Posted in Emprise et Renaissance

Sortir la Colère

Photo by Stephen Andrews on Pexels.com

J’ai tourné un peu autour du sujet, j’ai trouvé plein de prétextes. J’avais l’impression que j’avais tout dit, tout écrit. Et puis j’ai craché la peur. Je ne m’en cache pas. Et puis j’ai dit la colère. Finalement, c’est encore là, bien caché, ça existe encore.

En le disant j’ai même compris que ce serait toujours là, quelque part. Les souvenirs s’atténuent, la colère s’apaise, la peur ne me paralyse plus. Ca reviendra par vague, par moments, comme un rappel de ce que j’ai vécu, de ce que j’ai dépassé, de ce que j’ai trouvé de force en moi, de ce qu’il y a de faiblesse aussi.

J’ai posé les mots, les mots qu’hier je retenais prisonniers, comme pour exorciser la douleur, pour raser de la surface de la terre ces quelques années de violence. J’ai cru encore être sous cette emprise féroce, mais non, c’est juste un costume que je porte parfois, celui de cette petite femme fragile, abasourdie par le chaos, déracinée, dont le cœur a explosé en mille morceaux, que son corps ne porte plus.

J’ai lâché la colère et j’ai admis qu’il n’y aurait peut-être pas de pardon. Elle m’a dit que ce n’était pas nécessaire et j’ai laisser les conseils des autres s’évanouir dans l’air. J’ai fini par pardonner d’autres situations, alors peut-être que le temps. Ou pas. J’ai d’autres choses à construire.

J’ai dit l’intérieur de moi, plus facilement qu’hier et c’est déjà un grand pas. C’est un peu l’histoire de ma vie, m’estimer, m’affirmer, m’exprimer. Je vais laisser la colère sortir, pas à pas. A mon rythme. Je vais l’accepter aussi, ce n’est pas toujours facile! Je vais l’accueillir comme il se doit, elle a tous les droits d’être là.

Un chantier qui se termine. Le prochain je le pressens mais je le laisse en jachère. J’ai besoin de repos, un peu moins de questions, un peu plus de souffle, comme à la fin d’une course. Il sera toujours temps de s’y coller un jour. Un jour…

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

16 thoughts on “Sortir la Colère

  1. Le jour où j’ai arrêté de regarder dans le rétroviseur, ma vie a été meilleure. Je n’ai rien oublié mais j’ai la force d’y penser le moins possible . Pardonner l’impardonnable ? Sûrement pas, mais ne lui donner que peu de temps comme un mépris : cela me convient bien ! Bon après midi Marie Grosses bises

    Liked by 1 person

    1. Je pense qu’avec le temps…
      Rien ne sert de regarder en arrière. Mais quand des bribes du passé reviennent frapper il faut s’armer de courage et faire face avec tout le positif engrangé Ce n’est pas toujours évident. Je ne peux compter que sur moi même et parfois c’est un peu trop, il faut que ça sorte d’une manière ou d’une autre.
      Grosses bises Paulette

      Like

  2. Rien que le titre m’interpelle, et ton texte évidemment aussi. C’est aussi mon sujet depuis des années, vivre avec cette put*** de colère tapie au fond de moi, la voir surgir chez mes enfants, gérer tout ça…
    Je sais son origine, je la comprends, je la “parle” avec des psys… et pourtant, au lieu de s’atténuer, je la sens de plus en plus présente, de plus en plus forte.
    Est-ce qu’elle est justement en train de sortir, de s’exprimer, pour mieux me laisser tranquille, un jour, enfin ? Ou est-ce qu’il y a encore des ficelles que je n’ai pas vues, des sources plus lointaines, peut-êtres mêmes des colères qui ne m’appartiennent pas et qui étaient celles de ma mère ou d’autres membres de ma famille plus lointain ?
    Ce qui est sûr, c’est que cette colère n’en fini pas de m’interroger, de m’aider parfois, ou de me pénaliser aussi…
    Il y a du bon et du moins bon…
    Merci en tout cas pour ton texte, c’est un sujet qui – à mon avis – parle à beaucoup… !

    Liked by 1 person

    1. Merci beaucoup Virginie pour ton partage. C’est très intéressant et je m’y retrouve beaucoup.
      Je crois qu’il faut accepter qu’elle est, qu’elle existe en nous, déjà c’est un pas. Ce n’est pas toujours facile de savoir d’où elle vient, si elle est nôtre ou si elle appartient à d’autres. Il y a peut-être des caractères, des personnalités qui sont plus dans cette émotion que dans d’autres.
      Déjà tu l’exprimes, tu en as conscience, c’est plutôt pas mal…
      Après il faut vivre avec et je te rejoins ça peut être très compliqué à certains moments!

      Like

    1. Ce n’est pas comme si c’était quelque chose qu’on pouvait contenir, la colère, ou diriger. Je pense qu’elle peut être transformatrice, que si on la laisse s’exprimer, cela peut faire bouger les lignes Marie

      Like

  3. Devrais-je me mettre en colère? Ca me ferait sans doute du bien, mais pas certaine que ça donnerait quelque chose… tout comme Petitgris, cesser de regarder dans le rétroviseur, le pare-brise est beaucoup plus grand et nous permet d’avancer alors que le rétroviseur ne sert qu’à reculer. Mais pourquoi ce rétroviseur existe alors?

    Liked by 1 person

    1. Je pense que certaines personnes ont plus de colère que d’autres en elles, comme je pense que la mienne doit s’exprimer, je ne la force pas. Elle est là et il faut que ça sorte d’une manière ou d’une autre. Aujourd’hui j’arrive à l’exprimer et ça fait moins de dégâts en moi et autour de moi.
      Bonne soirée Josée.

      Like

  4. La colère appartient au registre des émotions, comme la joie, la tristesse, la peur, etc. Toute émotion a son corollaire inversé. Ainsi, l’agressivité, une fois sublimée, elle se transforme en combativité. La colère si elle est juste et justifiable a réellement sa raison d’être.Pour autant, il s’avère incontournable de sortir de cet état une fois son angoisse, sa peur ou sa déception exprimée. Sinon, ne pas décolérer devient toxique. Mais comment décolère-t-on ? Pour décolérer, il convient – de fait – de mettre en place immédiatement après sa réaction projective, tout aussi légitime soit-elle, de quoi calmer la blessure psychologique qui maintient l’exaspération. C’est-à-dire qu’il est indispensable de décider de faire quelque chose que nous aimons. le but consiste simplement à avoir recours à une manière calme de remettre quoi qu’il en soit les pendules à l’heure pour se sentir exister de nouveau.

    Liked by 1 person

  5. Je suis vraiment fan de tes écrits. J’aime tes partages du coeur, ta façon de dire les choses sans tourner autour du pot. La colère, je l’ai toujours vue comme un moteur. Elle vient, elle va. Elle fait partie de moi et je l’ai acceptée.

    Merci pour tes articles, sincèrement et du fond du cœur 😍.

    Gros bisous et bon week-end à venir 😘 💕 ✨ 🙏

    Liked by 1 person

    1. “La colère, je l’ai toujours vue comme un moteur. Elle vient, elle va. Elle fait partie de moi et je l’ai acceptée.”
      Exactement elle est là alors autour l’accueillir Nicole. La forcer à ne pas être c’est stérile!
      Merci pour tes retours, je suis toujours contente que mes mots te parlent. Je t’embrasse bien fort et te souhaite de passer une très belle journée. Plein de soleil pour toi. 😘😘

      Liked by 1 person

  6. Je pense que, pour ce genre de choses, il faut juste laisser faire le temps. La réflexion, la cicatrisation, vont continuer de se faire en arrière-plan puis un jour tu auras un déclic. Ça peut être dans 1 an comme dans 20… mais il y aura un déclic !

    Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.