Posted in Carnets de route

Ma vision de MA maternité

Crédit Pixabay

Je suis devenue maman sans me poser de questions. A l’époque c’était dans l’ordre des choses telles que je les concevais.
Je n’ai pas fait de plan, ni ne me suis dit que j’aurais un enfant, deux, trois ou plus.

Je suis devenue maman au creux d’une année compliquée sur laquelle les bonnes fées ont toutefois dû se pencher puisque j’ai pris mon courage à deux mains pour quitter une relation toxique et ai mené ma grossesse à terme.

Le jour où j’ai appris que j’attendais un enfant, je me suis sentie à la fois forte et vulnérable. Je pense que j’ai réellement pris conscience à ce moment là de la tâche qui m’incombait, de ma responsabilité et de mon engagement.

L’accouchement a été pour moi un moment particulier. La vie et la mort dans un tout petit espace. La naissance comme une bénédiction et une déchirure. La fin et le début. On me le confiait et en même temps on me l’arrachait. Il venait de moi et il était de mon devoir de le conduire vers le monde.

Je n’ai jamais considéré mon fils comme un prolongement de moi-même, ni comme une garantie pour la vie. Si je réfléchis aujourd’hui à la maternité, au delà du désir prégnant de porter la vie en soi, au delà du phénomène naturel de la perpétuation du genre humain, je ne saurai dire pourquoi nous faisons des enfants. Il faudrait demander aux autres. A des autres sûrement moins “torturés”.

Je ne tire pas de plans sur la comète pour lui. Je le veux simplement heureux, que ce soit au coin de la rue ou à des milliers de kilomètres de moi, dans une vie qui lui ressemble.

Je ne suis pas toujours une maman sereine. Je suis bien loin de celle que je pensais être un jour. Je ne sais pas si je peux dire que je suis une maman épanouie non plus. Même si je suis heureuse. Mon fils me met chaque jour au défi de mes limites et limitations, de mes peurs et de mes manques. Il me met en face des choix à faire, des décisions à prendre. Il me pousse dans mes retranchements. C’est souvent compliqué, parfois douloureux. Doucement et grâce à lui, je me rapproche de moi.

Il n’est pas ma plus grande victoire mais certainement ma plus grande richesse. Il n’est pas ma passion mais bien souvent la raison qui me ramène sur le chemin. Il est mon plus féroce engagement pour la vie.

Il n’est pas mon unique source de joie, ni mon tout, ni mon ultime essentiel. Parce que lui faire porter ce poids serait criminel. Il a cependant, il est vrai, une place particulière dans mon cœur, qui je l’espère saura toujours voir le meilleur pour que jamais ne se brise le lien qui nous lie.

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

33 thoughts on “Ma vision de MA maternité

  1. Comme à chaque fois que je lis un des tes textes sur ce sujet, mon cœur se serre. Tes mots me semblent si justes, trouvent tant de résonance en moi.
    La maternité était – est toujours – loin d’être une évidence, pour moi.
    Vingt fois, j’ai tapé un commentaire, vingt fois, je l’ai effacé. Peut-être y parviendrai-je plus tard…
    (je les aime, mes enfants, à l’infini)

    Liked by 1 person

    1. Je pense qu’on se ressemble sur ça aussi Olivia.
      L’amour est une évidence. Le reste, moins. Mais la parentalité n’est pas quelque chose de linéaire, ni quelque chose de facile. On fait ce qu’on peut à chaque instant et c’est déjà beaucoup.
      Je t’embrasse bien fort

      Liked by 1 person

  2. Je peux bien l’avouer, je suis entrée dans mon propre projet de maternité avec beaucoup de légèreté… La réalité m’a vite rattrapée, fécondation in vitro oblige. Je ne regrette pas mon choix. Je suis heureuse et fière d’être maman, et la maman de mes enfants en particulier. Mais j’en suis au point où peu à peu, je reprends ma place dans ma propre vie. Ils auront trois ans en février, trois années pendant lesquelles j’ai mis de côté mes rêves, mes besoins et mes envies. Je m’autorise (depuis peu) à m’écouter de nouveau et à me ménager du temps pour moi. Comme toi, je pense qu’il serait nocif de ne vivre que pour ses enfants et de faire reposer mon bonheur sur leurs petites épaules. Je suis là pour les accompagner dans la vie. Nous avons des choses à partager et d’autres qui n’appartiendrons qu’à nous (je veux dire par là que nous ne partagerons pas tout ensemble, c’est dans l’ordre des choses). Je ne sais rien des épreuves qui ont jalonnées ta vie, mais je suis sûre d’une chose, tu es aujourd’hui une merveilleuse personne et probablement, une merveilleuse maman. Bisous ensoleillés !

    Liked by 1 person

    1. Vu les circonstances je comprends Sandra. Et puis je crois qu’on n’imagine pas tant qu’on n’a pas les deux pieds dedans. Et heureusement sinon pas sûr qu’on ferait le grand saut!
      Il y a temps pour tout en effet, il ne faut pas nous oublier dans l’équation. Ce n’est pas le plus simple mais certainement ce qui permet de maintenir un équilibre et de ne pas nous perdre en cours de route.
      Profiter de soi pour mieux profiter d’eux.
      Merci pour ton partage et tes mots doux. Je t’embrasse bien fort.

      Liked by 1 person

  3. Je désirais des enfants parce que je sentais qu’il me manquait quelque chose dans la vie, au fur et à mesure que j’avançais sur son chemin. C’était certainement égoïste, mais je m’en fous. Aujourd’hui, je ne regrette pas ces désirs. Rien est facile au quotidien mais cela me plaît.

    Liked by 1 person

    1. La parentalité n’est pas quelque chose de facile en général. Ce qui n’empêche pas le beau de se manifester.
      L’essentiel c’est à mon avis d’être en accord avec ses choix.
      Belle journée John.

      Like

  4. Comme toi, je ne me suis pas posée de questions au départ. C’était dans l’ordre des choses, point. Perso, la réalité m’a rattrapée à la fin de mon sevrage de drogues légales. Aujourd’hui, mon fils est mon moteur et même si ce n’est pas toujours facile, je ne regrette absolument rien. Bisous

    Liked by 2 people

  5. Encore un très joli texte. J’ai voulu des enfants par égoïsme, car il manquait quelque chose à ma vie je crois. je n’ai pas choisi les bonnes personnes avec qui les faire, tant pis… bisous

    Liked by 2 people

    1. Merci Maud.
      Ce qui est fait est fait. Sur le moment on ne sait pas toujours.
      Je n’ai pas non plus choisi la bonne personne mais ce qui compte c’est qui ils sont et ce qu’ils deviennent.
      Grosses bises

      Like

  6. “Doucement et grâce à lui, je me rapproche de moi.”
    Je trouve cette phrase d’une belle maturité, et tu verras Marie comme au fil des années, ça se confirme…
    Pour ma part, même “grands”, mes enfants continuent à me faire grandir.

    Liked by 2 people

  7. J’ai aimé te lire, et surtout je t’ai suivi sur toute la,ligne. C’est beau tout simplement. Même si ce n’est sans doute pas simple tous les jours, c’est cependant une motivation.
    Maintenant, c’est vrai qu’il y a qq jours je me posais la question: vouloir un enfant parce que l’on s’aime, oui on se fait plaisir, mais quel monde pour lui ?
    J’ai souvent entendu dire que l’on doit etre reconnaissant envers nos parents de nous avoir donné la vie. De nous avoir donné le maximum, oui, certes…. mais pour nous avoir donné la vie ? Est ce un cadeau ? En tout cas, on ne demande pas à venir au monde. Et une chose est sûre, les enfants ( tu as raison) ne doivent pas être considérés comme notre prolongement. Et plus tard, il faudra accepter qu’il fasse leur vie sans nous. Alors, seul importera leur bonheur.

    Like

    1. Merci SOlène.
      J’avoue j’ai plus souvent l’impression d’être à côté de la plaque que bien dans mes baskets dans cette aventure.
      Justement comme tu dis les enfants ne choisissent pas et j’ai souvent peur que mes choix ne soient pas justes. Mais bon, maintenant qu’on est là tous les deux, il faut avancer et essayer de faire au mieux.
      Merci pour tes mots et très bon weekend à toi.

      Like

  8. Je voulais des enfants, c’est comme si j’étais programmée pour cela, une envie venue du fond des âges. Pas pour moi, mais pour donner la vie, pour leur permettre d’être eux, des êtres uniques. Et donc j’en ai deux, ils sont mes miracles … Ils m’ont aidée à grandir, à être louve, à aller plus loin, plus haut. Je les pousse à être ce qu’ils veulent, à faire leurs choix, à sauter dans le vide. Merci de ton beau texte Marie ! Je t’embrasse.

    Like

    1. Je comprends cette envie, cette évidence comme je dis.
      C’est ce qui me motive et m’angoisse tout autant, cette responsabilité, cet impact de nos choix sur leurs vies. J’ai tellement peur de me planter.
      Je t’embrasse et merci pour ton partage Catherine

      Liked by 1 person

      1. Tu sais, nous ne sommes pas parfaites. Et des erreurs, en tant que maman on en fait assurément. Je crois qu’il faut le leur dire, s’excuser quand c’est nous qui nous plantons. Ne jamais dire, c’est moi l’adulte alors je sais mieux que toi, parce que ce n’est pas vrai. La peur ne résout rien, fait ce qui te paraît juste, avec ton coeur. Et puis le reste ce n’est que de l’amour 😉

        Like

        1. Merci beaucoup Catherine de prendre le temps. C’est vraiment très gentil de ta part.
          Je me mets énormément de pression, je ne sais pas pourquoi. Ou si je sais, mais comme j’essaie de m’en libérer je ne comprends pas pourquoi je n’y arrive pas.
          Et ça me frustre.
          Je t’embrasse bien fort

          Liked by 1 person

          1. Tu te mets de la pression parce qu’il y a une peur là derrière … Repense à ton enfance, à tes parents, à ce que tu aurais aimé qui soit différent …. Il faut toujours revenir à l’enfance quand une peur est ancrée. Je t’embrasse !

            Like

  9. Étant juste une fille et non une mère, votre article prend une dimension intéressante, permet de voir les choses sous une autre perspective… Très bien écrit en tout cas !

    Like

  10. J’aime ta façon de voir ta maternité. Ne pas lui faire peser le poids de ton bonheur sur ses épaules. Votre lien est beau à voir et tes textes lui rappeleront l’amour que tu lui portes si il prends un jour le temps de te lire

    Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.