L’écriture, cet acte thérapeutique!

Crédit Pixabay

Nous n’écrirons pas tous des chefs d’œuvre, nous ne serons pas tous publiés, nos mots ne trôneront pas tous sur l’étagère d’une librairie ou d’une bibliothèque. Mais nous pouvons tous mettre un mot après l’autre, laissez nos cœurs se libérer sur le papier, laisser les mots nous guérir. En profondeur.

Nous n’avons alors pas besoin d’un plan précis, il nous suffit juste d’oser, d’oser nous lancer pour évacuer ce qui nous touche, ce qui nous fait faillir, ce qui nous empêche d’avancer, d’exister. Ça pourra prendre différents formes. Il n’y pas de modèle, pas de cadre à respecter, ce sera spontané.

Parfois nos souvenirs sont trop lourds à porter, nos émotions trop fortes à supporter. Parfois nous ne savons plus où nous en sommes. Certains choix parfois sont nécessaires. Et notre esprit se perd entre doutes, envies, contradictions, interrogations. Où en sommes nous? Qui sommes nous?

L’écrit nous offre de lâcher prise, de tout lâcher. Nous n’avons plus à paraitre, à donner le change. Nous n’avons plus à faire attention à nos mots, nos pensées pour ne pas blesser l’autre. Là dans cet instant. Les mots nous invitent au partage de ce qui ne peut être dit de vive voix, ce que nous n’arrivons pas à articuler.

Vous ne savez pas par où commencer?
Rien de plus simple, un crayon, du papier et quelques minutes de calme. Allez-y. Laissez les mots couler. Peut-être que ça restera superficiel, peut-être que vous accoucherez d’un texte auquel vous n’avez pas pensé. Peut-être que ça viendra réveiller autre chose en vous. Et il faudra laisser couler l’encre encore un peu.

Écrire les souvenirs m’a permis de les digérer, de comprendre, de pardonner, d’avancer.
Écrire le présent me permet de mieux accepter mes émotions, de les accueillir puis de les laisser partir.
Écrire les maux pour mieux vivre.
Écrire le beau aussi, la joie intense, les sourires sublimes.
Écrire ce qui me tord les boyaux, ce que je tente de retenir mais qui finit par peser trop lourd.
Écrire la joie et le chagrin.
Écrire ce qui nous chamboule, ce qui nous fascine, ce qui nous fracture.
Écrire pour choisir.
Écrire face à toutes ces montagnes qui nous semblent impossibles à gravir, l’avenir qui nous impossible à construire.
Écrire tout ce qui nous échappe…

Et vous, l’écriture thérapeutique ça vous parle? Vous pratiquez?

32 thoughts on “L’écriture, cet acte thérapeutique!

  1. Mais oui, écrire ça fait du bien à ‘l’âme et au coeur… et puis, ça permet aussi parfois, d’aller à la rencontre des autres. Au fil du temps, écrire et lire, c’est comme inspirer et expirer, nécessaire comme la respiration. Encore un très beau texte Marie ! Bisous tourangeaux !

    Liked by 1 person

    • C’est exactement ce que je dis souvent Sandra, J’écris comme je respire. L’écriture est mon second souffle, si puissant.
      Je t’embrasse et heureuse de s’être rencontrées par ces mots justement qui font corps, qui font lien.

      Like

  2. Oh oui, l’écriture thérapeutique me parle. Mon médecin m’a demandé vendredi ce que je ferais s’il m’arrêtait une semaine. “Ecrire” ai-je répondu. Sans hésitation aucune.
    L’écriture est pour moi une forme essentielle de thérapie. L’oral est nécessaire, bien sûr, avec un thérapeute ou avec des proches, mais l’écrit ne doit pas être négligé. Il permet de se retrouver soi-même. Ce sont deux mouvements complémentaires.
    Merci pour ce texte, si juste.

    Liked by 2 people

    • Oui les deux sont complémentaires. Ils mettent tous les deux une vérité à nu.
      Et bien je te souhaite de venir à bout de tout ce qui t’empêche encore de vivre pleinement chaque instant par les mots.
      Il faut toujours faire ce qui nous tient à coeur. C’est l’impulsion, l’intuition qui prime.
      Merci

      Liked by 1 person

  3. En ce moment j’écrirai bien pour évacuer le trop plein … durf fin dannee en famille et on a commencé avec un weekend chez mon fils ou je me suis pris de plein fouet devant des quasi étrangers des sout disant vérités à mon encontre sans parler dune future belle fille que je n’apprécie que très moyennement et dun futur mariage qui me gonfle déjà si je n’étais la mère du marié je n’irai pas cest te dire jen pleure en silence et jai envie de dire famille je vous hais …cela pourrait faire un joli titre dun livre qui n’interresserait pas grand monde mais me soulagerait peutetre en effet! Continue à écrire Marie pour le plaisir aussi tout simplement gros bisous

    Liked by 1 person

    • Je ne savais pas que tu vivais de si douloureux moments Catherine.
      Je t’envoie de douces pensées. Pas facile quand on doit faire face à tout ça et des vérités qui souvent n’ont rien à voir avec nous. Il y a une façon de dire les choses.
      Prends soin de toi.

      Like

  4. Coucou Marie. Pour ma part, c’est extrèment claire, oui, l’écriture n’est thérapeutique depuis longtemps. Quand j’écris, je cherche la guérison. C’est une évidence. Elle m’a aidé à apprivoiser la solitude, à trouver une issue, une conversion, un changement…en fait tout simplement, elle me plonge à l’intérieur de moi et je n’en ressors pas tant que je n’ai pas réussi à trouver les mots guérisseurs et ça marche !

    Liked by 1 person

  5. Ah oui c’est sûr que l’écriture thérapeutique je connais ! Parce que je ne sais pas dire à des gens avec des mots, je préfère écrire. Pourtant à un moment, il a bien fallut que j’arrive à m’exprimer par la parole et heureusement les psy sont là pour ça. J’ai d’ailleurs animé des ateliers d’écriture thérapie et j’ai été étonnée de leur succès, de ce que les gens écrivent et de leur sincérité. Donc vive l’écriture et qu’elle nous permette encore longtemps de mettre des mots sur les maux. Je t’embrasse Marie.

    Like

  6. Quel magnifique article et quelle belle description de ce que peut être l’écriture dans une vie. Je te rejoins totalement, l’écriture est libératrice et comme tu le précises si joliment, pas besoin d’écrire des chefs d’oeuvre, ou même d’employer des mots compliqués, le tout est d’être vrais, honnêtes et de se laisser aller. :’)
    Ton article me rappelle à quel point il faut que je continue à écrire, peu importe si je le publie (sur un blog, dans un livre), mais que je m’exprime à travers l’écrit, parce que c’est toujours plus facile pour moi et plus précis.
    M e r c i ! ❤

    Like

    • Oui l’authenticité Justine, c’est la clé!
      Nous pouvons tous écrire et nous laisser porter. Que ce soit comme tu le dis en partage sur un blog ou en privé. Tous les mots ne sont pas faits pour être vus, lus par tous. Mais le résultat est le même, on se sent mieux après!!
      Je t’embrasse et merci pour tes commentaires toujours très justes et à propos.

      Liked by 1 person

  7. Quand la vie ne suffit pas, l’ écriture, elle, suffit. Maintenant thérapeutique, oui cettainement. Elle console, apaise dans certains cas, à certains moments…. Toujours est-il que je n’envisage pas ma vie sans l’écriture. Je ne peux pas faire autrement, je ne sais pas ne pas écrire. C’est comme ça.
    Re…. 😘❤

    Like

    • Oui SOlène, souvent. Quoique parfois il me faut du temps pour les poser sur des ressentis.
      Je te comprends. J’aime dire que j’écris comme je respire.
      C’est vital!
      Je t’embrasse ❤
      Et merci pour tes lectures, tes partages, tes mots

      Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.