Posted in Emprise et Renaissance

Un chemin de guérison #3

Photo by Quang Nguyen Vinh on Pexels.com

J’écris pour exorciser les maux, pour moi, pour les autres, pour toutes ces femmes et tous ces hommes qui supportent, qui renoncent et qui un jour osent à nouveau un pas dans la vie / dans le vide aussi. J’écris par impulsion, pour ne plus jamais entendre “il t’aimait à sa façon”.

Cette histoire est tout sauf une histoire d’amour. C’est une histoire, comme beaucoup d’autres malheureusement, une histoire de violence et d’emprise. Je conçois que pour certaines personnes ce soit extrêmement difficile à comprendre. Je vous laisse aller lire cet article intéressant sur le sujet: de la peur à la soumission.

J’écris aussi pour montrer que la vie ne s’arrête pas là, qu’il y a une vie après l’enfer, que l’amour n’a rien à voir avec ce qui a été vécu, qu’on peut, chacun, chacune retrouver le goût des choses et vivre des relations harmonieuses basées sur la confiance et l’échange.

***

Je me suis endormie
Comme d’habitude
Avant toi

Et voilà que tu viens
Lumière vive
Bruits de pas

La lune disparait
Rideaux tirés
Comme si elle pouvait
Violer l’intimité

Dans les draps, tu viens
La sensation de ton corps
Contre le mien
M’indispose

Ne pas bouger
Ne pas t’inviter

Depuis quand ça t’importe ?
Depuis quand ?

Depuis quand je supporte ?
Depuis trop longtemps

J’ai mal avant
J’ai mal après

Mon ventre
Le néant
Rien qui ne vienne de toi
N’est vivant

A coup de tabou
Tu détruis tout

Sur la pointe des pieds
Je disparais
Soumise à chaque instant
A tes besoins primaires

Si seulement je pouvais
Faire taire le malaise qui grandit
Pure folie
Tu l’as déjà dit

Je me réveillerai demain
Comme d’habitude
Loin de toi
Encore plus loin
Chaque matin

***

On ne s’est pas dit “bonjour”. Pas de vive voix. Pas comme on le fait naturellement au quotidien, sans y mettre plus d’intention que ça.

On s’est dit “bonjour” avec le corps et le coeur, en mouvement. On s’est dit bonjour en s’enlaçant, en laissant chaque parcelle de peau s’enflammer au contact de l’autre.

On s’est dit “bonjour” dans un élan de vie, offerts entiers à l’instant. Un embrasement instantané et quelque chose comme de l’empressement, une envie fulgurante que rien ne peut contenir et qui doit se partager pour ne pas exploser.

On s’est dit “bonjour” dans le silence du soir et j’ai laissé mes craintes au placard. L’étreinte contenait tout, tout ce qui aurait pu être dit, écrit, tous les mots qui se voudraient rassurants. En quelques secondes seulement, le “sans” s’est évanouit. Le temps s’est interrompu pour que nous puissions gouter, toi et moi, à la texture, la saveur, le goût, l’essence même de ce rendez-vous.

On ne s’est pas dit “bonjour” comme toujours. On y a mis un peu plus de sens. On s’est laissé emporter par les pulsions, les pulsations, le tempo de la mélodie distillée au fur et à mesure de cette partition improvisée.

Il n’y a pas de meilleure façon de se dire “bonjour” quelque soit l’heure du jour!

Lien vers le chapitre 1

Lien vers le chapitre 2

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

12 thoughts on “Un chemin de guérison #3

  1. Tu mets en opposition la soumission et le partage ! La soumission en vers me rappelle mes expériences passées . Le partage actuel, en prose, est plus agréable à lire et à vivre ! Bonne fin de semaine Marie grosses bises

    Liked by 2 people

  2. La version en vers est presque chirurgicale, comme mise à distance, et pourtant les mots claquent.
    La version prose exprime la fluidité, l’énergie qui parcoure sainement deux planètes que tout semble enfin réunir.
    Le pouvoir des mots … après avoir connu leur violence (enfant), je n’ai jamais cessé de les aimer quand même.
    merci Marie, l’écriture est un cadeau.

    Liked by 1 person

    1. Merci beaucoup Corinne. Pour ce partage.
      Les mots peuvent le meilleur comme le pire. C’est bien d’avoir pu les garder intacts dans ton coeur car ils ont aussi une grande puissance libératrice, guérisseuse et de partage, d’échanges.
      La version en vers parle d’hier – pas toujours facile d’en parler autrement que de cette façon.
      La version en prose est ce qui est possible, ce qui vient nous cueillir et nous emmener vers toujours plus de vie.
      Je t’embrasse et te souhaite une excellente journée

      Liked by 1 person

  3. C’est beau ❤️ et tu as tellement raison. On peut revenir de l’enfer. On peut construire et vivre quelque chose de beau, même après l’enfer. J’y suis revenue et depuis, je savoure. Je déguste… Merci pour ces partages. Agréable week-end et gros bisous 😘

    Liked by 1 person

    1. Merci Nicole. Très heureuse de te lire comme toujours.
      Oui c’est important de pouvoir le poser car quand on est dans la situation, difficile de voir une porte de sortie. Sans compter que malheureusement il y a aussi beaucoup de personnes pour qui c’est fatal.
      Alors autant véhiculer ce que l’on dit peu, la victoire possible derrière le noir.
      Je te souhaite une douce et belle journée et t’embrasse bien fort. ❤️

      Like

  4. Hello Marie,

    Un grand bravo et un grand merci, car au delà d’écrire pour exorciser les maux, au delà d’écrire pour toutes ces femmes et tous ces hommes qui supportent, qui renoncent et qui un jour osent à nouveau un pas dans la vie / dans le vide aussi, au delà d’écrire pour ne plus jamais entendre “il t’aimait à sa façon”, au delà d’écrire pour montrer que la vie ne s’arrête pas là, qu’il y a une vie après l’enfer, que l’amour n’a rien à voir avec ce qui a été vécu, qu’on peut, chacun, chacune retrouver le goût des choses et vivre des relations harmonieuses basées sur la confiance et l’échange, au delà de ça, tes textes provoquent des prises de conscience. En es-tu consciente ? Parce que pendant le ” avant ” , il y a le doute, cette incertitude d’être dans une relation malsaine, une culpabilité qui s’installe et que l’on porte, on ne sait pas si c’est nous ou l’autre, on finit pas penser que c’est nous et le pire s’installe doucement, très doucement, presque silencieusement, jusqu’à devenir trop tard. Merci Marie, merci infiniment pour toutes ces femmes ( et hommes ) qui subissent sans arriver à donner un sens à tout ça, qui doutent, qui culpabilisent, qui n’osent dire de peur de passer pour des fous et qui se laissent enliser dans de l’illusion portée par l’espoir que l’autre change et que l’on peut l’aider à changer.
    Marie, grâce à tes textes, tu peux sauver toutes ces personnes avant que ça n’empire.
    Merci !

    Un chemin vers la guérison, par une guérisseuse. Serait-ce d’une certaine façon ta mission de vie ?

    Sand

    Liked by 1 person

    1. Merci beaucoup Sand pour tes mots qui me vont droit au coeur.
      Je ne sais pas si l’experience des uns donne des clés aux autres. Mais si un texte, un partage peut éclaircir le chemin d’une personne alors il est important de le fait, écrire, partager, se mettre à nu et oser.
      Je t’embrasse bien fort.

      Liked by 1 person

  5. Dans mon cheminement actuel, tes billets m’aident beaucoup. Je trouve ta première phrase magnifique…. merci pour ces billets, merci de partager ton histoire, tes réflexions.

    Liked by 1 person

    1. Merci à toi d’y être sensible et si ces mots peuvent t’accompagner, alors qu’il en soit ainsi et qu’à chaque pas en avant tu te félicites du chemin parcouru.

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.