles sur Marseille et quelques jours dans mon coin de Paradis avec mon escargot. Donc j’ai moins lu. Quand on me demande comment je fais pour lire autant, je réponds “merci les transports en commun”. Je lis en effet essentiellement dans le bus matin et soir. A la maison de temps en temps le soir aussi. C’est plus rare.

C’est parti pour les livres du mois. J’ai commencé avec un manuscrit – dont je tairais le nom et l’auteur pour l’instant – qui m’a fait passer un très bon moment. Entre rires et belles leçons de vie. J’attends sa sortie officielle pour vous en parler plus longuement!

J’ai continué avec Amélia de Kimberly McCreight, lu en une semaine à peine. L’histoire tient en haleine. A new York Kate élève seule sa fille de 15 ans – Amélia. Un jour elle reçoit un appel de l’école. Quand elle arrive on lui apprend que sa fille est morte. Suicide conclut la police. Kate a du mal à y croire. Un SMS anonyme la fait douter et elle se lance dans une enquête pour savoir ce qui ce cache derrière ce cauchemar. Accident? Suicide? Meurtre? En creusant dans les dernières semaines de vie de sa fille, elle va découvrir une réalité qu’elle était loin d’imaginer. Le combat d’une mère, le passé d’une femme et les doutes d’une adolescente face à l’engrenage dramatique dans lequel elle tombe inconsciente des dangers qui l’entourent. Comme dans la cour des secrets de Tana French, on lit en parallèle l’histoire d’Amélia jusqu’au dénouement final. Un récit bien mené autour d’un thème qui m’intéresse et m’interpelle de plus en plus.

J’ai poursuivi avec un livre auto-édité – Backstage de Loreleï Martin. Si vous voulez en savoir plus sur l’auteur, c’est par ICI. Là aussi, j’ai passé un agréable moment. Je savais que le roman comptait de nombreux personnages et j’avoue avoir eu peur un instant de ne pas m’y retrouver. Mais en fin de compte c’est passé comme une lettre à la poste et je me suis attachée à chacun d’eux. Un roman “chorale” autour de thèmes qui nous touchent, l’amour, l’amitié, les deuils, les belles surprises et la violence incertaine du quotidien qui vient parfois faire voler en éclats toutes nos certitudes sur la vie. A découvrir…

En cette fin de mois, difficile pour moi d’accrocher à une histoire. J’ai dû commencer 3 livres sans aller au bout – le signe qu’il faut faire une pause. Je me suis rabattue sur mes magazines en attente et ai dévoré “Le Monde des Religions” sur 5 jours!

En passant sur le port de la Ciotat dans une charmant librairie, mes yeux se sont posés sur un nom  – Tahar Ben Jelloul. Je n’ai pas résisté et suis ressortie avec Un pays sur les nerfs sous le bras. Au programme: une France blessée, une Europe qui laisse mourir des milliers de familles dans ses eaux, tombeaux à ciel ouvert, le racisme des cages d’escalier, le manque d’éducation ou encore le terrorisme et l’ “intelligence” des fous de Dieu. A lire et à relire. Pour le style. Mais surtout pour le regard éclairé d’un homme de lettres sur notre monde actuel et ses dérives.

Je continue mes découvertes et vous donne RDV en juin pour la suite des festivités! A vous de partager vos coups de coeur du mois…

Mes lectures d’Avril

Comme chaque mois, avec toujours un peu de retard (on ne se refait pas), je vous présente mes lectures au nombre de 5 – cette année j’ai décidé d’acheter moins de livres, d’abord parce qu’il s’agit bien souvent d’un budget non négligeable et puis parce que mes étagères ne font pas le poids. Comme je finis par donner la plupart des livres lus, je préfère les emprunter à la bibliothèque de mon quartier. En avril, j’ai fais une exception! Le livre en valait la peine. Je vous dis tout ça plus bas.

cvt_Home_4176

J’ai commencé le mois avec le très beau livre HOME de Toni Morrison en VO. Je crois que je ne saurais dire pourquoi j’ai aimé ce livre. Je l’ai aimé voilà tout. L’écriture poétique de Toni Morrison m’a emportée et fait passer d’excellents moments, douloureux parfois. Une réflexion sur la vie, la terre, nos origines et cet endroit si particulier que nous pouvons nommer “HOME”.

510qTzfkAML._SX210_

J’ai poursuivi avec TOUS LES MATINS DU MONDE de Pascal Quignard. On reste dans l’univers poétique avec ce court roman chargé d’émotions, rempli d’images et de musique. Monsieur de Sainte Colombe, Maître de musique, spécialiste de viole vit seul, reclus, avec ses deux filles, depuis le décès de sa femme (dont il a du mal à se remettre). L’auteur nous embarque dans cette épopée musicale tantôt austère, tantôt passionnée et nous dévoile le sens profond de l’art: la maîtrise ne fait pas de nous des artistes, c’est la façon dont nous vibrons avec la passion qui nous anime qui fait la différence. A lire.

le-passeur

Puis j’ai laissé de côté les romans pour me plonger dans le magnifique livre de Anne Laure Buffet LES VIOLENCES PSYCHOLOGIQUES (de la résistante à la reconstruction). Ce livre est un livre qui parle des victimes, de toutes ces personnes, hommes, femmes et enfants aux prises avec une personne toxique qui perdent pied et tentent de refaire surface, dans la douleur, la colère et la peur le plus souvent. Un livre qui parle de cet enfermement progressif, de ces blessures invisibles qui creusent leur lit sous le corps, dans la tête et de la vie qui devient survie. Ce livre m’a bouleversée mais surtout m’a réellement donné l’impression d’être enfin ENTENDUE. On entend souvent parler des bourreaux, rarement des victimes. Anne Laure les comparent à des combattants, des combattantes. Ce livre très bien écrit et rempli d’exemples concrets et justes nous offre les clefs pour comprendre et nous reconstruire – chemin sur lequel j’évolue depuis plus de quatre ans, parsemé d’embûches mais aussi incroyablement lumineux. MERCI

51cjK-uGZmL._SX95_

J’ai enchainé avec UN BRILLANT AVENIR de Catherine Cusset. Un autre beau roman, à croire qu’en avril j’ai fais les bons choix. Ce livre retrace l’histoire d’Elena, jeune roumaine, devenue Hélène quand elle émigre aux Etats-Unis avec son mari et son fils, décidée à laisser son passé derrière elle. L’arrivée d’une jeune française dans la vie de son fils unique va changer la donne. Un destin de femme des années 50 à nos jours, une histoire de famille, de cicatrices, d’identité, de maux qui mettent du temps à guérir, d’espoir. Une narration fluide et détaillée. Un style simple et efficace. Un très bon moment de lecture.

Confidences-a-Allah

Pour terminer, je me suis pris une bonne claque avec CONFIDENCES A ALLAH de Sophia Azzeddine. Ce que je peux vous dire c’est qu’on ne sort pas indemne de ce court roman, véritable coup de poing sur l’oppression des femmes à travers le monde et la cruauté (ou la bêtise) des hommes qui règnent en Maître sur la vie, le corps, l’histoire de chacune d’elles. Jbara, petite bergère, est chassée le jour où sa famille découvre qu’elle est enceinte. De ses chères montagnes à la ville, de la soumission à son père à la prostitution, Jbara connaîtra les pires humiliations. Dans ses moments de joie comme de doutes, de chagrin comme de colère, elle se confie à Allah, son refuge apaisant. Dans ce monologue plein de rage et de sagesse aussi, Jbara nous montre que nous sommes responsables de nos actes et de nos pensées, que les chemins de traverse que nous prenons et les vides dans lesquels nous tombons parfois ne sont pas des malheurs imputables à Allah. Ces erreurs, ces errances nous reviennent. Un magnifique plaidoyer pour l’insoumission. Jbara se crée elle-même son destin, renait, suit sa route avec le soutien de son seul confident et de l’Amour sans borne qu’elle lui voue. A lire de toute urgence (attention aux âmes sensibles, le langage est très cru).

Avez-vous lu certains de ces livres? Qu’en avez-vous pensé? Ou en avez-vous à me conseiller? Je suis toujours preneuse, même si j’ai une PAL impressionnante…

Mots doux

Un merci s’impose pour toutes celles (et ceux) qui m’ont laissé un message sur mon billet d’hier. Votre soutien m’est précieux. Vous le savez – je me répète – mais qu’il est agréable pour moi de recevoir ici et là ces jolis témoignages d’amitié.

Juste quelques mots pour vous rappeler que jusqu’au 30 avril, Chuchotis et Ricochets est à moitié prix (avec dédicace), soit 4.50€ (+3€ de frais de port pour la France et l’Europe). Plus besoin de m’envoyer un mail (sauf si vous le souhaitez bien évidemment!), vous pouvez le commander directement en cliquant sur l’image ci-dessous et vous serez directement connectés à paypal (c’est simple, rapide et efficace).

Les retours sont juste à l’image de ce troisième recueil, empreints de douceur et de chaleur humaine. Merci à chacune des 25 personnes qui l’ont déjà commandé – j’espère qu’il y en aura d’autres très prochainement. Ce livre n’attend que vous!

Je vous souhaite une belle fin de journée et vous dit à très vite pour de nouvelles aventures.

Mes lectures de Mars

Le mois d’avril a déjà commencé depuis près d’une semaine – quel rythme! Il est donc grand temps pour moi de vous parler de mes lectures de mars, au nombre de 6. J’ai dévoré les livres ce mois-ci.

J’ai commencé avec un Policier / Thriller d’Olivier Norek – Territoires. Au bureau on s’est fait une mini-bibliothèque, une belle occasion de partager nos coups de coeur. J’ai découvert Olivier Norek avec Code 93. Ce deuxième livre ne m’a pas déçue, je crois que je peux même dire qu’il m’a envoûtée! Pourtant l’histoire n’est pas des plus douces – le livre débute par l’exécution de trois caïds de la drogue dans un quartier du 93. Une plongée violente dans le monde fermé des banlieues et d’une classe politique qui tire les ficelles d’une manière écœurante. Ames sensibles s’abstenir!

images3

Après un tel récit, il me fallait de la légèreté, j’ai donc opté pour The Life List (en VO) de Lori Nelson Spielman (Demain est un autre jour). Au départ ça ne laissait rien présager de sensationnel. A la mort de sa mère, Brett Bohlinger apprend qu’elle ne touchera l’héritage de sa mère que le jour où elle aura réaliser tous les objectifs écrits sur une liste qu’elle a faite à 14 ans! Je me suis prise au jeu assez rapidement et me suis attachée à cette fille qui voit sa vie prendre un virage à 360° sans y avoir été préparée. Rien n’est jamais linéaire dans la vie. Nos plus grosses déceptions peuvent devenir nos plus belles chances. Ce livre donne aussi à réfléchir sur nos rêves de gosse auxquels nous croyions dur comme fer et que nous avons laissé au fil des années sur le bord de la route. Il est toujours temps de renverser la vapeur pour peu que nous prenions conscience que la vie que nous menons ne nous convient pas – plus. Je l’ai donc nommé le Feel Good Book du mois.

images2

J’ai enchainé sur Pars avec lui d’Agnès Ledig. J’avais gardé un émouvant souvenir de “avant le bonheur”. Et puis tout le monde autour de moi lisait un de ses romans alors j’ai pris le premier trouvé à la Médiathèque. C’est l’histoire de deux (et plus) cabossés de la vie dont les destins se croisent suite à un accident. Ca se lit bien, c’est une belle ode à la générosité, l’amour, l’amitié. Toutefois j’ai trouvé que ça allait trop vite, que les émotions, les chagrins dont certains assez compliqués, étaient digérés trop vite. Et puis on s’y attend, au prochain chapitre, à la fin. Ce livre ne me laissera pas un souvenir impérissable mais si il a un don, c’est bien celui de vous redonner goût à la vie si vous la trouviez un peu fade ou trop chaotique ces derniers temps!

images4

Le même jour à la Médiathèque je suis tombée sur 13 à Table!, le collectif de nouvelles sur un thème donné – le repas pour cette édition – dont les bénéfices sont reversés aux Restos du Coeur. J’aime le format “nouvelles”, d’ailleurs ça m’a permis de revoir un peu la manière dont j’écris les miennes. Et puis c’est vraiment intéressant de voir la manière dont chacun traite un sujet donné. Un peu d’horreur, de l’humanité et beaucoup de sourires.

9782266254052ori.jpg

J’ai opté ensuite pour un roman de Tatiana de Rosnay, un que je n’avais pas encore lu – j’aime vraiment ce qu’elle écrit – Rose. Le livre se décline sous forme de lettres de Rose à son époux décédé. Elle évoque la refonte de Paris (immeubles détruits – rues supprimées – quartiers rasés) sous le Second Empire et la création des Grands Boulevards que nous connaissons aujourd’hui, obligeant de nombreuses personnes à quitter leurs logements, leur commerces. Rose, quant à elle, refuse de quitter son appartement et au fil des lettres égrène ses souvenirs, qui cachent un terrible secret. Séduite la aussi!

511fdHjrxFL._SX210_

J’ai terminé le mois comme je l’avais débuté, ou presque, avec un Policier – La cour des secrets de Tana French. J’ai découvert cette auteur Irlandaise avec “les lieux infidèles” que j’ai lu deux fois (!). Cette fois-ci, elle nous entraîne dans le quotidien d’un pensionnat huppé de Dublin. Un an auparavant un meurtre à été commis, le coupable n’a jamais été identifié, l’enquête abandonnée. Un an plus tard, une jeune fille apporte au Commissaire Stephen une carte épinglée mentionnant “je sais qui a tué Chris”. L’enquête reprend. Le tour de force de Tana French c’est de concentrer son enquête (près de 400 pages) sur une seule journée dans l’enceinte même du collège. En parallèle, on suit les protagonistes sous forme de flash-back, ce qui nous amène progressivement, au même rythme que l’enquête, à comprendre ce qui s’est réellement passé. Un livre difficile à poser et une plume à découvrir si vous ne la connaissez pas déjà.

images

A votre tour de partager vos coups de coeur (ou pas d’ailleurs) de ce mois. Et en attendant, Bonne lecture!

 

 

Mes lectures de Janvier

Je n’excelle guère en critique littéraire, mais j’aime découvrir de nouveaux auteurs, de belles histoires. J’aime lire aussi, voyager, m’évader, imaginer, me perdre dans d’autres vies que la mienne, comprendre un peu plus le monde et appréhender d’autres styles, toucher du doigt des destins hors du commun ou tout à fait ordinaires. J’apprécie l’art du récit, l’art de l’intrigue, des énigmes. J’admire la capacité qu’on certains auteurs pour nous embarquer dans de fascinantes aventures tout en nous tenant en haleine.

C’est pourquoi cette année, j’ai choisi de partager avec vous mes découvertes littéraires à la fin de chaque mois. Je n’écrirais que quelques lignes sur chaque livre, ce qu’il m’a offert (ou pas d’ailleurs), ce que j’ai ressenti en le lisant. Et en commentaires je vous demanderais juste de citer un livre qui vous a touché (pour que je puisse moi aussi en profiter!)

C’est parti pour Janvier…

41ari10q1l-_sx195_ 410i2vaklbl-_sx95_ bm_9782259212519 cvt_billie_4301 cvt_chanson-douce_782 cvt_eureka-street_485

  • Dans le jardin de l’ogre de Leïla Slimani

Un livre qui prend aux tripes – sur la sexualité compulsive féminine. Adèle est malade, son corps est un tyran qui recherche sans cesse le plaisir physique. Elle multiplie les amants, les infidélités. Elle souffre, se perd, se détruit à petit feu. On sent à travers les lignes de l’auteur toutes les émotions contradictoires qui traversent son quotidien. Le sujet m’a paru dans un premier temps trop délicat pour moi, mais la plume est tellement belle et juste qu’on ne peut qu’être touché(e) par cette lente descente au enfers.

  • Le confident de Hélène Grémillon

On change de style. Entre récit historique et drame / suspens psychologique, l’auteur nous entraine à la suite de Camille qui vient de perdre sa mère et qui au milieu des lettres de condoléances, reçoit des courriers manuscrits qui parlent d’une histoire d’amour impossible et laissent présager un secret que Camille devra percer pour découvrir la vérité sur ses origines. Une plume légère, une intrigue passionnante, une fin inattendue. Touchant et cruel.

  • Chanson douce de Leïla Slimani

Celui ci est son second roman, qui a reçu le Prix Goncourt 2016. Le roman s’ouvre sur la scène finale – tragique. Au fil des pages l’auteur dissèque les sentiments, émotions des protagonistes. D’un côté Myriam et son mari, jeunes parents de deux enfants. De l’autre, Louise, nounou. Leurs destins ne vont pas seulement se croiser, ils vont fusionner les uns dans les autres, jusqu’à ce que la limite entre leurs deux univers ne soient plus qu’une simple illusion. Un roman féroce sur les différences et relations sociales, sur une réalité sordide, porté par une écriture authentique, glaçante, nerveuse et parfois terriblement poétique, comme pour adoucir la dureté de la chute.

  • Eureka Street de Robert Mc Liam Wilson

Je ne pouvais pas passer à côté d’un voyage en Irlande. Ce livre se situe en Irlande du Nord, à Belfast, ville marquée par de terribles affrontements, un conflit religieux interminable. A travers les destins de plusieurs amis, l’auteur nous emmène dans un Belfast méconnu, dévasté, sensible, violent, plein d’espérance. Ce qui m’a séduite, c’est la façon dont l’auteur nous tient en haleine, sur plus de 400 pages, mêlant grande histoire et récit de destins ordinaires.

  • D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan

Si il y a des livres qui ont un impact sur nos vies et les changent, celui-ci en fait partie. Ce n’est pas tant le style de D de Vigan qui m’a séduite, mais l’histoire, un traitement juste de l’emprise – plongée abyssale dans de ténèbres connus. Même incapacité à dire-avouer-s’avouer-se dire. Ce roman est il autobiographique ou s’agit t-il d’une fiction? Le mystère reste entier. Qu’importe. J’ai également énormément apprécié la prestation sur l’essence de l’écriture (les dialogues sont percutants), sur le travail de l’écrivain, son devoir de vérité. Ce livre m’a permis de mieux appréhender mes doutes et questions sur mon devoir de transmission personnel, et de la nécessité pour moi d’aller au bout de mon manuscrit.

  • Billie de Anna Gavalda

Il s’agit de ma seule déception du mois. Je suis pourtant une inconditionnelle d’Anna Gavalda. J’ai dévoré tous ses livres. Mais là, je n’ai pas tellement accroché. L’histoire, celle de deux écorchés vifs, Billie et Frank, qui vont se rencontrés, alors que tout ou  presque les sépare. Le style m’a paru fade par rapport au reste. Mais ça se lit facilement et rapidement.

Vous en avez lu parmi ces six là? Vos réactions?

A vous de me confier vos coups de coeur de Janvier…

Livres Coups de Coeur

amour-des-livres-1060x460

Je suis une croqueuse de livres. Je dévore dans le métro, le train, à la maison, entre deux rendez-vous, le matin au réveil, le soir avant de dormir.  Il y a même des livres que je n’arrive pas à lâcher, j’en oublierais presque de dormir.

Mes livres sont éparpillés un peu partout et je rêve du jour ou je pourrais me payer le luxe d’une belle bibliothèque. Mais revenons à nos moutons, car aujourd’hui je veux vous parler de mes 5 livres coups de cœurs, de ceux que je lis, relis sans me lasser. Cinq livres qui m’aident à reprendre confiance en la vie quand le bateau tangue et qui me tiennent lieu de meilleurs amis quand tout va de travers.

L’Alchimiste de Paulo Coelho

alchi

Mon Must Have. J’ai bien du le lire une bonne dizaine des fois. Sa renommée parle pour lui. Traduit dans plus de 40 langues, il reste le livre à avoir lu au moins une fois dans sa vie. Et comparé à d’autres livres de Paulo Coelho qui sont intéressants mais pas forcément faciles à comprendre, celui là contient un message clair et facile d’accès.

C’est une histoire qui parle de destin, de choix à faire, de rêves à entreprendre , qui nous montre que la peur n’est pas de bon conseil (ça on le sait déjà mais on a souvent besoin de se le répéter) et que toutes les réponses à nos questions sont en nous.

Soufi, mon amour d’Elif Shafak

14156507_1726774944211531_1055070749_n

Ce livre est un bijou. C’est l’histoire d’une femme qui, à travers la lecture d’un manuscrit sur la rencontre historique et mystique entre Shams de Tabriz et le grand poète Sufi Djelal Al-dîn Rûmi, va apprendre la vraie valeur du verbe « aimer ». Deux romans se croisent dans ce livre, deux époques, deux modes de vie. Et pourtant l’amour reste fidèle à lui-même, intemporel.

Comme le fleuve qui coule de Paulo Coelho

9291b6b1c8a575cc4ca90e523fb80a65

Un autre ! Enfin celui-là, c’est une suite de nouvelles, des paroles de sagesse, glanées aux quatre coins de monde. L’auteur aborde des sujets aussi variés que le racisme, la tolérance, le but de la vie, le bonheur, l’amour, le poids de nos choix. Il y en a pour tous les goûts.

Eat, Pray, Love d’Elizabeth Gilbert

14-eat-pray-love-quotes-cover

Vous avez peut-être toutes déjà craqué devant Javier Bardem dans le film. Mais je dois vous dire que le film, même si je l’ai beaucoup apprécié (pour Javier surtout !), ne vaut pas grand chose par rapport au livre.

Ce livre est un pur bonheur. D’abord parce qu’il nous entraîne à travers trois pays aussi beaux les uns que les autres, mais aussi qu’il nous amène à marcher aux cotés d’une femme qui cherche un sens à sa vie, une femme qui nous ressemble en quelque sorte. Grace à ce livre, je me suis sentie vivante, j’ai enfin pris conscience de certaines choses, je me suis laissée aller à vivre pleinement le présent. Et dès que ma vie part un peu en cacahuète, je me replonge dans cette ode à la vie et à l’amour.

The Dark Side of Love de Rafik Schami

6359825

C’est un pavé de 600 pages. Et pour changer une histoire d’amour (je suis une fille il ne faut pas l’oublier !).

L’histoire commence par un meurtre. L’inspecteur en charge de l’enquête découvre vite que ce crime est lié à une histoire d’amour qui déchire depuis trois générations deux familles de Damas. L’auteur présente avec passion son pays, la Syrie, autour de l’histoire de ces clans que tout sépare. Il nous entraîne dans un passé oublié, où politique et religion se toisent, un univers dans lequel la paix brille par sa fragilité, encore une fois.

A votre tour de partager vos coups de cœurs littéraires…

Livres du hasard

livres-anciens-austen-verne-lylouanne-tumblr

J’ai pris un livre, au hasard. Une couverture qui attire le regard, un nom ou quelques mots qui s’accordent bien. Quelques minutes à peine, avant de m’engager dans les couloirs du métro. Un moment incertain face à l’étendue des ouvrages qui peuplent la bibliothèque. En temps normal, je dissèque chaque quatrième de couverture ou bien j’y vais avec une longue liste de titres glanés ici et là. J’arpente longtemps les allées, à la recherche de la perle rare.

J’ai pris deux livres, au hasard. Sans retour en arrière. Je ne connais rien à l’histoire. Je n’avais jamais entendu parler de l’auteur. Une fantaisie que j’ose pour la première fois. Je pars à la découverte de tout autre chose, loin des sentiers empruntés par d’autres. Je teste une nouvelle façon de voir le monde, je lâche prise, avec cette envie bien accrochée de me laisser surprendre par un style, un voyage, un héros ou une héroïne, dont j’ignore le nom.

Mes deux livres sous le bras, je m’assois dans la rame, direction la maison. Je prends le premier dans mes mains. Je le regarde avec un peu d’appréhension, comme si je me trouvais en face d’un homme qui me fait de l’œil et que j’aurais envie d’approcher, sans savoir comment engager la conversation. Je me plonge dans ce roman, vierge de tout avis, ouverture à toute proposition.

Dites-moi, avez-vous déjà fait ça, emprunté ou acheté des livres au hasard, sans savoir de quoi ils parlaient ? Si non, seriez-vous tentés par l’expérience ?

“Voyages” et simplicité

voyages-version-papier

En parcourant mes blogs préférés, je suis tombée il y a peu sur un article de Miss Plume qui nous parlait de la sortie prochaine d’un ouvrage collectif sur le thème « Voyages », dans lequel un de ses textes figurait. Je me suis bien entendue empressée de me procurer ce livre, pour la lire, découvrir d’autres auteurs et partir à la découverte de nouveaux mondes. Notre imagination est fertile et les mots peuvent nous emmener loin.

images

Une fois le livre dans ma boîte aux lettres, je n’ai pas attendu une minute pour en débuter la lecture. Voyages imaginaires, corporels, voyages inattendus, voyages du cœur, voyages au pays des souvenirs, voyages intemporels et voyages extraordinaires.

Certains m’ont transportée, d’autres m’ont enthousiasmée par leur chute surprenante. Certains m’ont projetée dans une autre dimension, loin du métro, loin de Paris, les couleurs, odeurs, émotions m’ont fait chavirer le cœur. Quand d’autres m’ont déroutée. Impossible de comprendre, de suivre le fil du récit. Le langage, le style sont recherchés pourtant, la plume avertie, le rythme entraînant. Rien n’y fait. Je n’accroche pas tout simplement.

Plus je lis et plus je constate qu’on « copie » parfois sans y prendre garde. On écrit comme d’autres, un phénomène de mode. Le phrasé se retrouve ici et là. On vend ce qu’on n’est pas. Loin de moi l’idée de juger cette tendance, je ne vous cache pas que certains jours au détour d’une phrase, je me surprends à vouloir copier un style. La maladie de la comparaison. Une folie inutile !

Entre les lignes de ces voyages, l’absence de simplicité de certains textes m’a troublée. En voulant trop en faire, on oublie quelques fois le lecteur. Au final, ce sont les nouvelles les moins extravagantes, les plus sensibles, « sensées » qui ont rempli leur rôle premier – m’offrir un beau voyage au gré des lignes et des virages.

Un conseil pour terminer, qui s’adresse autant à vous qu’à moi, sachons restez nous-mêmes, authentiques et vrais en toute circonstance. De bien belles choses jaillissent de nous-mêmes, quand nous laissons parler nos cœurs (en toute simplicité).