Dans la malle aux souvenirs

Crédit Pixabay

J’ai reconnu le pont. Il y avait d’autres endroits de cette ville, d’autres rues, d’autres espaces dans lesquels nous avions vécu des choses, jolies, moins jolies. Mais c’est le pont qui a retenu mon attention.

Je n’ai pas pu arrêter la vague de souvenirs.
Un soir d’été. Nous traversions ce pont, la ville, pour rentrer après un dîner. Je souriais sûrement comme je souris souvent et j’ai dit “bonjour” aux clochards sur le bord, juste à l’entrée du pont. Rien que du naturel. Qui t’a paru déplacé. Un peu trop naïf, complètement inapproprié. Je ne me suis pas laissée abattre. Tu avais des “et si” plein la bouche. Tu voyais du danger quand je voyais l’humanité.
On a disserté sur ce “bonjour” un peu. Et puis on est passé à autre chose. Parce que je ne voulais pas te voir rentrer dans un mutisme duquel je ne pourrais pas te tirer. Auquel tu ne pouvais rien je crois. Pas quand on ne se voyait que deux jours par mois.

Je me suis endormie dans tes bras en pensant que tu ne me comprenais pas, que ce n’était pas grave. Pas assez. Pour quelques heures de plein contre des jours d’attente. Pour un réveil aux aurores le lundi matin et le ventre en vrac. Pour un dernier baiser sur le quai devant un TGV bondé qui à mesure qu’il filait nous éloignait l’un de l’autre. Pas assez pour qu’on se dispute alors que chaque minute était comptée, dans une construction dont les bases friables ne nous apparaissaient pas encore comme telles.

Est-ce qu’on était trop jeunes pour s’accepter avec nos différences.Tu n’as pas compris mes envies et je n’ai saisi compris les tiennes. Tu n’as pas accueilli mon insouciance et j’ai eu du mal avec cette façon que tu avais de t’absenter de nous. Peut-être que tu avais perdu la tienne au milieu des accrocs de la vie – déjà. J’ai détesté Goldorak (je ne faisais pas toujours le poids). Et tous ces moments où tu étais là sans être là.

Et puis tu n’as plus été là. Un silence, un de plus au bout du fil. Trois ans envolés sur un calendrier hivernal bien triste. Noël a eu un goût amer cette année là. Le pont et tous nos déséquilibres. Même les bons souvenirs se sont pris le mur. Il a fallut du temps pour digérer. Au lieu de faire face j’ai voulu tout enfouir dans la terre. Pas de larme, pas d’émotion. Ne pas tomber, ne pas faillir. Ne surtout pas montrer au monde que j’avais fait un pari et que je l’avais perdu. J’ai continué à t’aimer longtemps, à m’accrocher à ton souvenir, à coups de “pourquoi”. J’aurai aimé des mots, que tu me dises en face, que la fin soit actée.

Mais bon l’amour tout le monde le sait ça arrive comme ça, on ne sait pas comment. Et puis ça part peut-être aussi comme ça. Je ne sais toujours pas.

Est-ce que ça s’envole sans qu’on s’en aperçoive? Est-ce que c’est comme le vent? Est-ce que c’est juste des bulles de savons dans l’air qu’on admire avant qu’elles n’éclatent, nous laissant sur le côté avec juste des étincelles qui finissent par nous brûler?

Tout ça à partir d’un pont vu dans un film. Je ferme la malle aux souvenirs. Ils sont bien où ils sont.

23 thoughts on “Dans la malle aux souvenirs

  1. Un joli texte Marie… L’amour est enfant de Bohême…. éphémère…. etc… on dit qu’il ne dure vraiment que 3 ans. Je ne m’engagerais pas là-dessus mais l’expérience m’a prouvé qu’il n’était pas éternel

    Liked by 1 person

  2. Très joli texte, Marie.

    En effet, rien de pire que le silence.
    Quand on ignore pourquoi.
    Ça pique tellement plus, surtout lorsqu’on espère encore. Bêtement.

    Parfois, ça s’envole sans qu’on ne le remarque.
    Parfois, on sait précisément l’instant où les sentiments sont morts.
    Parfois on assiste à la lente extinction de l’amour, on tente de ranimer, en vain.
    Une seule certitude – pour moi, en tout cas : la fin survient. Toujours.
    (si, si, je suis positive et optimiste, promis)

    Liked by 1 person

    • Merci Olivia,
      C’est le pire en effet – ne rien savoir, ne rien comprendre.
      Pour ce qui est de l’amour, je me demande pourquoi – comme je le dis plus haut – une forme d’amour aurait plus de poids qu’une autre?
      Pourquoi la fin survient avec certitude? Les sentiments ne seront donc qu’éphémères…

      Like

      • Je ne suis pas certaine que l’amour maternel, ou l’amour des enfants pour leurs parents durent toute la vie. Le plus souvent, oui. Mais parfois, ce n’est pas le cas, je l’ai déjà vu, autour de moi.

        Pour ce qui est de la fin des relations amoureuses, c’est peut-être parce que j’en attends trop, parce que j’aime les sentiments extrêmes. Et ce n’est pas parce qu’un couple tient qu’il y a toujours amour, deux personnes peuvent rester ensemble pour tellement de raisons… La meilleure étant sans doute la tendresse qui peut persister, mais pour moi, ce n’est pas assez.
        Ce n’est que mon expérience, et d’autres peuvent me contredire, j’en serai ravie pour eux. 🙂

        Liked by 1 person

        • Oui c’est vrai…
          Je ne sais pas pour les relations amoureuses. J’ai l’impression qu’on se lasse de plus en plus vite. Mais en même temps l’amour ça ne devrait pas non plus être seulement des compromis et des efforts.
          Je n’ai pas de réponse…
          Merci Olivia

          Like

  3. Alors, c’est aussi à mon tour de te faire un compliment sur ton texte tout en sensibilité et émotion qui montre bien les sentiments liées à la complexité de certains couples. Et je ne sais pas si tu étais trop jeune pour cette relation comme tu le dis dans ta question. Nous sommes tous des êtres avec une histoire personnelle qui parfois pèse un peu trop sur les épaules et nuit à l’autre. Quand les choses ne sont pas simples, elles n’ont pas tendance à s’arranger avec le temps.
    Amities
    John

    Liked by 1 person

  4. Cette fameuse malle à souvenirs! J’aime l’ouvrir de temps à autres… ce n’est pas toujours de doux souvenirs, certains font mal. Peut-être un mal nécessaire parfois pour apprécier le moment présent.

    Liked by 1 person

  5. La malle aux souvenirs, il faut l’entrouvir parfois mais vite la refermer surtout si l’on y trouve une chemise faite d’amour et perdue trop vite, sans savoir pourquoi … Est ce que le pourquoi est important ? Si cette chemise n’avait pas envie de te couvrir chaque jour, était elle faite d’amour ? Referme vite cette malle Marie, et vis aujourd’hui, juste dans le temps présent.
    Bises tendres.

    Liked by 1 person

    • Comme c’est joliment dit Catherine!
      J’ai arrêté de me demander “pourquoi” depuis quelques années déjà. De toute façon nous n’étions déjà pas très heureux – pas malheureux mais pas heureux!
      Aujourd’hui a plus de saveurs, je m’en réjouis!
      Je t’embrasse affectueusement

      Liked by 1 person

  6. J’aime les histoires de ponts, surtout à Paris, cela me fait passer au film génial avec Vanessa Paradis, “La fille sur le pont”, je pense aussi à “Angel-A” et aux “Amants du Pont-Neuf” sans oublier “Hôtel du Nord” et le fameux “Atmosphère !”

    Like

  7. Tu fermes la malle aux souvenirs, Marie. Mais ce fut un agréable moment de découvrir ces souvenirs en ta compagnie, et que tu commentais. Beaucoup d’émotion en te lisant. A te lire on se sent moins seul (e), car ça nous parle évidemment… c’est la vie, bien sûr, une histoire…. joliment racontée.
    Je crois qu’on est toutes désarmées face au silence. On a toutes besoin de comprendre. Ce que j’ai fini par comprendre, c’est qu’il n’y a pas de pourquoi. Lorsque l’on cherche des réponses à nos pourquoi, tout ce l’on trouve, ce sont d’autres questions. Ou des réponses jamais définitives. Alors que si on se demande comment c’est arrivé, on a souvent un bon début d’explications. De toute façon, avec le temps, je crois qu’on finit toujours par comprendre….
    Je continue ma lecture de billets.

    Like

  8. Les incompréhensions… Les visions du monde tellement différentes… Ca complique la relation amoureuse, ça la fait devenir un challenge, parfois même un combat. Certains décident de se battre, d’autres pas. Si pas, c’est que ça n’en valait pas la peine. Alors c’est mieux comme ça. 🙂

    Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.