Posted in Carnets de route

En corps composés

Credit Kaboompics

J’essaie d’attraper au vol tout ce que j’ai aimé avec toi, de toi, ce diffus des premières heures, cette impression du temps qui n’a pas de limite. Je ne sais pas bien l’amour. Je n’ai jamais été au-delà, j’ai connu les silences et beaucoup d’absence. Alors j’évolue en terrain inconnu et tout ce qui n’est pas stable me semble compromis. Je me sens en sursis.

Je réécris du bout de ma plume tous ces instants magiques, tout ce qui a fait pencher la balance en faveur d’un essai. Et les affinités ont envoyé valser tout ce qui nous éloignait. Même au cœur des tempêtes émotionnelles, il y a toujours eu cette flamme, cet appel vers toi, ce sentiment qui s’enflamme au toucher de ta voix.

Mais plus j’avance, plus je recule, plus j’ai peur, plus je me fonds dans le silence pour que chaque pas loin de toi ne me soit plus si pénible. Je reprends l’armure façonnée pour me protéger. J’efface les possibles, obnubilée par les impossibles. Je ne sais pas comment vivre comme ça.

Alors je m’aventure dans les souvenirs, ils me tiennent au chaud le temps que je saisisse où, quand, comment j’ai commencé à dériver, où, quand, comment c’est arrivé, cette distance entre nous, cet éloignement imposé par le quotidien, cette passion évanouie, ces petites attentions dispersées dans la nuit.

Peut-être que c’est juste la vie de couple, cette vie dont je n’ai aucune idée, qui me prend par surprise et me demande de m’abandonner. Mais comment je compose avec toutes ces insécurités? Je me décompose et j’aimerai que tu lises entre les lignes de mes contradictions.

J’erre sur le chemin à la recherche de ce qui nous tient encore debout, encore amants, en corps composés. Je cherche ta main dans ce que je ne sais pas nommer, ton regard sur un horizon désarticulé, quelques grammes d’un désir presque enfantin pour apaiser l’incertain.

L’été me rappelle la passion, délectation, cet état de vibrations. Peut-être que je veux trop de ce qui n’est plus une composante si présente de nous deux. Peut-être bien que c’est autre chose qui se dessine, quelque chose que je ne sais comment appréhender, qui me demande de lâcher ce qui me tient en sécurité…

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

8 thoughts on “En corps composés

  1. Il faut parfois se jeter à l’eau Marie. L’avant ne sert HELAS jamais d’expérience et se fermer à un nouvel espoir est plus destructeur que constructeur. La vie est faite de pas mal de gamelles qu’on se prend mais si on n’essaie pas, qui sait si on n e passe pas à côté de quelque chose de fort. L’éphémère en amour existe mais le rien est encore plus mauvais que ne pas prendre des risques. La vie est faite de risques, si on n’ose pas… on meurt. Je parle du haut de mes 74 hivers (je suis née en janvier).

    Liked by 2 people

  2. Il y a longtemps, j’ai appris le mot OSE. Depuis, il est devenu mon talisman.

    À mon tour, je te dis OSE. Tu risques d’être surprise par ce que tu vas découvrir sur toi.

    Ce simple mot a changé ma vie. J’espère qu’il aura le même pouvoir sur la tienne, c’est tout ce que je te souhaite.

    Courage et surtout, continue de te battre, de vouloir le meilleur ou tout simplement autre chose.

    Gros bisous et à bientôt 😘

    Liked by 2 people

    1. Merci ma chère Nicole!
      Aujourd’hui j’ai davantage l’impression de découvrir des choses assez sombres sur moi. Comme si j’avais deux visages. Mais bon c’est sûrement le contrecoup de beaucoup de choses et le peu de temps de calme dont je dispose.
      Je t’embrasse bien fort et belle journée à toi.

      Liked by 1 person

  3. Hello Marie

    Je crois que pour se sentir en sécurité, il faut se sentir exister et considéré dans le lien à l’autre. Un lien harmonieux à travers lequel on se sent libre avec l’autre de penser, de ressentir, d’exprimer. Se sentir en confiance avec l’autre, la qualité de la relation. A mon sens, c’est ça la sécurité et le bonheur.

    Je t’embrasse très fort !
    Bonne journée Marie 🙂

    Liked by 1 person

    1. Merci Sand pour ton retour et ton écoute.
      Tout ça je l’ai, je crois que c’est moi qui me perd en ce moment, tout va vite, un peu trop.
      Je me découvre des failles, des peurs que je croyais balayées.
      Quant à la sécurité, je ne sais pas si elle doit venir de moi ou des autres. C’est un peu trop demandé aux autres, non? Et en même temps je ne suis pas sûre de pouvoir me la donner seule…
      Enfin demain ça ira mieux…
      Je t’embrasse bien fort.

      Like

  4. J’ai l’impression que plus on avance en âge et plus les blessures se font encombrantes, même celles qu’on croyait refermées. Ca fait 6 ans que mon compagnon et moi essuyons de nombreuses tempêtes à cause de ça. C’est dur, mais on finit toujours par se retrouver, l’essentiel étant de parvenir à communiquer et à être entendus, des deux côtés. Mais, pour cela, il faut, comme tu l’écris, se défaire de l’armure et accepter de faire face à la peur et à la souffrance pour mieux les surmonter. Je te souhaite d’y arriver ❤

    Liked by 1 person

    1. C’est exactement cela Isa!
      Il faut composer avec tout ce qui a fait notre histoire et parfois ce n’est pas facile de démêler les fils
      Merc pour tes mots qui me parlent et me touchent. ❤

      Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.