Posted in Emprise et Renaissance

Couple: Attention Danger!

Photo by RODNAE Productions on Pexels.com

Ecrire sur le sujet, j’avais donné. Je m’étais même dit que je pouvais tourner la page, de toute façon si les expériences des uns servaient aux autres, ça se saurait et le monde serait plus beau et moins cruel que ce qu’il est. Toutefois je ne peux pas oublier que l’expérience d’une femme est ce qui m’a en partie sauver la vie. Alors, que faire?

En en discutant avec ma sophrologue lors de notre dernière séance, je me suis rendue compte que de toute manière, que je le veuille ou non, cette expérience (comme les autres d’ailleurs) faisait partie intégrante de ma vie, que je pouvais la reléguer au fond d’un placard si je le souhaitais en me disant que je l’avais dépassée, qu’elle resterait ce qu’elle est et qu’elle pourrait potentiellement se rappeler à moi de temps en temps.

Alors, voilà, j’écrirai encore, de temps en temps, sur le sujet. Parce qu’il est d’actualité, parce que j’en ai marre de voir qu’on ne parle que de violence physique, alors que la violence revêt plein d’autres formes, parce que quand j’écoute les gens parler, il arrive que beaucoup de feux rouges s’allument et que si tout le monde se tait, la violence continuera à faire des victimes.

En écrivant mes états d’esprit ce matin, je me suis demandé à quoi ils auraient ressemblé si je les avais écris il y a 10 ans. Et bien, à peu près à ceux d’aujourd’hui ou de la semaine dernière. Parce qu’à l’époque quand je parlais de ma vie de couple, j’occultais complètement le moche. C’était une manière de me protéger. Si j’avais ouvert les vannes j’aurai perdu pied. J’avais besoin d’afficher un bonheur sans nuage pour survivre à mon quotidien. Mais attention, tout n’était pas noir et c’est bien pour cette raison que j’arrivais à me persuader que ce qui n’allait pas ne faisait pas le poids avec ce qui allait! Un bon dîner et j’oubliais les heures d’angoisse, un café pris en terrasse et j’occultais le silence glaçant des 7 derniers jours, un restaurant et je mettais sous le tapis les humiliations régulières.

Et puis je lui trouvais des excuses, une enfance difficile, une intégration compliquée, l’éloignement de sa famille, de sa culture. Parce qu’il en avait chié, il avait le droit de me pourrir la vie. La solution de facilité! Sauf que rien, absolument rien, ne légitime la violence, qu’elle soit dans les mots, les gestes, les menaces, la domination. Arrêtons un instant d’essayer de comprendre les bourreaux et intéressons nous pour de vrai aux victimes.

Alors mes états d’esprit auraient été plutôt positifs, ils auraient été le reflet d’une réalité rêvée, pour ne pas tomber, d’une réalité maquillée, pour que personne ne sache. Si quelqu’un avait su, quels auraient été mes choix? Partir, je n’en avais pas le courage. Pas encore. Alors qui aurait compris? Qui aurait compris que je reste dans une relation destructrice qui me bouffait mon énergie et ma santé psychique? Qui aurait permis que cette mascarade continue? Qui serait resté à mes côtés?

Tout le monde ou presque avait des doutes, mais je donnais si bien le change que c’était difficile de voir au delà de la façade tranquille et souriante que j’affichais en toute circonstance à l’extérieur. Les larmes, les cris, ce n’était que chez moi, la porte fermée à clé, quand je savais qu’il n’était pas là. Je n’ai jamais parlé de lui en négatif. Il faut dire qu’au début c’était presque un dieu pour moi. A cette époque, je ne voyais pas le toxique, je pensais que ses sautes d’humeur, ses mots blessants, ses attitudes déplaisantes étaient liées à une très grande sensibilité. La belle affaire! A cette époque, j’étais dans la remise en question permanente. Je me disais que c’était à moi de changer, que c’était moi qui voyait le mal partout, qu’il fallait juste le comprendre, que la vie à deux c’était des hauts et des bas et que tout allait bien, donc. Je ne voulais pas voir que j’avais changé (et pas en bien), je ne voulais pas voir que j’étais malheureuse. J’étais dans le déni total. Je dérivais sans m’en apercevoir.

Alors bien sûr aujourd’hui c’est plus facile pour moi de voir les signaux d’alarme. Ce qui ne veut pas dire que je puisse faire quoi que ce soit ou que je sois à l’abri. Par contre je peux écrire, je peux dire et je peux alerter. Après, chacun son histoire, chacun son chemin et sa façon de le mener.

J’ai appris de cette expérience que le couple n’est pas tyran, il n’est pas toxique, il n’est pas là pour nous challenger sans cesse, il n’est pas conflit permanent. Il n’a pas vocation à nous montrer nos ombres, nos failles 365 jours par an. Le couple n’est pas la domination d’une personne sur une autre ni la soumission d’une personne a une autre. Le couple est complémentaire et si il nous apporte plus de larmes, de peur que de rires et de confiance, alors la question “à quoi bon vraiment le vivre” se pose?

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

20 thoughts on “Couple: Attention Danger!

  1. Le Phénix:
    Hello Marie,
    Ton article est magnifique.
    En le lisant, je me disais que tu pourrais en faire un livre.
    Tu écris avec tes tripes et c’est beau.
    Je n’ai pas pu le liker ni y laisser un commentaire.
    Ton vécu me rappelle le mien, à une autre époque et dans des circonstances différentes.
    Je suis comme toi. Je n’arrive pas à me taire face à cette violence cachée, non dite, non vue mais pourtant bien réelle.
    Alors tu as raison, continue d’écrire sur ce thème d’actualités, sur tous ces silences et cette souffrance.
    Moi aussi, j’aurai aimé partir. Tout le monde me le disait, ne comprenait pas.
    Comme toi, ce n’était pas le bon moment.
    Parfois, il faut danser avec la mort pour se rendre compte de la valeur de la vie.
    J’étais comme toi, je ne montrais rien.
    J’étais toujours de bonne humeur. Ne dit-on pas que les clowns sont tristes de nature.
    Maintenant, tu t’es relevée. Tu as conscience de ton histoire. Tu es magnifique et rayonnante.
    C’est la vie qui a gagné.
    Je suis contente de te connaître, d’échanger avec toi et de notre lien invisible mais terriblement vrai.
    Belle journée et gros bisous du Valais ensoleillé 🌤
    Nicole

    Liked by 1 person

    1. Merci Nicole pour ton beau commentaire très touchant et émouvant!
      Il faut parler de cette violence. Il faut pouvoir parler de tout je crois. Le silence tue.
      Tu as fini par partir, pas au moment voulu par les autres, mais au moment juste pour toi. C’est facile de l’extérieur mais quand on est dans la relation c’est très très complique, il y a différentes mécaniques qui sont en place et desquelles il n’est pas évident de s’affranchir.
      Oui c’est la vie et c’est peut être ce qui nous permet de mieux l’apprécier aussi, de savoir qu’elle est fragile.
      Oui aussi j’en suis très heureuse, tu es une belle personne avec un grand coeur.
      Je t’embrasse bien fort Nicole

      Like

  2. Je me souviens de cette période où je te lisais. Quel chemin parcouru depuis, à ton rythme… Je trouve que tu as fait preuve de courage et j’aime beaucoup ta façon t’écrire. Belle journée Marie 🤗

    Liked by 2 people

  3. Le couple doit être une association pour le mieux vivre ! Ce n’est pas normal que l’un veuille dominer et que l’autre subisse …je l’ai compris un peu tard mais mieux vaut tard que jamais 😀 Belle semaine Marie Grosses bises

    Liked by 2 people

  4. Bonjour Marie,
    Merci d’avoir su raconter une partie de ton histoire, de ce que tu as vécu.
    Je suis particulièrement touché par ton récit, ayant vécu moi-même une relation toxique de plus de 20 ans. J’ai mis du temps à comprendre, et à partir.
    Un spécialiste m’a même parlé d’univers carcéral, étant enfermé et ayant fini par être isolé.

    Liked by 1 person

    1. Bonsoir John. Merci pour ta lecture et ton partage.
      C’est souvent difficile de comprendre je pense.
      Je suis heureuse que tu ai réussi à te sortir de cette relation.
      Belle soirée

      Like

          1. Bonjour Marie,
            Cela fait déjà quelques années et j’apprécie d’autant mieux aujourd’hui cette vie sans relation toxique. J’ai écrit quelques textes à l’époque.
            Aujourd’hui, et heureusement pour moi, je vis mieux, beaucoup mieux avec peut-être un peu moins de légèreté. Elle reviendra certainement.

            Like

    1. Et bien alors c’est le principal!
      Etrangement celui-ci a été plutôt facile à écrire. Alors peut-être que certaines choses finissent par se guérir vraiment

      Like

  5. Bonsoir petite Marie,

    Je m’aperçois que j’ai pris un retard énorme dans la lecture des blogs. Je ne suis pas beaucoup sur le Net. Quand j’y passe, c’est toujours en éclair. Et c’est dommage, finalement. Je prends plaisir à lire tes billets. Cet articles, par exemple, est très intéressant. Quand bien même, on n’a pas vraiment vécu une relation toxique…
    En fait, tu sais, je pense que c’est normal, de chercher (et trouver) des excuses à l’autre. Jusqu’à une certaine mesure…. Surtout qu’en effet, il y a aussi des bons moments. Peut-être aussi, espèrons-nous que l’autre change en bien. Sauf que cet autre, nous ne pouvons pas le changer, et qu’avec le temps, c’est nous qui changeons. Un jour, arrive le point de non retour.

    En tout cas, j’aime bien te lire. 😘❤

    Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.