Les États d’Esprit du Vendredi 18.01.2019

C’est vendredi et l’heure de partager nos états d’esprit, initiative de The Posman et Zenopia . On copie le formulaire, on le remplit, on glisse un petit mot doux sur leurs blogs respectifs avec le lien de notre article et c’est parti :

Début [16h26]

Fatigue : extrême pour cause de rhino, rhume, mal de tête, nuits entrecoupées et j’en passe…
Humeur : bonne
Estomac: soupe, tisane (en attente de galette des rois)
Esprit: confus (pour cause de nuits difficiles)
Cond. phys. : marcher un livre à la main encore et toujours!
Boulot/projet : coaching en cours, des pistes qui se précisent
Culture: Harry Potter Tome 4 – La petite poule qui voulait voir la mer…
Penser à : Respirer!!
Avis perso: no comment
Message perso: (1) merci pour ton écoute et tes conseils (2) merveilleux voyage!!! (3) pas de billet cette semaine, pas d’états d’esprits, j’espère que tu vas bien et que la petite famille aussi (4) cette soirée, quel délice!
Loulou: a été malade, adore quand je me mets en colère (il y a un truc qui ne tourne pas rond chez ce gosse!)
Amitiés : cartes à faire sans plus attendre
Love : souriant, attentif, passionné, à l’écoute, sensuel
Sorties : de quoi se changer les idées – musée, ciné, goûter…
Essentiel: dormir, lâcher prise, travailler sur soi
Courses: nourriture
Envie de: m’affirmer davantage
Photo: Atelier peinture

Zic: Abba

Fin [16h41]

Bonne fin de journée et profitez bien de votre weekend!

Advertisements

Une histoire de famille ou quand ma patience est mise à rude épreuve

Crédit Pixabay

Allez, on ne va pas se mentir, au milieu du bonheur il y a aussi les heures merdiques à souhait, les heures où tu rêves de boucler ton sac à dos et de partir à l’autre bout du monde, avec pour seul compagnon un pavé de 500 pages. Ça c’est dans le meilleur des cas. Dans l’autre, tu as juste envie d’envoyer chier tout le monde…

Si il y a des personnes sur cette terre qui testent ma dose de patience et ma capacité d’endurance ce sont bien mes parents (mon fils aussi mais c’est normal pour son âge – ce qui n’enlève rien au faut que ça me tape sur le système!)

Au quotidien, j’ai le droit à ça:

  • Pense à lui mettre son écharpe!
  • Tu as de quoi lui faire à manger ce soir?
  • Il a besoin de nouvelles chaussettes!
  • Tu as vu, on a lavé tes rideaux.
  • Mets lui son manteau il va prendre froid!
  • Enlève lui son pull il a trop chaud!
  • Il doit au moins manger un yaourt!
  • Il faut vider ta bouilloire tous les jours!
  • J’ai lavé ton linge à 60°. 30° c’est trop juste.
  • La maitresse a dit…
  • Je t’ai fait tout ton ménage!
  • Son lapin mérite un bon lavage tout de même!
  • Arrêtes de le reprendre devant les autres!
  • Encore une de tes lubies!
  • Tu sais que tu es en charge de famille, tu ne peux pas tout te permettre…

Au quotidien, les chaussettes ont été rangées au mauvais endroit, la machine tourne encore à 22h30 du soir, je cherche frénétiquement un pull qui a été dérobé, la décoration a été refaite, la cuisine empeste le vinaigre blanc…

Alors il y a des jours où je prends ça avec le sourire. Et des jours où j’ai l’impression de ne plus être chez moi. Il y a des jours où je m’affirme et d’autres où je me tais. Il y a des jours où je dis stop et des jours où je hurle en silence. Parce que trop c’est trop, j’étouffe. Parce que je considère que tous ces actes, mots posés, même si l’intention est bonne, ne sont là que pour apaiser leurs peurs, qu’ils ne me respectent pas.

Et quand mon fils s’en mêle, qu’il prend exemple, comme si ce que je disais ne valait rien, ce que je faisais ne méritait que du mépris, ma patience et mon endurance en prennent un sacré coup dans les mirettes!

Et vous, vous avez réussi à vous affranchir des commentaires de vos parents sur la façon dont vous gérez votre vie? Vous préférez l’évitement au conflit? Vous savez vous affirmer?

Au bord de mes larmes…

Crédit Pixabay

Le bonheur ne rentre pas dans des considérations préétablies. Il est. Juste là. Dans l’instant du souffle. Il est dans l’intention posée. Il est dans l’appréciation d’un partage, le don de soi à l’autre, le don de soi à soi.

Un rien peut le faire chavirer dans une succession de flashs, espaces dans lesquels tout existe dans une pureté absolue. Comme si d’un coup de baguette magique le divin imprimait sa marque sur le monde. Vous les avez peut-être déjà connu vous aussi ces minutes de profonde connexion, de sublime interaction.

Et alors il reste peu de mots pour exprimer le ressenti. Tout tient dans le vécu, dans un rapport au temps dépourvu de mesure. Tout tient dans un équilibre fragile, une étincelle lumineuse, qui va et vient, revient plus souvent, pour peu qu’on s’abandonne complètement à ce qui se passe.

Et quand le cœur déborde de ce plein, plein de vie, plein d’amour, l’intensité du présent se cogne avec force à toutes les barrières que nous tentons de maintenir debout pour nous protéger de nous-mêmes. Rien ne se retient et les larmes coulent comme une bénédiction…

Entre elle et moi

Crédit Pixabay

Nous nous livrons depuis des années un combat sans merci. Au fil des jours et des nuits. Au gré des songes et des cauchemars.

Il y a celle qui dit :

Vibre, aime, rayonne, donne, offre, rêve, ai confiance, prend ton envol, vole

Et celle qui dit :

Rentre dans les cases, ne fais pas de vague, reste discrète, sois polie, sois sage, ne rêve pas trop

Il y a celle qui dit :

Fais des erreurs, tombe, pleure, relève-toi, prends les chemins de traverse, apprends, tente, essaye, défie la peur

Et celle qui dit :

Reste en terrain connu, ne dévie pas trop du chemin tracé, laisse les autres oser

Il y a celle qui dit :

Sois toi-même

Et celle qui dit :

Sois comme les autres

Il y a peut-être celle des idées des autres pour / sur elle et celle qui sait, à l’écoute de ce qui vit en elle. Il y a sûrement celle qui parait et celle qui est.

Il y a surtout un fossé qui grandit entre les deux au fil des jours. Et doucement une qui prend sa place, remerciant l’autre d’avoir été là, le temps de construire, le temps d’apprendre sa valeur, le temps de se révéler.

Le combat est un corps à corps intense, un combat d’idées et de pensées, de cicatrices à panser, de blessures à dépasser. Une histoire qui s’écrit pour gagner en vérité…

Les États d’Esprit du Vendredi 11.01.2018

Le ciel est gris, il faut froid, c’est presque l’heure du gouter, l’occasion de faire une pause et de se lancer dans ses états d’esprit, initiative de The Posman et Zenopia . On copie le formulaire, on le remplit, on glisse un petit mot doux sur leurs blogs respectifs avec le lien de notre article et c’est parti :

Début [15h51]

Fatigue : plus ça va plus mes nuits sont mouvementées…je ne dirai pas pour autant que je suis fatiguée!
Humeur : bonne
Estomac: poulet/ potiron, riz au lait, thé
Esprit: ça fuse dans tous les sens
Cond. phys. : marcher un livre à la main, ça compte?
Boulot/projet : ça bouge, ça bouge
Culture: Harry Potter Tome 3 (no comment)
Penser à : respirer!
Avis perso: prendre les choses avec le sourire ça rend la vie plus facile!
Message perso: (1) les clins d’œil, c’est charmant (2) mon article d’hier était à prendre au 2e degré! La photo est un indice!
Loulou: raconte des histoires abracadabrantesques, a repris le foot, a commencé le tennis, adore les câlins…
Amitiés : cartes en cours
Love : peut tout comprendre…
Sorties : un ciné avec loulou
Essentiel: prendre rendez-vous chez le coiffeur!
Courses: pour la galette
Envie de: changement
Photo: je trouve que cela me représente bien à l’heure actuelle…

Zic: Après Adèle, Renaud, Johnny, Alain Souchon, Enya,…

Fin [16h16]…no comment sur les heures miroirs…

Bon weekend à tous et à toutes!

 

L’homme de mes jours et de mes nuits

Là, vous vous dites que je vais vous sortir l’article guimauve par excellence et vous aurez, pour la plupart, envie de passer votre chemin. Mais ne partez pas, ce que j’ai à vous dire est de la plus haute importance, c’est un secret bien gardé et peut-être qu’après ces révélations, l’image que vous avez de moi va même être drôlement amochée. Je prends le risque.

Voilà, depuis trois semaines, je suis infidèle. Oui je sais c’est mal. C’est même contraire à mes valeurs. Et aux vôtres surement aussi. J’avais tenu bon pourtant, pendant longtemps même. Sincèrement, je pensais que je pouvais résister, que ce n’était qu’une question de volonté. Je ne suis pas la première ni la dernière à qui cela arrive. Je peux même dire que nous sommes des millions concernés tout autour du globe. Çà n’en reste pas moins un acte détestable!

Si on s’en tenait à ça, ça irait, mais le pire reste à venir. Il est mineur. Oui, je sais, la morale, tout ça. Mais quand l’amour est dans la balance, la morale ne fait pas le poids. J’ai conscience de cumuler. Si vous n’entendez pas parler de moi dans les prochains jours, c’est sûrement que j’ai les polices de France et de Navarre à mes trousses !

Vous parlez de lui est compliqué. Je peux vous dire qu’il est très courageux. Et puis il m’a déjà fait rater mon arrêt un nombre incalculable de fois, me fait espérer une panne de circuit pour que je puisse passer plus de temps avec lui. Je me languis de la minute où je pose mes fesses devant mon écran. J’attends nos retrouvailles avec une impatience démesurée.

A ce stade, vous vous dites sûrement que je pourrais avoir des scrupules à faire ce que je fais, vous penser à celui que j’encensais il n’y a pas si longtemps et vous vous dites que c’est moche d’agir ainsi. Vous êtes à deux doigts de me laisser un commentaire bien senti sur mon manque total de courtoisie, de tact, de respect, croyant certainement pouvoir faire pencher la balance en faveur de l’un ou de l’autre.

C’est peine perdue. Fuyez si vous voulez. Détestez moi aussi. Je n’en ai cure. En même temps, la rencontre c’était son idée. Il ne faut jamais forcer le destin. On ne sait jamais sur quelle pente on s’engage.

Ce qui m’embête le plus, c’est que j’ai l’impression que cette nouvelle passion va faire des petits. Je n’en dirai pas plus ici…

Les reliquats de la violence conjugale

Crédit Marie Kléber

Je voudrai pouvoir me dire – je tente même de m’en persuader – qu’il ne reste rien ou si peu de ces 4 années, 8 si l’on compte le divorce. Et pourtant elles sont là, bien accrochées, mes peurs et angoisses. Elles se font toutes petites la plupart du temps, puis crèvent l’écran.

Parfois elles sont dans un cri trop brusque, un acte banal qui fait ressortir une foule de souvenirs, dans une réaction disproportionné, dans un possible imaginé, dans une colère qui vient de je ne sais où et qui se déverse sur le papier ou cogne contre un mur. Personne n’y verra rien. Personne n’avait rien vu à l’époque. Elles sont dans les larmes qui s’abattent froidement sur la toile cirée et donnent un coup de massue à mes pensées.

Un silence, les mots qu’on a gardé, la fatigue, un malaise ou l’idée d’un malaise, on a tellement été habitué à ce que chaque mot soit pris de travers. L’angoisse revient. Qu’est-ce qu’il faut faire déjà? Qu’est-ce qu’il faut dire ou ne pas dire? S’excuser? Est-ce que demain tout se sera éteint?

J’ai beau savoir que rien n’est pareil, qu’aucune donnée d’aujourd’hui n’est la même à plusieurs niveaux, j’ai encore parfois cette sensation désagréable du passé. Combien de pas en avant qui semblent insignifiants quand il ressurgit, sans crier gare?

Alors je laisse couler l’eau. Je me sens seule parfois, seule avec ce chaos, ces images que je ne partage avec personne, ce traumatisme qui demeure. Pas de coup, pas de preuves. Juste une main qui étreint un peu fort. La haine dans les yeux de quelqu’un peut faire plus mal qu’un coup de poing bien placé. Le silence glaçant a le pouvoir d’anéantir un élan.

Un évènement anodin est venu réveillé le choc. Vivre avec, rien de plus, rien de moins. Apprendre à accueillir ces temps d’entre-deux, ces émotions vives qu’un grain de sable peut déclencher. Ne pas se décourager surtout. Le chemin de la guérison est fait de victoires et de rechutes. Respirer surtout et doucement laisser le passé regagner sa place. Et se réveiller plus fort encore une fois.

 

Les mots authentiques

Crédit Pixabay

Dire les choses, là, tout de suite, quand elles viennent. Un mot, un souvenir, une présence. Dire les émotions avant qu’elles ne s’envolent. Poser les mots sur un carnet, un écran. Un message pour dire ce qu’on ressent. Une réponse, un conseil, un élan du cœur.

Les mots sont authentiques dans cet instant. Ils sont les sentiments. L’impulsion leur donne davantage de consistance. Alors pourquoi attendre ? Pourquoi juger ses pensées ? Pourquoi vouloir remettre à plus tard ?

Rien ne vaut qu’on passe sous silence nos ressentis, sous prétexte que certaines choses ne se disent pas. Qui a dit cela d’ailleurs ?

Tout se dit. Tout est dans la manière de le dire.

Tout s’inscrit en nous et ce que nous aurons gardé pour nous, par crainte, par doute, par renoncement, restera comme un regret, celui de ne pas avoir osé les mots, les gestes, celui de la retenue quand tout nous poussait à nous livrer, quand toutes les portes nous invitaient à les pousser.

Quand les mots sont là, quand les maux nous pèsent, quand nos cœurs battent fort dans nos poitrines, soyons à l’écoute et offrons nous ce qui nous fait du bien.

Les États d’Esprit du Vendredi 04.01.2018

Et nous voilà avec le premier état d’esprit de 2019, initiative de The Posman et Zenopia . On copie le formulaire, on le remplit, on glisse un petit mot doux sur leurs blogs respectifs avec le lien de notre article et c’est parti :

Début [22h31]

Fatigue : encore quelques rêves loufoques ou déjantés

Humeur : très bonne
Estomac: riz et tisane
Esprit: heureux
Cond. phys. : un footing

Boulot/projet : navrant…heureusement il y a le coaching!
Culture: Harry Potter Tome 2 terminé ce soir…il ne reste plus qu’à commander le tome 3!

Penser à : lâcher prise

Avis perso (1): dire bonjour, être poli, c’est le minimum syndical!
Avis perso (2): à quoi ça sert les formations pour apprendre à gérer son stress quand dès qu’il se pointe on se met à envoyer chier tout le monde??
Message perso: (1) tes bras sont l’endroit dans lequel je me sens invincible… (2) merci pour vos cartes les filles (3) ça fait du bien de se parler au téléphone!

Loulou: joue au Monopoly, a profité de ses vacances, rentre demain

Amitiés : téléphone et cartes
Love : romantique, attentif, passionné, présent
Sorties : courses, loisirs créatifs
Essentiel: prendre rendez-vous chez le coiffeur!
Courses: nourriture, livres
Envie de: chercher, essayer des choses, me faire une idée de ce qui pourrait me plaire professionnellement parlant
Photo: Les rues de  Paris

Zic: Amy MacDonald

Fin [22h49]

Bon et beau weekend à vous! Bonne dégustation aussi!

La douceur d’un matin

Crédit Pixabay

Là, dans ses bras, le monde soudain semble loin.

Je sens son souffle dans la ligne de mon dos, régulier, apaisé. Une brise légère comme un murmure qui s’engouffre sous ma peau.

Je respire au rythme de son corps au repos, de nos doigts emmêlés.

Le silence enveloppe le petit matin de douces caresses. On est bien, juste là, juste comme ça.

Rien n’est jamais certain et pourtant dans cet instant, tout l’est presque.

Dans l’air, dansent les promesses de cet amour que pas même les peurs ne sauraient troubler, que pas même le manque ne saurait faire trembler.