J’ai rêvé de ce Noël…

J’ai rêvé de ce Noël  sans cadeau et de ce cadeau précieux, celui d’être en vie, celui d’être ensemble. Ou alors juste pour les petits, juste pour leurs yeux qui pétillent sans en faire des tonnes. Certains ont déjà tant.

J’ai rêvé de ce Noël. Résister à l’avalanche de présents. Qui dureront le temps d’un déjeuner de soleil. Si vous avez un jour tout perdu ou tout laisser derrière vous, vous savez combien le matériel est éphémère.

J’ai rêvé de ce Noël, cette communion, que tout l’argent des uns puisse garantir aux autres un peu plus de légèreté, un peu plus que le quotidien.

Noël me fait cet effet là depuis quelques années, ce trop qui sans cesse me bouscule. Je perds pied à chaque fois devant cette course aux cadeaux, cette frénésie d’achat(s). La magie cède la place à la conscience que pour certains, la magie est un espoir vain. J’ai mal au cœur. Je suis fatiguée de l’opulence.

Certains diront que donner ne change rien, que c’est à ceux qui ont le pouvoir, d’œuvrer. Et s’ils ne le font pas, devons-nous cautionner? Devons-nous fermer les yeux? Devons-nous regarder la misère creuser son lit en restant indifférents?
Et si chacun faisait un peu, donnait un peu? Et si chacun faisait un pas vers l’autre?
Et si tout commençait par nous?

Mon mal être certain. Je ne veux pas le voir. Je le combats et pourtant la fatigue me rattrape. Lasse, je fais comme tout le monde, je ne lutte pas, je m’assieds sur mes rêves. Au pied du sapin il y aura des cadeaux. Certains plairont, d’autres moins.
Et dire qu’il y en a tant qui n’auront rien. Pas même et surtout, la chance d’être ensemble, un repas sain, une nuit à l’abri, un peu de paix au creux du chaos quotidien.
Et dire que Noël célèbre la venue d’un saint qui nous invite à nous dépouiller, à tendre la main…

23 thoughts on “J’ai rêvé de ce Noël…

  1. Je trouve que la vie est de plus en plus violente pour ceux qui sont dans la difficulté. On ne peut pas prendre sur nos épaules toute la misère du monde mais faire de petits gestes, à notre échelle (aussi réduite soit-t-elle). Si tout le monde en fait autant, la Terre finit par tourner plus rond. Mes soucis actuels me poussent encore plus dans ce sens. L’important est de ne pas devenir aigri.e.s et de faire de son mieux. On ne peut rien faire d’autre de toute façon.

    Liked by 2 people

  2. Noël, chez moi c’est synonyme de famille et de fraternité… et par fraternité, j’entends tout ce qu’on peut faire pour son prochain et parfois, il suffit d’un mot gentil, d’une petite pensée ou d’un geste pour apporter un peu de bonheur à autrui. Du coup, même s’il y a des cadeaux sous le sapin (artificiel car je déteste l’idée de couper un arbre), ce sont des petits cadeaux pas chers (des jouets d’occasion pour les loulous et ça ne les empêchera pas d’être contents) et un livre pour leur papa. Ce qui compte c’est le geste, pas l’abondance. Il y a longtemps que la fièvre de Noël et la course aux cadeaux ne m’ont pas étreinte… Et tu as raison : même en donnant peu, on peut rendre Noël magique si on tend la main aux autres.

    Liked by 1 person

  3. J’adore Noël et sa magie
    ELle peut très bien se réaliser sans débauche de dépenses, même si ce n’est pas où nous conduit notre société de communication.

    Liked by 3 people

    1. De consommation!!!
      La magie serait totale si elle pouvait aussi toucher ceux qui ont moins.
      Quant aux cadeaux, j’aime l’idée bien sûr, mais cela doit rester spontané, vivant. Faire des listes m’ennuie profondément. Les yeux pétillent moins quand tout est prévu – prévisible.

      Liked by 1 person

  4. Les Noëls d’antan, simples et qui nous ont marqués, étaient tellement plus beaux que ces Noëls où les gamins ont tellement de cadeaux qu’ils ne savent plus où donner de la tête et deviennent de plus en plus exigeants. Je me souviens mais je n’ai pas ton âge, où j’avais durant quelques années pour tout Noël un pochon en papier dans lequel il y avait quelques mandarines et une barre de chocolat. J’étais heureuse comme tout. Le premier vrai cadeau que j’ai eu a été un petit berceau que ma confectionné ma grand mère maternelle avec une boite en carton dans lequel sont rangés les sucres quand on les achète. Elle l’avait recouvert d’un joli tissu cousu et lui avait fait une petite couverture en laine mes parents avaient acheté une poupée nue de la taille de celle qu’on trouvait à une époque pour les petites poupées de collection habillées des provinces de France. Je suis restée très attachée à ce Noël là où aux Noëls comme ceux dont je parle dans mon conte que tu as commencé à lire….

    Liked by 1 person

    1. Des Noëls de partage, des Noëls plein d’amour.
      J’ai toujours fait attention au nombre de cadeaux pour mon fils. Je limite en tous cas dans mon entourage proche. Et on donne ce qui ne sert plus.
      Chaque année on me demande ce que je veux, et chaque année je dois trouver de nouvelles idées. Et c’est ce qui me fatigue et gâche la magie!!

      Liked by 1 person

  5. Cette année particulièrement j’ai surtout envie de retrouver les miens et de partager un repas avec eux. Se sentir obligée de faire des cadeaux m’exaspère. Je n’en veux pas pour moi non plus.
    Je veux juste partager du temps. De l’attention. De l’insouciance.

    Liked by 1 person

    1. C’est le principal je trouve!
      J’aime l’idée des cadeaux, comme une attention particulière mais quand cela est spontané. Quand il faut faire des listes, je trouve que la magie se perd…
      Profites en pleinement Céline!

      Like

  6. Noël constitue la fête du partage par excellence. Et j’en profite pour souscrire aux valeurs de l’éthique solidaire. Pour moi, les Fêtes seront belles si elles répondent à un simple désir de partager un esprit d’alliance et aussi parfois pourquoi pas ? de réconciliation. Bien sûr la décoration de la maison rappellera cette période rêvée, bien entendu la table sera un joli clin d’oeil à ce moment sacré mais seule l’intention d’une entente chaleureuse apportera sa pierre précieuse à l’édifice d’une trêve exceptionnelle. Les hivernales se pareront ainsi d’une douceur angélique…

    Liked by 1 person

  7. J’aime fêter Noël n’importe quel jour, pas de dates dans ma tête, je suis capable d’oublier l’anniversaire de mes enfants et même le mien, ça ne s’imprime pas, par contre j’aime faire des cadeaux souvent, n’importe quand, et le plus beau cadeau que je peux recevoir c’est quand nous sommes ensemble tous les deux (tu sais qui)…….. 🙂

    Liked by 1 person

  8. Tu as raison, Noël c’est aussi tendre la main, essayer d’aider son prochain, celui qui n’a rien. Il me semble que la solidarité est plus active depuis quelques années, que les gens ont plus de conscience, il me semble, je n’en suis pas certaine … La surconsommation de cette période me donne la nausée et me coupe l’appétit. L’important n’est pas le nombre de victuailles et de cadeaux mais bien l’esprit et la qualité d’amour que l’on apporte avec eux.
    Bises affectueuses Marie.

    Liked by 1 person

    1. Je te rejoins Catherine!
      Je pense que la solidarité est réelle, pas partout, mais elle existe. On regarde davantage l’autre aussi. C’est plutôt tout cet argent dépensé qui me fait tourner la tête, quand on se plaint à longueur d’année que les fins de mois sont difficiles, qu’on n’a pas toujours assez…
      Grosses bises et prends soin de toi.

      Liked by 1 person

  9. Salut Marie, moi je suis super fan de noel. Mes amis me surnomme la mama noel! Et j’avoue que pour mes loulous, je me plis en 4. Il y aura certainement de l’abus, mais c’est pour toutes les années ou je n’ai pas pu les gater. Je t’embrase très fort

    Liked by 1 person

    1. Je ne suis pas contre Noël!
      Il y a des années où j’ai adoré. Et puis je ne sais pas ces derniers temps je ne m’y retrouve plus. Peut-être les souvenirs, la fin de l’année, la fatigue et puis ce que je veux qui n’est jamais entendu!!
      Gâtes les tes loulous Leti, tu as bien raison, quand on peut autant en profiter!
      Grosses bises

      Liked by 1 person

  10. Même si la tradition s’est muée en exagération, c’est une coutume hyper ancienne et paîenne de donner et recevoir des cadeaux à cette période. Ca fait suite aux dernières récoltes. En revanche, c’est vrai, j’aime l’idée de ne faire un cadeau que si l’on tombe sur quelque chose dont on pense que cela fera plaisir à l’autre, sans obligation d’en faire pour tout le monde. Ou encore, j’aime l’idée de ne faire que des cadeaux utiles. J’ai besoin de ça, peux-tu me le payer ou y participer ?

    Like

    1. C’est un peu l’idée en effet Ornella.
      Des présents spontanés, une envie particulière de gâter l’autre. En fonction des budgets de chacun.
      Être dans le don, l’échange sans que cela devienne une règle immuable, une obligation stressante.
      Merci pour ton partage qui donne un éclaircissement sur la notion de “cadeau”!

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.